La Chasteté: La Vertu Angélique - Chasteté dans l'Ancien et Nouveau Testament

Aujourd’hui, à cette époque, depuis que le monde est devenu si lubrique et sensuel, il y en a très peu qui parlent ou qui écrivent sur la chasteté. Mais la chasteté est en fait l’une des vertus les plus enseignées dans les Saintes Écritures. Alors que la plupart des versets sur la chasteté sont trouvés dans le Nouveau Testament (que nous examinerons après les passages de l’Ancien Testament sur la chasteté), il y en a aussi de très remarquables dans l’Ancien Testament qui nous montre que les Juifs mariés et célibataires de l’Ancienne Loi ont également reçu le commandement par Dieu d’exercer la vertu de chasteté.

CHASTETÉ DANS L'ANCIEN TESTAMENT ET LA LOI ANCIENNE

  • La chasteté est une vertu au-dessus d'autres vertus, selon le Livre de l'Exode
  • Il y a "un temps pour être loin des étreintes" pour ceux qui sont mariés selon la Sainte Parole de Dieu dans le livre de l'Ecclésiaste
  • L'Eucharistie oblige les gens à être chaste pour la recevoir, nous apprenant à être chaste pendant trois jours avant de recevoir l'Eucharistie
  • La vertu de chasteté aide les gens à devenir victorieux dans les combats, selon le Livre de Judith
  • Le Livre de la Sagesse enseigne que la chasteté est très bénéfique pour le salut
  • Le livre de Tobie enseigne aux conjoints de pratiquer la chasteté
  • Le livre du Lévitique commande aux conjoints de pratiquer la chasteté pendant la menstruation de la femme et de la période infertile sous peine de mort, nous montrant ainsi que Dieu veut que les personnes mariées pratiquent la chasteté pendant cette période de temps

CHASTETÉ DANS LE NOUVEAU TESTAMENT ET LA LOI NOUVELLE

  • La Sainte Bible est claire : «Il est bon pour l'homme de ne pas toucher une femme», et que les gens mariés devraient s'abstenir de l'acte sexuel, de temps en temps "pour que vous puissiez vaquer à la prière"
  • La chasteté est au-dessus d'autres vertus selon la Sainte Parole de Dieu dans le livre de Jacques
  • Le mariage empêche beaucoup d'être sauvés selon l'Évangile de Luc
  • «Il n'est pas opportun de se marier» pour beaucoup de gens dans ce monde, selon l'Evangile de Matthieu
  • Il n'y a pas de mariage dans le ciel selon l'Evangile de Matthieu
  • Les mauvais parents seront tourmentés dans un bien plus grand feu pour le mauvais exemple que ceux qui sont restés chastes
  • Notre Seigneur Jésus-Christ doit venir avant notre famille et les amis selon l'Evangile de Marc
  • Les serviteurs chastes et mortifiés du Christ sauvent plus d'âmes
  • Le diable et ses serviteurs sur cette terre ainsi que les désirs sensuels d'une personne entravent les âmes sans volonté d'adopter une vie plus vertueuse et chaste
  • Saint Jean l'Apôtre a été aimé par Notre Seigneur d'un amour particulier à cause de son grand amour pour la chasteté et la pureté
  • La Sainte Bible enseigne que ceux qui ne se remarient pas après la mort de leur conjoint seront "plus heureux" par leur chasteté, et que les ministres du Seigneur qui ne peuvent pas se remarier après que leurs femmes soient mortes ainsi que que tous ceux qui doivent être radicalement "chastes"
  • La Sainte Bible et les Papes, les Pères et les Saints de l'Eglise catholique enseignent à l'unanimité que tous les évêques, prêtres et diacres du Seigneur doit être totalement "chastes" et s'abstenir de toutes relations sexuelles avec les femmes en tous temps
  • Les personnes vivant dans la chasteté sont «les prémices pour Dieu et pour l'Agneau», selon le livre de l'Apocalypse ou Révélation
  • Les veuves et tous ceux qui ont juré leur chasteté à Notre Seigneur doivent rester purs et chastes jusqu'à leur mort, ou bien ils obtiendront la "damnation" selon la Bible
  • Les Pères, les papes, les saints et docteurs de l'Église enseignent tous à l'unanimité que la chasteté et de la virginité est au-dessus de la vie conjugale
  • La Bible et les saints enseignent que la plupart des gens seront damnés et brûleront pour l'éternité en enfer, mais la chasteté augmente considérablement les chances qu'une personne atteigne le Ciel
  • Les Saints monastères des serviteurs chastes du Christ sont particulièrement efficaces pour aider l'humanité, selon Notre-Dame et les pères
  • De saintes communautés d'hommes et de femmes qui étaient mariées et célibataires pratiquaient le style de vie évangélique et monastique de chasteté et de pureté à la fois avant et après la promulgation de l'Evangile
  • Dieu pourrait vouloir une manière de vivre plus vertueuse, sainte et pure pour un couple
  • La vie de la Bienheureuse Vierge Marie est le fondement de tous les serviteurs chastes du Christ
  • L'Évangile de Luc nous parle de l'amour de Notre-Dame pour la pureté et la chasteté
  • La mauvaise compagnie est la racine de bien des maux
  • Notre discours affecte notre pureté
  • Le mal de la concupiscence rend aveugle aux choses spirituelles
  • Les péchés sexuels sont moins susceptibles à s'en repentir que beaucoup d'autres péchés
  • Comment vaincre les tentations
  • Le consentement des mauvaises pensées est le début de tous les maux
  • La virginité est supérieure au mariage

Pape Pie IV, Concile de Trente, Session, 14, 11 novembre 1563 - sur le mariage : «Si quelqu'un dit que l'état de mariage doit être placé au-dessus de l'état de virginité, ou de célibat, et que ce n'est pas mieux et plus heureux de rester dans la virginité ou le célibat, que d'être unis dans le mariage ; (Matthieu 19, 11 ; 1 Cor 7, 25) qu'il soit anathème». (Denzinger 980).

Saint Jean Chrysostome, 392 : « Que la virginité est bonne je suis d'accord. Mais elle est encore mieux que le mariage, ce que je confesse. Et si vous le souhaitez, je vais ajouter qu'elle est aussi beaucoup mieux que le mariage comme le ciel est mieux que la Terre, comme les anges sont beaucoup mieux que les hommes. " (La foi des premiers Pères, Vol 2, 1116)

CHASTETÉ DANS L’ANCIEN TESTAMENT ET LA LOI ANCIENNE

La chasteté est une vertu au-dessus des autres vertus, selon le Livre de l’Exode et l'histoire et l'enseignement Juif traditionnel

Il est décrit dans Le livre de l’Exode, que Dieu, quand Il parla à Moïse et lui dit de dire au peuple juif qu’il voulait qu’il “soit pour Moi un royaume de prêtres et une nation sainte”, voulait que tous les Juifs (mariés ainsi que célibataires) pratiquent une vertu spécifique pendant trois jours avant qu’ils ne soient en mesure de le rencontrer et d’entrer dans une alliance et union avec Lui et de recevoir les Dix Commandements, et la vertu était la chasteté : “Puis il [Moïse] dit au peuple : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes” (Exode 19:15)

Exode 19:9-11,14-15 “Le Seigneur lui dit [à Moïse]: Voici, je vais venir à toi dans une nuée épaisse, afin que le peuple entende quand je parlerai avec toi, et qu'en toi aussi il ait foi à jamais. Et Moïse rapporta les paroles du peuple au Seigneur. Et le Seigneur dit à Moïse: Va vers le peuple, et sanctifie-les aujourd’hui et demain, et qu’ils lavent leurs vêtements. Qu’ils soient prêts pour le troisième jour: car le troisième jour le Seigneur descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï. … Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, il sanctifia le peuple et ils lavèrent leurs vêtements. Puis il dit au peuple : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes.”

À moins que les gens n’aient pratiqué la chasteté pendant trois jours, ils n’auraient pas reçu la grâce de paraître devant Dieu et de recevoir Ses Lois. La chose remarquable à ce sujet est que Dieu choisit d’abord de dire aux gens de pratiquer la chasteté avant de leur donner les Dix Commandements. La raison pour laquelle Notre-Seigneur a fait cela était pour nous montrer combien il apprécie et veut que nous pratiquions la vertu angélique de la chasteté, nous montrant ainsi que nous devons être très purs et saints au moment de servir Dieu.

Le commentaire Haydock de la Bible explique les versets d'Exode 19 de la façon suivante: “Ver. 10. [et qu’ils lavent leurs vêtements], avec leur corps, comme les Juifs entendent par cette expression. Ils devaient également s’abstenir de leurs épouses, etc. Par les pratiques extérieures, leur a été rappelé la pureté intérieure que Dieu exigeait. Tous les pays semblent avoir adopté des observances semblables de continence, se laver, et en mettant sur eux leurs plus beaux atouts, lorsqu’ils comparaissaient devant Dieu. Voir Hérodote, &c. (Calmet) — Ver. 15. [n’approchez pas vos femmes]. Saint Paul recommande la continence quand les gens doivent prier, 1 Corinthiens 7. [Même] Sur le temple païen d’Epidaure, cette inscription a été placé : «Seuls ceux qui sont chastes entrent ici» (saint Clément d’Alexandrie, Strom. 5), et donc, il n’est pas étrange que, si même les païens qui ne connaissent pas Dieu observent la vertu de chasteté à certains moments pour des raisons de service de leur faux dieu ou dieux, les Chrétiens qui renaissent par le Sang du Christ doivent adopter un mode de vie encore plus grand, plus vertueux et chaste que les païens ne l’ont fait, en ajoutant beaucoup plus de périodes de chasteté, puisque ceci est seulement juste, même par ceux qui sont mariés, comme le suggère saint Paul.

Ce n’est bien sûr pas un hasard si la vertu que Dieu a ordonné aux Juifs de pratiquer pour devenir “sanctifiés”, être dignes de comparaître devant Lui et entrer dans une alliance avec Lui, était la chasteté. Ce moment où le peuple Juif devait pour la première fois rencontrer Notre-Seigneur, conclure une Alliance avec Lui et recevoir les Dix Commandements a été l’un des plus grands moments dans l’histoire du Salut de l’humanité et un événement unique. Dieu Lui-même a solennellement lié le peuple Juif à travers cet événement spectaculaire, et pourtant, Dieu a seulement demandé que l'on devait pratiquer une vertu spécifique avant de Le rencontrer, c'était la chasteté.

De ce seul exemple biblique tiré du Livre de l'Exode, il est facile de voir, pour une personne honnête qui n’aime pas sa chair et la sensualité du monde, combien Dieu aime et apprécie que les hommes et les femmes pratiquent la vertu de chasteté. Cet exemple de la Sainte Écriture nous montre aussi que Dieu veut que même les personnes mariées pratiquent la chasteté. En vérité, nous voyons que Dieu Lui-même qualifie le fait d’observer la chasteté pendant un certain temps, même pour les mariés, comme un moyen pour devenir “sanctifié et digne de comparaître devant Lui selon les mots de la Sainte Bible, contrairement à ce que beaucoup de gens lubriques enseignent maintenant. La chasteté est tout simplement dans une classe à part par rapport à la plupart des autres vertus, mais trop peu de gens dans le monde apprécient ou se soucient des grâces inestimables qui sont reçues par les personnes qui pratiquent la chasteté. C’est sans aucun doute ainsi que le refus de pratiquer la chasteté, au sein ou hors du mariage, est l’une des plus grandes causes pour laquelle la plupart des gens sont condamnés à brûler en Enfer pour l’éternité. Cette vérité nous a également été révélée par Notre-Dame de Fatima, qui a déclaré : “Les péchés qui conduisent la plupart des âmes en enfer sont les péchés de la chair… Beaucoup de mariages ne sont pas bons, ils ne plaisent pas à Notre-Seigneur et ne sont pas de Dieu!

Le Livre de l'Exode nous montre aussi que Dieu commandait directement aux prêtres de l'Ancienne Loi (qui étaient le symbole et signe prophétique de la prêtrise de la Nouvelle Loi) qu'ils se “sanctifient” quand ils servent le Seigneur, ce qui, comme nous l'avons vu dans Le Livre de l'Exode, signifiait être chaste (Exode 19:10-22). Ceci, bien sûr, prouve directement que l'enseignement et la pratique de l’Église Catholique du célibat sacerdotal est le seul qui soit biblique. Et ce sujet de la chasteté sacerdotale est si important pour Dieu, que Notre-Seigneur menace directement de frapper les prêtres qui refusent de suivre Ses commandements à ce sujet: “Le Seigneur dit à Moïse: «Descends, et défends expressément au peuple de rompre les barrières vers le Seigneur pour regarder, de peur qu'un grand nombre d'entre eux ne périssent. Que même les prêtres, qui s'approchent du Seigneur, se sanctifient, [c'est-à-dire chaste] de peur que le Seigneur ne les frappe de mort.» (Exode 19:21-22)

L’un des principaux problèmes qui afflige les protestants et les autres hérétiques d’aujourd’hui, c’est qu’ils ont peu ou pas de compréhension de l’ancienne coutume de prendre un vœu permanent ou temporel de chasteté, même dans le mariage. Cela s'explique par le fait que dans leur courte histoire de 475 ans, ils n’ont pas d’exemples de personnes bonnes et vertueuses qui font de telles choses dans leur religion par nature charnelle, impure et lubrique. Quand un protestant pense au mariage, il pense automatiquement que le sexe doit avoir lieu et qu’il est autorisé à effectuer toutes sortes de choses lascives, d’actes sexuels pervers, contre nature ou lubriques pendant le mariage, mais ce n’est évidemment pas la façon dont les Juifs ou même les Chrétiens primitifs pensaient ou voyaient le mariage.

Vivre une vie de célibat dans le mariage n’était pas inconnu à la tradition Juive. Il a été dit que Moïse, qui était marié, est resté continent le reste de sa vie après le commandement de s’abstenir de rapports sexuels (Exode 19:15), donné en préparation de la réception des Dix Commandements, et que les soixante-dix anciens se sont également abstenus de leur femmes après leur appel, de même que Eldad et Medad quand l’esprit de prophétie est venu sur eux. En effet, il a été dit que les prophètes sont devenus célibataires après que la Parole du Seigneur leur ait été communiquée (Midrash Rabba Exode 19; 46,3; Siphré de chiffres. 99 sect. 11; Siphré Zutta 81-82, 203-204; Abot Rabbi Nathan 9, 39; Tanchuman 111, 46; Tanchumah Zaw 13; 3 Petirot Moshe 72; Shabbath 87a; Pessa’him 87b, Talmud de Babylone).

La tradition juive mentionne que, bien que les gens devaient s’abstenir de relations sexuelles avec leurs épouses pour seulement trois jours avant la révélation au Mont Sinaï (Exode 19:15), Moïse a choisi de rester continent le reste de sa vie avec la pleine approbation de Dieu. Les rabbins ont expliqué qu’il en était ainsi parce que Moïse savait qu’il avait été appelé à communier avec Dieu personnellement, non seulement au Mont Sinaï, mais en général tout au long des quarante années de séjour dans le désert. Pour cette raison, Moïse se tenait «sans femme», restant dans la sainteté pour être à la disposition de Dieu en tout temps; ils ont cité le commandement de Dieu à Moïse dans Deutéronome 5:28 (Midrash Rabba Exode 19:3 et 46:3).

Moïse avait compris qu'il avait été appelé par Dieu pour un service plus pur et parfait que celui du reste du peuple juif, et a donc parlé en conséquence, en disant :

“Si les Israélites, avec lesquels la Shekhina [présence divine] a parlé à seulement une occasion et leur a assigné un temps disant, comme le dit la Torah, Soyez prêts pour le troisième jour, ne vous approchez d'aucune femme: Combien plus le dois-je, moi [Moïse] avec qui la Shekhina parle à tout moment et ne m'a pas assigné un temps [définitif]! Et comment savons-nous que le Saint, béni soit-Il, a donné Son approbation? Car il est écrit, Va, dis-leur: Retournez dans vos tentes. Mais toi, reste ici avec Moi. (Le Talmud babylonien Seder Mo’ed, Shabbath, Vol. II, tr. Rabbi Dr. H. Freedman, Rebecca Bennet Publications, 1959, p. 411-412)

“Ainsi, Moïse dit : «Si dans le cadre du Mont Sinai, qui a été sanctifié pour l’occasion [de la Révélation], on nous a dit : ne vous approchez d'aucune femme (ib. XIX, 15), combien plus dois-je, moi à qui Il [Dieu] parle en tout temps, me séparer de ma femme?»”

Nous avons également des informations tirées des enseignements de la tradition Juive sur Moïse et son mariage chaste et pur après le Sinaï. En vérité,

“c’était Dieu Lui-même qui le lui a dit [de se séparer de sa femme], car il est dit : «Avec lui que je parle bouche à bouche» (Nombres XII,8). R. Juda dit aussi que cela lui a été dit directement par Dieu. Moïse aussi a été inclus dans l’injonction, «ne vous approchez d'aucune femme», ainsi tous en étaient interdit; et quand Il dit ensuite : «Retournez dans vos tentes» (Deut.  5:30) Il les autorisa [les maris]. Moïse a alors demandé : «Suis-je inclus avec eux ?» et Dieu répondit : «Non, mais toi, reste ici avec Moi» (Deut. 5:31).” (Midrash Rabba Exode, XLVI 3, tr Rabbi Dr. SM Lehrman, Soncino Press, NY, 1983, p. 529)

Les Saints Prophètes Élie et Élisée ont également été célibataires toute leur vie (Zohar Hadash 2:1 ; Midrash Mishlei 30, 105, Pirké Rabbi Eliezer 33). La tradition Carmélite enseigne qu’une communauté d’ermites juifs avait vécue sur le Mont Carmel du temps d’Élie jusqu’à ce que l’Ordre Catholique des Carmes y soit fondé. La Constitution du Carmel de 1281 enseigne que dès l'époque où Élie et Élisée avaient habité dévotement sur le Mont Carmel, prêtres et prophètes, juifs puis chrétiens, vécurent des vies louables dans la sainte pénitence et la pureté à côté du site de la fontaine d’Élisée, dans une succession ininterrompue.

Il y a beaucoup sur la chasteté dans la tradition et les écrits Juifs, mais les Juifs d’aujourd’hui, cependant, ne disent rien ou presque rien à ce sujet. Lorsque pour la Torah (c'est-à-dire son étude intense), un rabbin s’abstient de relations avec sa femme, il est jugé admissible, car il vivait alors avec la Shekhina (la Présence Divine) dans la Torah (Zohar re Gn 1:27; 13:3 et Psaume 85:14 dans le Discours de Rabbi Phineas des rabbins Jose, Juda, et Hiya).

La tradition juive mentionne également les Ẓenu’im (i.e. les Chastes) célibataires à qui le secret du Nom de Dieu a été confié, car ils étaient en mesure de préserver le Saint Nom en «parfaite pureté» (Kiddushin 71a ; Midrash Ecclésiaste Rabbah 3:11 ; Yer. Yoma39a, 40a). Ceux dans l’espérance d’une révélation divine se sont abstenus par conséquent de rapports sexuels et étaient stricts en matière de pureté (Enoch 83:2; Apocalypse 14:2-5). En effet, Philon (Apol. pro Judaeis 1X, 14-17), Josèphe, (Antiq. XVIII. 21) et Saint Hippolyte (Philosophumena IX, IV, 28a) ont écrit sur le célibat des juifs Esséniens des centaines d’années avant la découverte de leurs établissements à Qumran de la mer Morte.

Philon d'Alexandrie (v. 20-50), un philosophe Juif, décrit des femmes Juives qui étaient vierges et qui avaient gardé leur chasteté, non pas sous la contrainte, comme certaines prêtresses grecques, mais de plein gré dans leur ardent désir de la Sagesse : «Désireuses d’avoir la Sagesse comme compagne de vie, elles ont méprisé les plaisirs du corps et n'ont pas désiré de postérité mortelle mais ces enfants immortels que seule une âme chère à Dieu peut produire» (Philon, Cont 68 ; voir également Philon, Abr. 100). Car «les chaste sont récompensés en recevant l’illumination de la lumière céleste cachée » (Zohar 11. 229b-230a). Parce que «si l'entendement est sûr et sans entrave, libre de l’oppression des iniquités ou des passions … il contemple clairement tout ce qui est digne de la contemplation» (Philon, Sob. 1.5). A l’inverse, «l'entendement de l’homme voluptueux est aveugle et incapable de voir les choses qui valent le détour… la vue de ce qui est merveilleux et souhaitable à voir» (Philon, Q. Gen.IV.245)

En effet, de Saintes communautés d'hommes et de femmes, mariés comme célibataires, pratiquaient l'évangélique et monastique vie de chasteté et de pureté aussi bien avant qu'après la promulgation de l’Évangile. Anne Catherine Emmercih écrivit l'intéressante information suivante en expliquant comment vivaient certaines de ces vertueuses personnes avant la promulgation de l’Évangile. Elle disait, en parlant des “Ancêtres de St. Anne – Les Esséniens”:

“Jusqu'à ce qu'Isaïe ait rassemblé ces personnes et qu'il leur ait donné une organisation plus régulière, ils étaient dispersés dans la terre d'Israël, menant des vies de piété et d'intense mortification. Ils portaient leurs vêtements sans les raccommoder jusqu'à ce qu'ils tombent de leurs corps. Ils combattaient particulièrement contre l'immoralité sexuelle, et souvent par consentement mutuel vivaient dans la continence pour de longues périodes, vivant dans des huttes très loin de leurs femmes. Quand ils vivaient ensemble comme mari et femme, c'était seulement avec l'intention de produire une sainte postérité qui puisse hâter la venue du Sauveur. Je les ai vu manger à part de leurs femmes; la femme venait prendre son repas après que le mari ait quitté la table. Il y avait les ancêtres de Sainte Anne et d'autres saintes personnes parmi ces Esséniens primitifs.”(La Vie de la Bienheureuse Vierge Marie par Anne Catherine Emmerich)

Selon Wikipédia: “Les Esséniens étaient une secte du Judaïsme du Second Temple qui a prospéré du Deuxième au Premier Siècle avant Jésus-Christ et dont certains érudits affirment qu'ils ont fait sécession avec les prêtres Zadokites (Fils de Sadoq). Étant bien moins nombreux que les Pharisiens et les Sadducéens (les deux autres grandes sectes de l'époque), les Esséniens vivaient dans de nombreuses cités mais se rassemblaient en communautés dédiées à l’ascétisme, la pauvreté volontaire, l'ablution quotidienne, et l'abstinence des plaisirs du monde, incluant (pour certains groupes) le célibat. De nombreux groupes religieux séparés mais associés de cette ère partageaient des croyances mystiques, eschatologiques, messianiques, et ascétiques similaires. Ces groupes sont collectivement désignés par plusieurs érudits comme les «Esséniens.» Josèphe rapporte que les Esséniens existaient en grand nombre, et que des milliers vivaient à travers la Judée Romaine.”

Josèphe décrit cette pieuse collection d'hommes et femmes qui vivaient d'une manière similaire à celle des moins et des nones dans son œuvre La Guerre des Juifs.

Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs, Livre II, Chapitre 8: “Il y a, en effet, chez les Juifs, trois écoles philosophiques: la première est celle des Pharisiens, la deuxième des Sadducéens, la troisième, qui passe pour s’exercer à la sainteté, a pris le nom d'Esséniens; Juifs de naissance, ils sont plus étroitement liés d'affection entre eux que les autres. Ces hommes rejettent les plaisirs comme un péché et tiennent pour vertu la tempérance et la résistance aux passions. Ils dédaignent le mariage pour eux-mêmes, mais adoptent les enfants des autres, à l'âge où l'esprit encore tendre se pénètre facilement des enseignements, les traitent comme leur propre progéniture et leur impriment leurs propres mœurs. Ce n’est pas qu'ils condamnent en principe le mariage et la procréation, mais ils redoutent le dévergondage des femmes

“Ceux qui désirent entrer dans cette secte n'en obtiennent pas aussitôt l'accès. Le candidat fait un stage extérieur d’une année, pendant laquelle il est astreint au genre de vie des Esséniens; on lui donne une hachette, la ceinture dont j'ai déjà parlé et le vêtement blanc. Quand il a fourni pendant le temps prescrit la preuve de sa tempérance, il est associé encore plus étroitement au régime des confrères et en effet il partage les eaux pures pour la purification, mais il n'est pas encore admis aux fonctions de la vie communale. Car après qu'il ait montré son endurance, il faut encore deux ans pour éprouver son caractère. Si l'épreuve est manifestement satisfaisante, il est alors admis dans la communauté.

 “... Ils atteignent un âge avancé, la plupart même passent cent ans, et ils doivent cette longévité, suivant mon opinion, à la simplicité et à la régularité de leur vie. Ils méprisent les dangers, triomphent de la douleur par leur volonté et considèrent la mort, si elle se présente avec gloire, comme préférable à une vie immortelle. La guerre des Romains a éprouvé leur force de caractère en toutes circonstances : les membres roués, tordus, brûlés, brisés, soumis à tous les instruments de torture afin de leur arracher un mot de blasphème contre le législateur ou leur faire manger des mets défendus, on n'a pu les contraindre ni à l'un, ni à l'autre, ni même à flatter leurs tourmenteurs ou à verser des larmes. Souriant au milieu des supplices et raillant leurs bourreaux, ils rendaient l'âme avec joie, comme s'ils devaient la reprendre bientôt.

“... Il y en a même parmi eux qui se font fort de prévoir l'avenir à force de s'exercer par l'étude des livres sacrés, les purifications variées et les paroles des prophètes. Et il est rare qu'ils se trompent dans leurs prédictions.

“Il existe encore une autre classe d'Esséniens. Bien qu'ils s'accordent avec les autres pour le régime, les coutumes et les lois, ils s'en séparent sur la question du mariage. Ils pensent que renoncer au mariage c'est vraiment retrancher la partie de la vie la plus importante, à savoir la propagation de l'espèce ; chose d'autant plus grave que le genre humain disparaîtrait en très peu de temps si tous adoptaient cette opinion. Ils prennent donc leurs femmes à l'essai, et après que trois époques successives ont montré leur aptitude à concevoir, ils les épousent définitivement. Dès qu'elles sont enceintes, ils n'ont pas commerce avec elles, montrant ainsi qu'ils se marient non pour le plaisir, mais pour procréer des enfants.” (Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs)

En ce qui concerne les moines et les nones, l'Ancien Testament rapporte que des personnes faisaient des vœux spéciaux de consécration à Dieu (les Nazaréens, cf. Nombre 6), l'équivalent pour l'Ancien Testament des moines et des nones. Dans le Nouveau Testament, Anne la prophétesse semble avoir vécu comme une none cloîtrée, puisque “elle ne quittait point le temple, servant Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière.” (Luc 2:37) St. Paul nous parle aussi d'un ordre de veuves dévouées aux bonnes œuvres qui avaient fait vœu de ne plus se marier (cf. 1 Timothée 5:9-12).

Saint Jean Damascène (v. 676-749), un théologien Chrétien, décrit Moïse et les Israélites concernant la pureté, “Dieu n’a t-Il pas, quand Il souhaita que les Israélites Le voient, réclamé qu'ils purifient le corps? [Ex.19:15; Nom. 6:2] “N'avez-vous pas les prêtres qui se purifient et ainsi approchent le tabernacle du temple pour offrir des victimes? Et la loi n'appelle-t-elle pas la chasteté le grand vœu?” (Une Exposition de la foi orthodoxe, livre IV, chapitre XXIV. – En ce qui concerne la virginité). La raison pour laquelle si peu de gens aujourd’hui parlent ou écrivent sur la chasteté et la pureté n’est pas difficile à deviner puisque presque tous les hommes et les femmes, mariées ou non, sont remplis d’impureté, de passions et de sensualité. C’est aussi la raison pour laquelle Dieu fait moins de miracles et qu’Il se révèle à moins de personnes de nos jours. En effet, la quasi-totalité sont retranchés dans la chair, ce qui entrave considérablement leur spiritualité et leur conversation avec Dieu. Dieu, cependant, n’est jamais loin de ceux qui cherchent l’amour, la pureté et la chasteté. Ainsi, “Si vous souhaitez que Dieu se manifeste à vous, pourquoi n’entendez-vous pas Moïse, quand il commande aux gens d’être purs des souillures du mariage, pour qu’ils puissent prendre part à la vision de Dieu [Ex. 19:15].” (Saint Grégoire de Nysse, Traité sur la Virginité , chapitre XXIV, A.D. 335-395)

Il y a “un temps pour être loin des étreintes” pour ceux qui sont mariés selon la Sainte Parole de Dieu dans le Livre de l’Ecclésiaste.

En vérité, contrairement à ce que beaucoup de gens lubriques enseignent aujourd’hui, Notre Seigneur et Dieu nous enseigne dans le Livre de l’Ecclésiaste qu’il y a “un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes (Ecclésiaste 3:5) et cet enseignement de Notre-Seigneur dans la Sainte Écriture s’applique directement aux mariés puisque Il désire qu’ils pratiquent la chasteté de temps en temps pour grandir en sainteté et en pureté. L’expression “un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes se réfère à l’acte conjugal. Le commentaire de la Bible catholique Haydock explique ce verset: “Le verset 5. Étreintes. La continence était parfois prescrite aux personnes mariées, Lévitique XX, 18, et 1 Corinthiens 7. (Saint-Jérôme) (Saint Augustin, Enchiridion 78) (Calmet).Cela nous montre clairement non seulement que Notre-Seigneur veut que tous les mariés s’abstiennent parfois de l’acte conjugal, mais aussi que l'on doit parfois complètement s'abstenir de l’acte conjugal plutôt que de l'accomplir chaque jour comme le monde et la sensualité humaine l'affirment.

Il y a deux principales raisons pour lesquelles la Sainte Bible indique aux conjoints mariés de s’abstenir de l’acte conjugal, en leur apprenant qu’il y a “un temps pour être loin des étreintes”. La première raison est que les conjoints qui effectuent souvent l’acte conjugal tomberont plus facilement dans les péchés sexuels, et ce avec leur propre conjoint ou seul ou avec une autre personne, car celui qui satisfait sa chair est souvent beaucoup plus susceptible de tomber dans des péchés sexuels de toutes sortes, tout comme une personne qui boit souvent du vin est beaucoup plus apte à tomber dans le péché d’ivresse qu’une personne qui boit rarement ou jamais de vin. La deuxième raison est que la chasteté permet à la prière de devenir meilleure et plus forte et est “un moyen de vous attacher au Seigneur, sans empêchement (1 Cor. 7:35) selon la Sainte Parole de Dieu dans la Bible.

La majorité des Juifs dans la Religion de l’Ancien Testament attendaient la venue et la naissance du Messie, et à cause de cela, ils vantaient aussi la procréation de la race juive, car ils avaient compris que le Messie naîtrait de leur race. La majorité d’entre eux ne comprenaient pas, cependant, que Dieu enfanterait le Messie d’une vierge pure et sans rapports sexuels. La raison pour laquelle Dieu a choisi de se faire homme par une vierge, et sans relations sexuelles humaines, est que Notre-Seigneur estime la chasteté et la pureté au-dessus de la vie conjugale. Il ne convenait pas que Dieu qui est la pureté même, se fasse homme par un acte qui était devenu blessant et lubrique par la concupiscence après la chute et le péché originel d’Adam et Eve. Ainsi, Notre-Seigneur a décrété qu’Il se ferait homme à la fois parce que Sa dignité l'exigeait, mais aussi parce qu’Il voulait que Son peuple comprenne que l’action méritoire d’observer la chasteté est une grande vertu qui déverse sur l’humanité des bénédictions de différents types.

Saint Méthode, Le Banquet des Dix Vierges (c. 311) : “Car envisagez, ô vierges, combien [Saint Paul, dans la Sainte Écriture] désirant de toutes ses forces que les fidèles du Christ soient chastes, il s’efforce par de nombreux arguments de leur montrer la dignité de la chasteté, comme quand il dit, «Maintenant, concernant les choses dont vous m’avez écrit: il est avantageux à l'homme de ne toucher aucune femme,» montrant ainsi déjà très clairement le fait qu’il est bon de ne pas toucher de femme, s'y étendant, et le mettant en avant de manière inconditionnelle. Mais ensuite, étant conscient de la faiblesse des moins continents, et de leur passion pour les rapports sexuels, il a permis à ceux qui sont incapables de gouverner la chair d’utiliser leurs propres épouses, plutôt que, par une transgression honteuse, de se livrer à la fornication. Puis, après avoir donné cette autorisation, il a immédiatement ajouté ces mots : «que Satan ne vous tente par suite de votre incontinence,» ce qui signifie «si vous, comme vous êtes, ne pouvez pas, en raison de l’incontinence et de la faiblesse de votre corps, être parfaitement continent, je vais plutôt vous permettre d’avoir des rapports avec vos femmes, de peur que, professant la continence parfaite, vous soyez constamment tentés par le diable, et enflammés de luxure après les femmes d’autres hommes».” (Discours III, Chapitre XI)

Parlant de la grandeur et de la pratique de la pureté et de la chasteté des hommes et femmes de l'Ancienne Loi, Saint Jérôme (347-420) confirme la vérité historique que la chasteté était alors déjà pratiquée, ainsi que le fait que Moïse abandonna les ornements terrestres du mariage dans le but de se vêtir de l'habit pure et immaculé du ciel et de l’éternité, puisque il savait très bien que “La vérité est que, compte tenu de la pureté du corps du Christ, toute relation sexuelle est impure” et que le sexe est seulement toléré et excusé pour la procréation des enfants: “Imagine-t-il qu'à part pour la procréation des enfants nous approuvions les relations sexuelles?”

St. Jérôme, Contre Jovinien, Livre 1, Section 20, A.D. 393: “Mais je m'étonne de la manière dont il [Jovinien] nous montre comme exemple Juda et Tamar [Gen. xxxviii], à moins que par hasard même les courtisanes ne lui donnent du plaisir; ou Onan qui fut tué parce qu'il en voulait à la postérité de son frère [Gen. xxxviii. 9]. Imagine-t-il qu'à part pour la procréation des enfants nous approuvions les relations sexuelles? En ce qui concerne Moïse, il est clair qu'il aurait été en péril à l'auberge, si Sephora, dont le nom s'interprète par «oiseau», n'avait pas circoncis son fils, et tranché le prépuce du mariage avec le couteau qui préfigurait l'Evangile [Ex. iv. 24-26]. C'est pourquoi Moïse, qui, lorsque il eut une grande vision et entendit un ange, ou le Seigneur parlant dans le buisson, [Ex. iii. 5], ne pouvait d'aucune manière l'approcher sans enlever d'abord le lacet de ses chaussures, c'est-à-dire, défaire les liens du mariage. Et nous n'avons pas besoin d'en être surpris dans le cas de celui qui, étant un prophète, un législateur, et l'ami de Dieu, avait vu qu'au moment de la tombée de la nuit au Mont Sinaï, pour entendre la voix qui lui parlait, le peuple avait reçu le commandement de se sanctifier en trois jours, et de ne pas approcher de leurs femmes. Je sors du sujet en violant la séquence historique, mais je puis rapporter que la même chose a été dite par Achimélech [1 Sam. xxi. 4] le prêtre à David quand il alla à Nobé: “pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes.” Et David répondit “Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti.” Car le pain consacré, comme le corps du Christ, ne pouvait être mangé par ceux qui revenaient du lit conjugal. Et en passant nous devrions considérer les mots “pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes.” La vérité est que, compte tenu de la pureté du corps du Christ, toute relation sexuelle est impure. Dans la loi aussi il est enjoint que le grand prêtre ne doit épouser personne si ce n'est une vierge, ni ne doit épouser une veuve [Levit. xxi. 13, 14]. Si une vierge et une veuve sont au même niveau, comment se fait-il que l'une est prise et l'autre rejetée? Et la veuve d'un prêtre est invitée à demeurer dans la maison de son père, non pas à contracter un second mariage [Levit. Xxi. 3]. Si la sœur d'un prêtre meurt dans la virginité, tout comme le prêtre se voit commandé d'aller aux funérailles de son père et de sa mère, il doit la prendre. Mais si elle a été mariée, elle est méprisée comme si elle ne lui appartenait pas. Celui qui avait épousé une femme, et celui qui avait planté une vigne, image de la multiplication des enfants, avait l'interdiction d'aller à la bataille. Car celui qui est l'esclave de sa femme ne peut être le soldat du Seigneur. Et la cuve dans le tabernacle a été faite à partir des miroirs des femmes qui jeûnaient, signifiant les corps des vierges pures: Et à l'intérieur, dans le sanctuaire, les deux chérubins, le propitiatoire, l'arche d'alliance, la table des pains de proposition et le chandelier étaient tous fait de l'or le plus pure. Car l'argent ne pouvait être amené dans le saint des saints [Ex. xxxvii].”

La figure de l'Eucharistie dans la Sainte Bible oblige les gens à être chaste pour la recevoir, nous enseignant à être chaste pendant trois jours avant de recevoir l'Eucharistie

Un autre exemple de chasteté dans l’Ancien Testament se trouve dans Le Premier Livre des Rois (également appelé Premier Livre de Samuel) où le futur roi David, fuyant le roi Saül, demande au prêtre Achimélech un peu de nourriture pour soulager sa faim et celle de ses amis.

1 Rois 21:4-6 : “Et David dit à Achimélec le prêtre...  « Et maintenant qu’as-tu sous la main? Donne-moi cinq pains dans la main, ou ce qui se trouvera. Le prêtre répondit à David et dit: «Je n’ai pas sous la main de pain ordinaire, mais il y a du pain consacré; pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes». David répondit au prêtre et lui dit: «Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti, et les vases de mes gens sont chose sainte; et si le voyage est profane, pourtant il est sanctifié quant au vase.»”

Le commentaire Haydock explique des choses très remarquables et intéressantes sur ces versets remarquables: Verset 5. Pourvu que tes gens soient purs etc. Si cette pureté a été exigée d’eux qui ne mangeaient que du pain, qui était une figure du pain de vie que nous recevons dans le Saint-Sacrement [l’Eucharistie], combien les Chrétiens devraient être purs quand ils s’approchent de nos formidables mystères? Et c'est la raison pour laquelle l’Église de Dieu n'admet pour ses ministres, qui consacrent et recoivent chaque jour ce sacrement le plus pur, que ceux qui se consacrent à une vie de pureté perpétuelle. (Challoner) — Verset 6. Vases, c’est-à-dire les corps, étaient chose sainte; c’est-à-dire ont été préservés de l’impureté (Challoner) … Septante, «mes hommes sont tous purifiés» (Calmet) — Profane.  Il est susceptible de nous exposer à des dangers d’impureté, (Challoner) que nous aurons peut-être à combattre. (Haydock) — Sanctifié. C'est-à-dire, nous devrions prendre soin, en dépit de ces circonstances dangereuses, de garder nos vases saints; c'est-à-dire que nous gardons notre corps de tout ce qui peut nous souiller. (Challoner)”

Tout comme dans le cas du Livre de l’Exode où Dieu demanda au peuple d’être chaste pendant trois jours avant de recevoir Sa Sainte Parole, de même la figure et signe de la Très Sainte Eucharistie au temps de l’Ancien Testament se réfère également aux trois jours de chasteté avant de la recevoir. Nous trouvons la norme de pratiquer la chasteté pendant trois jours avant de recevoir la Sainte Eucharistie dans ces termes: “Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti, et les vases de mes gens sont chose sainte.” (1 Rois 21:6) Ainsi puisque de nombreux types et figures de l'Ancienne Loi ont été accomplis dans la Nouvelle Loi, de même que dans l'Ancienne Loi il y avait les “pains consacrés” préfigurant l'Eucharistie que l'on pouvait uniquement recevoir “pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes”, de même la Sainte Eucharistie dans la Nouvelle Loi ne peut jamais être reçue sans s'abstenir au moins trois jours avant de l'acte conjugal sexuel, puisque La dignité d’un si grand Sacrement [de l’Eucharistie] exige également que les personnes mariées s’abstiennent du devoir conjugal pour quelques jours précédents la Communion. C'est aussi pourquoi la chasteté “est particulièrement à observer pendant au moins trois jours avant la communion, et plus souvent pendant le jeûne solennel du Carême. (Le Catéchisme du Concile de Trente)

De même, l’accueil après trois jours de chasteté de la Parole de Dieu et des Dix Commandements par le peuple d’Israël dans le Livre de l’Exode signifie qu’il y a une nécessité pour tous d’être chaste pendant trois jours afin de recevoir la Parole de Dieu (Notre-Seigneur Jésus-Christ) faite chair dans le Sacrement de la Très Sainte Eucharistie, qui est la vraie manne du Ciel descendue “aux yeux de tout le peuple” selon la Saint Écriture. “Et le Seigneur dit à Moïse: Va vers le peuple, et sanctifie-les aujourd’hui et demain, et qu’ils lavent leurs vêtements. Qu’ils soient prêts pour le troisième jour: car le troisième jour le Seigneur descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï.Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, il sanctifia le peuple et ils lavèrent leurs vêtements. Puis il dit au peuple : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes.” L'Ancien Testament ne pouvait être plus clair sur la nature bénéfique de la chasteté, et sur la nécessité pour une personne de la pratiquer trois jours avant de recevoir le Très Saint Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Dans l’Ancienne Loi et l’Ancien Testament, chaque fois que Dieu a ordonné aux gens de se “sanctifier”, cela signifiait qu’ils devaient être chastes pour une période de temps comme en témoigne le Livre de l’Exode, comme nous l’avons vu ci-dessus. Les commandements au peuple de se “sanctifier” qui ont été donnés par Dieu, Ses prophètes et Prêtres de l’Ancien Testament sont très souvent utilisés dans l’Ancien Testament, mais la plupart des gens qui lisent l’Ancien Testament ne comprennent pas que la sanctification juive signifiait réellement exercer la vertu de chasteté pour un certain temps. Donc, pratiquer la chasteté au sein ou hors du mariage n'est pas une chose nouvelle pour le peuple de Dieu et l’Église, comme certains hérétiques lubriques le prétendent, mais faisait partie intégrante de l'Ancienne Loi, et fait partie intégrante de la Nouvelle Loi. L’Église de l'Ancien Testament tout comme l’Église de la Nouvelle Alliance pratiquait la chasteté, et recevait une pluie de grâce et de miséricorde du Seigneur: “Le Seigneur connaît les jours des hommes sans souillure, leur héritage sera éternel. (Psaume 36:18)

En effet, la nécessité pour nous tous de nous “sanctifier” est d’une importance cruciale, et surtout quand nous recevons le Saint Corps et Sang de Notre-Seigneur. Parlant de la réception de la Sainte Eucharistie, Saint Jérôme s’exprime dans les termes suivants dans son Commentaire de l’Évangile selon Saint Matthieu: “Si les pains de Proposition ne pouvaient pas être mangés par ceux qui avaient connu leurs femmes charnellement, combien moins ce pain [l’Eucharistie] qui est descendu du ciel peut-il être souillé et touché par ceux, qui peu de temps avant ont été dans des étreintes conjugales? Ce n’est pas que nous condamnons les mariages, mais que, au moment où nous allons manger la chair de l’Agneau, on ne doit pas se livrer à des actes charnels.” (Épître XXVIII, parmi les œuvres de Saint-Jérôme)

Pour la même raison, en l’an 1679, le Bienheureux Pape Innocent XI, s’est adressé à tous les prêtres dans une encyclique, leur enseignant comment les gens mariés devront être formés et disposés pour être en mesure de recevoir le Saint Corps, le Sang et la Divinité de Jésus-Christ dans l’Eucharistie: “Dans le cas des personnes mariées, cependant, laissez les sérieusement considérer cela, puisque le bienheureux Apôtre ne les veut pas “se refuser l’un à l’autre à ce devoir, si ce n’est de concert pour un temps, afin de vaquer à la prière” [cf. 1 Cor. 7:5], que les prêtres les conseillent sérieusement à s'exercer plus à la continence par respect pour la très sainte Eucharistie, et à se se réunir pour la communion au banquet céleste avec un esprit pur.” (Pape Innocent XI, 1676-1689, De l’arrêté CS Conc., 12 février 1679, Denzinger 1147)

Innocent XI a également ajouté des instructions supplémentaires sur la façon dont à la fois les mariés et toutes les autres personnes devront être formés et disposés pour la réception du Corps et du Sang de Notre-Seigneur dans les termes suivants: “Il sera bénéfique, aussi, en plus de la diligence des prêtres et confesseurs, d’utiliser également les services de prédicateurs et d’avoir un accord avec eux, pour que, lorsque les fidèles auront pris l’habitude de fréquenter le très saint Sacrement (ce qu’ils doivent faire), ils prêchent un sermon sur la grande préparation à entreprendre, et montrent en général que ceux qui, par zèle pieux sont amenés à prendre part plus fréquemment ou quotidiennement à la Nourriture sanctifiante, qu’il s'agisse de laïcs, de commerçants, de personnes mariées, ou d’autres, doivent comprendre leur propre faiblesse, de sorte qu’en raison de la dignité du Sacrement et de la crainte du jugement divin, ils puissent apprendre à révérer la table céleste sur laquelle est le Christ; et si, à un moment ils ne se sentent pas préparés, de s’en abstenir et de se ceindre d’une plus grande préparation. … En outre, que les évêques et les prêtres confessent ou réfutent ceux qui soutiennent que la communion quotidienne est de droit divin…” (Pape Innocent XI, 1676-1689, De l’arrêté CS Conc., 12 février. 1679, Denzinger 1149-1150)

Alors un bon conseil pour les personnes pieuses est qu’elles restent chastes pendant trois jours avant de recevoir le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans l’Eucharistie de la même manière que le peuple Juif s'est vu commandé par Dieu de pratiquer la chasteté pour trois jours avant de recevoir la Parole de Dieu dans l’Ancienne Alliance; et tout comme David et ses hommes ont dû être chastes et purs pendant trois jours avant de recevoir la figure et le signe du Corps du Christ dans l’Ancienne Loi. L’honneur qu’une personne chaste et vertueuse donne au Christ et à la Sainte Eucharistie en pratiquant la vertu de chasteté pendant trois jours avant de recevoir le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie est, simplement dit, inestimable. Le commentaire biblique du Premier Livre des Rois nous apprend aussi ce fait, en mentionnant que “Si cette pureté a été exigée d’eux qui ne mangeaient que du pain, qui était une figure du pain de vie que nous recevons dans le Saint-Sacrement [l’Eucharistie], combien les Chrétiens devraient être purs quand ils s’approchent de nos formidables mystères?”

En fait, l’Église catholique a toujours averti et enseigné aux époux la nécessité de s’abstenir du devoir conjugal pour au moins trois jours avant de recevoir la Très Sainte Eucharistie de la Messe afin d’obtenir les bénédictions de Dieu, tout en reconnaissant et rappelant aux conjoints que “La dignité d’un si grand Sacrement [de l’Eucharistie] exige également que les personnes mariées s’abstiennent du devoir conjugal pour quelques jours précédents la Communion.

Le Catéchisme du Concile de Trente parle beaucoup de la nécessité de la pureté et de la préparation avant de recevoir la Sainte Eucharistie. Dans la partie “Sur le Sacrement du Mariage, il enseigne que la norme de trois jours d’observer la chasteté avant de recevoir la Communion a été enseignée par leurs prédécesseurs, ce qui indique que la Tradition de l’Église a toujours enseigné cette vérité: “Mais comme toute bénédiction est obtenue de Dieu par la sainte prière, il est également enseigné aux fidèles de parfois s’abstenir du devoir conjugal, afin de se consacrer à la prière. Que les fidèles comprennent qu’elle est (cette continence religieuse), selon l’injonction bonne et sainte de nos prédécesseurs, particulièrement à observer pendant au moins trois jours avant la Communion, et plus souvent pendant le jeûne solennel du Carême. Les époux fidèles à ces recommandations verront s'accroître de jour en jour les bénédictions du mariage par une plus grande abondance de grâces divines. Ainsi trouveront-ils les bénédictions du mariage tous les jours et augmenteront en abondance de grâce divine, et vivant dans la poursuite de la piété , ils passeront non seulement cette vie dans la paix et la tranquillité, mais aussi dans le repos de cette véritable et ferme espérance, qui ne trompe point, d'obtenir de la bonté de Dieu la félicité éternelle.”

Dans la section “Sur le sacrement de l’Eucharistie, Dispositions Nécessaires, le Catéchisme de Trente corrobore le fait que l’histoire de David dans la Bible nous montre que nous devons à la fois jeûner et être chaste avant de recevoir la Sainte Eucharistie: “Mais la préparation de l’âme ne suffit pas ; il faut aussi apporter à la Communion certaines dispositions du corps. Ainsi nous devons nous approcher de la sainte table à jeun, c’est-à-dire sans avoir rien mangé ni rien bu depuis le milieu de la nuit, jusqu’au moment où nous recevons l’Eucharistie. La dignité d’un si grand Sacrement exige également que les personnes mariées s’abstiennent du devoir conjugal pour quelques jours précédents la Communion. Ce respect est recommandé par l’exemple de David, qui, alors qu’il s’apprêtait à recevoir les pains de proposition des mains du prêtre, a déclaré que lui et ses serviteurs étaient purs de femmes pendant trois jours. Voilà ce qu’il y a de plus nécessaire à observer pour se préparer à recevoir utilement les saints Mystères. toutes les autres dispositions peuvent facilement se rapporter et se réduire à celles que nous venons d’indiquer ici.”

En effet, il y a la “grande nécessité de cette préparation” pour tous ceux qui présument recevoir le Très Saint Corps de Notre-Seigneur: “Mais il est temps de dire comment les Fidèles doivent se préparer à recevoir le sacrement de l’Eucharistie. Et d’abord, afin de les bien convaincre de la grande nécessité de cette préparation, il convient de leur proposer l’exemple de notre Sauveur. Lorsqu’Il voulut donner à ses Apôtres le sacrement de son Corps et de son Sang précieux, bien qu’ils fussent déjà purs, (Il le leur avait dit Lui-même), Il ne laissa pas néanmoins de leur laver les pieds, afin de nous faire comprendre par là que nous ne devons rien négliger pour nous mettre en état de grâce, et de grâce parfaite, lorsque nous allons recevoir les saints Mystères.” (Le Catéchisme du Concile de Trente, Sur le sacrement de l’Eucharistie, Des Dispositions Nécessaires Pour Communier)

Considérant tout ce qui précède, il est clair que le Catéchisme de Trente, dans le Chapitre sur le Sacrement de l’Eucharistie, et Des Dispositions Nécessaires Pour Communier, a à juste titre déclaré que celui qui ose aborder l’Eucharistie “sans la préparation nécessaire” “y trouve au contraire les inconvénients et les malheurs les plus grands, bien loin d’en retirer le moindre fruit, ce qui contredit directement le monde lubrique et dépravé qui enseigne que Dieu ne nécessite aucune sorte de pureté spéciale afin de le recevoir : “N’oublions pas non plus que si l’on reçoit toute l’abondance des dons de Dieu, quand on participe à l’Eucharistie avec un cœur bien disposé et parfaitement préparé, on y trouve au contraire les inconvénients et les malheurs les plus grands, bien loin d’en retirer 1e moindre fruit, lorsqu’on la reçoit sans la préparation nécessaire. Les choses les plus excellentes et les plus salutaires ont cela de particulier qu’elles produisent les plus heureux effets, si l’on s’en sert à propos, et qu’elles sont au contraire funestes et pernicieuses, si on les emploie à contretemps. Il n’est donc pas étonnant que ces dons si précieux et si brillants de la pure bonté de Dieu, lorsque nous les recevons dans un cœur bien préparé, soient pour nous un puissant secours capable de nous faire obtenir la gloire du ciel, mais que par contre ils nous apportent la mort et la mort éternelle, si nous avons le malheur de les recevoir indignement. Nous voyons une preuve frappante de cette vérité dans l’Arche d’alliance. Les Israélites n’avaient rien de plus sacré. Dieu s’en était servi souvent pour leur accorder les plus signalés bienfaits. Mais enlevée un jour par les Philistins, elle fit tomber sur eux un terrible fléau, aussi affligeant que honteux, et qui les couvrit d’opprobre. De même aussi la nourriture, qui arrive dans un estomac bien préparé, soutient et fortifie le corps, mais au contraire elle engendre de graves maladies, si l’estomac est mal disposé et plein d’humeurs mauvaises.” (Le Catéchisme du Concile de Trente, Sur le sacrement de l’Eucharistie, Des Dispositions Nécessaires Pour Communier)

En effet, dans Les Révélations de Sainte Brigitte, Jésus nous dit aussi que nous serons punis si nous Le recevons dans l'Eucharistie avec un coeur vicié ou impure. Notre-Seigneur dit à Sainte Brigitte, “De même en est-il maintenant à l’autel, car avant les paroles sacramentelles, le pain mis à l’autel est pain; mais ces paroles étant dites: 'Ceci est mon corps', il est fait Mon Corps, lequel prennent et touchent aussi bien les bons que les mauvais, aussi bien un que mille, en même vérité, mais non pas en même affection, d’autant que le bon le reçoit pour la vie éternelle, le mauvais pour son jugement.” (Les Révélations de Sainte Brigitte, Livre 4, Chapitre 61) Et ainsi, “comme les fêtes sacrées approchent, observez la chasteté avec vos femmes pendant les quelques jours qui les précèdent, afin que vous puissiez approcher de l'autel du Seigneur avec une conscience en paix.” (Saint Césaire d'Arles, Sermon 19:3)

Avant l'apostasie du XXème et XXIème siècle, il était notoire pour les fidèles de l’Église que celle-ci enseignait aux époux mariés de s'abstenir pendant au moins trois jours de relations conjugales et que tout le monde (sauf les malades ou les faibles) devait jeûner à partir de minuit avant la réception de la Communion afin que les serviteurs du Christ soient pures et mieux disposés à recevoir la Sainte Eucharistie. De nos jours, cependant, puisque les gens sont mondains et lubriques, ils rejettent ou ignorent cet enseignement ancien de l’Église. Il est en effet évident que les Chrétiens qui reçoivent le vrai Corps de Notre-Seigneur dans la Sainte Eucharistie, devraient au moins pratiquer plus de chasteté ou plus de pureté que ce que les Juifs de l'Ancienne Loi qui en recevaient simplement la figure ou type faisaient, puisque c'est simplement raisonnable et juste. Le vrai Corps du Christ vaut et mérite un respect infiniment plus grand que sa figure, et pourtant la plupart des soi-disant Chrétiens de nos jours ne pratiquent même pas autant de vertu que les Juifs ne le faisaient dans l'Ancienne Loi.

Déjà au VIème siècle, le Pape Saint Grégoire le Grand, dans son Épître à Augustin, Évêque des Angles, déclara justement que Dieu exige de nous la pureté et la chasteté quand nous allons Le recevoir dans la Très Sainte Eucharistie de la Messe, puisque cela était requis même dans l'Ancienne Loi qui n'était qu'un type de l’Eucharistie.

“De plus il faut considérer attentivement que le Seigneur au mont Sinaï, sur le point de parler au peuple, chargea tout d'abord le même peuple de s'abstenir des femmes. Et si là, où le Seigneur parlait aux hommes à travers une créature soumise, la pureté de corps était requise avec de si prudentes dispositions que ceux qui allaient entendre les paroles de Dieu ne pouvaient pas avoir de rapport avec leurs femmes, combien plus ceux qui reçoivent le Corps du Seigneur Tout-Puissant devraient préserver la pureté de leur chair, de peur qu'ils ne soient accablés par la grandeur de l'inestimable mystère! D'où également il est dit à travers le prêtre à David concernant ses serviteurs, que s'ils étaient pures de femmes ils pourraient manger du pain consacré; lequel ils n'auraient pas pu recevoir à moins que David ne les déclara d'abord être pures de femmes.” (Épîtres Choisis de St. Grégoire, dans "Nicene and Post-Nicene Fathers", Volume XIII, Livre XII, Épître LXIV)

C'est un triste fait d'avoir à raconter, mais les Chrétiens charnels qui rejettent la pureté et la sainteté avant de recevoir la Très Sainte Eucharistie de la Messe montrent un manque d'estime et de reconnaissance pour le Corps du Christ par leur mode de vie mondain et axé sur le plaisir, se révélant être amoureux de la chair et du monde plutôt que de Notre-Seigneur. C'est une disgrâce et une tache absolue pour chaque Chrétien (qui ont reçu bien plus de grâces que les Juifs de l'Ancienne Loi) de pratiquer moins de vertu que ne l'ont fait les Juifs dans l'Ancienne Loi. Ce manque de vertu est sans aucun doute une des principales raisons pour laquelle les membres de l’Église ont diminué de manière drastique pendant le XXème siècle et pour laquelle Dieu a permis qu'un grand nombre d'entre eux tombent dans l'immoralité et l'apostasie. La Sainte Bible est claire comme de l'eau de roche quand elle dit que: “celui qui mangera le pain ou boira le calice du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de ce calice; car celui qui mange et boit indignement, sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit son propre jugement. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup de gens débiles et de malades, et qu'un grand nombre sont morts.(1 Corinthiens 11:27-30)

Notre-Seigneur Lui-même nous dit dans Les Révélations de Sainte Brigitte qu'il y a une absolue nécessité pour tous de Le recevoir dans la pureté et la chasteté. Notre-Seigneur parle à Sainte Brigitte disant,

“Je suis semblable au Seigneur, qui, combattant fidèlement en la terre de son pèlerinage, retourne avec joie en sa terre natale. Ce seigneur a un trésor grandement réjouissant [la Très Sainte Eucharistie], les tristes s’en consolent, les infirmes s’affermissent, et les morts ressuscitent. Mais afin que ce trésor fût honnêtement et assurément gardé, on a fait et parfait une maison en magnificence et en gloire, ayant une hauteur décente, et sept degrés par lesquels on montait à celle-ci et au trésor. Or, Dieu a donné ce trésor à voir à ses serviteurs, à le ménager fidèlement et à le garder purement, afin que la charité du Seigneur fût approuvée envers ses serviteurs, et la fidélité des serviteurs envers le Seigneur.

“Or, quelque temps s’étant écoulé, on commença à mépriser le trésor; on fréquentait rarement la maison; les gardiens s’attiédirent, et on négligeait l’amour de Dieu. Lors le seigneur, prenant conseil de ses familiers, leur demanda ce qu’il fallait faire sur une si grande ingratitude. Un d’eux dit : Il est écrit que les juges et gardiens du peuple, étant négligents, doivent être pendus, le visage tourné au soleil; mais la miséricorde est à vous et en vous, et le jugement aussi; mais vous pardonnez à tous, car tout est à vous, et vous faites miséricorde à tous.

“Je suis ce Seigneur, qui suis apparu sur la terre par humilité comme un pèlerin, étant néanmoins puissant en la terre et au ciel selon la Divinité; car en vérité, j’ai eu en terre un si grand combat que tous les nerfs de mes mains et de mes pieds étaient rompus pour le salut des âmes. Et laissant le monde et montant au ciel, d’où je ne suis jamais parti selon ma Divinité, j’ai laissé au monde un mémorial très digne, savoir mon corps très saint; car comme la loi ancienne se glorifiait de l’arche, de la manne, des tables du testament, et autres cérémonies, de même l’homme nouveau se réjouit d’une loi nouvelle, savoir, de mon corps crucifié, qui était figuré en la loi. Mais afin que mon corps fût en gloire et honneur, j’ai institué la maison de la sainte Église, où il serait gardé et conservé. Les prêtres sont ses gardiens spéciaux, qui sont en quelque manière en excellence par-dessus les anges, car celui que les anges craignent de toucher par une crainte de révérence, c’est celui-là même que les prêtres touchent de leurs mains et de leur bouche.” “J’ai aussi honoré les prêtres de sept sortes d’honneurs comme d’autant de degrés. Premièrement, ils doivent porter la marque de prêtrise, et être mes amis signalés par la pureté de l’esprit et du corps, car la pureté est le premier degré pour aller à Dieu, à qui rien de corrompu ne convient; car si aux prêtres de la loi était permis l’usage du mariage, tandis qu’ils ne sacrifiaient pas, ce n’était pas étrange, car eux n’avaient que l’écorce et non le noyau. Or, la figure ayant cessé par l’arrivée de la vérité, il faut qu’ils s’adonnent tous à la pureté, car le noyau est plus doux que l’écorce. En signe de cette continence, on leur coupe les cheveux, afin que la volupté ne domine ni la chair ni l’esprit.

“... Or, maintenant, je me plains que tous ces degrés sont grandement dissipés, car l'orgueil est aimée au lieu de l’humilité, l’impureté au lieu de la continence. On ne s’entend plus aux livres de Dieu, mais à ceux du monde. La négligence paraît aux autels; la Sagesse divine est réputée folie. On ne se soucie point du salut des âmes, ni tout cela ne leur suffit pas, mais encore ils jettent mes vêtements et méprisent mes armes. Certainement j’ai montré à Moïse en la montagne de Sinaï, les vêtements dont les prêtres devaient se servir, non pas qu’en la céleste habitation de Dieu, il y ait quelque chose de matériel, mais d’autant que nous ne pouvons comprendre les choses spirituelles sans les matérielles. C’est pourquoi je montre ce qui est spirituel par le corporel, afin qu’on sache combien plus la pureté est requise de ceux qui ont la vérité même, mon Corps, et non la figure, que de ceux qui portaient l’ombre de ce corps et la figure de cette vérité et qui avaient tant de pureté et de révérence.”

“Mais pour quelle fin ai-je montré à Moïse un si grand éclat d’habillements matériels, si ce n’est afin que, par eux, on comprît l’éclat et la beauté de l’âme? Car comme les vêtements du prêtre sont au nombre de sept, de même l’âme qui s’approche du corps de Dieu doit avoir sept vertus, sans lesquelles il n’y a point de salut. Donc, le premier vêtement de l’âme est la contrition de ses péchés; le deuxième, l’amour de Dieu et de la chasteté; le troisième, le labeur pour l’honneur de Dieu et la patience en l’adversité; le quatrième, ne se soucier ni du blâme ni des louanges des hommes, mais de l’honneur de Dieu; le cinquième, l’abstinence de la chair avec vraie humilité; le sixième, penser aux bienfaits de Dieu et avoir crainte de ses jugements; le septième, ce sont la charité et l’amour de Dieu sur toutes choses, et la persévérance en ce qu’on a commencé.

“Or, maintenant, ces vêtements sont bien changés et méprisés, car en vérité, on aime à s’excuser, à se justifier, à rendre ses fautes légères, au lieu de se confesser simplement. On aime les continuelles impudicités au lieu de chasteté; le labeur de l’utilité corporelle, au lieu du soin du salut des âmes; l’ambition et l'orgueil du monde, au lieu de l’honneur et de l’amour de Dieu; la superfluité en toutes choses, au lieu de la sobriété louable en toutes choses; la présomption et le jugement des jugements de Dieu, au lieu de la crainte de Dieu, et l’ingratitude des clercs est sur tous, au lieu de l’amour de Dieu sur toutes choses. Partant, Je viendrai en mon indignation, comme J’ai dit par mon prophète, et la tribulation leur donnera de l'entendement... C’est pourquoi ma miséricorde pardonne à tous et les souffre tous; mais ma justice crie vengeance, d’autant que je crie toujours; et combien plusieurs me répondent, vous en voyez assez. Néanmoins, J’enverrai encore ma parole. Ceux qui l’écouteront accompliront et consommeront leurs jours en joie si grande qu’on ne le peut dire ni penser à raison de sa douceur; mais ceux qui ne l’écouteront point, les sept plaies arriveront à leurs âmes, comme il est écrit, et sept en leur corps, afin que, lisant et considérant ce qui a été fait, ils frémissent d’horreur en les expérimentant.” (Les Révélations de Sainte Brigitte, Livre 4, Chapitre 58)

Une fois de plus, la sainte parole de Dieu est clair sur le fait qu'il y a un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes. (Ecclésiaste 3:5) Mais la plupart des gens, cependant, refusent d'obéir à ces paroles de Notre Seigneur qui disent que l'on doit pratiquer la chasteté de temps en temps. A la place, ils choisissent d'agir de manière gourmande dans l'acte conjugal en y commettant des excès même si c'est contraire à la raison d'avoir plus de relations conjugales que ce qui est nécessaire.

La valeur infinie des nombreuses et grandes grâces et de l'amitié spéciale de Dieu que les gens lubriques perdent du fait de leur amour désordonné de cet acte charnel est, dit simplement, impossible à estimer, puisqu'une seule Grâce est vraiment de plus de valeur que l'univers tout entier. “Celui qui aime la pureté du cœur, et qui a la grâce sur les lèvres, a le Roi [du Ciel] pour ami.” (Proverbes 22:11)

De nombreux Papes et Saints, comme nous l'avons vu, ont essayé de convaincre tous les Chrétiens de pratiquer la chasteté avant de recevoir l'Eucharistie. Il est clair que c'est une Tradition Apostolique, puisque l’Église, depuis le début, a essayé d'exhorter et d'enseigner Ses enfants à toujours s'abstenir de l'acte sexuel avant de recevoir le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Par exemple, en l'an 866, le Pape Saint Nicolas le Grand écrivit une lettre à Boris, prince de Bulgarie, et expliqua la raison pour s'abstenir de relations conjugales les Dimanches et jours saints, disant que: “Si nous devons nous abstenir du travail mondain le Dimanche, combien plus devons nous être sur nos gardes contre la concupiscence charnelle et toutes les souillures du corps.” Et donc, il est certain que l’Église a toujours enseigné que les Chrétiens doivent demeurer chaste avant de recevoir l'Eucharistie. Saint Césaire d'Arles (c. 470-543 A.D.), qui était un fervent promoteur de la chasteté avant de recevoir la Très Sainte Eucharistie, écrivit de la manière suivante concernant “un bon Chrétien”: “Un homme est un bon Chrétien qui, aussi souvent que les fêtes sacrées sont proches, afin qu'il puisse recevoir la Sainte Communion plus sereinement, observe la chasteté avec sa femme durant les quelques jours précédant, afin qu'il puisse prétendre approcher l'autel du Seigneur avec une conscience libre et sereine du fait de son corps chaste et de son cœur pur.” (Sermon 16:2)

Jonas, Évêque d'Orléans de 818 à 843, réprimanda un couple marié pour “venue irrévérencieuse” à l'église après s'être livré à des relations conjugales. Non seulement ces personnes mariées étaient “assez indiscrète pour aller jusqu'à l'autel,” se lamenta Jonas, mais elles reçurent aussi “le Corps et le Sang du Christ.” Jonas a averti ces personnes souillées de ”l'impureté” de leur activité conjugale: “Qu'ils comprennent qu'ils devraient uniquement entrer dans l’Église du Christ et recevoir Son Corps et Sang avec un corps propre et un cœur pure.” (Jonas d'Orléans, De Institutione Laicorum) Saint Césaire d'Arles ajoute: “Je ne saurai que trop vous conseiller que, aussi souvent que les solennités sacrées approchent, la chasteté avec votre propre femme devrait être observée plusieurs jours avant, afin que l'autel du Seigneur puisse être approché avec une conscience droite et pure. En effet, si un homme communiait sans chasteté, il recevrait le jugement là où il aurait pu avoir un remède.” (Sermon 1:12)

Origène (c. 182-254 A.D.) dans son Traité sur la Pâques, Exégèse d'Exode 12, explique que la Sainte Bible nous enseigne que nous devons recevoir la Sainte Eucharistie avec: “les reins ceints.” Il continue ensuite pour expliquer ce que cela signifie: “Nous avons l'ordre, quand nous mangeons la Pâques [l'Eucharistie], d'être pure d'union sexuelle corporelle, car c'est ce que ceindre ses reins signifie [dans la Sainte Écriture]. Ainsi l’Écriture nous enseigne à soigner la source corporelle de la semence et à réprimer les inclinations aux relations sexuelles quand nous prenons part à la chair du Christ.”

La quantité de Papes, Pères et Saints qui pourraient être cités concernant la nécessité absolue d'être chaste avant la réception de la Sainte Eucharistie et du Corps et Sang du Christ est presque sans fin. Gratien, dans ses Canons sur le Mariage issu de son “Decretum”, qui est largement basé sur l'autorité des Pères de l’Église (écrit au XIIème siècle) nous montre clairement comment cette Tradition Apostolique d'observer une période de chasteté avant de recevoir la Sainte Eucharistie était fermement établie et crue par les fidèles de l’Église Primitive. Cependant, ces citations et Canons de l’Église Primitive nous montrent aussi clairement la nécessité de s'abstenir des relations conjugales non seulement avant de Recevoir les Sacrements de la Sainte Messe, mais aussi à tous les Jours Saints. Gratien écrit à ce propos,

“Que les époux ne puissent pas légalement se rendre mutuellement le devoir conjugal durant les périodes de prière, Saint Jérôme l'écrit dans un certain sermon, disant: ''Un homme devrait s'abstenir de la Chair de l'Agneau quand il rend le devoir à sa femme. Vous savez, très cher frères, que celui qui désire rendre le devoir à sa femme ne peut se dévouer à la prière, ni ne peut manger la Chair de l'Agneau.'' Aussi: ''Si ceux qui touchaient des femmes ne pouvaient pas manger le Pain de Proposition [qui était le principal signe de la future Eucharistie décrit dans le livre biblique de 1 Sam. 21:4], combien plus ceux qui ne se sont pas retenus des étreintes conjugales devraient-ils se retenir de toucher et violer le Pain Descendu du Ciel? Maintenant, nous ne condamnons pas le mariage, mais quand nous allons manger la Chair de l'Agneau, nous devrions renoncer aux œuvres charnelles.''

“Aussi, [Saint] Augustin, [dans le Sermon ii du cycle Temporal, c'est-à-dire, pour le Deuxième Dimanche de l'Avent]: ''Il faut s'abstenir de l'union conjugal aux solennités des saints. A Noël et aux autres fêtes nous devrions nous abstenir, non seulement de la compagnie des concubines incrédules, mais aussi de nos propres femmes.'' Aussi, [Saint] Ambroise, dans son sermon sur la Venue du Seigneur: ''Les jours de jeûne il faudrait aussi s'abstenir de sa femme. Frères, vous devriez vous abstenir, non seulement de toute impureté, mais vous devriez aussi vous tenir prudemment éloigner de vos propres femmes. Que personne n'ait de relations avec sa femme. Le même, dans le Premier Épître aux Corinthiens [Chapitre 7]: Si une femme est prise pour la procréation des enfants, pas plus d'attention ne doit y être portée. Ce qui est nécessaire pour la conception et l’enfantement montre que l'on peut s'abstenir des œuvres de la chair les jours de fête et de rogation, comme la loi l'exige à ces périodes.''

“Aussi, Augustin, dans son livre Questions sur l'Ancien et le Nouveau Testament, [Question cxxvii], dit: ''Il faut s'abstenir de sa femme à certains jours. Parfois un Chrétien peut légalement approcher sa femme, d'autres fois il ne peut pas. Les jours de rogation et de fête, on ne peut pas légalement l'approcher, parce qu'il faut alors s'abstenir même des choses légales, afin d'implorer et de prier plus facilement. Ainsi l'Apôtre [1 Cor. 7:5] dit que les époux devraient s'abstenir pour un temps par consentement mutuel, pour se consacrer à la prière. Car selon la loi [cf. Is. 58:4], on ne peut pas faire de procès et combattre durant les jeûnes, bien que l'on puisse ensuite.'' Aussi, [Saint] Jean Chrysostome: ''Sans la continence, on ne fait pas vraiment pénitence. Celui qu prétend faire pénitence et se maîtriser par le renoncement à soi-même parle en vain s'il n'abandonne pas la chambre [cf. Joël 2:16] et n'ajoute pas la continence à son jeûne.''

“Aussi, [le Pape Saint] Grégoire, [aux Questions d'Augustin, Évêque des Angles, Réponse 10]: ''Un homme devrait s'abstenir d'entrer à l'église après avoir coucher avec sa femme... Nous ne suggérons pas que le mariage est mauvais, mais parce que les relations conjugales légales ne peuvent avoir lieu sans concupiscence, il faudrait s'abstenir d'entrer dans un lieu sacré... L'union légale de la chair doit être faite pour la recherche de la postérité, par pour la concupiscence, et les rapports charnels pour avoir des enfants, pas pour satisfaire le vice... Mais puisque, dans l'acte de l'union, les hommes sont dominés, non par le désir de procréer un postérité, mais par la luxure, les époux ont quelque chose à regretter dans leur union.''

“Gratien: La suite interdit la célébration de mariage aux jours d'abstinence. Ainsi au Concile de Laodicée [A.D. 363-364, canon 52]: ''Les mariages ou fêtes ne peuvent être célébrés durant le Carême.'' Aussi, du Concile [Concile de Latran de 649] du Pape [Saint] Martin, [canon 48]: ''Les fêtes des martyrs ne peuvent être célébrés durant le Carême, mais une offrande peut être faite en leur mémoire les Samedis et Dimanches. Les mariages ni les fêtes ne peuvent non plus être célébrés durant le Carême.'' Aussi, du Concile de Lérida [A.D. 546]: ''Les Mariages ne peuvent être célébrés de la Septuagésime jusqu'à l'Octave de Pâques, pendant les trois semaines avant la fête de Saint Jean, et de l'Avent jusqu'à l’Épiphanie. Si quelqu'un le fait, qu'il soit séparé [excommunié].'' Aussi, [le Pape Saint] Nicolas, aux questions des Bulgares, [A.D. 866, Lettre 99]: ''Je pense qu'il n'est pas possible de prendre une femme ou d'avoir des festivités durant la saison du Carême.''” (Gratien, Canons sur le Mariage de son Decretum (Édition Vulgate), Cas Trente-trois, Question IV, Partie 1 et 2)

Ainsi, “Aussi souvent que vous venez à l'église et souhaitez recevoir les sacrements du Christ à une fête, observez la chasteté quelques jours avant, afin que vous soyez aptes à approcher l'autel du Seigneur avec une conscience en paix. Pratiquez aussi cela dévotement durant le Carême, même jusqu'à la fin de Pâques, afin que la Solennité de Pâque puisse vous trouver pure et chaste. En effet, un bon Chrétien ne devrait pas seulement observer la chasteté seulement quelques jours avant de communier, [c'est-à-dire, avant qu'il ne reçoive la Sainte Eucharistie] mais il ne devrait jamais connaître sa femme à part pour le désir des enfants. Un homme prend une femme pour la procréation des enfants, pas pour la recherche de la luxure. Même le rite du mariage mentionne cela: 'Pour la procréation des enfants,' il dit. Notez qu'il ne dit pas pour la recherche de la luxure, mais 'pour la procréation des enfants.'

“... Donc, aussi, nous lisons dans l'Ancien Testament que, lorsque les Juifs allaient approcher du Mont Sinaï, il leur a été dit dans l'enseignement du Seigneur:  'Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes,' [Exode 19:15] et: 'S'il y a chez toi un homme qui ne soit pas pur, par suite d'un accident nocturne, et qui aura mangé de la chair de la victime pacifique il sera retranché de son peuple.' [Deut. 23:11; Lev. 7:20] Si après un accident qui nous arrive même inconsciemment nous ne pouvons pas communier [recevoir l’Eucharistie] à moins que la componction et les aumônes ne soient d'abord faites, et le jeûne, aussi, qui peut dire qu'il n'y a pas de péché si nous faisons de telles choses intentionnellement quand nous sommes éveillés?

“... Puisque aucun homme ne veut venir à l'église avec une tunique couverte de boue, je ne sais pas avec quel genre de conscience il ose approcher de l'autel avec une âme souillée par la dissolution. Évidemment, il ne craint pas ce que l'Apôtre a dit: 'Celui qui mangera le pain ou boira le calice du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.' [1 Cor. 11:27] Si nous rougissons et craignons de toucher l'Eucharistie avec des mains sales, nous devrions craindre bien plus de recevoir la même Eucharistie avec une âme polluée. Comme je l'ai mentionné, nous avons été crées en notre âme à l'image de Dieu. Or, si vous mettiez votre image sur une tablette de bois ou de pierre, et que quelqu'un voulait impunément briser cette image avec des pierres ou la salir avec de la boue, je me demande comment vous ne prendriez pas les armes contre lui, je vous demande, si vous êtes si jaloux de votre image qui a été peinte sur une tablette sans vie, quel genre d'injure pensez-vous que Dieu souffre quand Son image vivant en nous est souillée par la dissolution? Par conséquent, si nous ne nous retenons pas pour notre bien, faisons le pour le bien de l'image de Dieu à laquelle nous avons été fait.

“Par-dessus tout, personne ne devrait connaître sa femme quand le Dimanche ou d'autres fêtes approchent. Des précautions similaires devraient être prises aussi souvent que les femmes sont menstruées, car le Prophète dit: 'n'approche pas d'une femme pendant sa souillure.' [Ezech. 18:6] Si un homme est averti que sa femme est dans cette condition mais refuse de se contrôler un Dimanche ou jour de fête, les enfants qui sont alors conçu naîtront lépreux, ou épileptiques, ou voire même démoniaques [c'est-à-dire, il dit qu'il est commun que cela arrive pour de tels époux débridés et lubriques]. Les lépreux naissent généralement, non pas d'hommes sages qui observent la chasteté aux fêtes et autres jours, mais particulièrement de fermiers qui ne savent pas comment se contrôler. Vraiment mes frères, si les animaux sans intelligence ne se touchent pas l'un l'autre excepté à un temps précis et fixé, combien plus les hommes qui ont été crée à l'image de Dieu devraient-ils l'observer? Ce qui est pire, c'est qu'il y a certaines hommes dissolus ou ivrognes qui parfois n'épargnent pas même leurs femmes quand elles sont enceintes. Par conséquent, s'ils n'amendent pas leurs vies, nous devons les considérer comme étant pire que des animaux. C'est à de tels hommes que l'Apôtre s'adresse quand il dit: 'Que chacun de vous sache posséder con corps saintement et honnêtement, Et non dans la passion de la convoitise, comme les Gentils eux-mêmes, qui n'ont point d'espérance.' [1 Thess. 4:4,5] Car pire encore, beaucoup n'observent pas la chasteté requise avec leurs femmes, ils devraient donner des aumônes abondantes, comme je l'ai dit précédemment, et pardonner à tous leurs ennemis. Ainsi, comme nous l'avons mentionné, ce qui est devenu souillé par la dissolution peut être lavé par des aumônes constantes.” (St. Césaire d'Arles, Sermon 44)

Maintenant, donc, quand doit-on commencer à observer la chasteté et la pureté si l'on veut recevoir l'Eucharistie en accord avec les ordonnances de l’Église? La Bible est claire sur ce point dans Le Premier Livre des Rois: “Le prêtre répondit à David et dit: «Je n’ai pas sous la main de pain ordinaire, mais il y a du pain consacré; pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes». David répondit au prêtre et lui dit: «Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti [c'est-à-dire, trois jours au total en ajoutant le jour même où il reçut le pain], et les vases de mes gens sont chose sainte; et si le voyage est profane, pourtant il est sanctifié quant au vase.»” (1 Rois 21:4-6) Ce texte biblique nous montre que les époux doivent être chaste les Vendredis, Samedis, et Dimanches, s'ils veulent recevoir la Très Sainte Eucharistie le Dimanche. Cela signifie qu'ils doivent être chaste deux jours entiers avant la réception de l'Eucharistie, ainsi que complètement chaste toute la journée où ils ont reçu la Sainte Eucharistie.

De même, la réception de la Parole de Dieu et des Dix Commandements par les Israélites dans Le Livre de l'Exode après trois jours de chasteté signifie qu'il y a une nécessité pour tous d'être chastes pendant trois jours afin de recevoir la Parole de Dieu (Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-Même) faite chair dans le Sacrement de la Très Sainte Eucharistie, qui est la vraie manne du Ciel descendue aux yeux de tout le peuple” selon la Saint Écriture. “Et le Seigneur dit à Moïse: Va vers le peuple, et sanctifie-les aujourd’hui et demain, et qu’ils lavent leurs vêtements. Qu’ils soient prêts pour le troisième jour: car le troisième jour le Seigneur descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï.Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, il sanctifia le peuple et ils lavèrent leurs vêtements. Puis il dit au peuple : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes.” Ainsi puisque de nombreux types et figures de l'Ancienne Loi ont été accomplis dans la Nouvelle Loi, de même que dans l'Ancienne Loi il y avait les “pains consacrés” préfigurant l'Eucharistie que l'on pouvait uniquement recevoir “pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes”, de même la Sainte Eucharistie dans la Nouvelle Loi ne peut jamais être reçue sans s'abstenir au moins trois jours avant de l'acte conjugal sexuel, puisque La dignité d’un si grand Sacrement [de l’Eucharistie] exige également que les personnes mariées s’abstiennent du devoir conjugal pour quelques jours précédents la Communion. (Le Catéchisme du Concile de Trente)

La Sainte Écriture reflète encore cet enseignement dans Le Livre de l'Exode et Le Premier Livre des Rois et confirme la pratique d'observer la chasteté pendant trois jours par l'enseignement du Livre de Tobie que l'on ne devrait pas consommer le mariage immédiatement après que l'on se soit marié, mais qu'il faudrait attendre pendant trois jours tout en priant avec ferveur Dieu de bénir leur mariage, “durant ces trois nuits nous serons unis à Dieu, et, après la troisième nuit, nous vivrons dans notre mariage.” (Tobie 8:4) Le Saint Archange Raphaël, agissant comme messager de Dieu, instruit les maris et les femmes de toujours attendre trois jours dans la prière avant de consommer le mariage. “Mais toi, lorsque tu l'auras épousée, étant entré dans la chambre, vis avec elle en continence pendant trois jours, et ne songes à autre chose qu'à prier Dieu avec elle.” (Tobie 6:18)

Ces paroles nous montrent que les époux doivent se souvenir en premier et principalement de leur lien avec le Seigneur et que la partie charnelle ou physique du mariage doit toujours être secondaire. Par cet acte hautement vertueux de s'abstenir de relations conjugales pendant trois jours, le pouvoir du démon sur les couples mariés est sans aucun doute entravé et diminué. La Sainte Écriture conseille donc aux époux d'être “unis à Dieu” pendant trois jours dans la prière avant d'accomplir l'acte conjugal. Non seulement cela, mais aussi que les époux devraient toujours prier Dieu avec ferveur avant chaque acte conjugal et Lui demander de les protéger de tomber dans le péché, et aussi après l'acte conjugal afin de demander à Notre-Seigneur de les pardonner s'ils ont commis un péché durant l'acte. C'est la voie sûre de la crainte de Dieu que tout homme ou femme juste devrait suivre s'il souhaite entrer au Ciel.

Tobie 6:18, 20-22 “[Saint Raphaël dit à Tobie:] Mais toi, lorsque tu l'auras épousée, étant entré dans la chambre, vis avec elle en continence pendant trois jours, et ne songes à autre chose qu'à prier Dieu avec elle. ... La seconde nuit, tu seras admis dans la société des Saints patriarches. La troisième nuit, tu recevras la bénédiction promise à leur postérité, afin qu'il naisse de vous des enfants pleins de vigueur. La troisième nuit passée, tu prendras la jeune fille dans la crainte du Seigneur, guidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passion, afin que tu obtiennes dans tes enfants la bénédiction promise à la race d'Abraham.”

Il est triste de voir que personne aujourd'hui ne semble se soucier de ces promesses ou actions vertueuses qui promettent ces grâces remarquables et merveilleuses dont Notre-Seigneur dit qu'Il bénirait un couple vertueux. On pourrait songer que même un couple mondain ou athée apprécierait la grâce de ne pas recevoir un enfant qui est déformé et qu'ils, s'ils croyaient en Dieu ou étaient avertis de ces promesses, agiraient en accord avec les paroles de la Sainte Écriture; mais à présent ni les “Catholiques” ni les soi-disant Chrétiens ni aucune personne au monde ne se soucient de ces paroles de notre Seigneur qui promet la grâce inestimable de recevoir “des enfants pleins de vigueur”

Tobie 8:4-10 “Et Tobie exhorta la jeune fille, en lui disant: 'Sara, lève-toi, et prions Dieu aujourd'hui, demain et après-demain; durant ces trois nuits nous serons unis à Dieu, et, après la troisième nuit, nous vivrons dans notre mariage. Car nous sommes enfants des saints, et nous ne pouvons pas nous unir comme les nations qui ne connaissent pas Dieu. S'étant donc levés ensemble, tous deux prièrent instamment Dieu de leur accorder la santé. Tobie dit: 'Seigneur, Dieu de nos pères, que le ciel et la terre, que la mer, les fontaines et les fleuves, avec toutes vos créatures qu'ils renferment, vous bénissent! Vous avez fait Adam du limon de la terre, et vous lui avez donné Eve pour compagne. Et maintenant, Seigneur, vous savez que ce n'est point pour satisfaire ma passion que je prends ma sœur pour épouse, mais dans le seul désir de laisser des enfants qui bénissent votre nom dans tous les siècles. Sara dit aussi : Ayez pitié de nous, Seigneur, ayez pitié de nous, et puissions-nous tous deux ensemble arriver à la vieillesse dans une parfaite santé !

Ces trois jours correspondent aussi parfaitement à la passion, mort et résurrection de Notre-Seigneur, qui est le moule auquel tous les Chrétiens doivent se conformer et imiter s'ils veulent être sauvés. “Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? Car nous avons été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous aussi nous marchions dans une vie nouvelle. Si, en effet, nous avons été greffés sur lui, par la ressemblance de sa mort, nous le serons aussi par celle de sa résurrection : sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit, et que désormais nous ne soyons plus esclaves du péché.Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons avec lui, sachant que le Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus sur lui d'empire. Car s'il est mort pour le péché, il est mort une seule fois; et s'il vit, il vit pour Dieu. Ainsi vous-mêmes regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ Notre-Seigneur.  Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, de sorte que vous obéissiez à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché pour être des instruments d'iniquité, mais offrez-vous vous-mêmes à Dieu comme étant vivants, de morts que vous étiez, et offrez-lui vos membres pour être des instruments de justice. Car le péché n'aura pas d'empire sur vous, parce que vous n'êtes pas sous la Loi, mais sous la grâce. Quoi donc! Pécherons-nous, parce que nous ne sommes pas sous la Loi mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas que, si vous vous livrez à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché pour la mort, soit de l'obéissance à Dieu pour la justice? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de la doctrine qui vous a été enseignée.” (Romains 6:3-17)

Le Commentaire de la Bible Douay Rheims explique les versets dans Romains 6:6 de cette manière: Notre vieil homme: Notre nature déchue, soumise au péché et à la concupiscence, que nous tenons d'Adam, est appelée notre vieil homme, car notre nature, régénéré dans et par le Christ, est appelé l'homme nouveau. --- Corps du péché: Les vices et les péchés, qui régnaient alors en nous, sont nommés le corps du péché.

Vraiment, si nous sommes morts au monde, nous vivrons pour toujours avec le Christ. Par conséquent, chaque fois que nous recevrons la Sainte Eucharistie, nous devons être chastes pendant deux jours avant de la recevoir, ainsi que le jour où nous la recevons. Par exemple, si nous voulons aussi la recevoir le Vendredi outre le moment habituel du Dimanche, nous devons être chastes les jours de Mercredi, Jeudi et Vendredi. Alors, si nous décidons de la recevoir le Dimanche, nous devons continuer à être chaste le Samedi et le Dimanche. Ceux, néanmoins, qui choisissent d'accomplir l'acte conjugal le Vendredi, le Samedi ou le Dimanche, sont obligés de s'abstenir de l'Eucharistie ce Dimanche afin que la semaine suivante, ils puissent la recevoir dans un état de parfaite pureté.

Il doit être dit, cependant, qu'aucune personne mariée ne devrait accomplir l'acte conjugal le Vendredi, Samedi ou Dimanche, puisque ces jours signifient la passion, mort, et résurrection de Notre-Seigneur qui est ce à quoi nous devons tous nous conformer si nous souhaitons être sauvés, en mettant à mort notre vieil homme et nature de pécheur, charnel et sensuel, et en étant ressuscité dans le Christ, montant au ciel dans la pureté et la chasteté comme un nouvel homme spirituel qui a été libéré de son ancien Corps du péché: Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d'en haut, où le Christ demeure assis à la droite de Dieu; affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles de la terre: car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ, votre vie, apparaîtra, alors vous apparaîtrez, vous aussi, avec lui dans la gloire. Faites donc mourir vos membres qui sont sur la terre: la fornication, l'impureté, la luxure, les mauvais désirs, et l'avarice, qui est une idolâtrie.” (Colossiens 3:1-5)

La vertu de Chasteté aide les gens à devenir victorieux dans les batailles ou à la guerre selon la Sainte Bible

Les Juifs de l’époque de l’Ancien Testament comprenaient aussi combien la pratique de la chasteté leur serait bénéfique à la fois spirituellement et physiquement et c’est aussi pourquoi c’était la pratique courante de beaucoup de Juifs qui entraient dans la vie militaire (comme nous l’avons vu dans le cas du roi David et de ses hommes) de demeurer chaste et de sanctifier leur vie afin de recevoir la grâce de Dieu pour devenir victorieux dans la bataille. Ce grand et vertueux exemple de chasteté que David et ses hommes pratiquaient en temps de guerre et en tant que soldats au temps de l'Ancien Testament, est trouvé dans Le Premier Livre des Rois (également appelé Premier Livre de Samuel) où le futur Roi David, fuyant le Roi Saül, demande au prêtre Achimélech un peu de nourriture pour soulager sa faim et celle de ses amis.

1 Rois 21:4-6: “Et David dit à Achimélech le prêtre...  « Et maintenant qu’as-tu sous la main? Donne-moi cinq pains dans la main, ou ce qui se trouvera. Le prêtre répondit à David et dit: «Je n’ai pas sous la main de pain ordinaire, mais il y a du pain consacré; pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes». David répondit au prêtre et lui dit: «Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti, et les vases de mes gens sont chose sainte; et si le voyage est profane, pourtant il est sanctifié quant au vase.»”

En effet, Dieu Lui-même a directement ordonné aux Juifs de toujours être purs et chastes quand ils s’engageaient dans une guerre ou une bataille: Quand tu sortiras contre tes ennemis pour un combat, tu te garderas de toute chose mauvaise. S'il se trouve parmi vous un homme qui a été souillé par un songe nocturne, il sortira hors du camp, Et il n'y reviendra point, avant qu'il ne se soit lavé vers le soir, dans l'eau; et après le coucher du soleil il reviendra dans le camp.” (Deutéronome 23, 10-12)

Dans l'Ancien Testament, l'exemple merveilleux de pureté et de chasteté du soldat Urie le Héthéen , dont le nom signifie “ma lumière est Yahweh” ou “flamme de Dieu”, nous montre aussi que la pratique d'être totalement chaste même de sa propre femme était un nécessité pour tout homme dans l'armée. Après que le Roi David ait illégalement mis la femme d'Urie enceinte par un acte de fornication ou adultère, il essaya de faire coucher Urie avec elle puisqu'il lui avait lui-même illicitement fait un enfant. Cependant, Urie refusa de se livrer aux plaisirs sensuels de la chair, nous montrant très clairement par sa réponse à David que c'était un savoir courant que celui de la nécessité pour l'armée de pratiquer une absolue chasteté, et que son acte de s'abstenir de relations sexuelles avec sa femme était un acte qui affectait aussi les autres gens, puisqu'il dit que sa chasteté est lié à “votre salut, et par le salut de votre âme”: “Et Urie répondit à David: L'arche de Dieu, et Israël, et Juda, habitent dans les pavillons, et mon seigneur Joab, et les serviteurs de mon seigneur demeurent sur la face de la terre, et moi j'entrerai dans ma maison, pour manger et boire, et pour dormir avec ma femme? Par votre salut, et par le salut de votre âme, je ne ferai pas cette chose.” (2 Rois 11:11 ou 2 Samuel 11:11)

Quand on se souvient que Dieu a ordonné aux Juifs de toujours pratiquer la chasteté en temps de guerre et en temps de paix, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, dans les cas où ils ont perdu leurs guerres, leur manque de chasteté était la raison principale (même si ce n’est pas la plus grande raison) pour laquelle ils ont perdu leurs batailles et leur indépendance.

Les Croisés Chrétiens pratiquaient aussi la chasteté comme les Juifs, et firent pénitence pour devenir victorieux dans les batailles contre les païens. Plusieurs fois Dieu révéla également par des révélations surnaturelles aux combattants Chrétiens, tout comme Il l’avait fait pour les Juifs, que s’ils n’étaient pas vertueux et purs, ils perdraient les batailles futures. L’ordre des Templiers a été l’un de ces ordres vertueux qui fit solennellement vœux de chasteté et de pureté parfaite, luttant constamment contre le Diable, la chair et le monde d’un côté, et les Hérétiques, Sarrasins, Musulmans ou Infidèles de l’autre. Ils étaient un genre de moines-soldats; une nouvelle race en effet dans le monde Chrétien; et en raison de leur pureté spectaculaire, un petit nombre de Croisés pouvaient vaincre miraculeusement une multitude d’infidèles, qui étaient bien plus nombreux et plus forts qu’ils ne l'étaient eux-mêmes. Ces purs serviteurs du Christ portaient aussi une robe blanche qui signifiait leur pureté intérieure. Dans Histoire des Chevaliers Templiers, par Charles G. Addison, nous lisons les mots suivants à ce sujet: “A tous les chevaliers profès, aussi bien en hiver qu'en été, nous donnons, s’ils peuvent être fournis, des vêtements blancs, afin que ceux qui ont jeté derrière eux une vie sombre puissent savoir qu’ils doivent se recommander eux-mêmes à leur Créateur par une vie pure et blanche. Car qu'est la blancheur si ce n'est une parfaite chasteté, et la chasteté est la sécurité de l’âme et la santé du corps. Et à moins que chaque chevalier ne demeure chaste, il ne pourra parvenir au repos éternel, ni voir Dieu, comme l’atteste l’apôtre Paul: Recherchez la paix avec tous, et la chasteté, sans laquelle nul ne verra Dieu…”

Comme nous l'avons déjà vu par l'exemple de la Sainte Écriture, Dieu a commandé à ceux qui sont en guerre de toujours demeurer chaste pendant leur guerre afin de devenir victorieux. Le Livre de Judith dans la Sainte Bible est un autre grand exemple de comme le peuple Juif fut sauvé de la mort et triompha de ses ennemis à travers la sainte crainte, vertu et chasteté d'une saint femme nommée Judith.

Le livre décrit comment Judith et le peuple Juif furent occupés par une armée païenne et que tout laissait à penser qu'ils allaient être affamés ou massacrés par l'armée ennemie. Dieu, cependant, avait d'autres plans et choisit une femme chaste et vertueuse pour sauver à elle seule le peuple Juif d'une mort certaine.

Judith 15:11 “Car vous [Judith] avez agi virilement, et votre coeur a été affermi, parce que vous avez aimé la chasteté, et qu'après votre mari, vous n'en n'avez pas connu d'autre; c'est pour cela que la main du Seigneur vous a fortifiée, et c'est pour cela que vous serez bénie éternellement.”

Judith 16:26 “Car la chasteté était jointe à sa vertu; en sorte qu'elle n'a pas connu d'homme durant tous les jours de sa vie, depuis qu'est mort Manassé, son mari.”

Comme nous pouvons le voir de ces versets, l'amour et la pratique de la vertu de chasteté n'est pas une pratique vaine ou inutile, mais est en fait une vertu tellement chérit par Dieu qu'Il arrose l'humanité de grâces et d'aides de différentes sortes sans nombres à cause de cela.

Notre-Seigneur nous enseigne aussi dans l’Écriture Sainte du Nouveau Testament qu'une veuve sera plus heureuse si elle ne se remarie pas, tout comme dans le cas de la sainte veuve Judith qui demeura célibataire après la mort de son époux. “Cependant elle sera plus heureuse si, selon mon conseil, elle demeure comme elle est [c'est-à-dire, veuve] : or je pense que j'ai, moi aussi, l'Esprit du Seigneur.” (1 Cor. 7:40) Ce passage nous montre clairement que Dieu désire que les hommes tout comme les femmes demeurent chastes et célibataires après la mort de leur conjoint, et que la vie chaste et vertueuse de tous ceux qui demeurent chastes est “plus heureuse” et aimée de Dieu en comparaison avec ceux qui se remarrient et ont des enfants pour l'amour de Dieu. En réalité, Dieu est infiniment plus honoré par ces âmes qui, pour Son amour, Lui offrent comme holocauste leur pureté et leur chasteté, puisque la vie conjugale est plus sensuelle avec beaucoup de soucis et de préoccupations qui nous éloignent de Dieu et de la perfection.

La Vie de la Bienheureuse Vierge Marie et sa Chasteté et Pureté est sans aucun doute une preuve directe que Dieu aime le chaste et le pure d'un amour spécial, puisque Dieu n'a jamais aimé ni n'aimera jamais quelqu'un d'autre (aussi bien ange que saint) autant qu'Elle. Dans Les Révélations de Sainte Brigitte, Notre-Seigneur révéla explicitement cette vérité au sujet de Notre-Dame dans les termes suivants, “Les anges et les autres saints rendent témoignage que votre amour pour moi a été plus ardent, et votre chasteté plus pure et plus excellente que celle de tous les autres, et elle m’a plu et agréé plus que tout. Votre tête fut comme un or très-reluisant, et vos cheveux comme les rayons du soleil, car votre très-pure virginité, qui est en vous comme le chef des autres vertus, et votre continence de tous les désirs illicites, ont éclaté devant moi, et m’ont singulièrement plu avec l’humilité qui les a toujours accompagnées. C’est pourquoi vous êtes à bon droit appelée Reine, couronnée sur toute la création. Reine à raison de votre pureté, couronnée à raison de votre excellence.” (Les Révélations de Sainte Brigitte, Livre 5, Révélation 4)

En vérité, l'amour et la pratique de la vertu de chasteté font tomber de grandes bénédictions sur l'humanité, et la victoire à la guerre n'est qu'une d'entre elles, comme nous l'avons vu. Trop peu aujourd'hui, néanmoins, sont capables de voir ou d'apprécier la grande valeur de cette vertu angélique.

Le Livre de la Sagesse enseigne que la chasteté est très bénéfique au salut

Le Livre de la Sagesse décrit clairement la différence que l'Ecriture Sainte fait entre les personnes chastes et vertueuses d'un côté, et les personnes charnelles, sensuelles et mondaines de l'autre. La mémoire de la génération chaste est en effet immortelle et “couronnée pour jamais, elle triomphe, après avoir remporté le prix de la victoire dans les combats sans souillure.”

Sagesse 4:1-5 “O combien belle est une génération chaste et glorieuse! car sa mémoire est immortelle, et elle est connue de Dieu et des hommes. Lorsqu'elle est présente on l'imite, et on la regrette lorsqu'elle s'est retirée; couronnée pour jamais, elle triomphe, après avoir remporté le prix de la victoire dans les combats sans souillure [pour la cause de la continence]. Mais la multitude variée des impies ne sera pas utile, et les rejetons bâtards ne donneront pas des racines profondes, et n'établiront pas une tige durable. Et si des rameaux germent dans leur temps, peu solidement plantés, ils seront agités par le vent et déracinés par la violence des vents. Car les rameaux seront brisés avant d'être développés; leurs fruits seront inutiles, amers au goût, et bons à rien.”

Le Commentaire Haydock ajoute les mots suivants à propos du vers 1: “Gloire. La postérité du chaste est heureuse, (Calmet) et honorable: (Haydock) très différente de celle des adultères. (Calmet) --- La chasteté du corps est une grande vertu. (Worthington)”

Le Livre de Tobie enseigne aux époux à pratiquer la chasteté

Une autre grande histoire de vertu et de chasteté trouvée dans l’Écriture de l'Ancien Testament est l'histoire du saint Tobie le jeune dans Le Livre de Tobie. Sans surprise, ce livre est malheureusement absent de la plupart des “bibles” protestantes. Triste à dire, étant contrôlés par le diable et l'impureté, il n'est pas dur de comprendre pourquoi le diable fut autorisé à tromper les protestants pour rejeter ce livre biblique puisque ils sont de si féroces ennemis de toute moralité et pureté sexuelle.

Le Livre de Tobie décrit comment le saint Tobie le jeune reçut le commandement de Dieu Tout-Puissant à travers l'Archange Raphaël de ne jamais accomplir l'acte conjugal pour la luxure et qu'il devrait être guidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passion,” afin qu'il obtienne dans ses “enfants la bénédiction promise à la race d'Abraham”. Tobie, qui était une personne sainte, chaste et vertueuse, consenti bien sûr à cette admonition du Saint Ange Raphaël et répondit à Dieu dans sa prière, Lui disant que: ce n'est point pour satisfaire ma passion que je prends ma sœur pour épouse, mais dans le seul désir de laisser des enfants qui bénissent votre nom dans tous les siècles”, nous montrant ainsi un grand et édifiant exemple de pureté conjugale, et la nécessité pour tous d'accomplir l'acte conjugal dans le seul but de la procréation des enfants et de l'amour de Dieu, s'ils veulent faire parfaitement plaisir à Notre-Seigneur plutôt qu'à leurs propres passions et désirs charnels.

Tobie 6:22; 8:9 “La troisième nuit passée, [après avoir prié Dieu durant trois jours dans la chasteté] tu prendras la jeune fille dans la crainte du Seigneur, guidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passion, afin que tu obtiennes dans tes enfants la bénédiction promise à la race d'Abraham… [Tobie dit:] Et maintenant, Seigneur, vous savez que ce n'est point pour satisfaire ma passion que je prends ma sœur pour épouse, mais dans le seul désir de laisser des enfants qui bénissent votre nom dans tous les siècles.

Tobie 6:16-17 “Alors l'ange Raphaël lui dit [à Tobie]: Écoute-moi, et je te montrerai qui sont ceux sur qui le démon a du pouvoir. Or ceux qui embrassent le mariage de manière qu'ils bannissent Dieu de leur cœur et de leur esprit, et qu'ils s'abandonnent à leur passion, de même que le cheval et le mulet, qui n'ont pas d'intelligence, le démon a pouvoir sur eux.”

Le saint Tobie le jeune approcha son épouse Sara après trois jours de prière et de chasteté, point pour satisfaire sa passion mais dans le seul désir de laisser des enfants, ayant été instruit par l'Archange Raphaël que pour s'engager dans l'acte conjugal il devrai êtreguidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passionafin que tu obtiennes dans tes enfants la bénédiction promise à la race d'Abraham”. Les mots de Notre-Seigneur à propos de la “race d'Abraham” se référent à ceux qui vont être sauvés de l'Enfer par le sang rédempteur du Christ puisque Dieu a solennellement révélé dans le Nouveau Testament que “si vous êtes tous au Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse.” (Galates 3:29) La “bénédiction en enfantant” se réfère évidemment à une abondante bénédiction de la postérité bénie par Dieu pour tous ceux qui accomplissent l'acte conjugal pour le seul motif de la procréation plutôt que pour la satisfaction de leur désir sexuel.

La pratique d'observer la chasteté pendant trois jours après que l'on se soit marié comme la Sainte Bible et l'Eglise nous l'ont toujours dit de faire, est quelque chose que la Sainte Parole de Dieu considère être d'importance vitale, et c'est pourquoi chaque couple devrait suivre l'avis biblique de prier ensemble ou seul dans la chasteté, la pureté et la sainteté pendant trois jours avant de consommer le mariage. En vérité, après qu'ils aient consommer leur mariage, ils devraient aussi continuer cette pratique de prier pendant trois jours avant d'accomplir le moindre acte conjugal puisque Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même a commandé “qu'il faut toujours prier, et ne se lasser jamais.” (Luc 18:1) Les paroles de Notre-Seigneur dans la Bible ne doivent pas être suivies seulement une fois, mais devraient être pratiquées chaque jour même jusqu'à la mort afin de croître en grâce et en vie vertueuse.

Notre-Seigneur parle à travers l'Archange Raphaël, disant: “Mais toi, lorsque tu l'auras épousée, étant entré dans la chambre, vis avec elle en continence pendant trois jours, et ne songes à autre chose qu'à prier Dieu avec elle. … La seconde nuit, tu seras admis dans la société des Saints patriarches. La troisième nuit, tu recevras la bénédiction promise à leur postérité, afin qu'il naisse de vous des enfants pleins de vigueur. La troisième nuit passée, tu prendras la jeune fille dans la crainte du Seigneur, guidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passion, afin que tu obtiennes dans tes enfants la bénédiction promise à la race d'Abraham.” (Tobie 6:18, 20-22)

Notez comment Notre-Seigneur et Dieu dans le biblique Livre de Tobie promet clairement que tous ceux qui prient et s'abstiennent de l'acte conjugal pour trois jours avant d'avoir des relations conjugales recevront les grâces inestimables de recevoir “des enfants pleins de vigueur” la troisième nuit et qu'ils seront admis la seconde “dans la société des saints Patriarches”. L'honneur d'être “admis dans la société des saints Patriarches” veut évidemment dire que ces couples qui n'accomplissent pas l'acte conjugal pour la luxure ou trop souvent et qui sont vertueux et attendent pendant trois jours en accord avec la promesse de l’Écriture Sainte, donneront naissance à un enfant sans difformités ou défauts de naissance. Cela peut être dur à croire pour la plupart, mais c'est vraiment et véritablement ce que l’Écriture Sainte promet et dit.

Cela ne veut pas dire, cependant, que les péchés personnels des parents sont la seule cause pour laquelle des enfants naissent avec des défauts ou des difformités. Il y a aussi d'autres causes pour les défauts d'un enfant décrites dans L’Évangile selon Saint Jean, où les apôtres demandent à Notre-Seigneur la raison pour laquelle un homme était né aveugle: “Et comme il passait, Jésus vit un homme aveugle de naissance; Et ses disciples l'interrogèrent: Maître, qui a péché, celui-ci ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? Jésus répondit: Ni celui-ci n'a péché, ni ses parents, mais c'est pour que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui.” (Jean 9:1-3)

Notre-Seigneur nous dit aussi dans Les Révélations de Sainte Brigitte que le péché et le désordre de la nature produisent les défauts que nous avons tous à endurer: Je suis le Créateur de toutes choses, et toutes les choses qui ont été et qui seront, sont en ma présence; je les vois et les connais; mais bien que je puisse et sache tout, cependant la justice veut je ne fasse pas plus contre la constitution naturelle du corps que je ne le fais contre celles de l’âme. De fait, tout homme subsiste selon la naturelle constitution du corps, qui est de toute éternité en ma prescience. Quant à ce que l’un vit plus qu’un autre, cela provient de la force ou de l'infirmité naturelle, et sa constitution physique. Quant à ce que l’un est boiteux et l’autre aveugle ou quelque autre chose semblable, cela n'est pas dû à ma prescience, puisque je prévois en telle sorte toutes choses, que personne n'est pire à cause de cela, ni ne nuit à personne. De plus, ces choses n'arrivent pas du fait du cours et de la position des éléments célestes, mais du fait d'un de mes principes secrets de justice sur la  disposition et la conservation de la nature, car le péché et l’indisposition de la nature causent de différentes manières la difformité du corps. Partant, cela ne se fait pas parce que je le veux directement, mais parce que je permet que cela arrive par justice. Et bien que je puisse toutes choses, néanmoins, je n'entrave pas la justice. Donc, la raison pourquoi quelqu’un vit plus ou moins est liée à la force ou à la faiblesse de sa constitution physique, telle qu'elle est en ma prescience, laquelle est inviolable.” (Les Révélations de Sainte Brigitte, Livre 2, Chapitre 1)

Il est en effet très triste de voir qu'aucune personne aujourd'hui, aussi bien mariée que célibataire, ne semble se soucier de ces merveilleuses, vertueuses promesses et actions de chasteté et de pureté de l'Ecriture Sainte et que si peu de personnes essayent vraiment de pratiquer l'une de ces actions vertueuses que nous venons juste de voir et de lire, qui produiront ces grâces remarquables et merveilleuses de Notre-Seigneur, grâces dont Il a promis qu'Il bénirait un couple vertueux et sa postérité. On pourrait songer que même un couple mondain ou athée apprécierait la grâce de recevoir un enfant qui est sain et sans difformité et qu'ilss'ils croyaient en Dieu ou étaient avertis de ces promessesagiraient en accord avec les paroles de la Sainte Écriture; mais à présent ni les “Catholiques” ni les soi-disant Chrétiens ni aucune personne au monde ne se semble se soucier de ces paroles de notre Seigneur qui promet la grâce et la bénédiction inestimable de recevoir un enfant saint libre de tout ou défaut ou difformité de naissance, et l'honneur d'être admis “dans la société des saints Patriarches.”

Les paroles du Livre de Tobie nous montrent aussi que les époux doivent se souvenir en premier et principalement de leur lien avec le Seigneur et que la partie charnelle ou physique du mariage doit toujours être secondaire. En vérité, “les femmes mariées qui ont observé la fidélité mutuelle et qui n'ont rien connu en dehors d'elles-même ni rien accepté en elles-mêmes [c'est-à-dire, de plaisir sexuel] si ce n'est pour le désir d'enfants, si elles donnent continuellement des aumônes et observent les préceptes de Dieu autant qu'elles le peuvent, mériteront joyeusement d'être associées à saint Job, Sara, et Susanne, ainsi qu'avec les Patriarches et les Prophètes.” (Saint Césaire d'Arles, Sermon 6:7, 6ème siècle)

En pratiquant cet acte hautement vertueux de s'abstenir de relations conjugales pendant trois jours, le pouvoir du diable sur les couples mariés est sans aucun doute entravé et diminué. La Sainte Écriture conseille donc aux époux d'être “unis à Dieu” pendant trois jours dans la prière avant d'accomplir l'acte conjugal. Non seulement cela, mais aussi que les époux devraient toujours prier Dieu avec ferveur avant chaque acte conjugal et Lui demander de les protéger de tomber dans le péché, et aussi après l'acte conjugal afin de demander à Notre-Seigneur de les pardonner s'ils ont commis un péché durant l'acte. C'est la voie sûre de la crainte de Dieu que tout homme ou femme juste devrait suivre s'il souhaite entrer au Ciel.

St. Augustin, Du Mariage et de la Concupiscence, A.D. 419: “Celui qui possède son corps (c'est-à-dire, sa femme) avec cette intention de cœur, [c'est-à-dire, pour la procréation des enfants] ne le possède certainement pas dans la ''maladie du désir,'' comme les Gentils qui ne connaissent pas Dieu, mais dans la sanctification et l'honneur, comme des croyants qui espèrent en Dieu. En effet, l'homme use du mal de la concupiscence, et n'est pas vaincu par lui, lorsqu'il réprime et enchaîne sa rage, comme cela arrive dans les élans impétueux et désordonnés, et qu'alors il la contrôle et l'applique à la génération charnelle des enfants dans le but d'être régénéré spirituellement, jamais pour soumettre l'esprit au honteux esclavage de la chair. Que les saints pères des temps anciens après et avant Abraham, auxquels Dieu témoigna qu'ils ''Lui étaient agréables'', usaient ainsi de leurs femmes, il n'est permis à aucun Chrétien d'en douter, puisqu'il était permis à certains individus parmi eux d'avoir plusieurs femmes, et la raison en était la multiplication de leur postérité, pas le désir de varier les voluptés.” (Livre 1, Chapitre 9 – Cette Maladie de la Concupiscence dans le Mariage n'est pas une Question de Volonté, Mais de Nécessité [pour la Procréation des Enfants])

La Sainte Parole de Dieu est claire. Les époux doivent s'engager dans l'acte conjugal guidé bien plus par le désir d'avoir des enfants que par la passion. Ils doivent aussi pratiquer la chasteté de temps en temps (Ecclésiaste 3:5; 1 Corinthiens 7:5)

Par la grâce de Dieu, ne nous laissons plus jamais aller à vivre comme des païens ou des infidèles qui ne recherchent que des manières de satisfaire leur chaire et le monde et autres, mais efforçons nous plutôt de satisfaire Dieu notre Père céleste et notre nature spirituel; et c'est aussi pourquoi nous tous, (aussi bien mariés que célibataires) qui sommes ressuscités avec le Christ de la mort, et de notre ancienne nature pécheresse, devons laisser derrière toute forme de sensualité et d'impureté, et à la place chercher et embrasser Notre-Seigneur dans la pureté de cœur et de corps, désirant ce qui est en haut, et les choses élevées et spirituelles. “Je vous dis donc, et je vous conjure par le Seigneur de ne plus marcher comme les gentils, qui marchent dans la vanité de leurs pensées, Qui ont l'intelligence obscurcie de ténèbres, entièrement éloignés de la vie de Dieu, par l'ignorance qui est en eux, à cause de l'aveuglement de leur cœur; Qui, ayant perdu tout espoir, se sont livrés à l'impudicité, à toutes sortes de dissolutions, à l'avarice. Pour vous, ce n'est pas ainsi que vous avez été instruits touchant le Christ.” (Éphésiens 4:17-20)

Contrairement au monde d'aujourd'hui, Saint Augustin, écrivant Du Bien de la Viduité vers l'A.D. 414, décrit l'état d'esprit pure des Saints Juifs et Patriarches pendant l'ère de l'Ancien Testament, nous disant comment ils auraient choisi une vie de chasteté perpétuelle plutôt que la vie conjugal s'ils avaient eu la possibilité d'avoir des enfants autrement que par des relations sexuelles: “Différente était la dispensation des saintes femmes des temps des Prophètes, car il ne faut pas oublier que ce n'était point la concupiscence qui les poussait au mariage, mais l'obéissance; ne devaient-elles pas travailler à la propagation du peuple de Dieu, d'où devaient sortir les Prophètes du Christ? Ce peuple lui-même, au sein duquel, qu'il le sût ou non, tout arrivait en figure, était-il autre chose que le Prophète de Jésus-Christ, devant lui fournir la Chair dont son humanité serait formée?... Dans le mariage des saintes femmes, ne voyez donc aucunement le désir des jouissances, mais la pieuse ambition de devenir mères; aussi peut-on croire avec justice qu'elles auraient fui toute relation conjugale, si elles avaient pu obtenir une postérité par un autre moyen. D'un autre côté, la pluralité des femmes était permise aux hommes; mais il est évident que cette concession avait pour but, non pas de favoriser la concupiscence de la chair, mais de faciliter la multiplication des familles. En effet, si la pluralité des femmes était permise aux hommes, la pluralité des hommes était interdite aux femmes; en ce que n'augmentant pas la fécondité, elle n'était propre qu'à les couvrir de honte.” (St. Augustin, Du bien de la Viduité, Section 10)

Le Livre du Lévitique commande aux époux de pratiquer la chasteté durant la période d'infertilité et de menstruation de la femme sous peine de mort, nous montrant ainsi que Dieu veut que les personnes mariées pratiquent la chasteté pendant cette période de temps

Le chemin de la perfection dans l'acte conjugal est celui où les conjoints n'accomplissent l'acte qu'avec la seule intention et espérance de concevoir des enfants. Cela signifie que les époux doivent être chastes durant la période mensuelle d'infertilité de la femme et lorsqu'elle est enceinte.

Nous lisons dans l'Ancien Testament que Dieu avait interdit même aux mariés d'accomplir l'acte conjugal durant le cycle infertile mensuel de la femme: “Une femme, qui au retour du mois éprouve un écoulement de sang, sera séparée pendant sept jours.” (Lévitique 15:19) Le Commentaire Haydock explique: “Jours, non seulement séparée du camp, mais de la compagnie des hommes.” Aussitôt qu'une femme montrait des signes d'infertilité (menstruation), les rapports sexuels devaient cesser jusqu'à la cessation du flux de sang et qu'elle redevienne fertile: “Tu ne t'approcheras point de la femme qui a ses mois, et tu ne révéleras point son impureté.” (Lévitique 18:19) Le Commentaire Haydock ajoure: “Saint Augustin estime que cette loi est toujours en vigueur. [Sur Lev. 20:18] Cette intempérance fut par une loi positive déclarée une offense mortelle des Juifs.” Cela nous montre clairement que Dieu ne veut pas que les conjoints accomplissent l'acte conjugal durant cette période.

Le fait de s'abstenir de relations sexuelles pendant la période de menstruation ou de grossesse de la femme et les jours de restriction ultérieurs a été pratiquement oublié par la plupart des gens d'aujourd'hui. Observer la période de restriction de l'activité sexuelle ne fait pas que diminuer les tentations et péchés sexuels, mais cela place aussi une femme dans sa période fertile lorsqu'il est le plus avantageux pour la conception d'avoir lieu. Cela aide à accomplir le commandement originel de Dieu  “Soyez féconds, multipliez,” un commandement qui n'est clairement pas observé par de nombreuses personnes aujourd'hui. Ainsi, le sage commandement de Dieu pour les femmes et les hommes est de n'avoir aucune communication l'un avec l'autre durant cette période de séparation.

Le cycle menstruel d'une femme est d'environ 28 jours et la phase menstruelle est d'environ 5 jours. Ajouter 7 jours après la phase menstruelle en accord avec la parole de Dieu dans la Bible signifierait que les hommes et les femmes devraient demeurer chastes pendant au moins 12 des 28 jours durant le cycle menstruel naturel de la femme.

De bons maris et femmes n'ont pas de relations sexuelles chaque fois que leur concupiscence débridée le désire, mais seulement à des moments prescrits à cet effet et lorsque cela est nécessaire. Le guide des bons et pieux maris et femmes sont donc leur conscience et la raison plutôt que leur concupiscence débridée, égoïste. “Il y a un temps fixé pour tout, un temps pour toute chose sous le ciel. Un temps pour naître, et un temps pour mourir. Un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté. Un temps pour tuer, et un temps pour guérir. Un temps pour abattre, et un temps pour bâtir. Un temps pour pleurer, et un temps pour rire. Un temps pour se lamenter, et un temps pour danser. Un temps pour jeter des pierres, et un temps pour en ramasser. Un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes.” (Ecclésiaste 3:1-5)

La phrase “Un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes.” se réfère à l'acte conjugal. Le Commentaire Haydock explique: “Ver. 5 Étreintes. La continence était parfois prescrite aux personnes mariées, Lévitique xx. 18., et 1 Corinthiens vii. (St. Jérôme) (St. Augustin, Enchiridion 78) (Calmet.)” Cela nous montre qu'il faut parfois s'abstenir complètement de l'acte conjugal et non pas s'y engager chaque jour comme le monde malfaisant et immoral l'enseigne. Comme déjà dit, l'une des raisons de s'abstenir de l'acte conjugal est afin de cultiver la vertu et la chasteté. C'est important à faire de temps en temps, car les personnes qui ont souvent des relations sexuelles sont plus susceptibles d'être asservies par ce plaisir et de tomber dans le péché sexuel. “Le rôle de la loi est de nous délivrer d'une vie dissolue et toutes voies désordonnées. Son but est de nous guider de l'iniquité à la justice, de sorte qu'elle voudrait nous rendre tempérants dans le mariage, dans la génération des enfants, et dans notre comportement en général.” (St. Clément d'Alexandrie, Stromates ou Écrits Divers, Livre III, Chapitre VI, Section 46, écrit entre l'A.D. 198-203)

Les personnes qui n'essayent jamais de contrôler leur concupiscence et qui laissent leurs tentations errer librement—les satisfaisant chaque fois que cela leur plaît—ont autorisées leur concupiscence à devenir leur “dose”. Les personnes qui agissent de cette manière sont devenues des adorateurs de ce plaisir charnel passager et y ont augmenté leur attache. De telles personnes doivent être très prudentes à propos d'elles-mêmes, car lorsqu'elles meurent et sont convoquées devant le trône de Notre-Seigneur Jésus-Christ, leur destinée éternelle sera fixée selon ce qu'elles ont le plus aimé dans cette vie: Notre-Seigneur et Son Amour, ou elles-mêmes et leur concupiscence débridé, égoïste. Si elles se sont aimées elles-mêmes et leur concupiscence plus qu'elles n'ont aimées le Seigneur, elles ne seront pas sauvées. C'est seulement en Enfer que de nombreux conjoints regretteront de n'avoir jamais pensé à contrôler leur concupiscence ou de n'avoir jamais eu de relations aux temps et aux saisons appropriés. En vérité, “il y'en a d'autres qui ont été absorbés par le mariage et qui ont assouvis leurs désirs... et, comme dit le prophète, sont devenus ''semblable aux bêtes'' [Ps. 48:13].” (St. Clément d'Alexandrie, Stromates ou Écrits Divers, Livre III, Section 67)

Si nous prétendons que nous ne sommes plus des païens, mais pourtant que nous agissons de la même manière qu'eux, satisfaisant notre chair et le monde à chaque occasion, comment ne pourrions pas nous tenir condamnés devant Notre-Seigneur au terrible jour du Jugement? “Et vous, il vous a vivifiés, lorsque vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, Dans lesquels autrefois vous avez marché, selon la coutume de ce monde, selon le prince des puissances de l'air, de l'esprit qui agit efficacement à cette heure sur les fils de la défiance, Parmi lesquels nous tous aussi nous avons vécu, selon nos désirs charnels, faisant la volonté de la chair et de nos pensées; ainsi nous étions par nature enfants de colère comme tous les autres; Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, par le grand amour dont il nous a aimés, Et lorsque nous étions morts par les péchés, nous a vivifiés dans le Christ (par la grâce duquel vous êtes sauvés), Nous a ressuscités avec Lui, et nous a fait asseoir dans les cieux en Jésus-Christ; Pour manifester dans les siècles à venir les richesses abondantes de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus.” (Éphésiens 2:1-7)

Les relations conjugales légales dans la Bible sont décrites comme une cause d'impureté

Dans le livre du Lévitique, l'infaillible Parole de Dieu décrit comment même les relations conjugales légales entre mari et femme les rendent impures ou souillés, décrivant donc l'acte conjugal comme une cause d'impureté en soi, et non comme quelque chose de “saint” ou “bon”, comme de nombreuses personnes de nos jours se leurrent elles-mêmes dans cette croyance.

Lévitique 15:16-18,24 “Un homme qui a usé du mariage, lavera dans l'eau tout son corps, et sera impur jusqu'au soir. Il lavera dans l'eau le vêtement et la peau qu'il avait sur lui, et elle sera impure jusqu'au soir. La femme dont il se sera approchée sera lavée dans l'eau, et elle sera impure jusqu'au soir. … Si un homme s'approche d'elle dans le temps de ses mois, il sera impure pendant sept jours; et tout lit sur lequel il dormira sera souillé.”

Le Commentaire de la Bible Douay-Rheims explique ainsi Lévitique 15: “Ces impuretés légales furent instituées dans le but de donner au peuple une horreur des impuretés charnelles.”

Comme nous pouvons le lire de ces versets de la Sainte Écriture, Dieu qualifie même les relations conjugales légales comme une cause de souillure et d'impureté entre un mari et une femme et ordonne que les deux soient considérés comme impurs le jour où ils ont des relations conjugales. Le Lévitique interdit aussi à l'homme de voir sa femme pendant son cycle menstruel infertile, diminuant donc les tentations des deux côtés. “Une femme, qui au retour du mois éprouve un écoulement de sang, sera séparée pendant sept jours.” (Lévitique 15:19)

Cependant, personne ne doit penser que l'acte conjugal est mauvais ou impure en et de soi d'un point de vue moral quand il est accompli au nom de la procréation, mais plutôt qu'après la chute, la volonté ou intention humaine cède presque toujours plus ou moins à la concupiscence et à la satisfaction personnelle. Saint Augustin l'explique ainsi: “Je ne dis pas que l'union nuptiale c'est-à-dire, l'union dans le but [ou motif] de faire des enfants est mauvaise [ou peccamineuse], en réalité, j'affirme que c'est bon. Mais...Si les hommes étaient soumis au mal de la concupiscence à un point tel que l'honnêteté du mariage avait disparue [comme dans le cas de la plupart des hommes et femmes aujourd'hui], tous sans distinction auraient des rapports conjugaux [par des actes sexuels concupiscents contre nature et excessifs], à la manière des chiens...” (Contre Julien, Livre III, Chapitre 7:16, A.D. 421)

La principale raison pour laquelle la Sainte Écriture définit l'acte conjugal comme une cause de souillure et d'impureté est parce que l'acte sexuel est si puissant à donner aux gens des pensées et désirs impudiques—en implantant et souillant l'esprit avec des désirs impies sans nombres. Bien que l'acte conjugal accompli pour le motif de la procréation est un acte légal, l'acte souille quand même l'esprit en lui donnant toutes sortes de sentiments, images ou pensées impudiques, en plus d'intoxiquer les époux par la drogue du plaisir sexuel, et c'est aussi pourquoi la Sainte Bible commande à tous les époux qui ont accomplis l'acte conjugal de se considérer comme impures, pour qu'ils puissent recourir à l'aide de Notre-Seigneur dans le but de vaincre leurs passions, tentations et pensées qui naissent comme conséquence de l'acte conjugal.

Saint Thomas d'Aquin confirme cette vérité des défauts de l'acte conjugal après la chute, enseignant que “l'intensité de la délectation absorbe la raison à un tel point, que, ... elle ne peut alors se livrer à aucune opération intellectuelle [comme dans le cas d'une intoxication due à la prise de drogues]... l'usage du mariage est toujours une faute et un péché, si les époux n'ont pas l'intention d'avoir des enfants...” (Somme Théologique, Supplément, Q. 49, Art. 1, 5) C'est aussi pourquoi Saint Paul averti ceux qui vont se marier et accomplir l'acte conjugal sexuel qu'ils “auront les tribulations de la chair”: “Cependant, si tu prends une femme, tu ne pèches pas; et si une vierge se marie, elle ne pèche pas. Toutefois ces personnes auront les tribulations de la chair. (1 Corinthiens 7:28)

Le seul couple qui ait accompli l'acte conjugal sans ce mal de la concupiscence était les parents de Notre Bienheureuse Dame au moment où ils La conçurent, car Notre-Seigneur les protégea surnaturellement de ressentir toute concupiscence afin qu'ils ne puissent pas transmettre le péché originel à Notre-Dame, qui deviendrait la Mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ. C'est pourquoi Marie fut préservée du péché originelle dès le premier instant de sa conception dans le sein de sa mère. Chaque enfant serait né sans le péché originel si Adam et Eve n'avaient pas péchés. De là nous pouvons comprendre pourquoi il est très important pour les parents de combattre contre la recherche de l'auto-satisfaction dans le but de faire descendre d'abondantes bénédictions et grâces du Ciel sur eux et leurs enfants. Les yeux et les grâces spéciales de Dieu sont toujours sur les purs et les bons qui refusent de se livrer aux plaisirs illégaux au sein et en dehors du mariage, et c'est pourquoi il est d'importance vitale d'enseigner ce sujet de la chasteté à tous les hommes, puisque selon les Saints la luxure sous toutes ses formes est la plus grande cause pour laquelle les gens, au final, sont damnés: Le Seigneur connaît les jours des hommes sans souillure, leur héritage sera éternel.” (Psaume 36:18)

A SUIVRE

Voir aussi :

Populaire
http://www.prophecyfilm.com/french/
Livres et videos gratuits
FREE DVDs & VIDEOS
WATCH & DOWNLOAD ALL OUR DVDs & VIDEOS FOR FREE!