La Bible réfute le protestantisme et prouve l'enseignement catholique

Cet article contient le contenu utilisé des auteurs: Frère Peter Dimond et Frère Michael Dimond de Monastère de la Sainte Famille / www.la-foi.fr

  • Le protestantisme réfuté : PREUVE PAR LA BIBLE DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ET DE LA FOI CATHOLIQUE !
  • PREUVE DE LA CONFESSION ET du pardon des péchés par des hommes dans l'église par la grâce et la puissance de Jésus-Christ. Ce que nients les protestants, mais la Preuve ICI est indéniable !
  • PREUVE de l'Eucharistie, DE LA TRANSSUBSTANTIATION !
  • SOLA SCRIPTURA OU "Bible seule" des protestants comme étant biblique contredite, et ne se trouve nulle part dans la Bible !
  • PREUVE DE LA FOI ET DES ŒUVRES nécessaires pour le salut, la foi seule réfutée par JACQUES 2 ! L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE n'a jamais dit que tout homme peut AVOIR LA FOI OU DES ŒUVRES PAR L'AIDE DU SAINT-ESPRIT, mais que nous devons REPONDRE A LA VOIX DU SAINT-ESPRIT ET QUE N'EST PAS AUTOMATIQUE POUR NOUS ! LE CHOIX EST NIÉ dans la foi seule des protestants !
  • Réfutation de : une fois sauvé toujours sauvé OU la sécurité éternelle du protestantisme ! Toute la Bible est un témoignage CONTRE CETTE DOCTRINE !
  • Prières des saints MORTS POUR L'HUMANITÉ, MAIS VIVANTS PROUVEES ! UN SAINT NE PEUT FAIRE QUOI QUE CE SOIT PAR SA PUISSANCE MAIS DIEU répond aux justes morts dans le Christ comme LA BIBLE LE PROUVE !
  • PREUVE DE LA PRATIQUE CATHOLIQUE DES RELIQUES ! L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE N'A JAMAIS APPELE une reliqueSURNATURELLE elle-même sans l'aide de Dieu !
  • L'utilisation des images et des statues pour le culte dans la Bible ! Si Dieu peut faire des statues qui ne sont pas Lui, mais des ANGES DANS LE BUT DE L'ADORER, les catholiques N'ADORENT-ILS PAS lorsqu'ils font ce que Dieu permet ? Les protestants appelle donc DIEU UN TROMPEUR !
  • LES DIX COMMANDEMENTS
  • LES ÉCRITURES deutérocanoniques du Nouveau Testament infirment la Bible protestante !
  • PREUVE DU PURGATOIRE ! Un état de souffrance et de pardon après la mort
  • Le caractère unique de Marie comme la Mère de Dieu. Elle est la mère de Dieu, mais les PROTESTANTS LA TRAITENT COMME TOUTE FEMME. Quelle honte et irrespect contre le Christ !
  • La Bible enseigne que Jésus est réellement présent dans l'Eucharistie

  • Le fondement biblique de la prière à Marie et pour l'enseignement catholique sur Marie

  • La Bible enseigne que Jésus a fait de Saint-Pierre le premier pape

  • La justification par la foi seule et la sécurité éternelle réfutée par la Bible

  • La Bible enseigne la confession à un prêtre

  • La Bible enseigne à prier et vénérer les saints

  • La Bible enseigne la régénération baptismale et que le baptême est nécessaire au salut

  • La preuve pour le baptême des enfants

  • Le baptême ne doit pas être par immersion

  • La Bible enseigne le Purgatoire

  • La Bible n'enseigne pas Sola Scriptura (l'Écriture seule)

  • QUELQUES FAITS AU SUJET DE MARTIN LUTHER, l'initiateur du «christianisme» PROTESTANT

  • 25.000 différentes confessions non catholiques - LE CHAOS DOCTRINAL, mauvais FRUIT DE LA RELIGION DE L'HOMME MALADE

Le protestantisme réfuté : PREUVE PAR LA BIBLE DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ET DE LA FOI CATHOLIQUE !

L'Eglise et la foi catholique est le seul christianisme qui a commencé l'année 33 après JC et est la seule église originele et visible à partir du Christ. L'Eglise catholique a compilé la Bible et la propagation du christianisme dans le monde entier, et selon les protestants, le Christ a utilisé une fausse église pour répandre ses paroles partout dans le monde depuis 1500 ans ? Ceci, évidemment, est ridicule pour toute personne de bonne volonté, mais comme ce monde ne contient que peu de ces personnes, plus de preuves sont nécessaires.

" Je crains que cela soit un problème difficile à casser pour les protestants, à savoir : que si l'on admetttait que les œuvres distinctes composant le Nouveau Testament existant maintenant, étaient depuis des siècles telles qu'on ne les trouve pas tout à fait en un seul volume, et n'avaient pas été obtenues par des multitudes de chrétiens, elles seraient tout à fait inconnues pour beaucoup dans différentes parties du monde. " (Où nous avons la Bible, p. 29)

Parfois, les gens qui semblent être l'administration de l'Église catholique, les gens qui semblent occuper des postes de pouvoir dans l'Église catholique, peuvent être corrompus (mais en fait ne le sont pas car ils seraient hérétiques) comme dans le cas de l'hérésie arienne au 4ème siècle, quand environ 98% des sièges épiscopaux, c'est-à-dire les évêques visibles ont été dépassés par les ariens, et le petit troupeau de fidèles catholiques qui n'ont pas apostasié de la foi catholique ont été gravement persécutés pour leur foi, et aussi dans le cas de certains papes qui sont tombés dans l'immoralité et des mauvais enseignements, et beaucoup qui seraient maintenant dans l'hérésie, mais encore se diraient catholiques. Cependant, la foi catholique est juste, et l'apostasie ou l'hérésie de ces personnes n'affecte pas l'Eglise catholique. Tout simplement parce que certaines personnes se disent catholiques, cela n'en fait pas des catholiques. Dans ce triste exemple de l'histoire humaine, il y a maintenant environ 20 000 sectes protestantes qui toutes se contredisent sur ​​des points de doctrine essentiels. Cela prouve à toute personne de bonne volonté qu'au moins 19 999 sectes doivent être erronées si nous suivons la simple logique. Le protestantisme était impensable même pour ses fondateurs depuis qu'ils ont tous commencé comme catholiques qui ont alors apostasié. Le vrai christianisme a commencé en 33, pas au 16ème siècle ou plus tard. Cette réfutation du protestantisme devrait être étendue aux deux, protestants et catholiques. Pour les protestants, afin de les sauver de leurs erreurs, leur faire prendre conscience qu'ils ont menti, et les attirer à la vraie foi catholique ; aux catholiques pour qu'ils se sentent en sécurité dans leur foi et soient en mesure de réfuter les hérétiques lorsque l'occasion se présente.

1 Pierre 3, 15 : Mais sanctifiez le Seigneur Christ dans vos cœurs, étant toujours prêts à satisfaire tous ceux qui vous demande raison de l'espérance qui est en vous.

PREUVE DE LA CONFESSION ET du pardon des péchés par des hommes dans l'église par la grâce et la puissance de Jésus-Christ. Ce que nients les protestants, mais la Preuve ICI est indéniable !

Jean 20, 21: Alors Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Et quand il eut dit cela, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit : ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront pardonnés, et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.

Ces versets ci-dessus sont également une grande preuve contre la foi des «orthodoxes», car ils nient que l'Esprit procède à la fois du Père et du Fils, divisant ainsi la Divinité, en faisant des parties différentes l'une de l'autre, alors qu'en fait ils sont tous aussi puissants. Ils commettent donc un blasphème et ces versets sont une preuve suffisante pour tout bonne personne "orthodoxe" pour voir qu'ils sont hérétiques et schismatiques et sur la route de l'enfer !

Matthieu 16, 18 : Et je te dis que tu es Pierre, et sur ​​cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

Matthieu 9, 2-8 : Et voici, on lui amena un homme paralytique, couché sur un lit, et Jésus, voyant leur foi dit au paralytique : mon fils, aie confiance, tes péchés te sont pardonnés. Et voici, quelques scribes dirent au dedans d'eux : Cet homme blasphème.

Et Jésus, connaissant leurs pensées, dit : Pourquoi ce mal dans vos cœurs ? Est-il plus facile de dire, tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, et marche ? Mais pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, (puis il dit au paralytique), Lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. Et il se leva, et s'en alla dans sa maison. Mais Quand la foule vit cela, elle fut saisie de crainte, et glorifia Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

2 Corinthiens 5, 18 : Et toutes choses sont de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Dieuréconciliait le monde avec lui-même dans le Christ, ne leur imputant pas leurs fautes, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Maintenant alors nous sommes des ambassadeurs pour le Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom du Christ : Soyez réconciliés avec Dieu.

Jésus-Christ a dit : «Celui qui n'entend pas l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain». Et il dit encore : «Il y aura un seul troupeau et un seul pasteur», et Il a fait Saint-Pierre le berger en chef de son troupeau.

PREUVE de l'Eucharistie, DE LA TRANSSUBSTANTIATION !

Jean 6, 52-56 : Les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger. Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Qui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui.

1 Cor. 11, 26-29 : Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Qu'ainsi chacun s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe. Carr celui qui mange et boit, mange et boit un jugement contre lui-même, s'il ne discerne le corps du Seigneur. C'est pour cela que plusieurs sont faibles et malades parmi vous, et beaucoup sont morts.

Si c'est juste du pain, alors comment se fait-il qu'il puisse rendre les gens malades ? Et pourquoi Jésus n'a pas corrigé les nombreuses personnes qui l'ont laissé quand il a prêché ce message "dur" d'aavoir à manger son corps et à boire son sang ? La plupart des gens l'ont laissé, selon les évangiles, et pourtant il n'a rien fait pour corriger leur compréhension !

SOLA SCRIPTURA OU "Bible seule" des protestants comme étant biblique contredite, et ne se trouve nulle part dans la Bible !

2 Thessaloniciens 2, 15 : C'est pourquoi, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, ou par notre épître.

Matthieu 18, 15-18 : Mais si ton frère a péché contre toi, va et dis lui sa faute entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. Mais s'il ne t'écoute pas, prends avec toi un ou deux pour que dans la bouche de deux ou de trois témoins toute parole soit établie. Et s'il refuse de les écouter, dis-le à l'Église, mais s'il refuse aussi d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain. En vérité, je vous le dis, ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans les cieux.

Jean 21, 25 : Et il y a aussi beaucoup d'autres choses que Jésus a faite, qui, si elles devaient être écrites, je crois que le monde même ne pourrait contenir les livres qu'on écrirait. Amen.

PREUVE DE LA FOI ET DES ŒUVRES nécessaires pour le salut, la foi seule réfutée par JACQUES 2 ! L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE n'a jamais dit que tout homme peut AVOIR LA FOI OU DES ŒUVRES PAR L'AIDE DU SAINT-ESPRIT, mais que nous devons REPONDRE A LA VOIX DU SAINT-ESPRIT ET QUE N'EST PAS AUTOMATIQUE POUR NOUS ! LE CHOIX EST NIÉ dans la foi seule des protestants !

Jacques 2, 19-26 : Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien, les démons le croient aussi, et ils tremblent. Mais ne sais-tu pas, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est morte ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres, lorsqu'il offrit son fils Isaac sur l'autel ? Ne vois-tu pas que la foi agissait avec ses oeuvres, et par les oeuvres la foi fut rendue parfaite ? Et l'écriture a été accomplie qui dit : Abraham crut en Dieu, et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé ami de Dieu. Vous voyez comment l'homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seule. De même Rahab, la prostituée, ne fut-elle pas justifiée par les oeuvres, lorsqu'elle reçut les messagers et qu'elle les fit partir par un autre chemin ? Car comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte.

1 Cor. 13, 1-3 : Si je parle dans les langues des hommes et des anges, mais que je n'ai pas l'amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Si j'avais le don de prophétie et toute la connaissance de tous les mystères, et si j'avais une foi qui peut déplacer des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. Quand je distriburais tous mes biens aux pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas l'amour, je n'y gagne rien.

1 Cor. 13, 13 : Et maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance et l'amour. Mais le plus grand des trois est l'amour.

Si la foi seule sauve, comment l'amour peut-être le plus grand ?

Cela montre que la foi et les œuvres sont nécessaires au salut (Jacques 2, 19-26) (Romains 2) (Matthieu 25) et que nous ne sommes pas justifiés par la foi seule. (Jacques 2, 24) (Matthieu 7, 19-23)

Réfutation de : une fois sauvé toujours sauvé OU la sécurité éternelle du protestantisme ! Toute la Bible est un témoignage CONTRE CETTE DOCTRINE !

Luc 8, 11 : Maintenant voici ce que signifie cette parabole : La semence, c'est la parole de Dieu. Celles au bord du chemin sont ceux qui entendent, puis le diable vient, et enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés. Celles sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent, reçoivent la parole avec joie, et ceux-ci n'ont pas de racine, qui croient pour un temps, et tombent au temps de la tentation. Et celles qui sont tombées parmi les épines, ce sont ceux qui, quand ils ont entendu la parole, la reçoivent, mais l'étouffent par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent pas de fruit à la perfection. Mais ce qui sont sur la bonne terre, ce sont ceux qui dans un coeur honnête et bon, ayant entendu la parole, la gardent, et portent du fruit avec patience.

Matthieu 7, 21 : Ce n'est pas ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? et en ton nom chassé les démons ? et en ton nom fait beaucoup de miracles ? Et Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous connais pas : éloignez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. Ainsi, quiconque entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, je le comparerai à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc [Le Roc est Pierre].

Prières des saints MORTS POUR L'HUMANITÉ, MAIS VIVANTS PROUVEES ! UN SAINT NE PEUT FAIRE QUOI QUE CE SOIT PAR SA PUISSANCE MAIS DIEU répond aux justes morts dans le Christ comme LA BIBLE LE PROUVE !

Ap. 6, 9-11 : Et quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui ont été tués pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu'ils avaient. Et ils cria d'une voix forte, disant : Combien de temps , O Seigneur, saint et véritable, tarderas-tu à juger et venger notre sang sur ceux qui habitent sur ​​la terre ? Et une robe blanche fut donnée à chacun d'eux, et il leur fut dit, qu'ils doivent se reposer encore un peu de temps, jusqu'à ce que le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être tués comme eux, soit rempli.

Ap. 5, 8-10 : Et quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux, car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, et langue, et peuple, et nation ; et as fait d'eux des rois et prêtres de Dieu, et ils régneront sur la terre.

Ap. 8, 3-4 : Et un autre ange vint et se tint sur l'autel, ayant un encensoir d'or, et il lui fut donné beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints sur l'autel d'or qui est devant le trône. Et la fumée de l'encens, qui est venue avec les prières des saints, monta devant Dieu de la main de l'ange.

PREUVE DE LA PRATIQUE CATHOLIQUE DES RELIQUES ! L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE N'A JAMAIS APPELE une reliqueSURNATURELLE elle-même sans l'aide de Dieu !

2 Rois 2, 8 : Elie prit son manteau, le roula, et en frappa les eaux, et elles se partagèrent çà et là, de sorte qu'ils passèrent tous deux à sec.

2 Rois 13, 21 : Et il arriva, comme on enterrait un homme, voici, on aperçut un groupe d'hommes, et on jeta l'homme dans le sépulcre d'Elisée, et quand l'homme fut laissé tombé, il toucha les os d'Elisée, et il reprit vie, et se leva sur ses pieds.

Actes 19, 12 : ... si bien que même on appliquait sur les malades des mouchoirs ou des tabliers qui avaient été pris sur son corps, et que les maladies les quittaient, et que les esprits mauvais s'en allaient.

L'utilisation des images et des statues pour le culte dans la Bible ! Si Dieu peut faire des statues qui ne sont pas Lui, mais des ANGES DANS LE BUT DE L'ADORER, les catholiques N'ADORENT-ILS PAS lorsqu'ils font ce que Dieu permet ? Les protestants appelle donc DIEU UN TROMPEUR !

Exode 25, 18-20 : Tu feras deux chérubins d'or; tu les feras d'or battu, aux deux extrémités du propitia-toire. Fais un chérubin à l'une des extrémités et un chérubin à l'autre extrémité; vous ferez les chérubins sortant du propitiatoire à ses deux extrémités. Les chérubins auront leurs ailes déployées vers le haut, couvrant de leurs ailes le propi-tiatoire, et se faisant face l'un à l'autre; les faces des Chérubins seront tournées vers le propitiatoire.

Les chérubins signifient des statues d'êtres angéliques, si Dieu peut commander quelque chose qui est un péché selon la fausse théologie du protestantisme !

Nombres 21, 8-9 : Et l'Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et place-le sur une perche et il arrivera que quiconque sera mordu, et le regardera, conservera la vie. Et Moïse fit un serpent d'airain, et le mit sur une perche, et il arriva que, si un serpent avait mordu un homme, quand il regardait le serpent d'airain, et il avait vécu.

Il s'agit d'une objection tout à fait ridicule des protestants qui disent que la Bible condamne de faire une image taillée, et donc que les statues catholiques, etc sont idolâtres. Le contexte du commandement est clairement d'interdire d'adorer l'image taillée, ce que les catholiques (bien sûr) ne font pas.

Exode 20, 2-5 : «Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi. Tu ne dois pas faire de toi une image taillée, ni de représentation quelconque de chose qui est dans les cieux en haut, ou en bas sur la terre, ni de ces choses qui sont dans les eaux sous la terre. Tu ne les adorereras pas, tu ne les serviras point : Je suis l'Éternel, ton Dieu, puissant, jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent».

La note de bas de page de la Bible Douay-Reims (traduction anglaise de la Vulgate) souligne l'absurdité absolue des griefs protestants à cet égard : «Une chose taillée, ni de représentation quelconque de chose» ... Toutes ces images ou ressemblances, sont interdites par ce commandement, d'être adorées et servies, selon ce qui suit immédiatement, tu ne les adoreras pas, tu ne les serviras point. C'est, tout ce qui estconçu comme des idoles ou des images-dieux, ou sont adorées avec honneur divin. Mais d'autres images, des images ou des représentations, même dans la maison de Dieu, et dans le sanctuaire sont très loin d'être interdites, et sont expressément autorisées par la parole de Dieu. Voir 25. 15, etc ; chap. 38. 7 ; Nomb. 21. 8, 9, 1 ; Chron. ou Paralip. 28. 18, 19 ; 2 Chron. ou Paralip. 3.10».

LES DIX COMMANDEMENTS

La raison pour laquelle les protestants numérotent les Dix Commandements différemment est parce que les commandements ne sont pas numérotés dans la Bible et les protestants les divisent différemment. Ci-dessous, un graphique montrant comment les différentes sectes ou religions divisent les dix commandements.

Division des Dix Commandements par religion / confession

Juif

Catholique

Protestant

I

Je suis l'Éternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir du pays d'Égypte.

Moi, le Seigneur, je suis ton Dieu. Tu n'auras pas d'autres dieux en dehors de moi.

Tu n'auras pas d'autres dieux que moi.

II

Tu n'auras pas d'autres dieux que moi.

Tu ne prendras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain.

Tu ne te feras point des images taillées.

III

Tu ne prendras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain.

Souviens-toi le jour du Seigneur.

Tu ne prendras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain.

IV

Souviens-toi du sabbat pour le sanctifier.

Honore ton père et ta mère.

Souviens-toi du sabbat pour le sanctifier.

V

Honore ton père et la mère.

Tu ne tueras pas.

Honore ton père et la mère.

VI

Vous ne tueras point.

Tu ne commettras pas d'adultère.

Vous ne tueras point.

VII

Tu ne commettras pas d'adultère.

Tu ne voleras pas.

Tu ne commettras pas d'adultère.

VIII

Tu ne voleras pas.

Tu ne porteras pas de faux témoignage.

Tu ne voleras pas.

IX

Tu ne porteras pas de faux témoignage.

Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin.

Tu ne porteras pas de faux témoignage.

X

Tu ne convoiteras pas quelque chose qui appartienne à ton prochain.

Tu ne convoiteras pas les biens de ton prochain.

Tu ne convoiteras pas quelque chose qui appartienne à ton prochain.

Donc, selon la logique protestante, les Juifs aussi ont changé les dix commandements car ils sont différents de la façon dont les protestants aimerait les avoir. C'est cela ou bien que les protestants se trompent comme d'habitude. Simplement dit, les diverses religions ou sectes analysent les commandements différemment. Le tableau ci-dessous met en évidence les différences.

Division des Dix Commandements par religion / confession

Commandement

Juive (Talmud)

Anglicane, réformée, et d'autres sectes "chrétiennes"

Orthodoxe "chrétien"

Catholique, luthérienne

Je suis l'Éternel, votre Dieu,

1

préface

1

1

Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi

2

1

Tu ne te feras point d'idole

2

2

Ne prenez pas le nom du Seigneur en vain

3

3

3

2

Rappelez-vous le jour du sabbat pour le sanctifier

4

4

4

3

Honore ton père et ta mère

5

5

5

4

Vous ne tueras

6

6

6

5

Tu ne commettras pas l'adultère

7

7

7

6

Tu ne voleras pas

8

8

8

7

Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain

9

9

9

8

Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin

10

10

10

9

Tu ne convoiteras pas quelque chose qui appartienne à ton prochain

10

LES ÉCRITURES deutérocanoniques du Nouveau Testament infirment la Bible protestante !

Les livres de Baruch, Tobie, Maccabées, Judith, Sirach, Sagesse et des parties de Daniel et d'Esther ont tous été inclus dans la Septante (Bible hébraïque traduite en grec).

Matt. 2, 16 - Le décret d'Hérode de tuer des enfants innocents a été prophétisé dans Jérémie 31, 15 - perte des saints innocents.

Matt. 6, 19-20 - La déclaration de Jésus sur se faire un trésor dans le ciel suit Siracide 29, 11 - travailler à votre trésor.

Matt. 7, 12 - La règle d'or de Jésus «Faites aux autres» est l'inverse de Tobie 4, 15 - ce que vous détestez, ne le faites pas à d'autres.

Matt. 7, 16-20 - La déclaration de Jésus «Vous les reconnaîtrez à leurs fruits» suit Siracide 27, 7 - la culture montre le fruit.

Matt. 9, 36 - Les gens étaient «comme des brebis sans berger» est la même chose que Judith 11, 19 - des brebis sans berger.

Matt. 11, 25 - La description de Jésus "Seigneur du ciel et de la terre" est la même que Tobie 7, 20 - Seigneur du ciel et de la terre.

Matt. 12, 42 - Jésus se réfère à la sagesse de Salomon, qui a été enregistrée et fait partie des livres deutérocanoniques.

Matt. 16, 18 - La référence de Jésus à la «puissance de la mort» et «portes de l'enfer» font références à Sagesse 16, 13.

Matt. 22, 25 - Marc 12, 20 et Luc 20, 29 - Les évangélistes se réfèrent à la canonicité de Tobie 3, 8 et 7, 11 en ce qui concerne les sept frères.

Matt. 24, 15 - La "désolation sacrilège" décrite par Jésus se réfère à 1 Mach. 1, 54 et 2 Mach. 8, 17.

Matt. 24, 16 - Qu'ils "fuient dans les montagnes" est tirée de 1 Mach. 2, 28.

Matt. 27, 43 - "S'il est le Fils de Dieu, que Dieu le délivre de ses adversaires" suit Sagesse 2, 18.

Marc 4, 5,16-17 - La description de Jésus de graines qui tombent sur un sol rocailleux et n'ayant pas de racine suit Siracide 40, 15.

Marc 9, 48 - La description de l'enfer où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas fait références à Judith 16, 17.

Luc 1, 42 - La déclaration d'Elizabeth de la béatitude de Marie-dessus de toutes les femmes fait suite à la déclaration d'Ozias dans Judith 13, 18.

Luc 1, 52 - Le Magnificat de Marie décrivant la chute des puissants de leurs trônes, remplacés par les humbles suit Sirach 10, 17.

Luc 2, 29 - La déclaration de Siméon qu'il est prêt à mourir après avoir vu l'enfant Jésus suit Tobie 11, 9.

Luc 13, 29 - La description du Seigneur des hommes venant de l'est et de l'ouest et de se réjouir en Dieu suit Baruch 4, 37.

Luc 21, 24 - L'utilisation par Jésus de "tomberont par le tranchant de l'épée" suit Siracide 28, 22.

Luc 24, 4 et Actes 1, 10 - La description de Luc des deux hommes en habit éblouissant nous rappelle 2 Mach. 3, 26.

Jean 1, 3 - Toutes choses ont été faites par elle, la Parole, suit Sagesse 9, 1.

Jean 3, 13 - Nul n'est monté au ciel que celui qui est descendu du ciel fait référence à Baruch 3, 29.

Jean 4, 48 ; Actes 5, 12 ; 15, 12 ; 2 Cor. 12, 12 - Jésus, Luc et Paul qui utilisent "signes et prodiges" suit Sagesse 8, 8.

Jean 5, 18 - Jésus affirmant que Dieu est son Père suit Sagesse 2, 16.

Jean 6, 35-59 - Le discours eucharistique de Jésus est annoncé dans l'Ecclésiastique 24, 21.

Jean 10, 22 - L'identification de la fête de la dédicace est tirée de 1 Mach. 4, 59.

Jean 10, 36 - Jésus accepte l'inspiration des Maccabées comme il fait une analogie entre la consécration de Hanoucca à sa propre consécration au Père en 1 Mach. 4, 36.

Jean 15, 6 - Les branches qui ne portent pas de fruits et sont abattues suit Jérémie 45, 4 où ceux plantés sont arrachés.

Et il y en a beaucoup plus !

2 Tim. 3, 16 - L'Écriture inspirée comme Paul faisait allusion que soient inclus les textes deutérocanoniques que les protestants ont retirés. Les livres Baruch, Tobie, Maccabées, Judith, Sirach, Sagesse et des parties de Daniel et Esther ont tous été inclus dans la Septante qui sont utilisés sur Jésus et les apôtres.

Sirach et 2 Maccabées - Certains protestants soutiennent que ces livres ne sont pas inspirés parce que leurs écrivains expriment de l'incertitude quant à leurs capacités. Mais les écrivains sacrés sont souvent humbles au sujet de leurs écrits divinement inspirés. Voir, par exemple, 1 Cor. 7, 40 - Paul dit qu'il "pense" qu'il a l'Esprit de Dieu.

Les protestants tentent de défendre leur rejet des deuterocanoniques sur le fait que les premiers Juifs eux les ont rejeté. Toutefois, les conseils juifs qui les rejetaient (par exemple, l'école de Javneh aussi appelée "Jamnia" en 90-100 après JC) ont été les mêmes conseils qui ont rejeté l'ensemble du canon du Nouveau Testament. Ainsi, les protestants qui rejettent la Bible catholique suivent une bible juive d'un conseil qui a rejeté le Christ et la révélation du Nouveau Testament.

PREUVE DU PURGATOIRE ! Un état de souffrance et de pardon après la mort

Matt. 5, 26 ; 18:34 ; Luc 12, 58-59 - Jésus nous enseigne : «Accorde-toi au plus tôt avec ton adversaire, tant que tu es en chemin avec lui, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, que le juge (ne te livre) à l'appariteur, et que tu ne sois jeté en prison.En vérité, je te le dis, tu n'en sortiras pas que tu n'aies payé le dernier sou». Le mot « adversaire » est probablement une référence au diable (voir le même mot pour diable dans 1 Pierre. 5, 8) qui est un accusateur contre l'homme (cf l'emploi de diable I P. 5 ,8 ; Zach. 3, 1 ; Ap. 12, 10), et Dieu est le juge. Si nous n'avons pas traité adéquatement de Satan et du péché dans cette vie, nous serons tenus dans un état temporaire appelé une prison, et nous n'en sortirons pas jusqu'à ce que nous ayons satisfait l'ensemble de notre dette envers Dieu. Cette «prison» est le purgatoire où nous ne sortirons pas jusqu'au dernier centime payé.

Matt. 12, 32 - Jésus dit : «Et quiconque dit une parole contre le Fils de l'homme sera pardonné, mais celui qui parle contre le Saint-Esprit cela ne lui sera pardonné ni dans ce monde ni dans l'autre». Jésus dit donc clairement qu'il y a un pardon après la mort. L'expression "dans l'autre" se réfère généralement à l'au-delà (voir, par exemple, Marc 10, 30 ; Luc 18, 30 ; 20, 34-35 ; Ep. 1, 21 pour un langage similaire). Le pardon n'est pas nécessaire dans le ciel, et il n'y a pas de pardon en enfer. Cela prouve qu'il existe un autre état après la mort, et l'Église depuis 2000 ans a appelé cet état purgatoire.

Luc 12, 47-48 - Quand le maître viendra (à la fin des temps), certains vont recevoir de la lumière ou de lourds coups, mais vivront. Cet état n'est pas le ciel ou l'enfer, parce que dans le ciel il n'y a pas de coups, et en enfer, on ne vivra plus avec le Maître.

1 Cor. 15, 29-30 - Paul mentionne des gens qui se font baptisés au nom des morts, dans le contexte de l'expiation de leurs péchés. Ces personnes ne peuvent pas être dans le ciel parce qu'elles sont encore avec le péché, mais elles peuvent aussi ne pas être en enfer parce que leurs péchés ne pourraient plus être expiés. Elles sont dans le purgatoire. Ces versets correspondent directement à 2 Machabbées 12, 44-45 qui montre aussi des prières spécifiques pour les morts, afin qu'ils puissent être pardonnés de leurs péchés.

1 Pierre 3, 19 ; 4, 6 - Jésus a prêché aux esprits en «prison». Ce sont les âmes justes qui étaient purifiées pour la vision béatifique.

Luc 23, 43 - Beaucoup de protestants affirment que, parce que Jésus a envoyé le bon larron droit au ciel, il peut ne pas y avoir de purgatoire. Il y a plusieurs réfutations. Tout d'abord, lorsque Jésus utilise le mot «paradis», Il ne veut pas dire le ciel. Paradis, de l'hébreu "shéol" signifiait le royaume des morts justes. C'est le lieu des morts qui étaient destinés pour le ciel, mais qui étaient captifs jusqu'à la résurrection du Seigneur. Deuxièmement, il n'y avait pas de ponctuation dans le manuscrit original, la déclaration de Jésus : «Je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis» ne signifie pas qu'il y avait une virgule après le premier mot «te». Cela signifie que Jésus aurait pu dire : «Je te le dis aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis» (ce qui signifie que Jésus aurait souligné avec exclamation que sa déclaration était «aujourd'hui» ou «maintenant», et que peu de temps après la bon larron serait aller au ciel) Troisièmement, même si le voleur est allé droit au ciel, cela ne prouve pas qu'il n'y ait pas de purgatoire (ceux qui sont entièrement sanctifiés dans cette vie - peut-être par une mort sanglante et repentante - pourraient être prêt pour l'admission dans le ciel).

Genèse 50, 10 ; Nomb. 20, 29 ; Deut. 34, 8 - Voici quelques exemples de prière rituelle et de deuil pénitent pour les morts pour des périodes de temps spécifiques. La compréhension juive de ces pratiques est que les prières libère les âmes de leur état douloureux de purification, et accélère leur voyage vers Dieu.

Baruch 3, 4 - Baruch demande au Seigneur d'entendre les prières des morts d'Israël. Les prières pour les morts ne sont pas nécessaires dans le ciel et inutile en enfer. Ces morts sont au purgatoire.

2 Mach. 12, 43-45 - Les prières pour les morts aident à les libérer du péché et les aident à la récompense du ciel. Dans les cieux il n'ont pas de péché, et ceux de l'enfer ne peuvent plus être libérés du péché. Ils sont dans le purgatoire. Luther a été particulièrement troublé par ces versets, parce qu'il avait rejeté l'enseignement du purgatoire. En conséquence, il a enlevé Maccabées (ou Machabbées) du canon de la Bible.

Le caractère unique de Marie comme la Mère de Dieu. Elle est la mère de Dieu, mais les PROTESTANTS LA TRAITENT COMME TOUTE FEMME. Quelle honte et irrespect contre le Christ !

Genèse 3, 15 - Nous voyons dès le début que Dieu donne à Marie un rôle unique dans l'histoire du salut. Dieu dit : «Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité». Il s'agit de Jésus («l'inimitié») et Marie (la «femme»). L'expression «sa postérité» (spermatos) ne se voit pas ailleurs dans l'Écriture.

Gn 3, 15 et Ap 12, 1 - Les Ecritures commencent et se terminent avec la femme luttant contre satan. Cela montre la puissance de la femme avec la graine et nous enseigne que Jésus et Marie sont le nouvel Adam et la nouvelle Ève.

Jean 2, 4 ; 19, 26 - Jésus appelle Marie «femme» comme appelée dans Genèse 3, 15. Tout comme Eve était la mère de l'ancienne création, Marie est la mère de la nouvelle création. La postérité de la femme écrasera le crâne du serpent.

Esaïe 7, 14 ; Matt. 1, 23 - La vierge (le mot grec utilisé est "parthenos") enfantera un fils nommé Emmanuel, ce qui signifie "Dieu est avec nous." Jean 1, 14 - Dieu dans la chair a habité parmi nous. Marie est la Vierge Mère de Dieu.

Matt. 2, 11 - Matthieu souligne que Jésus est avec Marie sa mère, et les mages se prostèrnent devant les deux pour adorer Jésus.

Luc 1, 35 - L'enfant sera saint et sera appelé Fils de Dieu. Marie est la Mère du Fils de Dieu, ou la Mère de Dieu.

Luc 1, 28 - "Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous." Ce sont les paroles prononcées par Dieu et qui nous sont livrées par l'ange Gabriel (qui est un messager de Dieu). Ainsi, lorsque les catholiques récitent ce verset, tout en priant le chapelet, ils prononcent les paroles de Dieu.

Luc 1, 28 - Aussi, l'expression "pleine de grâce" est traduit du mot grec «kecharitomene». Il s'agit d'un titre unique donné à Marie, et suggère une perfection de la grâce d'un événement passé. Marie n'a pas seulement «trouvé grâce». Elle a été mise au point le plus au sommet dans la grâce de Dieu.

Luc 1, 38 - Le fiat ("soit !") de Marie est «qu'il soit fait pour moi selon ta parole». Marie est le modèle parfait de la foi en Dieu, et est digne de notre vénération.

Luc 1, 42 - «Tu es bénie entre les femmes, et béni le fruit de ton sein, Jésus». L'expression «Tu es bénie entre les femmes» signifie en réalité «vous êtes la plus bénie de toutes les femmes». Une périphrase est utilisée car il n'y a pas de superlatif dans la langue grecque. Notez également qu'Elizabeth salue Marie d'abord, puis Jésus. C'est l'hyperdulie (mais pas la latrie qui est le culte dû à Dieu seul). Nous aussi nous pouvons aller par Marie pour louer Jésus. Enfin, les catholiques répétent ces paroles divinement inspirées d'Elizabeth dans le Rosaire.

Luc 1, 48 - Marie prophétise que toutes les générations la diront bienheureuse, comme les catholiques le font dans la prière "Je vous salue Marie". Est-ce que les églises protestantes ont existé dans toutes les générations (aucune), et combien d'entre elles appellent Marie bénie avec des prières spéciales et des dévotions ?

Eph. 1, 1 ; Phil. 1, 1 ; Col 1, 2 - Le mot «saints» (en hébreu «qaddiysh») signifie les «saints». Donc, Marie est appelée sainte, le plus grand Saint de tous.

Luc 2, 35 - Siméon prophétise qu'une épée devait aussi transpercer l'âme de Marie.Marie qui joue donc un rôle très important dans notre rédemption. Alors que la souffrance de Jésus était tout ce dont nous avions besoin pour le rachat, Dieu a voulu que Marie participe à un niveau inférieur à la souffrance de son Fils, comme il nous est permis d'y participer à travers nos propres souffrances.

Luc 2, 19, 51 - Marie gardait à l'esprit toutes ces choses comme elle les méditait dans son cœur. Les catholiques s'en souviennent en se consacrant au Cœur Immaculé de Marie et à tous les trésors de la sagesse et des connaissances qui y sont contenues.

La Bible enseigne que Jésus est vraiment présent dans l'Eucharistie

Jean 6, 53 : "Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous."

Les protestants ne croient pas que l'Eucharistie est le véritable corps, sang, âme et divinité de Jésus-Christ. Les catholiques croient que, après la consécration à la messe, «le Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, est vraiment, réellement et substantiellement contenu» dans l'Eucharistie sous les apparences du pain et du vin (Concile de Trente, Décret sur l'Eucharistie). Le point de vue catholique sur l'Eucharistie a été reconnu à l'unanimité pour les 1500 premières années du christianisme. Le support biblique pour l'enseignement catholique sur l'Eucharistie est écrasant et incontestable.

Dans Jean chapitre 6, Jésus dit clairement que sa chair est un ALIMENT ET SON SANG EST une boisson, et que vous devez manger sa chair et boire son sang

Jean 6,51-58 : «Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel ; si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement, et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. Les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et moi en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel, non pas comme vos pères ont mangé la manne et qui sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. "

Jésus dit maintes et maintes fois, dans les termes les plus clairs, que sa chair est nourriture et son sang vraiment une boisson. Il dit que si vous ne mangez Sa chair et buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.

LES JUIFS ne se rallient pas à l'idée de manger sa chair : En réponse, Jésus confirme que c'est exactement ce qu'il voulait dire.

Les non-catholiques affirment que les paroles de Jésus dans Jean 6 ne sont pas destinées à être comprises littéralement. Ils prétendent que Jésus parlait seulement métaphoriquement ou symboliquement. Une telle interprétation n'est pas justifiée par le contexte de Jean 6. En outre, elle est clairement réfutée par ce que Jésus dit aux Juifs immédiatement après qu'ils ont exprimé leur incrédulité à l'idée de manger sa chair.

Jean 6, 52-53 : "Les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous ".

Les Juifs ne croyaient pas que c'était possible (ou que Jésus pouvait vraiment le dire) qu'il leur donne sa chair à manger. Ils ont dit exactement ce que les protestants disent aujourd'hui. Si Jésus avait parlé en termes purement métaphoriques (plutôt que littéraux), ce que les protestants disent, alors voici que c'était l'occasion idéale pour lui de les assurer que leurs craintes n'étaient pas fondées. C'était le moment parfait pour Jésus pour expliquer qu'il n'avait pas vraiment dit que les gens mangent sa chair, mais qu'il a voulu dire autre chose.

Alors qu'est-ce que Jésus leur a dit ? En réponse à leur incrédulité, nous voyons que Jésus répète le même message, qu'il est nécessaire de réellement manger sa chair et boire Son sang, mais en termes encore plus forts. Il leur dit que s'ils ne mangent sa chair et boivent Son sang, ils n'auront pas la vie en eux (Jean 6, 53).

Il y a plus : dans Jean 6, 54, les interprétateurs de la BIBLE font usage du mot phagocytose (ce qui signifie «manger») et TROGO (qui signifie «ventre» OU «ronge») pour ne laisser AUCUN DOUTE QUE JESUS signifie en fait de manger sa chair

Le mot phagocytose (qui signifie «manger» ou «consommer») est utilisé neuf fois dans le texte grec original de Jean 6,23-53. Phagocytose est suffisant pour transmettre l'idée de manger la chair de Jésus. Immédiatement après que les Juifs ont exprimé leur incrédulité que Jésus pouvait signifier une telle chose, nous lisons (dans Jean 6, 54) que Jésus passe à un mot encore plus fort et plus graphique. Le mot qu'il a ensuite utilisé (dans Jean 6, 54 et suivants) est Trogo. Ce mot signifie littéralement «ronger, mâcher ou croquer», car même une étude bible protestante accessible sur internet le confirmera.1 Par conséquent, pour éliminer tout doute quant à la nécessité de manger sa chair, Jésus passe à un mot qui ne veut rien dire d'autre, mais littéralement alimentation («ronger, mâcher»). Le même mot Trogo est utilisé pour signifier littéralement manger dans Matthieu 24,38 et Jean 13,18.

Jean 6, 54-56 : "Celui qui mange [Trogo] ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange [Trogo] ma chair et qui boit mon sang demeure en moi et moi en lui. "

À la lumière de cette preuve, il est absurde de prétendre que Jésus ne veut pas dire que les gens mangent réellement sa chair et boivent son sang.

QU'EN EST-IL de Jean 6, 63 ?

Face aux preuves accablantes dans Jean 6, selon lesquelles l'Eucharistie est le corps et le sang réels de Jésus, certains non-catholiques vont chercher quelque chose pour les combattre. Ils vont pointer vers Jean 6, 63.

Jean 6, 63 : «C'est l'esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien ; les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie."

Ils prétendent cela signifie que Jésus n'a pas vraiment dit que les gens vont manger sa chair. Cette affirmation ne résiste pas, cependant. Elle est réfutée par les points suivants.

Tout d'abord, nous savons que Jésus ne parle pas de sa chair dans la partie du verset où Il dit : «la chair des bénéfices rien». Examiner cette question est : est ce que la chair de Jésus ne profite pas ? Qu'en est-il son incarnation ? Comment pourrait-il parler de sa propre chair ne profitant de rien, quand Il a juste dit à plusieurs reprises (Jean 6, 51, etc) que sa chair est la vie du monde ?

Si Jésus avait parlé de sa chair quand il a dit que la chair ne sert de rien, il se serait contredit lui-même. Jésus aurait été dit que sa chair est la vie du monde (Jean 6, 51, etc), juste avant de leur dire qu '«elle ne sert à rien».

C'est impossible et ridicule. Jésus ne parlait pas de sa chair quand il a dit «la chair ne sert de rien».

Deuxièmement, Jésus dit que les gens ont besoin de manger sa chair et boire son sang (et que sa chair est la nourriture) environ dix fois dans ce chapitre. Pas une seule fois cela indique que son sens n'est pas littérale, pas plus que cela ne le fait ici.

Au contraire, en leur soulignant que ce qu'il a dit à propos de sa chair et de son sang qui sont «esprit et vie», Jésus dissipe leur notion sur tout ce qui devrait concerné d'avoir la chair à manger pour le maintien de la vie physique. L'Eucharistie est la chair et le sang réels de Jésus (comme il l'indique clairement), ainsi que son âme et sa divinité, mais il apporte principalement une dotation spirituelle. Il est esprit et vie. C'est principalement pour la subsistance de la vie spirituelle et pour avoir la vie éternelle.

Elle n'est pas reçue dans le but de remplir un estomac affamé, mais pour la vie et les grâces spirituelles inestimables qu'elle apporte. C'est ce que Jésus leur disait. Ceci est confirmé par le point suivant, qui montre que même après ses paroles dans Jean 6, 63, beaucoup de disciples de Jésus l'ont laissé sur les "mauvaises paroles" de sa chair et de son sang. Ils ont réalisé que Jésus leur disait qu'ils devaient manger sa chair et boire Son sang, mais ils ont tout simplement refusé de l'accepter.

APRÈS leur avoir dit qu'ils doivent manger sa chair et boire son sang, beaucoup de ses disciples l'abandonnèrent, ce qui prouve qu'il était clair pour tous ceux qui étaient présents que Jésus a dit ET signifié que les gens doivent manger sa chair

Jean 6, 60-68 : " Nombre de ses disciples, après l'avoir entendu, dirent : Cette parole est dure, qui peut l'écouter ? Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, il leur dit : cela vous scandalise ? ... A partir de ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui . Alors Jésus dit aux Douze. Voulez-vous partir, vous aussi ? Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ".

Si Jésus n'avait pas vraiment dit que les gens mangent Sa chair et boivent Son sang, alors il aurait clarifié sa signification et arrêté ces disciples de rester sur un malentendu. Il aurait dit quelque chose comme ceci : « Attendez, vous m'avez mal compris. Je parlais symboliquement. Je n'ai pas vraiment dit que les gens mangent ma chair et boivent mon sang». Mais il ne fait rien de la sorte. Il laisse à pied tout le monde qui ne peut pas accepter son message. Ceci est une indication contextuelle écrasante que tout le monde comprend que Jésus parlait littéralement de la nécessité de manger sa chair et boire son sang. Ils ne pouvaient tout simplement pas l'accepter, et Jésus n'allait pas nier la vérité ou modifier ce qu'Il leur avait dit.

Le fait que beaucoup de disciples de Jésus l'aient laissé sur la nécessité de manger sa chair et boire Son sang illustre tristement comment cette question est, à différents moments de l'histoire de l'Église, une des causes principales pour laquelle des personnes quittent la vraie foi de Jésus. C'est arrivé à nouveau au 16 ème siècle, beaucoup ont quitté Jésus et Sa vraie foi parce qu'ils ont refusé de croire que l'Eucharistie est le corps et le sang réels de Jésus-Christ.

Les protestants admettent que le SANG de l'agneau pascal EST MENTIONNÉ dans Exode 12, avec lequel les Hébreux marquaient leur PORTES, cela signifie que Jésus est l'Agneau de Dieu immolé pour les péchés du monde, ils ne réalisent pas que Dieu a aussi commandé aux Hébreux DE MANGER l'agneau pascal

Dans Exode 12, nous lisons que Dieu a ordonné aux Juifs de marquer leurs portes avec le sang d'un agneau. L'ange de la mort, en passant par l'Egypte, passerait au-dessus des portes des Hébreux qui ont été marquées par le sang.

Exode 12, 13 : "Et le sang sera pour vous un signe dans les maisons où vous serez, et je verrai le sang, et passerait par dessus, et la peste ne sera pas sur vous pour vous détruire, quand je frappera le pays d'Egypte. "

Les protestants et les catholiques reconnaissent volontiers que le sang de l'agneau pascal (un événement réel) était aussi un type (une préfiguration) de Jésus-Christ, le véritable Agneau pascal. Il est le véritable Agneau qui a été immolé. Son sang a été versé pour sauver le monde. Les gens doivent recevoir le mérite de sa passion pour être sauvés. Le Nouveau Testament déclare à plusieurs reprises que Jésus est «l'Agneau de Dieu», qui ôte le péché du monde (Jean 1, 29 ; 1 Pierre 1, 19 ; Apocalypse 22, 1 ; 15, 3 ; etc.). Saint Paul décrit précisément Jésus comme l'agneau pascal dans 1 Corinthiens 5, 7.

1 Corinthiens 5, 7 : «Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain. Car Christ, notre Pâque, a été immolé pour nous. "

Jean 1, 29 : "Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et dit : Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. "

Il ne fait aucun doute que le sang de l'agneau pascal est un type du sang de Jésus-Christ, et que l'agneau pascal est un type de Jésus-Christ. Maintenant, voici la partie intéressante car elle a trait à cette question. Les Hébreux n'ont pas reçu seulement le commandement de marquer leurs portes avec le sang de l'agneau, mais ils ont aussi reçu l'ordre de manger l'agneau !

Exode 12, 7-8 : "Et ils prendront de son sang [de l'agneau], et on en mettra sur les deux poteaux et sur le montant supérieur de la porte des maisons où on le mangera. Et ils en mangeront la chair cette nuit ... "

Exode 12, 11 : "Et c'est ainsi que vous le mangerez : vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main, et vous le mangerez à la hâte : c'est la Pâque du Seigneur. "

La nécessité de consommer l'agneau pascal nous montre la nécessité de manger la chair du Fils de l'homme dans l'Eucharistie. Il ne suffit pas d'être marqué par le sang de l'Agneau, il faut aussi consommer l'agneau de Dieu, Jésus-Christ, pour être sauvé. Il est nécessaire de le recevoir dans l'Eucharistie. Il devient présent à une messe catholique valide. Il est également intéressant de noter qu'aucune personne qui n'était pas de la famille de Dieu ne pouvait manger l'agneau (Exode 12, 43-45), tout comme personne qui n'est pas de la vraie foi ne peut recevoir l'Eucharistie.

Jésus a fait le miracle des pains et des poissons, indiquant l'Eucharistie, pour montrer à tous que la surabondance miraculeuse est POSSIBLE

Dans le même chapitre Jésus parle clairement de la réception de sa chair et de sang dans l'Eucharistie, nous lisons qu'Il a accompli le miracle de la multiplication des pains et des poissons.

Jean 6, 9-14 : "... cinq pains d'orge et deux poissons ; mais il y a tant de gens ? Et Jésus dit : Faites-les asseoir ... Alors les hommes s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille. Et Jésus prit les pains, et, après avoir rendu grâces, il les distribua aux disciples, et les disciples à ceux qui étaient assis, et même des poissons, autant qu'ils en voulurent. Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d'orge, qui restaient en plus de ceux qui avaient été mangés. Alors ces hommes, quand ils virent le miracle que Jésus avait fait, disaient : C'est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde. "

5000 personnes ont mangé miraculeusement de ce qui a commencé avec cinq pains d'orge et deux poissons. Jésus a accompli ce miracle le jour même avant qu'Il leur dise qu'ils devaient recevoir sa chair et son sang dans l'Eucharistie. En faisant ce miracle juste avant qu'Il leur ait dit qu'ils devaient recevoir sa chair et son sang dans l'Eucharistie, Jésus voulait leur montrer qu'une telle chose est possible. L'idée de manger la chair et le sang de Jésus était complètement nouvelle et ahurissante pour eux. De la même manière, l'idée qu'il pourrait miraculeusement devenir présent pour les gens dans de nombreux endroits était étonnante. La multiplication miraculeuse de la nourriture était destinée à dissiper leurs doutes, gagner leur confiance totale en ses paroles avant de leur raconter le miracle de l'Eucharistie. La multiplication de la nourriture signifiait en effet la nourriture miraculeuse de l'Eucharistie, qui n'est pas du pain, mais le corps et le sang du Christ.

L'Eucharistie ne peut pas être juste du pain ordinaire, sinon elle serait inférieure à son TYPE de l'ANCIEN TESTAMENT, la manne dans le désert, qui est apparue miraculeusement

Il ne fait aucun doute que la manne dans le désert (Exode 16) préfigurait l'Eucharistie. Jésus établit un lien entre les deux dans Jean, chapitre 6.

Jean 6, 48-51 : "Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure pas. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel ... et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. "

Jésus fait référence à la manne dans le désert, puis il dit que sa chair est la vraie manne du ciel. La manne dans le désert était du pain, mais du pain qui est apparu miraculeusement. Il est tombé tous les jours, sauf le samedi, pour les 40 années que les Hébreux étaient dans le désert. Il s'est présenté comme s'il était tombé du ciel.

Exode 16, 15 : "Et quand les enfants d'Israël regardèrent et ils se dirent l'un à l'autre : Manhu! qui signifie : Qu'est-ce que cela ! car ils ne savaient pas ce que c'était. Et Moïse leur dit : C'est le pain que le Seigneur vous a donné à manger ".

Le Nouveau Testament est l'accomplissement supérieur du type de l'Ancien Testament. Si, comme le disent les protestants, l'Eucharistie est juste du pain ordinaire, elle serait alors inférieure à la manne dans le désert, qui est apparue miraculeusement. Elle serait inférieure à son type de l'Ancien Testament. Cela n'a pas de sens, cela ne peut pas être le cas. L'Eucharistie doit être surnaturelle et miraculeuse en quelque sorte.

Jésus dit : «Ceci est mon corps» et «ceci est mon sang», il ne dit pas : c'est juste un symbole de mon corps et de mon sang

Matthieu 26, 26-28 : "Et comme ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples, et dit : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Et il prit la coupe, il rendit grâces et la leur donna, en disant : Buvez-en tous, car ceci est mon sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés ".

Marc 14, 22-24 : «Et comme ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, mangez : ceci est mon corps. Et il prit la coupe, et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : Ceci est mon sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour la multitude ».

Luc 22, 19-20 : "Et il prit du pain, et après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, donné pour vous : faites ceci en mémoire de moi. De même la coupe, après le souper, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous ".

Les traductions ci-dessus sont tirées de la version de la Bible du roi protestant James. Même les traductions protestantes montrent que Jésus proclame l'Eucharistie comme son corps et son sang. Il y avait bien des possibilités pour Jésus de dire en hébreu ou en araméen «ceci représente mon corps», ou «c'est un symbole de mon corps», mais cela ne fonctionne pas. Il dit : «Ceci est mon corps» et «ceci est mon sang».

Par ailleurs, contrairement à ce que certains pensent, les mots «Faites ceci en mémoire de moi» (Lc 22,19) ne suggèrent pas que l'Eucharistie est tout un symbole. Le mot grec pour «mémoire» est l'anamnèse . Il a un sens de sacrifice. C'est l'une des offrandes sacrificielles de l'Ancien Testament. Cela signifie rendre présent à nouveau comme une offrande sacrificielle. Jésus leur dit d'offrir son corps et son sang réels au Père en sacrifice commémoratif.

Le LANGUAGE de JESUS »correspond à celui de Moïse dans Exode 24, à la fondation de la première alliance, qui avait RÉELLEMENT du SANG

L'institution de l'Eucharistie (que nous lisons dans Matthieu 26, Marc 14 et Luc 22) correspond clairement à l'institution de la première alliance dans Exode 24.

Exode 24, 8 : «Et Moïse prit le sang, et le répandit sur le peuple, et dit : Voici le sang de l'alliance, que le Seigneur a faite avec vous selon toutes ces paroles. "

Matthieu 26, 26-28 : "Et comme ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples, et dit : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Et il prit la coupe, et après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous, car ceci est mon sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés ".

Notez la similitude de language entre les institutions des deux alliances. Jésus institue la nouvelle alliance en son sang sur le même modèle que Moïse a institué la première alliance. La Nouvelle Alliance de Jésus prend la place de l'ancienne, et elle sera l'alliance nouvelle et éternelle. Mais si le sang appelé par Jésus n'est pas du vrai sang - mais juste un symbole, comme disent les protestants - alors la Nouvelle Alliance serait inférieure à l'ancienne, par l'institution de l'Ancienne Alliance qui impliquait du vrai sang.

1 Corinthiens 10 nous enseigne clairement que l'Eucharistie est une participation au Corps et Sang même du Christ

1 Corinthiens 10, 16 : « La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ ? "

Saint-Paul est clair sur le fait que l'Eucharistie est le corps et le sang réels de Jésus-Christ.

1 Corinthiens 11 dit que recevoir l'Eucharistie indignement EST un péché contre le corps et le sang du Seigneur

1 Corinthiens 11, 26-29 : "Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne.C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Mais que chacun s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe. Car celui qui mange et boit sans discerner, mange et boit un jugement contre lui-même. "

Selon l'enseignement clair de la Bible, celui qui reçoit l'Eucharistie indignement est coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Saint Paul dit qu'une personne mange et boit un jugement en recevant l'Eucharistie sans les dispositions et le bon discernement. Si l'Eucharistie est juste un morceau de pain et du vin, pris en mémoire du Christ, comment celui qui le reçoit mal peut être trouvé coupable envers le corps et le sang du Seigneur ? On ne pourrait pas évidemment être tenu coupable envers le corps et le sang du Christ à moins que l'Eucharistie soit en effet le corps et le sang du Christ.

L'Église chrétienne primitive ESTIME à l'UNANIMITÉ que l'Eucharistie est le corps et le sang du Christ

Outre la preuve biblique claire que nous avons vu, le témoignage de l'ancienne Église appuie à l'unanimité l'enseignement catholique sur l'Eucharistie. Quiconque prend le temps de consulter les Pères de l'Église sur ce point va découvrir qu'ils croyaient tous que l'Eucharistie est le corps et le sang de Jésus-Christ. Les Pères de l'Église sont les auteurs chrétiens des premiers siècles. Ils sont ceux qui ont reçu la tradition des Apôtres.

Le point de vue protestant concernant l'Eucharistie était étranger à toute l'Église chrétienne pour les 1500 premières années de son existence. Je pourrais citer de nombreux passages des Pères de l'Église sur cette question, mais j'en citerai trois. En 110 après J.-C., saint Ignace d'Antioche (l'un des pères apostoliques généralement reconnu par les protestants) a déclaré ce qui suit au sujet d'un groupe d'hérétiques qui niaient que l'Eucharistie soit la chair du Christ. Il faisait allusion aux docètes, qui ont également nié la réalité de l'Incarnation et de la Crucifixion.

Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Smyrniotes, Chapitre 7, (110) : " Ils s'abstiennent de l'Eucharistie et de la prière, parce qu'ils ne confessent pas que l'Eucharistie est la chair de notre Sauveur Jésus Christ, qui a souffert pour nos péchés, et que le Père, par sa bonté, a ressuscité ".

Saint Irénée, Contre les Hérésies, Livre 5, Chap. 2, (185) : "Quand donc la coupe mixte et le pain reçoivent la Parole de Dieu et devient l'Eucharistie, le Corps du Christ, et à partir de ceux-ci la substance de notre chair est accrue et soutenue, comment peuvent-ils dire que la chair n'est pas capable de recevoir le don de Dieu, qui est la vie éternelle nourrie par le corps et le sang du Seigneur, et en fait un de ses membre ? "

Saint Cyrille de Jérusalem, Discours catéchétique mystagogique 1, 19, 7 (350) : "Car, comme le pain et le vin de l'Eucharistie avant l'invocation de la Sainte et Adorable Trinité étaient le pain et le vin simple, alors que, après l'invocation, le pain devient le Corps du Christ, et le vin le Sang du Christ ... " (http://mb-soft.com/believe/txuc/cyril48.htm)

Nier la doctrine catholique sur l'Eucharistie revient tout simplement à nier l'enseignement clair de Jésus-Christ et la Bible.


La base biblique de la prière à Marie et DE l'enseignement catholique sur Marie

La Bienheureuse Vierge Marie est la mère de Jésus-Christ. Contrairement aux affirmations de certains, l'Église catholique n'enseigne pas et n'a jamais enseigné que Marie est Dieu. Ce serait une hérésie. Maie est juste une créature, mais la plus grande de tous les êtres humains jamais créés par Dieu. Veuillez regarder cette évidence biblique pour l'enseignement catholique sur Marie, et pourquoi il est si nécessaire de comprendre son rôle et son importance.

Pour comprendre la Bible et ce qu'elle enseigne sur Marie (la mère de Jésus-Christ), il faut comprendre les types bibliques.

Un type = un véritable événement, une personne ou une institution dans l'Ancien Testament qui annonce ou préfigure quelque chose dans le Nouveau Testament.

La Bible enseigne qu'Adam, le premier homme, était la figure de Jésus-Christ

Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai homme. Adam n'était qu'un homme, le premier homme. Cependant, la Bible dit qu'Adam était un type de celui qui devait venir, le Christ Jésus.

Romains 5, 14 : "Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse, même sur ceux qui n'avaient pas péché à la ressemblance de la transgression d'Adam, lequel est la figure [le Type] de celui qui devait venir [Jésus]. "

Comment Adam était un type de Jésus ? C'est peut-être le mieux résumé dans ce passage.

Romains 5, 19 : "Car, comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus justes."

Adam a plongé le monde dans le péché, le Christ est venu pour sauver le monde du péché d'Adam. Adam a péché par sa désobéissance à l'arbre de la connaissance du bien et du mal, le Christ a racheté le monde par son obéissance et sacrifice sur l'arbre de la Croix. C'est pourquoi la Bible dit que le Christ est le nouveau, deuxième ou dernier Adam. Il est venu pour défaire ce qu'a fait Adam. Il est devenu le chef de la nouvelle race et a racheté la race de ceux qui vivent surnaturellement dans le Christ, alors qu'Adam, le premier homme, était la tête de l'humanité qui est tombé dans le péché.

La Bible enseigne que Jésus Christ est le second Adam

1 Corinthiens 15, 45 : «Et il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante, le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. "

Il existe plusieurs types bibliques. Gardez à l'esprit que tous ces événements, les personnes et les choses, étaient de vrais événements, les personnes et les choses qui préfiguraient aussi quelque chose qui viendrait plus tard. Voici quelques exemples :

1 Cor. 10, 1-2 : La Bible enseigne que la traversée de la Mer Rouge (Exode 14) a préfiguré le baptême.

1 Pierre 3, 19-21 : La Bible enseigne que l'Arche de Noé et le Déluge préfiguraient d'être sauvé par le baptême et l'Eglise.

1 Cor. 5, 7 : La Bible enseigne que l'Agneau pascal, qui a été sacrifié (Exode 12), préfigurait le Christ, l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (Jean 1, 29).

Heb. 8, 8-9 : La Bible enseigne que le système de l'Ancien Testament était l' «ombre» ou la figure du Nouveau Testament.

Matthieu 12, 40 - La Bible enseigne que les trois jours et nuits de Jonas dans le ventre de la baleine préfiguraient la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts après trois jours.

Beaucoup d'autres exemples de types bibliques pourraient être donnés. Il est important de comprendre que l'accomplissement d'un type (appelé «antitype») est plus grand que le type. Jésus-Christ est infiniment plus grand que celui d'Adam, le Nouveau Testament est plus grand que l'ancien, la résurrection est plus grande que les déboires de Jonas, etc. Dans cet esprit, nous devons maintenant examiner les types de Marie, la mère de Jésus-Christ. Il existe plusieurs types de Marie. En plus d'autres éléments de preuve biblique, ces types fournissent la preuve biblique indéniable de l'enseignement catholique sur Marie. Les points suivants seront sans doute nouveaux et surprenants pour beaucoup de non-catholiques.

Comme Christ est le nouvel Adam, Marie est la nouvelle Eve

Comme déjà mentionné, Adam était un type de Jésus-Christ. Il y avait une femme distincte qui a été impliquée avec Adam, le premier homme dans l'effondrement du monde dans le péché. C'était Eve, la première femme. C'était la transgression d'Adam qui constituait le péché originel. Mais Eve a joué un rôle et est inextricablement liée avec les événements qui ont mené au péché originel. La femme (Eve) a péché et a été l'occasion pour Adam de tomber dans le péché.

Genèse 3, 1-6 : "Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Éternel Dieu avait faits. Et il dit à la femme : Oui, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? Et la femme répondit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin : Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas, et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. Et quand la femme vit que l'arbre était bon à manger, et qu'il était agréable à la vue, et un arbre à désirer pour ouvrir l'intelligence, elle prit de son fruit, et en mangea, et en donna aussi à son mari avec elle, et il en mangea ».

Tout comme «la femme» (Eve) a été intimement impliquée dans les événements qui ont conduit au péché originel, il y a une femme distincte qui a été intimement impliquée dans les événements qui ont mené à la Rédemption. C'est Marie, la mère de Jésus-Christ. Elle est la nouvelle Eve.

Il existe de nombreux parallèles évidents dans la Bible entre Eve et Marie. Ceux-ci démontrent que Marie est la nouvelle Eve, comme le Christ est le nouvel Adam.

EVE a communiqué, reconnu et obéi à un ange déchu (LE SERPENT) -

MARIE A COMMUNIQUÉ, reconnu et obéis à un bon ange (Gabriel)

Genèse 3, 4-6 : " Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ... elle [Eve] prit de son fruit, et en mangea ... "

Luc 1, 26-38 : "... l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée ... à une vierge ... et le nom de la vierge était Marie. Et l'ange étant entré, lui dit : Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi : tu es bénie entre toutes les femmes ... Et l'ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ... Et Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. Et l'ange la quitta. "

Eve a été approché par le serpent (le diable), un ange déchu. Eve croit ses paroles de mensonge et désobéit à Dieu. Eve a péché et a causé son mari au péché, plongeant le monde dans la mort.

Marie a été approché par Gabriel, un bon ange. Marie crut son message de salut: qu'elle était bénie entre toutes les femmes, pleine de grâce, et enfanterait le Sauveur. Marie a obéi à Dieu. Par son obéissance, elle consentit à la conception de Jésus Christ dans son sein, et lui a permis de venir sauver le monde du péché d'Adam.

Même dans la très ancienne église, ces parallèles bibliques ont été reconnus comme des identifications de Marie, la nouvelle Eve, tout comme le Christ est le nouvel Adam. Saint Irénée était un célèbre père apostolique du deuxième siècle. Il oppose la première avec la seconde Eve (Marie).

Saint Irénée, Contre les Hérésies, Livre III, chap. 22, (185) : "Conformément à cette conception, la Vierge Marie se trouve obéissante, en disant : Voici la servante du Seigneur; qu'il m'advienne selon ta parole (Lc 1, 38). Mais Eve a été rebelle, car elle ne pas obéi quand encore elle était vierge ... Et donc aussi le nœud de la désobéissance d'Eve a été délié par l'obéissance de Marie. Car ce que la vierge Eve avait lié rapidement, par incrédulité, cela la vierge Marie l'a libéré par la foi. "

EVE a été la mère de tous les vivants

Marie, Mère de Jésus, est la mère de tous les vivants et même de la vie

Genèse 3, 20 : «Et Adam appela du nom d'Eve sa femme, parce qu'elle était la mère de tous les vivants».

Eve a été appelée la «mère de tous les vivants» parce que tous ceux qui avaient la vie descendaient de son sein. Marie est aussi la mère de tous les vivants, mais bel et bien d'une meilleure façon. Marie est la mère de Jésus-Christ, qui est la vie elle-même et en qui toute vie est trouvée.

Jean 1, 4 : «En lui [Jésus] était la vie. Et la vie était la lumière des hommes».

Matthieu 1, 16 : «Marie, de laquelle est né Jésus ...»

Jean 14, 6 : «Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. "

Jésus est la Vie. Marie est donc littéralement la mère de la vie elle-même. Le parallèle avec Eve, la mère de tous les vivants, est clair. La différence est que Marie est la mère d'une vie qui est infiniment plus grande que l'existence humaine. Ceux qui vivent et meurent dans son Fils ont accès à la vie éternelle en Lui et deviennent de nouvelles créatures.

2 Corinthiens 5, 17 : «Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature».

L'accomplissement (Marie comme mère de tous les vivants) est encore plus grand que le type (Eve comme mère de tous les vivants).

EVE a été créée sans aucun péché

LA NOUVELLE EVE, MARIE, a aussi été créée sans aucun péché (immaculée conception)

Nous avons vu que la Bible indique que Marie est la nouvelle Eve. Donc la question est : dans quel état était créée l'âme d'Eve ? Eve a été créée dans Genèse 2 libre de tout péché. La création entière était parfaite jusqu'à ce que chute l'humanité. Adam et Eve ont tous deux été créés dans un état de justice originelle. Ils n'ont pas perdu cet état de perfection originelle, dans laquelle ils étaient libres de tout péché, jusqu'au péché originel dans Genèse 3.

Si Dieu a créé la première femme (la première Eve) sans aucun péché, alors il pourrait certainement créer la deuxième (et plus) Eve (la Vierge Marie) sans aucun péché. C'est exactement ce qu'il a fait. Il a dû le faire aussi pour une question de proportion et de justice parce qu'elle serait le premier membre de l'humanité rachetée.

DEFINITION DE L'IMMACULÉE CONCEPTION

Le pape Pie IX, Ineffabilis Deus, 8 décembre 1854 : «Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie, dans le premier instant de sa conception, par une grâce et un privilège accordé par Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, le Sauveur du genre humain, fut préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée par Dieu et donc doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

Certains pensent à tort que l'Immaculée Conception se réfère à la conception miraculeuse de Jésus dans le sein de la Vierge Marie. Ce n'est pas correct. Jésus a en effet été conçu sans péché dans le sein de Marie, mais l'Immaculée Conception se réfère à la conception de Marie dans l'utérus de sa mère. Dès le premier instant de sa création, elle a été préservée de toute souillure du péché originel, dont hérite tout autre membre de la race humaine (à l'exception de Jésus).

Dieu l'a préservé sans péché au regard des mérites salvateurs de Jésus-Christ. Il l'a fait pour Marie parce qu'elle devait être le navire béni et pur qui porterait le Dieu Très Saint. Afin d'amener la sainteté infinie, Marie devait être sacrée dès le premier instant de sa création.

Jésus a sauvé Marie d'une manière privilégiée

Donc, si Marie a été préservée de la tache du péché originel, est-ce que cela signifie qu'elle n'a pas besoin d'un Sauveur ? Non. Marie répond elle-même.

Luc 1, 46-47 : "Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. "

Dieu a sauvé Marie en l'empêchant de contracter le péché originel. Supposons qu'un homme tombe dans un trou profond dans la forêt, mais en est sorti par son ami. Il est vrai de dire que l'ami a sauvé l'homme. Supposons maintenant qu'un homme voit une femme marchant vers le trou profond, et la rattrape juste avant qu'elle ne tombe. Il l'empêche de tomber dans le trou, en premier lieu, afin qu'elle ne se blesse ou se salisse du tout. A t-il sauvé la femme ? Certes, il l'a fait. Il l'a sauvée d'une meilleure façon, en l'empêchant de tomber dans le trou et la souffrance de conséquences néfastes.

Voilà comment Dieu a sauvé Marie. Jésus était son Sauveur d'une façon encore plus importante, en l'empêchant de contracter jamais le péché originel, et en la préservant du péché tout au long de sa vie. Il l'a fait pour Marie, en raison de son rôle unique. L'impeccabilité de Marie est signalée par de nombreux types de la Bible.

Certains incrédules penseraient à la notion selon laquelle Dieu créerait quelqu'un de complètement libre du péché. Ils oublient que Dieu a créé le premier homme et la première femme sans péché.

La Bible enseigne que Marie est l'Arche de la Nouvelle Alliance

Nous allons maintenant voir comment la Bible identifie sans aucun doute Marie comme l'Arche du Nouveau Testament. Elle identifie Marie comme la contrepartie du Nouveau Testament à l'Arche de l'Ancien Testament. Marie est le nouveau et plus grand accomplissement de ce qui a été préfiguré par l'Arche de l'Ancien Testament. Cette information est la partie la plus importante et révélatrice sur le rôle profond de Marie.

Depuis qu'a été représentée la présence de Dieu, l'Arche de l'Ancienne Alliance / Testament était la chose la plus sainte et la plus puissante sur Terre en dehors de Dieu Lui-même. L'Arche de l'Alliance est un coffre sacré qui contenait les tables de pierre des Dix Commandements (Deutéronome 10, 5). L'Arche a également réalisé et représenté la présence spirituelle de Dieu sur terre. Quand Dieu parla à Moïse, c'était entre les deux chérubins qui sont sur l'Arche.

Nombres 7, 89 : "Et quand Moïse entrait dans la tente d'assignation pour parler avec le Seigneur, il entendit la voix qui lui parlait de dessus le propitiatoire qui est sur l'arche du témoignage, entre les deux chérubins, et il lui a parlé ".

Exode 25, 21-22 : "Et tu mettras le propitiatoire sur l'arche, et tu mettras dans l'arche le témoignage que je te donnerai. Et là je me rencontrerai avec toi, et je communierai avec toi de dessus le propitiatoire, d'entre les deux chérubins placés sur l'arche du témoignage, de toutes les choses que je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d'Israël. "

Voyons maintenant comment la Bible identifie Marie comme l'Arche de la Nouvelle Alliance.

L'Arche de l'Ancienne Alliance

La Vierge Marie

Contenu de la parole écrite de Dieu (Deut. 10, 5)

Contenu de la Parole de Dieu faite chair, Jésus (Jn 1, 1)

Jésus-Christ est la Parole de Dieu faite chair (Jean 1, 1). Donc, tout comme l'Arche de l'Ancienne Alliance contenait la parole écrite de Dieu, Marie (qui est l'Arche de la Nouvelle Alliance) contient de la Parole de Dieu faite chair.

Apocalypse (Révélation) 19, 13 : "Et il [Jésus] était vêtu d'un manteau parsemé de sang, et son nom est appelé, la Parole de Dieu. "

L'Arche de l'Ancienne Alliance

La Vierge Marie

A été «occultée» par la puissance et la présence de Dieu (Exode 40, 34-35)

A été «occultée» par la puissance et la présence du Très-Haut (Luc 1, 35)

Le tabernacle a été construit pour contenir l'arche sainte (Exode 40, 2-3). Quand Dieu descendrait sur le tabernacle et l'arche pour parler à Moïse, nous lisons dans Exode 40, 34-35 que le nuage de la gloire de Dieu ou de la présence visible (appelé la «Shekinah») «l'éclipsait». Le mot rare qui est utilisé pour décrire la façon dont cette présence unique de Dieu "occulteait" l'Arche est episkiasei dans la traduction grecque de l'Ancien Testament.

Exode 40, 34-35 : "Alors la nuée couvrit la tente d'assignation, et la gloire de l'Éternel remplissait le tabernacle. Et Moïse ne pouvait pas entrer dans la tente d'assignation, car la nuée l'éclipsait, et la gloire de l'Éternel remplissait le tabernacle. "

Le même mot «episkiasei» est utilisé dans le grec du Nouveau Testament pour décrire comment la présence de Dieu "occultait" la Vierge Marie. La Bible utilise cette langue uniquement sur l'Arche et sur Marie.

Luc 1, 35 : "Et l'ange lui répondit et lui dit : L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut doit t'éclipser : c'est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ».

Il en ressort clairement que la présence de Dieu éclipse Marie et descend sur elle - car elle est la nouvelle Arche - tout comme elle a éclipsé l'Arche de l'Ancienne Alliance. Cela révèle que Marie, tout juste une créature et infiniment moins que Dieu, est la nouvelle Arche. Elle dispose ainsi d'une connexion unique à Dieu, une sainteté unique, une sanctification et puissance uniques.

LA PREUVE étonnante de 2 Samuel 6 et Luc 1 que Marie est l'ARCHE DE LA NOUVELLE ALLIANCE

Considérons les parallèles étonnants que l'Ecriture nous donne entre ce qui s'est passé pour l'Arche de l'Ancienne Alliance dans 2 Samuel 6 (2 Rois 6 dans la Bible catholique Douay-Rheims), et ce qui est arrivé à la Bienheureuse Vierge Marie, l'Arche de la Nouvelle Alliance, dans le chapitre 1 de l'évangile de Luc. 2 Samuel 6 est l'histoire la plus complète dans la Bible au sujet de l'Arche de l'Ancienne Alliance. Luc 1 est l'histoire la plus complète dans la Bible concernant la Bienheureuse Vierge Marie.

L'Arche de l'Ancienne Alliance

La Vierge Marie

2 Samuel 6, 9 : "David craint le Seigneur ce jour-là et dit : Comment l'arche du Seigneur peut venir à moi ? "

Luc 1, 43 : "[Elizabeth dit]: Et comment est-ce possible pour moi, que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? "

David dit : «Comment l'arche du Seigneur peut venir à moi", tandis qu'Elizabeth demande : "que la mère de mon Seigneur vienne à moi». Elizabeth dit la même chose à Marie que David dit à propos de l'Arche, parce que Marie est l'Arche de la Nouvelle Alliance. La seule différence entre les deux états est littéralement que «mère» est utilisée lorsque l'Arche a été utilisé. La Bible nous dit que la mère du Seigneur = l'Arche. C'est ce que confirme sans aucun doute l'histoire plus loin.

David a sauté devant l'arche

Le nourrisson a sauté en présence de Marie

2 Samuel 6, 16 : " Comme l'arche de l'Éternel entrait dans la cité de David, Mical, fille de Saül, regardait par la fenêtre et vit le roi David sauter et danser devant l'Eternel ... "

Luc 1, 41-44 : «Et il arriva que, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit ... A l'instant où le son de ta salutation a frappé mon oreilles, l'enfant dans mon ventre a sauté de joie. "

David a sauté devant l'Arche, tout comme l'enfant dans le sein d'Elisabeth a bondi devant Marie (la nouvelle Arche).

L'Arche est resté pendant trois mois

Marie (l'Arche) est resté pendant trois mois

2 Samuel 6, 11 : " L'arche du Seigneur est resté dans la maison d'Obed-Edom de Gath pendant trois mois, et le Seigneur bénit Obed-Edom et toute sa maison. "

Luc 1, 56-57 : " Marie demeura avec elle environ trois mois, puis est retournée chez elle. Quand le temps pour Elizabeth fut venu, elle enfanta un fils . "

Dans 2 Samuel 6, nous lisons que l'Arche est restée avec Obed-Edom de Gath pendant trois mois. De même, dans Luc 1, nous lisons que Marie (l'Arche de la Nouvelle Alliance) est restée avec Elizabeth pendant trois mois.

2 Samuel 6, 11 mentionne également que l'Éternel a béni Obed-Edom et sa maison tandis que l'arche était présente. La «bénédiction» dans l'Écriture indique souvent une progéniture féconde. Dans cet état de fait, nous voyons un autre parallèle avec Luc 1 et Marie. Luc 1, 57 nous dit qu'après que Marie demeura avec Élisabeth, le Seigneur l'a bénie et sa maison avec la naissance d'un enfant, Jean-Baptiste.

David a entrepris de chercher l'Arche de Juda

Cela s'est produit lorsque Marie (l'Arche) est allé à Juda

2 Samuel 6, 2 : "Alors David et tous les gens qui étaient avec lui, partit pour Baala de Juda, pour faire monter de là l'arche de Dieu, qui porte le nom de l'Éternel des armées qui trône au-dessus des chérubins. "

Luc 1, 39-40 : "Au cours de ces jours, Marie partit et se rendit à la montagne à la hâte dans une ville de Juda, où elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. "

Comme nous le lisons ici, ces parallèles incroyables se sont produites lorsque David partit pour la montagne de Juda pour chercher l'Arche (2 Samuel 6, 2), et lorsque Marie, l'Arche de la Nouvelle Alliance, est allé à la montagne de Juda ( Luc 1, 39).

Le livre de l'Apocalypse (Apocalypse) indique aussi que Marie est l'Arche de la Nouvelle Alliance

Apocalypse 11, 19 - 12, 1 : «Et le temple de Dieu fut ouvert dans le ciel, et il apparut dans son temple l'arche de son alliance, et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et un tremblement de terre, et une forte grêle. [12, 1] Et il eu un grand signe apparut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles ».

La Bible n'a pas été écrite avec des chapitres ou versets indiqués. Il a fallu attendre le 12ème siècle pour que la Bible soit divisée en chapitres et versets. Par conséquent, l'auteur de l'Apocalypse, saint Jean l'Apôtre, a écrit ce qui commence le chapitre 12 en un flux continu immédiatement après que se termine le chapitre 11. A la fin du chapitre 11, nous lisons que l'Arche d'alliance / l'alliance de Jésus a été vu dans le ciel. Le verset suivant est Apocalypse 12, 1. Par conséquent, les mots qui terminent le chapitre 11 s'écoulent immédiatement dans les mots qui commencent le chapitre 12, sans aucune division.

Cela signifie que l'apparence de l'arche de l'alliance de Jésus à la fin du chapitre 11 - «l'arche de son alliance apparut dans son temple» (Apoc. 11, 19) - est immédiatement expliqué par la vision de «la femme» vêtue du soleil qui commence le chapitre 12, le verset suivant (Rev. 12, 1). Ceci indique que «la femme» revêtue du soleil, qui portait la personne divine dans son ventre (la Vierge Marie), est l'arche du Nouveau Testament.

L'Arche contenait la manne du désert

Marie contenait la manne du ciel, Jésus

Hébreux 9, 4 : «... l'arche de l'alliance recouverte tout autour d'or, dans laquelle était la cruche d'or qui contenait manne, la verge d'Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l'alliance. "

Jean 6, 48-51 : "Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure pas. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel ... et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. "

Il ne fait aucun doute que la manne dans le désert (Exode 16) préfigurait Jésus comme le Pain de Vie. Jésus établit un lien entre les deux dans Jean, chapitre 6. Il fait référence à la manne dans le désert, puis dit que sa chair est la vraie manne du ciel. Eh bien, la manne du désert a été placée à l'intérieur de l'Arche de l'Ancienne Alliance. Cela préfigure Jésus Christ lui-même (la vraie manne du Nouveau Testament) étant contenue en Marie, la Mère de Jésus.

Dans Hébreux 9, 4, nous voyons aussi que la verge d'Aaron a été placée à l'intérieur de l'Arche de l'Ancienne Alliance. Dans Nombres 17, nous lisons que cette tige a bourgeonné pour prouver le véritable grand prêtre. La verge d'Aaron, a ainsi signifié le vrai grand prêtre. Dans le Nouveau Testament, Jésus est décrit comme le véritable grand prêtre.

Hébreux 3, 1 : «C'est pourquoi, frères saints, participants à l'appel céleste, considérez l'apôtre et le Souverain Sacrificateur de notre confession, Jésus-Christ. "

Voir aussi Hébreux 6, 20, Hébreux 9, 11 et d'autres passages de plus prouvant que Jésus est le véritable grand prêtre. La conclusion inévitable est que la verge d'Aaron étant placée dans l'Arche préfigure Jésus-Christ, le vrai grand prêtre, contenu à l'intérieur de Marie (l'Arche de la Nouvelle Alliance).

Il n'y a absolument aucun doute que le Nouveau Testament indique que Marie est l'Arche de la Nouvelle Alliance. Cette preuve est indéniable.

Marie est l'Arche de la Nouvelle ALLIANCE signifie qu'elle est la chose la plus sacrée SUR TERRE EN DEHORS DE JÉSUS-CHRIST

L'Arche d'Alliance était la chose la plus sainte sur Terre en dehors de la présence de Dieu Lui-même. L'Arche était contenue dans le tabernacle, dans le saint des saints. La présence de l'arche est ce qui fait le saint des saints si sacré.

2 Chroniques (ou 2 Paralipomenon) 35, 3 : " Mettez l'arche sainte dans la maison qu'a bâtie Salomon, fils de David, roi d'Israël. "

L'Arche était si sainte que lorsque le peuple de Dieu la suivirent ils devaient garder une distance respectueuse.

Josue 3, 3-5 : " Lorsque vous verrez l'arche de l'alliance de l'Éternel, ton Dieu, et les prêtres de la race de Lévi qui la porte, tu te lèveras aussi, et les suivras car ils vont avant : Et vous laisserez entre vous et l'arche un l'espace de deux mille coudées que vous pourrez voir au loin, et savoir dans quelle direction vous devez aller : car vous ne passerez pas de cette façon devant:et prendrez soin de ne pas venir près de l'arche ".

Les personnes qui ont touché illégalement l'Arche ont été tuées.

2 Samuel 6, 6-7 : " Oza étendit la main vers l'arche de Dieu, et la saisit: parce que les bœufs donnaient des coups de pied et ont l'fait pencher de côté. Et la colère de l'Éternel fut embrasée contre Oza, et il le frappa pour sa témérité et il y mourut devant l'arche de Dieu ".

Les hommes de Bethsamès ont été tués parce qu'ils avaient osé se pencher sur l'Arche.

1 Samuel 6, 19 : "Et il frappa les gens de Beth Schémesch, parce qu'ils avaient regardé dans l'arche du Seigneur, il frappa soixante-dix hommes et du bas peuple cinquante mille ... "

Nous voyons comment Dieu a considéré comme sacré l'objet qui devait entrer en contact avec sa présence spirituelle.

Marie est la nouvelle Arche, elle a dû être sainte et créée sans péché

Dieu a donné les spécifications les plus précises pour la construction de l'Arche. Il a ordonné qu'elle soit faite avec de l'or le plus pur.

Exode 25, 10-13, 24 : " Et ils feront une arche de bois d'acacia : deux coudées et demie sa longueur sera de ceux-ci, et une coudée et demie de large, et une coudée et demie de haut. et tu les couvriras d'or pur, intérieurement et extérieurement, et tu feras une bordure d'or tout autour. Et tu fondra quatre anneaux d'or, et les mettras aux quatre coins, deux anneaux doivent être dans l'un des côtés, et deux anneaux de l'autre côté de celui-ci. Et tu feras des barres de bois d'acacia, et tu les couvriras d'or ... "

Il est intéressant de noter que l'Arche ne devait pas seulement être recouverte d'or tout autour, mais il y a une référence spécifique pour une «couronne d'or tout autour».

L'Arche de l'Ancienne Alliance avait une couronne d'or

La Vierge Marie (la Nouvelle Arche) a également une couronne

Exode 25, 11 : "Et toi ... feras sur elle une couronne d'or tout autour. "

Apocalypse 12, 1 : "et il paru un grand signe dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles."

L'Arche de l'Ancienne Alliance devait être parfaite et sainte, parce qu'elle était le siège de la présence spirituelle unique de Dieu. La sainteté de Dieu ne pouvait pas être ternie par le contact avec ce qui avait des défauts. De même, et à un degré supérieur, la Vierge Marie, comme la nouvelle Arche et porteuse de Jésus-Christ, a dû être créée sans péché et dans un état de perfection.

Elle ne contient pas seulement la présence spirituelle de Dieu, mais Jésus-Christ (Dieu Lui-même). Elle ne contient pas seulement la parole écrite de Dieu, mais la Parole de Dieu faite chair (Jean 1, 1). Par conséquent, Marie doit être parfaite. Elle doit être exempte de tout péché. Elle doit être toujours vierge et intacte d'homme.

Si l'Arche de l'Ancienne Alliance, qui contenait les tables écrites de la loi et a été éclipsée par la présence spirituelle de Dieu, a dû être recouvert d'or le plus pur et a dû être construite selon les spécifications les plus précises de Dieu, comment beaucoup plus grande est la construction par Dieu de Marie, l'Arche de la Nouvelle Alliance ? La réalisation est plus grande que le type. Marie, l'Arche de la Nouvelle Alliance, doit être et est plus grande que l'Arche de l'Ancienne Alliance.

Tout comme l'Arche de l'Ancienne Alliance, Marie doit également avoir un pouvoir énorme sur le diable et les ennemis de Dieu. Elle doit avoir un pouvoir unique d'intercession auprès de Dieu, en amenant ses bénédictions et en aidant le peuple de Dieu, tout comme l'Arche de l'Ancienne Alliance l'a fait.

Tout comme l'Arche de l'ancienne alliance, Marie a un pouvoir unique d'intercession, elle a une impressionnante puissance contre les ennemis de DIEU, sur le diable ET D'AIDE DU PEUPLE DE DIEU

L'Arche de l'Ancienne Alliance avait le pouvoir impressionnant frapper. Quand elle fut prise par les Philistins, des choses extraordinaires se sont produites contre eux et leur faux dieu, Dagon.

1 Samuel 5, 1-5 : «Et les Philistins prirent l'arche de Dieu, et la transportèrent à partir de la pierre du Secours à Azot. Et les Philistins prirent l'arche de Dieu, et la firent entrer dans le temple de Dagon et la placèrent à côté de Dagon. Et quand les Azotiens se levèrent tôt le lendemain, voici que Dagon gisait sur son visage sur le sol, devant l'arche de l'Éternel, et ils prirent Dagon, et le mirent de nouveau à sa place. Et le lendemain encore, quand ils se levèrent le matin, ils trouvèrent Dagon couché sur son visage sur la terre devant l'arche de l'Éternel, et la tête de Dagon et les deux paumes de ses mains étaient abattues sur le seuil : seule la souche de Dagon était restée à sa place. Pour cette raison, les prêtres de Dagon, et tous ceux qui entrent dans la bande du temple se tenaient sur le seuil de Dagon dans Azot jusqu'à ce jour. "

Les Philistins ont commencé à être détruits pour avoir pris l'Arche. Cela les a incité à faire revenir l'Arche à leurs ennemis, les Israélites.

1 Samuel 5, 7 : "Et les hommes d'Azot voyant ce genre de fléau, déclarèrent : L'arche du Dieu d'Israël ne doit pas rester avec nous, car sa main est lourde sur nous et sur Dagon, notre dieu. "

L'Arche a semé la terreur mortelle sur la face des ennemis de Dieu.

1 Samuel 5, 10 : "Et quand l'arche de Dieu était venue dans Accaron, les Accaronites criaient, disant : Ils ont apporté l'arche du Dieu d'Israël, pour nous, pour nous et tuer notre peuple. "

Les eaux du Jourdain ont été miraculeusement asséchées par l'Arche.

Josué 3, 13-14 : "[Et l'Éternel dit à Josué:] Et quand les prêtres qui portent l'arche de l'Éternel, le Dieu de toute la terre, fixent la plante de leurs pieds dans les eaux du Jourdain, les eaux qui sont au-dessous sont délabrées et s'éteignent: et celles qui viennent d'en haut, doivent s'unir sur un tas. Ainsi, les gens sont sortis de leurs tentes pour passer le Jourdain, et les sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance devant eux ... "

Marie, la nouvelle Arche, a ce pouvoir, et même plus, car la réalisation est plus grande que le type et le Nouveau Testament est plus grand que l'ancien. Nous devons maintenant couvrir plus de preuves biblique pour l'enseignement catholique sur Marie.

La terre d'où Adam fut créé est un type de Marie et de sa préservation du péché (Immaculée Conception)

Nous avons établi que Jésus-Christ est le nouvel Adam. Adam a été formé à partir de la terre ou du sol.

Genèse 2, 7 : « Et l'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre [adamah], et souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint une âme vivante. "

Le mot hébreu pour «terrain» est Adamah. C'est un nom féminin. Adam est ainsi nommé parce qu'il venait de la Adamah, son nom signifie fils de la terre, fils de l'Adamah. (Ce point a été fait par Gerry Matatics, biblique fondation internationale, Dunmore, PA)

Ce point pourrait être développé, mais il est clair que, à un certain niveau, la terre d'où Adam fut créé est un type de Marie. Le premier Adam a été créé par Dieu à partir du sol, et le second Adam (Jésus-Christ) a pris chair de Marie, sa mère. Donc la question est : quel était l'état de la Terre lors de sa création ?

Genèse 1, 31 : « Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Et le soir et le matin fut le sixième jour. "

La Terre à partir de laquelle le premier Adam a été formé - et même la totalité de la création de Dieu avant la chute - a été complètement béni, achevé et parfait. Le péché et la malédiction n'avaient pas leur place en elle.

Marie, qui donne naissance au deuxième et plus grand Adam (Jésus-Christ), doit également être complètement bénie, achevée et parfaite. Elle doit être préservée de toute souillure du péché et de la malédiction du péché originel. C'est ce qu'on appelle l'Immaculée Conception.

SEULE Marie et son impeccabilité remplit pleinement ce qui est prédit dans Genèse 3, 15 : "Je mettrai une inimitié entre toi [LE SERPENT] ET LA FEMME ..."

Peu de temps après la chute d'Adam et Eve, Dieu fait cette prophétie.

Genèse 3, 14-15 : «Et l'Éternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs ; tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie : Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; elle t'écrasera la tête et tu feras embuscade à son talon ". 2

Dieu dit qu'il y aura inimitié - hostilité, division, opposition - entre le diable et «la femme». Dans le même contexte, nous lisons qu'à la semence de la femme, sera accordée la victoire, par la femme et sa postérité. Dans la Bible, les enfants et les descendants d'un homme sont appelés sa semence. La semence de la femme est donc quelque chose d'unique. Elle se réfère à un enfant qui est produit par une femme seule. Il s'agit évidemment de la conception virginale et la naissance du sein de la Vierge Marie, la mère de Jésus. La «semence» de la femme se réfère à Jésus Christ.

Par conséquent, la femme identifiée ici comme ayant l'opposition ou l'hostilité avec le serpent est clairement Marie, la mère de Jésus-Christ. La femme n'est pas Eve, qui a cédé au serpent. C'est Marie.

Dieu dit qu'Il mettrait un inimitié ou opposition entre le serpent et la femme. En conséquence, Marie doit être totalement préservée du péché. Car quand on pèche, on n'est pas en opposition au diable, mais on se donne plutôt pour le diable.La seule façon dont la femme pourrait avoir opposition complète et définitive au serpent est par la préservation du péché et du péché d'Adam.

Le fait que Marie est cette «femme», et donc totalement libre de la domination du péché et du diable, est la raison pour laquelle Jésus appelle Marie «femme» dans le Nouveau Testament. Jésus n'appelle jamais sa mère, mais beaucoup de non-catholiques pensent que c'était la façon de rabaisser sa mère et minimiser son rôle pour Jésus de l'appeler «femme». Au contraire, Jésus a identifié Marie comme la «femme» de Genèse 3, 15.

Genèse 3, 15 : " Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : elle t'écrasera la tête et tu seras couché en embuscade de son talon. "

Jean 2, 3-5 : "Et le vin faisant défaut, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont plus de vin. Et Jésus lui dit : Femme, qu'est-ce que cela entre moi et toi ? Mon heure n'est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs : tout ce qu'il vous dira, faites-le ".

Quelques lectures superficielles de Jean 2, 3-5 ont laissé aux gens l'impression que Jésus réprimandait sa mère aux noces de Cana. Cependant, il révèle en fait la puissance de l'intercession de Marie avec Lui. Jésus a dit que son heure n'était pas encore venue, en d'autres termes, ce n'était pas encore le temps pour lui de révéler ses pouvoirs miraculeux. C'était sa conception d'attendre plus longtemps. Néanmoins, à l'instigation de sa mère, qui avait de la compassion pour le couple nouvellement marié, Jésus a fait le miracle de toute façon. Il a fait ce (son premier) miracle à l'instigation de sa mère, même si son heure "n'était pas encore venue". C'est un excellent exemple de la façon dont les grâces sont obtenues de Jésus par Marie - grâces qu'il ne pourrait pas autrement être tenté de donner.

Beaucoup de non-catholiques objectent aussi que si Marie est si importante, pourquoi Jésus permet aux écrivains de l'Evangile de peut-être donner l'impression qu'il rabaissait la place de sa mère ? Ils affirment que certains versets donnent cette impression, ou ne font pas beaucoup pour dissiper cette notion. La réponse est que Dieu ne remet pas des perles aux pourceaux (Matthieu 7, 6). Il dissimule souvent légèrement ses vérités, ou les met juste sous la surface, de sorte que les efforts superficiels ou des personnes sincères vont passer sur eux ou être laissés avec une mauvaise impression. Cependant, ceux qui sont plus patients et creusent plus profondément - ou qui, tout simplement font confiance à l'Église que Jésus a établi - trouvent le joyau et le vrai sens.

Luc 8, 8-10 : «Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende. Et ses disciples lui demandèrent ce que cette parabole pouvait être. Il leur dit : A vous il est donné de connaître le mystère du royaume de Dieu ; mais pour les autres c'est en paraboles, afin qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils ne comprennent ".

C'est tellement vrai dans le cas de l'enseignement de la Bible sur le rôle profond de Marie. Les lectures superficielles et les efforts sincères vont garder les gens aveugles sur elle. Mais elle est là dans l'Écriture. Marie est la nouvelle Eve et la femme de Genèse 3, 15, comme nous l'avons vu. Elle est également l'Arche de la Nouvelle Alliance et beaucoup plus, comme nous le verrons. C'est tout ce qu'il y a dans la typologie biblique et dans de nombreux passages plus profondément compris, mais beaucoup restent inconscients de cela. En voyant ils ne voient point, et en entendant ils n'entendent pas. Ayant échoué à faire confiance à l'unique Eglise que le Christ a établi, ils ont malheureusement acquis une compréhension superficielle et erronée de l'enseignement de la Bible.

Jean 19, 26 : "Jésus donc voyant sa mère, et le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Après cela, il dit au disciple : Voici ta mère. Et dès cette heure, le disciple [Jean] la prit pour sa propre ".

Bien que d'autres femmes étaient au pied de la croix, Jésus distingue sa mère. Jésus l'appelle à nouveau rien d'autre que «femme» car elle est la femme de Genèse 3, 15 : celle en opposition complète avec le serpent. Jésus appelle également Saint-Jean à prendre sa mère pour lui-même.

L'ÂME DE MARIE exalte le Seigneur, Le Tout-Puissant a fait de grandes CHOSES pour elle

Dans Luc 1, nous voyons un aperçu des privilèges uniques que Dieu a accordé à Marie.

Luc 1, 46-50 : "Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur. Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Parce qu'il a regardé l'humilité de sa servante, car voici désormais toutes les générations me diront bienheureuse. Parce que celui qui est puissant, a fait de grandes choses pour moi , et son nom est saint. Et sa miséricorde est de générations en générations, pour ceux qui le craignent ».

La Bible dit que l'âme de Marie exalte le Seigneur, elle ne Le diminue pas. Marie n'enlève rien à Jésus, mais amène les gens à Jésus. L'Arche de l'Ancienne Alliance signifiait la puissance et la présence de Dieu. Quand elle était en leur présence, elle les agitait à la dévotion, à la confiance et à l'amour du Tout-Puissant. De la même façon, mais encore plus de la même manière, Marie, la nouvelle Arche, dirige et nous centre puissamment autour de Jésus Christ. Tout Marie a et tout ce que Marie est vient du fait d'être la mère de Jésus Christ. Il a fait de grandes choses pour elle par sa préservation du péché.

Il faut également faire une mention spéciale de Luc 1, 48, où Marie prophétise que «toutes les générations l'appeleront» "bénie". C'est une prophétie sur la prière catholique Je vous salue Marie. Depuis des générations, les catholiques ont prié : «Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton sein, Jésus. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen. "

La Bible dit que Marie est «pleine de grâce», ce qui signifie sans péché

Luc 1, 27-31 : "... et le nom de la vierge était Marie. Et l'ange étant venu, lui dit : Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi: tu es bénie entre toutes les femmes. Après avoir entendu, elle fut troublée à sa parole et pensa en elle-même ce que pouvais signifier cette salutation. Et l'ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ".

Les Bibles protestantes modernes ne traduisent pas Luc 1, 28 comme il devrait «Je vous salue, pleine de grâce» : mais "Réjouis-toi fille fortement favorisée" ou quelque chose de semblable. Les traductions protestantes ont tort. Il ya un certain nombre de moyens simples pour montrer qu'ils ont tort. Le mot dans l'original grec est kecharitomene. Ce mot est directement concernée par l'idée de «grâce». Les savants grecs soulignent que kecharitomene vient de la racine du mot charis, qui a une signification littérale de «grâce». Sur près de 150 apparitions, le roi Jacques (une Bible protestante) traduit charis comme «grâce» 129 fois.

Il est également extrêmement important de noter que les premières traductions protestantes ont Luc 1, 28 comme «pleine de grâce» ou l'équivalent. Le célèbre protestant William Tyndale (1494-1536) est considéré comme un héros chez certains protestants. Sa version de la Bible a été traduite en anglais précoce moderne autour de 1525. Tyndale traduisit Luc 1, 28 comme : " Salut pleine de grâce Le Seigneur est avec vous : vous êtes béni entre les femmes". (http://wesley.nnu.edu/biblical_studies/tyndale/). L'anglais protestant Thomas Cranmer (1489-1556) a également rendu le passage comme «pleine de grâce».

Saint Jérôme (347-420) a été le bibliste de l'Eglise ancienne. Même les traducteurs protestants de la Bible King James 1611 ont appelé Saint-Jérôme "un père plus savant, et le meilleur linguiste sans controverse, de son âge ou de tout ce qui marchait avant lui" (De la préface du traducteur 1611 LSG). Saint-Jérôme traduit «kecharitomene» comme «Gratiae plena», qui signifie «pleine de grâce» dans la Vulgate latine. "Grace" a également été accepté comme la traduction correcte dans le Nouveau Testament dhouai-Reims en 1582.

Les photos de la Parole du Nouveau Testament, par le célèbre savant grec protestant AT Robertson, dit ceci au sujet de Luc 1, 28 :

"Très favorisé (kecaritomene). Participe passé passif de carito et les moyens dotée de grâce (Cariss), enrichi avec la grâce comme dans Ephésiens 1, 6 ... La Vulgate Gratiae plena est juste, si elle signifie «pleine de grâce que tu as reçu» ; mauvaise, si cela signifie «pleine de grâce que tu as à donner». (Robertson, images de mot du Nouveau Testament , Luc 1:28).

Marie est «pleine de grâce», ce qui en soi suggère fortement qu'elle est sans péché, car la grâce est en opposition au péché. L'ange ne dit pas que Marie sera pleine de grâce, mais qu'il a rencontré Marie déjà dans cet état. Elle a été conçue dans cet état. En outre, Marie est appelée «bénie entre les femmes» parce que sa position est unique.

Marie était vierge PERPETUELLE

Nous avons vu que Marie est la nouvelle Eve et l'Arche de la Nouvelle Alliance. Maintenant, nous devons regarder la preuve biblique de la virginité perpétuelle de Marie. La plupart des protestants de nos jours rejettent la virginité perpétuelle de Marie, ils pensent qu'elle contredit la Bible. Beaucoup d'entre eux seront choqués de découvrir que les premiers protestants, dont Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli et d'autres croyaient tous en la virginité perpétuelle de Marie. L'idée que Marie a cessé d'être une vierge et a eu d'autres enfants en dehors de Jésus a été inventée de nombreuses générations après l'originelle "Réforme" protestante. Ainsi, la position protestante sur cette question est non seulement en contradiction avec l'ancienne tradition catholique et la Bible (comme nous le verrons) , mais aussi avec leur propre «tradition» protestante.

MATTHIEU 1, 25 ne réfute pas la virginité perpétuelle de MARIE

La première chose que les protestants citent généralement contre la virginité perpétuelle de Marie est Matthieu 1, 25.

Matthieu 1, 24-25 : "Puis Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme : Et il ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle eût enfanté son fils premier-né, et il l'appela du nom de Jésus ».

Selon les protestants, c'est ce qui prouve que Marie a cessé d'être une vierge après la naissance de Jésus. C'est tout à fait faux. Le mot grec pour «jusqu'à ce que» ou «jusqu'à» (HEOS) n'implique pas que Joseph avait des relations conjugales avec Marie après la naissance de Jésus Christ. Cela signifie simplement qu'ils n'avaient pas de relations jusque-là, sans rien dire à propos de ce qui s'est passé après ce point. Ceci est prouvé par de nombreux passages ci-dessous. Nous devons également garder à l'esprit que la Bible a été écrite il y a plusieurs milliers d'années. Elle a été écrite à une époque et dans des langues qui n'expriment pas et n'impliquent pas les choses de la même façon qu'elles seraient exprimées et implicites en anglais moderne.

Par exemple, dans 2 Samuel 6, 23 (2 Rois 6, 23 dans la Bible Douay-Rheims catholique ou la Vulgate), nous lisons que Dieu a maudit Mical, femme de David. Il l'a maudit parce qu'elle se moquait de David sur la manière dont il se réjouissait devant l'Arche de l'Alliance. En conséquence, Michal n'avait pas d'enfants "jusqu'au" (jusqu'à ce que) jour de sa mort.

2 Samuel 6, 23 : "C'est pourquoi Michal, fille de Saül n'avaient pas d'enfant jusqu'au jour de sa mort. "

Est-ce à dire que Michal a commencé à avoir des enfants après sa mort ? Évidemment, cela ne le fait pas. Ce verset démontre que lorsque l'Ecriture décrit quelque chose comme vrai "jusqu'à ce que" ou "avant" un certain point, cela ne signifie pas nécessairement que cela a cessé d'être vrai après ce point. Voici de nombreux autres exemples :

Hébreux 1, 13 : "Mais à qui des anges a t-il jamais dit, assis toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? "

Il s'agit du Fils de Dieu. Est-ce à dire qu'il va cesser de s'asseoir à la droite du Père, après que les ennemis de Dieu sont devenus son marchepied ? Évidemment, cela ne le fait pas. Il restera à la droite de Dieu le Père.

1 Timothée 4, 13 : " Jusqu'à ce que je vienne, appliques -toi à la lecture, à l'exhortation, à l'enseignement. "

Cela signifie qu'ils doivent abandonner la lecture et la doctrine après qu'il soit venu ? Évidemment, cela ne le fait pas.

Actes 23, 1 : "Paul, le regards fixé sur le sanhédrin, dit : Hommes frères, j'ai vécu en toute bonne conscience devant Dieu jusqu'à ce jour. "

Est-ce à dire que Paul a nécessairement cessé d'avoir une bonne conscience après ce jour-là ? Évidemment, cela ne le fait pas.

La préposition «avant» peut être utilisé de la même façon.

Jean 4, 49 : "Descends avant que mon enfant meure. "

Ici, nous voyons que le mot «avant» peut être utilisé d'une manière similaire au mot "jusqu'à ce que". Cet enfant n'est pas mort, Jésus l'a guéri (Jean 4, 50). Ainsi, la déclaration dans Matthieu 1, 18, qui est citée ci-dessous, selon laquelle Marie était enceinte "avant" qu'elle et Joseph se soient réunis, ne signifie pas qu'ils se soient réunis ensemble après qu'elle ait été enceinte. Cela signifie simplement qu'elle était enceinte sans aucun contact sexuel.

Matthieu 1,18 : «Maintenant, voici la génération du Christ. Lorsque Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, avant qu'ils eussent habité ensemble, elle se trouva enceinte du Saint-Esprit ".

Il est tout à fait certain, donc, que Matthieu 1,25 et Matthieu 1, 18 ne contredisent pas la virginité perpétuelle de Marie en aucune façon. Les protestants ne peuvent prétendre légitimement que ces passages constituent la preuve selon laquelle Marie a cessé d'être vierge. Ces passages ne prouvent pas sa virginité perpétuelle, non plus. Sa virginité perpétuelle est prouvée par d'autres choses dans la Bible.

QU'EN EST-IL DU FILS «premier-né» - Est-ce que cela implique d'autres enfants ?

Luc 2, 7 : "Et elle mit au monde son fils premier-né, et elle l'enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie ».

Matthieu 1, 25 : "Et il ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle eût enfanté son fils premier-né, et il l'appela du nom de Jésus."

«Fils premier-né» est un titre juridique donné à un enfant mâle premier-né dans une famille juive : en d'autres termes, il est donné à un enfant mâle qui est aussi le premier enfant.

Dieu a ordonné spécifiquement aux Israélites de sanctifier (c.-à-d. mis à part) leurs premiers-nés pour une consécration spéciale et le service de Dieu. Le titre de «fils premier-né» a tenu une importance supplémentaire parce que cet enfant a droit à une double portion de l'héritage (Deut. 21, 17). Ce titre de «fils premier-né» était donné à l'enfant indépendamment du fait que la femme eu d'autres enfants après lui. A titre d'exemple : nous pouvons le voir dans une inscription grecque tombe à Tel el Yaoudieh (cf."Biblica"11, 1930 369-90) pour une mère qui est morte en couches :« Dans la douleur de livrer mon premier enfant, le destin m'a amené à la fin de la vie. »(Cité dans« frères et sœurs de Jésus », par William plus)

Dans Exode 13 et 34, nous lisons au sujet de la prescription de Dieu que le premier-né Lui sera consacré. Il y avait une cérémonie pour la «sanctification du premier-né» (Exode 13 et 34, 20). Ce n'est pas comme s'ils reportaient la cérémonie pour le «fils premier-né» qu'après que la femme a eu un deuxième enfant.

Exode 13, 2,12 : «Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d'Israël, tant des hommes que des animaux: il m'appartient ... Tu mettras à part tout ce qui ouvre la matrice pour le Seigneur, et tous premiers sortsi de tes troupeaux : tout ce que tu auras du sexe masculin, tu le consacreras au Seigneur ».

Ainsi, la déclaration que Jésus était le «fils premier-né» de Marie (Luc 2, 7) ne signifie en aucune façon que la virginité perpétuelle de Marie soit contredite. Cela signifie simplement qu'il était son premier enfant et masculin. Cela ne dit rien quant à savoir tout ce qui est venu plus tard.

Qu'en est-il des «frères» de Jésus ?

Les non-catholiques rapportent souvent les passages qui mentionnent les «frères et sœurs» de Jésus. Tout d'abord, il faut dire que jamais une fois ces «frères» sont décrits comme les enfants de Marie, la mère de Jésus.

Marc 6, 3 : «N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joseph, et de Juda, et de Simon ? Et ne sont-ce pas ses sœurs ici parmi nous ? Et ils étaient scandalisés à son sujet. "

Matthieu 13, 55 : «N'est-ce pas le fils du charpentier ? N'a-il pas pour mère la nommée Marie ? Et ses frères, Jacques, Joseph, et Simon et Jude? "

Dans l'original grec les mots utilisés sont adelphoi («frères») et Adelphe ("soeurs"). Les mots adelphoi et Adelphe peuvent se référer aux frères et sœurs réels. Cependant, la Bible utilise aussi ces mots pour décrire les personnes qui ne sont pas frères, mais cousins ou parents ou frères d'étape ou de proches voisins.

La Bible dit qu'Abraham était le frère de LOT, mais il ne l'était pas littéralement

Lot était le neveu d'Abraham. Abraham qui était son oncle (voir Genèse 11, 31 ; 14, 12). Pourtant, la Bible décrit comme deux fois Lot "le frère" d'Abraham. C'est parce que le mot «frère» ne signifie pas nécessairement un frère. Comme indiqué plus haut, cela peut signifier un cousin ou un parent ou un beau-frère ou un ami proche de la famille.

Genèse 14, 14 : "Quand Abram avait entendu, à savoir que son frère Lot a été pris ... "

Lot était le neveu d'Abraham

La Bible l'appelle également son «frère»

Genèse 11, 27 : «Maintenant, ce sont les générations de Terah : Térah engendra Abram, Nahor, et Haran, et Haran engendra Lot. "

Genèse 12, 5 : "Et Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère ... "

Genèse 14, 12 : "Et ils ont pris Lot, fils du frère d'Abram, qui demeurait à Sodome, et ses biens, et partirent. "

Genèse 14, 14 : "Et quand Abram eut appris que son frère [Lot] avait été fait prisonnier ... "

Genèse 14, 16 : "Et il ramena aussi Lot son frère ... "

Certains protestants tentent de répondre à ce point en affirmant que l'Ancien Testament n'a pas été écrit en grec, mais en hébreu. Par conséquent, disent-ils, le cas de lot ne prouve pas que adelphos puisse se référer à une personne qui n'est pas littéralement un frère. Cela est réfuté en soulignant que tout l'Ancien Testament a été écrit en hébreu, il a été célèbrement traduit en grec par soixante-dix érudits quelques siècles avant la venue du Christ. Cette traduction célèbre est appelée la Septante.

Cette traduction grecque de l'Ancien Testament, la Septante, est cité environ 300 fois par les écrivains inspirés du Nouveau Testament. Cela signifie que les auteurs du Nouveau Testament ont accepté la version des Septante. Dans la Septante, le même mot grec adelphos est utilisé pour décrire Lot comme frère d'Abraham. Adelphos est la forme singulière de adelphoi, le mot utilisé dans le Nouveau Testament pour les «frères» de Jésus. Par conséquent, l'Ancien Testament utilise adelphos pour décrire quelqu'un qui n'est pas littéralement un frère.

Mais ce point peut également être prouvé dans le Nouveau Testament. Dans Actes 3, 17 et Romains 9, 3, nous voyons que adelphoi (frères) est utilisé pour décrire les personnes de la même nationalité qui ne sont pas frères et sœurs. Considérez ces versets comme le coup de grâce de l'argument protestant à cet égard.

Par ailleurs, dans Luc 10, 29, Matthieu 5, 22 et Matthieu 7, 3, nous voyons que adelphos («frère») est utilisé pour voisin, pas nécessairement frère.

MAIS IL y a un mot grec pour cousin, anepsios : si les frères de Jésus étaient cousins, PLUTÔT QUE FRÈRES, pourquoi anepsios n'est pas UTILISÉ ?

L'Eglise catholique enseigne que Marie est toujours vierge et n'avait pas d'autres enfants. L'Eglise catholique n'enseigne pas que tous les «frères» de Jésus étaient forcément ses cousins. Ils ont peut-être été des parents élargis ou des amis proches ou des personnes considérées comme faisant partie de la famille par le mariage ou le droit ou la patrie. Par exemple, dans 2 Samuel 1, 26, le roi David appelle Jonathan, son «frère». Jonathan et David n'étaient pas frères ou cousins. David avait épousé la sœur de Jonathan, Michal, la fille du roi Saül. Alors David l'a épousé dans la famille.

Le nombre de «frères» de Jésus (adelphoi ) mentionnés dans la Bible semble suggérer que certains d'entre eux n'étaient même pas proches, mais considérés comme faisant partie de la famille par d'autres moyens. Si un seul ou quelques-uns n'étaient pas des cousins, mais proches ou des voisins plus proches ou des amis proches de la famille, alors le mot adelphoi aurait été utilisé. Par conséquent, le fait que le mot pour le cousin n'a pas été utilisé ne signifie en aucune façon prouver que Marie a eu d'autres enfants .

PREUVE que MATTHIEU 27, 56 montre que les «FRÈRES» de Jésus n'étaient pas ses frères et sœurs

Matthieu 13, 55 : «N'est-ce pas le fils du charpentier ? N'est-ce pas sa mère la nommée Marie, et ses frères, Jacques, Joseph, et Simon et Jude ? "

Jacques et Joseph sont deux des noms donnés comme des «frères» de Jésus. On peut montrer, par les points suivants, que ceux-ci étaient des enfants d'une autre femme et non frères et sœurs de Jésus. S'il vous plaît suivez attentivement.

Il y avait trois femmes au pied de la Croix : 1) la Bienheureuse Vierge Marie (la mère de Jésus), 2) Marie, femme de Cléophas (qui est dite être la sœur de la Vierge Marie), et 3) Marie-Madeleine.

Jean 19, 25 : "Maintenant, il se tenait près de la croix de Jésus [1] sa mère, et [2] la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et [3] Marie-Madeleine."

Marie, femme de Cléophas, est aussi décrite comme "l'autre Marie" dans Matthieu 28, 1. La Bible nous dit que Jacques et Joseph sont les enfants de cette Marie :

Matthieu 27, 56 : «Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. "

Ainsi, Jacques et de Joseph (qui sont appelés les «frères» de Jésus) ne sont pas Ses frères et sœurs, mais au moins ses cousins. Cependant, ils ne sont probablement pas encore cousins germains. C'est parce que Marie de Cléophas (la mère de Jacques et de Joseph), qui est appelée la «sœur» de la mère de Jésus (Jean 19, 25), est aussi nommée Marie. Il est extrêmement peu probable que deux frères et sœurs dans une famille hébraïque aient pu avoir le même nom. Très probablement, elles ne sont pas soeurs, mais les membres d'un même clan duquel elles ont été appelées «sœurs» de la même manière que Jacques, Joseph, Simon et Jude ont été appelés «frères» de Jésus. Tout cela montre qu'aucune des déclarations contenues dans la Bible au sujet des frères et sœurs de Jésus ne réfute, en aucune façon, la virginité perpétuelle de la Bienheureuse Vierge Marie. Maintenant, nous devons regarder la preuve selon laquelle Marie n'avait pas d'autres enfants et qu'elle était perpétuellement vierge.

Jean 19, 26 prouve que Marie n'a pas eu d'enfant en plus de JESUS

En mourant sur la croix, Jésus confie sa mère à la garde de l'apôtre saint Jean.

Jean 19, 26-27 : "Quand Jésus donc vit sa mère, et le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Après cela, il dit au disciple : Voilà ta mère. Et à partir de cette heure, le disciple [Jean] la prit pour sa propre".

Les chercheurs soulignent que ce fut un acte officiel de mandatement (Gerry Matatics, op. cit.). Jésus a confié sa mère à Saint-Jean afin qu'il prenne soin d'elle.Si Marie avait d'autres enfants, comme les protestants soutiennent, Jésus n'aurait pas dit à saint Jean de prendre Marie pour sa mère. Elle aurait été mis sous la garde d'un de ses nombreux «frères». Le fait que Jésus ait confié Marie à Saint-Jean prouve qu'elle n'avait pas d'autres enfants.

Les protestants tentent de répondre à ce point en affirmant que les «frères» de Jésus n'étaient pas croyants et c'est pourquoi Jésus l'a confié à saint-Jean. Cependant, cela est réfuté par Actes 1, 14 qui indique que les «frères» de Jésus étaient croyants. Jésus savait certainement qu'ils étaient ou deviendraient croyants et, par conséquent, il n'aurait pas confié sa Mère à saint Jean s'ils étaient ses frères et sœurs.

Il est également très significatif que, lorsque Jésus se trouva dans le temple à 12 ans, il n'y ait aucune indication que Marie et Joseph ont eu d'autres enfants (Luc 2, 41-51). L'indication est qu'il est un enfant unique. Il est aussi appelé «le fils de Marie» (Marc 6, 3), et non comme un fils de Marie. Pas une seule fois Marie est dite avoir eu d'autres enfants.

LA RÉPONSE DE MARIE à l'ange dans Luc 1 indique qu'elle avait fait un vœu de virginité perpétuelle

Luc 1, 30-34 : "Et l'ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père et il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. Alors Marie dit à l'ange : Comment cela se fera, puisque je ne connais pas d'homme ? "

L'ange apparaît à Marie et lui dit qu'elle concevra et enfantera un fils. Marie répond en disant : «Comment cela se fera, puisque je ne connais point d'homme ?" La signification réelle est : Comment cela se fera puisque je suis vierge. Comment est-ce possible ? Marie comprend comment les enfants sont conçus. Sa réponse n'a de sens que si elle avait fait vœu de virginité à vie. Elle demandait comment elle pouvait concevoir tout en étant vierge.

Il convient également de souligner que l'engagement de Marie à Joseph ne contredit pas l'idée selon laquelle elle avait fait un tel vœu. Le comportement moral dicté à cette époque était que les femmes commises à la virginité devaient avoir un protecteur masculin qui aurait gardé et respecté le vœu. C'était le rôle de Joseph.

Il est inimaginable que l'Arche de la Nouvelle Alliance PUISSE avoir des contacts sexuels

Nous avons déjà vu que la Bible enseigne clairement que Marie est l'Arche de la Nouvelle Alliance. Comme la créature la plus sainte sur Terre et le navire du Très-Haut, et ce serait totalement incongru - complètement en désaccord avec la dignité et le rôle de l'Arche - de penser qu'elle aurait pu avoir tout contact sexuel. Pour préparer les gens à la venue de Dieu sur le mont.Sinaï, Moïse a dit :

Exode 19, 14-15 : "Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, et pour les sanctifier. Et quand ils eurent lavé leurs vêtements, il leur dit : soyez prêts pour le troisième jour, et n'approchez vos femmes ".

Quand David était en fuite et avec le pain nécessaire du prêtre, nous lisons :

1 Samuel 21, 4 : "Et le prêtre répondit à David, en disant : Je n'ai pas de pain ordinaire sous la main, mais seulement du pain consacré, que les jeunes hommes soient propres, en particulier des femmes. "

L'Arche a été créée pour une raison plus sublime et sacrée, et ne pourrrait jamais avoir de contacts sexuels. Oza a été frappé à mort pour avoir simplement toucher l'arche quand il ne devait pas l'avoir fait (2 Samuel 6, 6-8).

EZECHIEL 44 et la prophétie sur la porte scellée est une prophétie de la virginité perpétuelle de Marie

Ezechiel 44, 2 : «Et le Seigneur me dit : Cette porte sera fermée, elle ne s'ouvrira point, et personne ne passera : car le Seigneur, le Dieu d'Israël, est entré par elle, et elle sera fermée ».

Ici, nous voyons que le Seigneur doit passer par cette porte, et aucun autre homme peut passer. Il s'agit d'une prophétie sur la virginité perpétuelle de Marie. Elle est la porte fermée, à travers laquelle le Seigneur vient. C'est une des raisons pour laquelle Marie a été appelée «la Porte du Ciel» dans les écrits catholiques traditionnelles.

La virginité perpétuelle de Marie était crue fermement dans l'église chrétienne ANTIQUE

Deuxième Concile de Constantinople, 553, Can. 6 : «Si quelqu'un dit que la sainte et glorieuse, et toujours vierge est dite porter Dieu par abus de langage et pas vraiment ... qu'il soit anathème. "

Certains protestants et la plupart des membres de l'Eglise "orthodoxe" prétendent honorer le deuxième concile de Constantinople. Il s'agissait du cinquième concile œcuménique. Comme on le voit ici, il a enseigné clairement la virginité perpétuelle de Marie.

Le pape saint Martin Ier, concile de Latran , 649, Can. 3 : «Si quelqu'un ne confesse pas correctement et véritablement en accord avec les saints Pères, que la sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie Immaculée, dans le premier des âges a conçu de l'Esprit Saint sans semence, à savoir, Dieu le Verbe lui-même spécifiquement et vraiment, qui est né de Dieu le Père avant tous les siècles, et qu'elle portait incorruptible [Lui], sa virginité restant indestructible même après sa naissance, qu'il soit condamné.» (Denzinger 256)

L'ancienne église chrétienne croyait que Marie était perpétuellement vierge. Au IVe siècle, saint Jérôme, le père de l'exégèse biblique et celui qui a traduit la Bible en latin, a défendu cette vérité contre Helveticus, un hérétique qui l'a nié. Comme déjà mentionné, même les premiers protestants, dont Luther, Calvin et Zwingli, ont accepté la virginité perpétuelle de Marie.

L'évidence biblique de l'Assomption de Marie au paradis et sa royauté DANS LE CIEL

L'Eglise catholique enseigne que, après le cours de sa vie sur Terre, la Vierge Marie a été élevée en corps et âme dans le ciel. Son corps n'est pas resté dans le tombeau et souffrant la corruption de la chair, car il s'agit d'une punition pour le péché originel, qu'elle n'avait pas. Comme elle était libre de tout péché originel et était l'Arche privilégiée, l'âme de Marie a été prise directement au ciel, et son corps quelques jours après. C'est ce qu'on appelle le dogme de l'Assomption corporelle de Marie.

Les non-catholiques prétendent qu'il n'y a aucune preuve dans la Bible pour l'Assomption de Marie. Au contraire, nous trouvons une description de celle-ci dans la Révélation / Apocalypse chapitre 12 :

Apocalypse 12, 1 «Et il parut un grand signe dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles ».

La femme dans Apocalypse 12, 1 signifie un certain nombre de choses. Les Pères de l'Église l'ont compris signifier la Mère de Jésus, ils ont aussi compris signifier, à un certain niveau, l'Église. Il ne fait aucun doute que cela signifie Marie, car le fils de cette femme est celui qui gouverne toutes les nations avec une verge de fer (Apoc. 12, 5). C'est Jésus, bien sûr, et donc la mère doit être la Vierge Marie. Par conséquent, l'Apocalypse chapitre 12 nous donne une image claire de Marie élevée au ciel et placée en tant que Reine du Ciel.

La Bible nous donne aussi un aperçu de l'Assomption de Marie dans le Psaume 132, 8 (Psaume 131, 8 dans la Bible catholique Douay-Rheims).

Psaume 132, 8 : " Lève-toi, Seigneur, dans ton lieu de repos : toi et l'arche, que tu as sanctifié. "

Ce psaume intéressant parle du Seigneur et de l'Arche résultante ou étant portée à un lieu de repos permanent. C'est une image de l'Assomption, car Jésus est le Seigneur et Marie est la nouvelle arche, comme nous l'avons montré. Deux d'entre eux sont emmenés au ciel, corps et âme. Jésus monte avec le sien, Marie est assumée par Jésus.

Si l'Arche de l'Ancienne Alliance est appelée comme enlevée à un lieu de repos, combien plus l'arche de l'alliance nouvelle et éternelle ? Nous voyons aussi que l'arche est appelée sanctifiée.

L'Assomption de Marie au CIEL découle logiquement de sa préservation du péché

L'Assomption corporelle de Marie découle logiquement de sa préservation de tout péché originel et actuel. La corruption de la chair dans la tombe est une conséquence du péché originel (Genèse 3, 19). La plupart des protestants sont d'accord sur ce point. Comme Arche de la Nouvelle Alliance, Marie n'avait pas le péché originel. En conséquence, elle était libre de ses conséquences. Il résulte de cela que Dieu n'a pas laissé son corps à la corruption.

Psaume 15, 10 : «Parce que tu ne laisseras pas mon âme au shéol, ni donneras-tu à ton saint de voir la corruption. "

Ce psaume, qui parle de Dieu ne permettant pas que son saint voit la corruption, est cité dans le Nouveau Testament, dans les Actes, chapitre 2. Il se réfère à Jésus.

Actes 2, 31 : "Prévoyant cela, il a parlé de la résurrection du Christ qu'il n'a pas été laissé en enfer, et que sa chair ne verrait la corruption . "

De même, parce que Marie a été créée libre de tout péché, elle n'a pas subi de corruption de la chair dans la tombe et a été élevée en corps et âme dans le ciel.

L'arche était faite de bois INCORRUPTIBLE

L'Arche de l'Ancienne Alliance a été faite de bois d'acacia (ou acacia), un acacia incorruptible.

Exode 25, 10 : "Construis une arche de bois d'acacia ..."

Le bois d'acacia est donc extrêmement résistant selon la Septante, la version grecque de l'Ancien Testament, qui traduit en fait ce mot comme "incorruptible" ou en bois "non putrescible". Si l'Arche de l'Ancienne Alliance était incorruptible, combien plus doit l'Arche de la Nouvelle Alliance doit être incorruptible. Dieu a spécifiquement prescrit du bois incorruptible pour la construction de l'arche, car il a servi à préfigurer le corps incorruptible et l'âme de la nouvelle Arche, la Sainte Vierge.

L'Assomption CORPORELLE de Marie n'est pas en contradiction avec la RÉALITÉ BIBLIQUE

Certaines personnes considèrent qu'il est fantaisiste que Marie puisse avoir été miraculeusement élevée au ciel, corps et âme. Cependant, la Bible nous dit qu'Elie fut miraculeusement emporté au ciel (2 Rois 2, 1, 11). Nous lisons aussi qu'Enoch a été miraculeusement enlevé pour marcher avec Dieu (Hébreux 11, 5 ; Gen. 5, 24). Il est également clairement enseigné dans la Bible - et c'est un article de l'ancienne foi chrétienne - que tous les hommes, qu'ils soient bons ou mauvais, retrouveront miraculeusement leurs corps à l'arrêt définitif (jugement dernier), la résurrection des justes et des réprouvés (1 Cor. 15). Ainsi, il ne s'agit pas d'une manière contraire aux réalités bibliques - mais leur correspond assez précisément - de croire que Marie a été élevée au ciel parce qu'elle était l'Arche parfaite de Dieu et sans péché.

La Bible indique que Marie est la "reine mère" DANS LE ROYAUME DE JESUS

Dieu a établi une alliance avec David, afin d'établir un royaume. La monarchie davidique, le royaume de Dieu sur terre, devait être un prototype du royaume spirituel de Dieu que Jésus Christ établirait. C'est pourquoi Jésus est appelé le fils de David dans les Évangiles. C'est pourquoi Pierre lui-même dit dans Actes 2, 30 que Jésus est assis sur le trône de David. Luc 1, 32 dit de Jésus dans le texte suivant :

"Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ... "

Dans la monarchie hébraïque, la femme la plus puissante, honorée et importante dans le royaume était la mère du roi. Elle était connue comme "la reine mère." En hébreu, elle était appelée "la Gebirah". La Gebirah, la Reine Mère du Royaume, possède un pouvoir unique d'influence auprès du roi. Son influence, son pouvoir et son prestige dépassait celle de l'épouse du roi. Nous voyons clairement l'influence unique et la puissance de la "Reine Mère" dans 1 Rois 1 et 2 (3 Rois 1 et 2 dans la Bible catholique Douay-Rheims et la Vulgate).

La mère du roi Salomon était Bethsabée. Le pouvoir et l'influence de Bethsabée comme la Reine Mère était si grand qu'Adonias (ou Adonijah) lui disait :

1 Rois 2, 17 : "Et il (Adonias) a dit : Je te prie de parler au roi Salomon (car il ne peut rien te refuser) pour me donner Abisag la Sunamite pour femme. "

Adonias avait compris la position et le pouvoir de la reine mère. Toutefois, la demande qu'Adonias avait fait était déraisonnable. Adonias voulait se marier à Abisag, qui était la dernière femme du roi David. En la prenant pour épouse, Adonias aurait pu faire une réclamation sur le trône de Salomon. C'est pourquoi le roi ne pouvait pas avoir droit à sa demande.

Même si la demande d'Adonias était déraisonnable et n'aurait jamais dû être accordée par le Roi, cela nous montre qu'il a été reconnu que la reine mère avait un pouvoir unique et une influence profonde auprès du roi. Cette influence était si grande qu'Adonias a déclaré : «Il ne peut rien te refuser».

Les versets suivants apportent encore plus de lumière sur cette vérité. Dans 1 Rois 2, 19, nous lisons que Bethsabée (la Reine Mère) est allée en parler au roi Salomon pour lui demander la faveur. Quand elle entra, le roi se prosterna devant elle et a fait placer un trône pour elle à côté de lui.

La Bible montre que la reine mère avait un trône et un honneur UNIQUE

1 Rois 2, 19-20 : "Puis Bethsabee arriva auprès du roi Salomon, pour lui parler pour Adonias : et le roi se leva à sa rencontre, et s'inclina devant elle et s'assit sur son trône et avait mis un trône pour la mère du roi, et elle s'assit à sa droit . Et elle lui dit : J'ai une petite demande à vous faire, ne me confondez pas. Et le roi lui dit : Ma mère, demandez, car je ne dois pas me détourner de votre face ".

Comme nous pouvons le voir, la Bible enseigne que la Reine Mère est honorée sur un trône avec le roi. Elle n'est pas égale au roi, bien sûr, mais elle est à l'honneur avec lui en tant que reine du Royaume. Ici, nous voyons une description parfaite de la Royauté de la Bienheureuse Vierge Marie et de son influence auprès du roi. Elle est la Reine mère dans le royaume de Jésus. Marie est infiniment inférieure à son divin Fils. Cependant, elle est l'arche parfaite, la Reine du Ciel et de la Terre.

C'est pourquoi Marie a un tel pouvoir dans le ciel sur son divin Fils - un pouvoir et une influence plus grande que ceux que la Reine Mère de l'Ancien Testament avait sur le roi. C'est pourquoi il est si efficace de lui demander des faveurs, afin qu'elle puisse le demander à Jésus. Elle est placée, dans le Royaume de Jésus, à côté de Lui comme la Reine du Ciel et de la Terre.

Dans le Psaume 45 (Psaume 44 de la Bible catholique Douay-Rheims), nous voyons aussi une référence pour le trône de Dieu et de la reine avec lui :

Psaume 45, 6,9 : "Ton trône, ô Dieu, est pour toujours et à jamais : un sceptre d'équité est le sceptre de ton règne ... La reine se trouve sur ta main droite, en vêtements dorés ... "

Les AVE MARIA et le Rosaire sont-ils de vaines paroles condamnées par Jésus ?

Certains non-catholiques affirment que les prières catholiques comme le Je vous salue Marie et le Rosaire sont dénoncés par Jésus.

Matthieu 6, 7-8 : "Mais quand vous priez, ne répetez pas en vain, comme les païens : ils s'imaginent qu'ils seront exaucés en parlant beaucoup. Ne les imitez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. "

Comme les autres objections que nous avons couvert, cette objection est également réfutée par une étude approfondie de la Bible. Le meilleur exemple pour réfuter l'objection protestante sur ce point est probablement la Révélation (Apocalypse) 4, 8.

Apocalypse 4, 8 : «Et les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et autour et dedans ils sont pleins d'yeux. Et ils ne se reposent pas jour et nuit, disant : Saint, saint, saint, Seigneur Dieu Tout-Puissant, qui était, et qui est, et qui est à venir. "

Les anges dans les cieux disent encore et encore, jour et nuit : «Saint, saint, saint». Voilà pour l'idée selon laquelle toutes les prières qui contiennent des répétitions sont «païennes». L'affirmation ne pouvait pas être plus fausse.

Dans Matthieu 6, 7, Jésus ne condamne pas les prières qui contiennent des mots qui se répètent, il ne condamne pas les multiples répétitions de la même prière (par exemple, en disant le Notre Père ou l'Ave Maria cinq fois d'affilée). Non, il dénonce les pratiques des païens. Les païens pensaient qu'ils pouvaient plaire à leurs faux dieux par leur éloquence et des discours élaborés. Ils pensaient qu'ils avaient à dire précisément les choses correctes, les mots et les noms certains jours, de peur que leurs faux "dieux" ne voudraient les entendre ou se rappeler à leurs besoins. Jésus dénonce leur paganisme. Il enseigne que le vrai Dieu connaît toutes choses.

Il y a d'autres points qui oblitèrent l'opposition protestante sur cette question. Dans le Psaume 136 (Psaume 135 dans la Bible catholique Douay-Rheims), nous est donnée une prière de louange et d'action de grâces qui répète la même phrase - "car sa miséricorde dure à toujours !" - Un total de 26 fois d'affilée !

Psaume 136, 1-26 : «Rendez grâce au Seigneur, car il est bon car sa miséricorde dure à toujours. Rendez grâces au Dieu des dieux, car sa miséricorde dure à jamais ... Celui qui seul qui fait de grands prodiges, car sa miséricorde dure à jamais ... [etc] "

Jésus répète la même prière trois fois de suite, pendant la prière à son Père dans le jardin de Gethsémani, ce qui peut être lu dans Matthieu 26, 39, Matthieu 26, 42 et Matthieu 26, 44. Dans Matthieu 20, 29-33, Jésus répond à la prière répétée des aveugles d'avoir pitié d'eux.

Comme nous pouvons le voir, la Bible contient de nombreux exemples où des prières au vrai Dieu se répètent. Elles ne constituent pas des «vaines paroles» des païens. En fait, les prières de l'Église catholique à Marie dans le Je vous salue Marie et le Rosaire sont prédites par Marie elle-même dans Luc 1 :

Prière Je vous salue Marie : «Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre les femmes, et béni est le fruit de vos entrailles, Jésus. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.»

Luc 1, 46-48 : "Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur. Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Parce qu'il a regardé l'humilité de sa servante ; car voici désormais toutes les générations me diront bienheureuse ».

Il est évident que l'Église catholique accomplit cette prophétie, qui est d'environ toutes les générations de la véritable Église.

Le Coeur unique et Immaculé de Marie reçoit une ATTENTION UNIQUE dans l'ÉCRITURE

L'honneur de l'Église catholique est de diffuser la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Elle avait le cœur le plus pur de tout être humain qui ait jamais vécu. Tout comme l'Arche de l'Ancienne Alliance, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie est puissant avec Dieu. Certains non-catholiques condamnent cette dévotion comme non biblique. Au contraire, seul le cœur de Marie est spécifiquement mentionné dans le Nouveau Testament. Le cœur d'aucune autre bonne ou sainte personne reçoit le genre d'attention qui est donné au cœur de Marie dans l'Evangile. Son cœur était unique parmi les êtres humains, car il n'a jamais été souillé par le péché.

Luc 2, 18-19 : "Et tous ceux qui l'entendirent étaient dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers. Marie gardait toutes ces choses, les méditant en son cœur».

Luc 2, 51 : "Et il descendit avec eux, et vint à Nazareth, et il leur était soumis : mais sa mère gardait toutes ces choses dans son coeur. "

L'âme unique de Marie reçoit aussi une mention spéciale dans l'Écriture.

Luc 2, 35 : "Et toi, une épée te transpercera l'âme ! pour que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. "

Marie est la Mère de Dieu

Il est surprenant que tant de non-catholiques ont de la difficulté avec le titre "Marie, mère de Dieu". Ils admettent que Marie est la mère de Jésus, mais affirment qu'elle ne doit pas être considérée comme «mère de Dieu». Les protestants qui soutiennent que Marie n'est pas la mère de Dieu, ne semblent pas se rendre compte que ce n'est pas logique et cohérent de croire que Jésus est Dieu, mais nier que Marie est la Mère de Dieu. Cette position nie en fait la divinité de Jésus Christ, qui est une personne divine avec deux natures.

Réalité : Jésus-Christ est Dieu. La Bible l'enseigne dans de nombreux endroits (Jean 1, 1 ; Jean 20, 28 ; Jean 8, 58 ; Isaias 9, 6, etc.)

Réalité : Marie est la mère de Jésus. La Bible l'enseigne dans de nombreux endroits (Luc 1, 31 ; Mt 1, 25 ; etc.)

Conclusion indéniable : Marie est la mère de Dieu.

Luc 1, 31-32 : "Et voici, tu [Marie] tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ".

Isaias (Isaïe) 7, 14 : "C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe. Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel [Dieu avec nous]. "

La Bible indique que Marie est la mère d'Emmanuel (qui signifie «Dieu avec nous»).

Luc 1, 43 : "[Elizabeth dit:] Et comment est-ce possible pour moi, que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? "

Elizabeth a également dit explicitement que Marie est la Mère du Seigneur. C'est l'unique Seigneur Jésus Christ, qui est Dieu.

Ephésiens 4, 5 : "Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ... "

Jean 20, 28 : "Et Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu. "

Cela devrait être assez simple. Malheureusement, ce n'est pas suffisant pour certaines personnes. L'erreur protestante sur ce point doit être plus complètement traitée et réfutée.

Les protestants soulignent que la nature divine de Dieu est éternelle et sans commencement. C'est certainement vrai. Puisque la nature de Dieu est éternelle et n'est certainement pas venue de Marie, disent-ils, Marie ne peut pas être considérée comme «mère» de Dieu. C'est l'argument principal que les protestants font sur ce point. C'est un argument très imparfait.

L'erreur et hérésie protestante sur ce point découle du fait d'attribuer à la personne du Fils de Dieu que ce qui appartient à sa nature divine. C'est-à-dire à ne pas attribuer à la personne du Fils de Dieu aussi ce qui appartient ou qui a trait à sa nature humaine.

Alors que le Fils de Dieu est devenu vraiment homme, en omettant de lui attribuer aussi ce qui appartient à sa nature humaine, ils nient réellement que Jésus-Christ soit à la fois vrai Dieu et vrai homme.

Le Fils de Dieu, Jésus-Christ, est une personne divine (la deuxième personne de la Sainte Trinité) avec deux natures. Il est à la fois vrai Dieu et vrai homme. Jésus-Christ n'est pas un homme qui s'unit avec ou inspiré par Dieu. Non, il est vrai Dieu qui vraiment s'est fait homme.

Jean 1, 14 : "Et le Verbe s'est fait chair et a habité parmi nous ... "

Jésus n'était pas seulement un homme spécial qui avait une source d'inspiration unique et la connexion à la Parole de Dieu (le Fils de Dieu). Non, Il est la Parole de Dieu faite chair. Par conséquent, attribuer au Fils de Dieu que ce qui appartient spécifiquement à Sa nature divine, et non pas aussi ce qui s'applique à sa nature humaine assumée - comme le font les protestants quand ils nient que Marie est la mère de Dieu - est diviser Jésus en deux personnes différentes.

Au 5ème siècle, il y avait un certain hérétique nommé Nestorius. Il a fait valoir que font les protestants de notre temps sur cette question. Il a conclu que Marie ne pouvait pas être appelé Theotokos (mère / porteuse de Dieu), mais seulement Christotokos (porteuse du Christ). L'Eglise a immédiatement reconnu l'hérésie de Nestorius et l'a condamné en 431 au Concile d'Ephèse. La fausse opinion de Nestorius a été reconnue par l'Eglise pour être l'hérésie que la Bible condamne comme «dissolution» de Jésus et «antéchrist». Cette idée fausse "dissout" le Christ en séparant de sa personne ce qui appartient à sa nature humaine. Elle se traduit par la division de Jésus en deux personnes, et la position selon laquelle Jésus n'était qu'un homme qui portait (ou a été inspiré par) la personne de Dieu, plutôt qu'une personne divine qui est devenue vraiment homme. Cette hérésie résulta dans le culte d'un homme et le culte de deux fils. L'Eglise la vit clairement pour ce qu'elle était et l'a condamné.

Deuxième Concile de Constantinople, 553 : " Le saint synode d'Ephèse ... a prononcé la sentence contre l'hérésie de Nestorius ... et tous ceux qui pourraient plus tard ... adopter les mêmes opinions comme il a tenu ... Ils expriment ces mensonges contre les vrais dogmes de l'Eglise, OFFRANT le culte de DEUX FILS, en essayant de diviser ce qui ne peut être divisé, ET INTRODUISANT À LA FOIS POUR LE CIEL ET LA TERRE L'INFRACTION DU CULTE DE L'HOMME. Mais le chœur sacré des esprits célestes adorent avec nous seulement un Seigneur Jésus-Christ. "

Concile d'Ephèse, 431, Can. 5 : " Si quelqu'un ose dire que le Christ était un homme de Dieu et non pas plutôt Dieu en vérité, étant par nature un fils, alors même que «le Verbe s'est fait chair», et se fait participant du sang et de la chair exactement comme nous, qu'il soit anathème ».

Jésus n'est pas deux personnes différentes. Il est une personne divine avec deux natures. Par conséquent, ce qui arrive à sa nature humaine arrive vraiment à sa seule personne. Sa personne a été conçue et est née, dans son humanité, de Marie. Elle est donc vraiment sa mère, et la mère de Dieu.

Le sens impliqué dans cette vérité est stupéfiant. Alors que l'Eglise a toujours enseigné, que le Fils de Dieu, éternel et égal au Père, a eu deux naissances. Il est né avant l'heure, et de toute éternité, de Dieu le Père (Jean 16, 28 ; Jean 8, 42). Il est né dans le temps, en tant qu'homme, de Marie, sa mère. Seule Marie possède cet égard insondable de Dieu, pour une personne de la Trinité. C'est à partir de cette vérité, qu'elle est véritablement Mère de Dieu, que viennent toutes ses autres prérogatives et ses privilèges uniques.

Conclusion à propos de l'enseignement biblique sur Marie

Telles sont les raisons bibliques pour lesquelles l'Église catholique a toujours reconnu l'importance et la nécessité de la dévotion à la Vierge Marie. Elle est la nouvelle Eve, la nouvelle Arche, le navire (vaisseau) pur, la porte scellée, et la Mère de Dieu. Ne pas avoir sa dévotion est équivalent à un homme dans l'Ancien Testament qui refuserait de vénérer l'Arche de l'Alliance ou refuserat de marcher derrière elle pour une bataille. Un tel homme serait la proie des ennemis de Dieu et serait séparé du camp du peuple de Dieu.

1 Samuel 4, 22 : "... La gloire est bannie d'Israël, car l'arche de Dieu a été prise. "


La Bible enseigne que Jésus a fait de Saint Pierre le premier pape

Jésus donne les clés du royaume à Pierre dans Matthieu 16

Matthieu 16, 16-19 : "Et Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Et Jésus répondit et lui dit : Tu es heureux, Simon fils de Jonas. Car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux. Et je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux ».

Jésus donne les clefs du Royaume des Cieux à Pierre, et déclare que tout ce qu'il lie sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce qu'il délie sur la terre sera délié dans les cieux. Même si tous les 12 disciples sont rassemblés pour cette réunion, Jésus dit ces choses seulement à Saint-Pierre.

Tout en parlant à Pierre, Jésus dit qu'il va bâtir son Église sur cette pierre

Jésus dit : «Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise». Le mot grec pour«cette pierre» - comme dans cette roche - est le pronom démonstratif Taute. Il signifie «ce rocher» ou "cette même" roche. Taute est utilisé quand «on cherche à attirer l'attention avec une attention particulière à un objet désigné, que ce soit dans le voisinage physique de l'orateur ou le contexte littéraire de l'écrivain» ( IL Dana et JR Mantey, A Grammar Manuel du Nouveau Testament grec, 127). Dans la Version King James, Taute est traduit par «le même» dans 1 Corinthiens 7, 20, "cette même" dans 2 Corinthiens 9, 4.

Par conséquent, la déclaration que Jésus fait à Pierre a ce sens : tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. D'après le contexte donné, «cette pierre» se réfère naturellement à Pierre. Il se trouve que Jésus change également son nom de Simon pour un nom qui signifie rocher. (Nous verrons ce point dans un instant).

LE CHANGEMENT DE NOM DE PIERRE

Jésus change son nom de Simon pour Pierre, juste avant qu'il ne déclare : «et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise».

Matthieu 16, 17-18 : "... Béni sois-tu, Simon fils de Jonas ... Et je te dis que tu es Pierre ... "

Dans l'Ancien Testament, un changement de nom dénotait un rendez-vous ou une vocation particulière ou un changement de statut. Dans la Genèse, nous lisons ce qui suit au sujet d'Abraham :

Genèse 17, 5 : "Ton nom ne s'appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je ai fait de toi un père de beaucoup de nations."

Dieu a changé son nom d'Abram pour Abraham, car le nouveau nom notait son rôle spécial en tant que leader du peuple de Dieu. Abraham a été choisi pour être le père de beaucoup de nations. (Il était aussi appelé "rocher", comme nous allons le montrer.) En hébreu, Abram signifie une grand père, mais Abraham signifie le père de la multitude.

De même, dans la Genèse 32, 28, nous lisons que Dieu a changé le nom de Jacob en Israël afin de signifier son rôle ou sa position particulière. Par conséquent, en plus des autres choses importantes que Jésus a dit à saint Pierre dans Matthieu 16, le changement de son nom de Simon pour Pierre sert à confirmer la situation particulière de Saint-Pierre et son nouveau statut.

LES CLÉS DU ROYAUME

Matthieu 16, 19 : «Et je te donnerai [Pierre] les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux. Et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux»

A aucun autre apôtre ne sot données les clefs du Royaume des Cieux. Dans Matthieu 18, 18, nous lisons que les apôtres ont le pouvoir de lier et de délier, mais Pierre seul a la promesse des clefs du Royaume des Cieux dans Matthieu 16, 19. Cela nous montre que le pouvoir qui est donné à tous les apôtres de lier et de délier dans Matthieu 18, 18, doit être exercé sous les clés qui sont données uniquement à Pierre. Peter a une position unique d'autorité dans l'Eglise.

LES «clés du royaume» se réfère à ISAIAS (Isaïe) 22 et à la position de Premier ministre

Voici ce qui est vraiment intéressant. La plupart des gens ne savent pas que cette référence aux clefs du royaume dans Matthieu 16, 19 (et à Pierre de lier et de délier avec elles) vient d'Isaïe chapitre 22. Les paroles de Jésus à Pierre dans Matthieu 16 sont une référence à la fonction de Premier ministre du Royaume dans l'Ancien Testament.

Isaias 22, 22 : " Et Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David ; il ouvrira, nul ne fermera, et il fermera, nul n'ouvrira. "

Notez que le language est clairement parallèle à Matthieu 16, 19. Dans l'Ancien Testament, Dieu a établi une alliance avec David, afin d'établir un royaume. La monarchie davidique, le royaume de Dieu sur terre, devait être un prototype (un type) du Royaume de Dieu que Jésus Christ établirait. C'est pourquoi Jésus est appelé le fils de David dans les Évangiles. C'est aussi pourquoi l'Evangile de Matthieu contient royaume comme un de ses principaux thèmes. C'est aussi pourquoi Pierre lui-même dit dans Actes 2, 30 que Jésus est assis sur le trône de David. Luc 1, 32 dit de Jésus dans le texte suivant : «Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ... "

Jésus est assis sur le trône de David. Mais le royaume de Jésus est un royaume spirituel, son royaume est Son Eglise. Le royaume de Jésus ne répond pas seulement, mais dépasse le prototype, le royaume de David. Le point ici est que le royaume de Jésus est mis en place dans le même sens.

JESUS a fait clairement de SAINT PIERRE SON PREMIER MINISTRE

Dans le royaume Davidique, il n'y avait pas seulement un roi qui régnait sur tout le peuple, mais le roi avait un cabinet royal. Le roi avait des ministres royaux ou des principaux officiers. Vous voyez des références à ce cabinet royal (ces directeurs généraux ou ces ministres royaux du roi) dans 2 Samuel 8 (2 Rois 8 dans la Bible catholique Douay-Rheims et la Vulgate). Vous voyez aussi une référence dans 1 Rois 4 (3 Rois 4 dans la Douay-Reims ou Vul.) et dans d'autres endroits. Dans ce cabinet royal, il y avait un ministre de la Défense, des ministres du commerce, des provisions, etc.

Cependant, de tous les ministres du roi, il y en avait un qui se démarquait avec autorité au-dessus du reste. C'était le premier ministre, qui était sur la maison du roi. C'est là que la vérité fascinante d'Isaias 22 devient pertinente sur Matthieu 16.

Dans Isaïe 22, nous lisons que le Premier ministre avait la clef de la maison de David. Permettez-moi de répéter que : le premier ministre avait la clé de la maison de David. Cette clé représente l'autorité du Premier ministre sur la maison du roi.

Isaias 22, 20-22 : "Et il arrivera, en ce jour-là, que je vais appeler mon serviteur Eliakim, fils de Hilkija : Et je le vêtirait avec ta robe [de Shebna], et le renforcerai avec ta ceinture, et je commettrai ton gouvernement dans sa main, et il sera un père pour les habitants de Jérusalem, et la maison de Juda. Et Je mettrai la clé de la maison de David sur son épaule ; il ouvrira, et personne ne fermera, et il fermera, nul n'ouvrira ".

Notez que le premier ministre avait la clef de la maison de David. Nous voyons aussi que lui a été commis «le gouvernement» et qu'il serait «un père pour les habitants de Jérusalem.»

Dans Isaïe 22, le Premier ministre du Royaume était un homme nommé Shebna. Isaias 22, 15 dit que Shebna était «dans la maison» - c'est-à-dire qu'il était dans la maison du roi. Puis Shebna a quitté l'office du Premier ministre et a été remplacé par un homme nommé Eliakim. Ensuite, nous lisons que la clé du royaume, que Shebna avait a été donnée à Eliakim par le roi Ezéchias (le successeur de David qui régnait comme le roi à l'époque). Le roi Ezéchias donna la clef du Royaume à Eliakim parce qu'Eliakim a remplacé Shebna dans l'office (fonction) de Premier ministre.

Eliakim avait désormais la clé de la maison de David. Par le fait qu'il avait la clé, tout le monde reconnaîtrait Eliakim comme premier ministre du roi .

Pensez à la ressemblance frappante avec Matthieu 16. Dans Isaïe 22, 22, nous voyons la référence claire à la clé du royaume qui est passée, tout comme Jésus donne les clefs à saint Pierre. En outre, la déclaration selon laquelle avec les clefs "il ouvrira, nul ne fermera, et il fermera, nul n'ouvrira" est étonnamment similaire à ce que Jésus dit à saint Pierre dans Matthieu 16, 19, quand il lui donne les clés de son royaume : «Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans les cieux". La signification de cela devrait être très évident.

Jésus est assis sur le trône de David. Alors, quand Jésus viendra pour établir son royaume (son Eglise), qui est l'accomplissement du royaume de David, Il nommera également son cabinet royal : ses apôtres. Mais de ces ministres royaux (ses apôtres), il y a un premier ministre qui est au-dessus des autres ministres et tous les membres du royaume. Ce premier ministre est celui qui aura les clés de son royaume et aura la primauté dans son Eglise pour s'occuper des affaires de son royaume.

Quand Jésus dit à Pierre : «Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux», cela aurait du être une indication claire pour tous les Juifs éclairés que Jésus allait faire de Saint Pierre son Premier ministre. Il déclarait que Saint-Pierre serait le premier pape - le président ou le gouverneur de Son Eglise. Il s'agit d'une preuve puissante et irréfutable selon laquelle Jésus a effectivement dit que Saint-Pierre serait le premier pape dans Matthieu 16, 18-19.

QUI EST LE ROCHER DANS MATTHIEU 16 ? C'EST PIERRE

Matthieu 16, 18 : "Et je te dis, que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. "

Il devraitt vraiment être évident que Pierre est celui que Jésus décrit comme le roc. Mais les protestants soulèvent toutes sortes d'objections sur ce point.

OBJECTION : PIERRE ne pouvait pas être le ROC parce que Jésus est le seul fondement

1 Corinthiens 3, 11 : «Car un autre fondement ne peut être poser, mais seulement qui est prévu, qui est Jésus Christ."

Ceux qui soulèvent cette objection ne réalisent pas que la Bible parle de tous les apôtres que les fondations.

Révélation (Ap.) 21, 14 : "La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les noms des douze apôtres de l'Agneau. "

Y a t-il une contradiction entre Revélation 21, 14 et 1 Corinthiens 3, 11 ? Non, bien sûr que non. Le fait que le Christ soit la seule fondation dans 1 Cor. 3, 11 enseigne et signifie simplement que tout vient du Christ. Toute véritable autorité dans l'Église doit venir du Christ parce que l'Église elle-même vient du Christ. Rien en dehors du Christ n'est une fausse fondation.

L'autorité de Pierre vient précisément de Jésus-Christ, comme Matthieu 16 le montre. Il est bien évident, donc, que si Jésus est celui qui a créé ces choses pour Pierre, alors ce qui est mis en place en Pierre n'est pas un fondement autre que du Christ. C'est le fondement même du Christ.

Donc, le fait que le Christ soit le fondement ou la pierre angulaire, comme nous le lisons dans Ephésiens 2, 20 ne signifie pas que le Christ Lui-même ne pouvait pas ou ne donnait pas lieu à un apôtre d'avoir un office permanent qui serait la pierre sur laquelle l'Église serait construite. Les deux concepts ne s'excluent pas mutuellement. Par exemple: Jésus est le Bon Berger (Jean 10, 14), mais il donne aussi la responsabilité de paître tout son troupeau à Pierre, comme nous allons le voir dans Jean 21, 15-17. Jésus est celui qui a les clefss (Apoc. 1, 18 ; 3, 7), mais il donne ses clés à Pierre.

Dieu appelle Abraham, le ROC DANS L'ANCIEN TESTAMENT !

Dieu est déclarée comme le roc tout au long de l'Ancien Testament et dans le Deutéronome 32, 4, mais Abraham est aussi décrit comme le roc dans Isaïe 51, 1-2.

Deutéronome 32, 4 : "Il [Dieu] est le Rocher, son œuvre est parfaite ..."

Isaias (Isaïe) 51, 1-2 : "... Tournez-vous vers le rocher d'où vous avez été taillés, et au creux de la fosse d'où vous avez été tirés. Regardez Abraham votre père ... "

L'Ancien Testament dit, regardez le rocher, tournez-vous vers Abraham. Abraham est décrit comme le roc parce qu'il était le père de tous les enfants d'Israël. Le nom d'Abraham a été changé d'Abram pour signifier son rôle de roc et père du peuple de Dieu. Ce ne serait pas approprié, puis ensuite, pour Jésus de choisir quelqu'un comme le roc et le père, dans le Nouveau Testament, du nouvel Israël, l'Église ? Oui, et c'est pourquoi le nom de Simon a été changé pour Petros, ce qui signifie rocher. À la lumière de cette preuve, il devrait être tout à fait évident pour tous que Saint-Pierre est le roc. Néanmoins, nous allons passer à d'autres points.

QU'EN EST-IL de PETROS contre PETRA en grec ?

Les protestants affirment que Jésus n'aurait pas pu dire que Pierre était le Rocher en raison des différences dans les mots grecs. Ils soulignent que dans l'original grec de Matthieu 16, 18, le nom de Pierre est Petros, qui signifie petite pierre, tandis que le mot pour désigner rocher est petra, ce qui signifie gros rocher. Le grec dit : «Tu es Pierre (Petros) et sur cette pierre (petra) je bâtirai mon Eglise ». Mais cet argument est réfuté par les points suivants.

Tout d'abord, les mots Petros et Petra ont la même signification (roc) dans le grec qui a été utilisé à l'époque du Christ. Dans certains beaucoup plus tôt ancienne poésie grecque, Petros signifie "petite pierre" et petra "gros rocher", mais cette légère distinction avait déjà disparu au moment où l'Evangile de Matthieu a été écrit en grec. (Sur ce point, voir la citation du protestant DA Carson à la page suivante.)

La distinction mineure entre Petros et Petra n'existe qu'en grec antique, pas en grec koinè. L'Evangile a été écrit en grec koinè, dans lequel les deux, Petros et Petra signifient «rocher». Par ailleurs, il y avait un mot pour "la pierre" que Jésus aurait pu utiliser. C'est lithos. Si Jésus avait voulu appeler Pierre une pierre, mais pas le rocher (Petros), alors il aurait utilisé lithos. Mais il ne l'a pas fait. Il a utilisé Petros, ce qui signifie rocher. Mais s'il y a une équation entre Pierre et le rocher, pourquoi, alors, deux mots grecs différents sont utilisés (Petros et Petra) ? La réponse se trouve dans le fait très important que Jésus parlait en araméen, et non en grec.

Jésus parlait l'araméen, le grec, dans lequelle le nom de ROC et Pierre sont exactement les mêmes

En araméen, Matthieu 16, 18 dirait ceci : "Vous êtes kepha, et sur cette kepha je bâtirai mon Eglise ".

Notez que le même mot araméen (kepha) est utilisé aux deux endroits. Il n'y a absolument aucune différence entre les deux. Jésus a assimilé Simon et le roc sur lequel l'Eglise serait construite. Ceci est également capturé dans des traductions françaises de ce passage qui disent : « Tu es Pierre, et sur CETTE pierre ... "

Le malentendu protestant sur ce point vient parce que quand on traduit l'araméen que Jésus a parlé en grec, le mot araméen kepha devient Petra. Petra est le mot normal pour le rocher en grec et il est féminin. Le fait que Petra est féminin n'est pas un problème pour la deuxième partie du passage : sur cette kepha (sur cette pierre), mais petra ne peut évidemment pas être utilisé pour le nouveau nom de Pierre parce que Pierre est un homme .

Ainsi, dans le grec, le nom de Pierre est tout simplement changé en Petros, synonyme de petra, mais qui a une terminaison masculine. C'est la seule raison pour laquelle il n'y a aucune différence entre les deux mots. Il ne fait aucun doute que Jésus déclarait que Pierre est le roc.

BEAUCOUP de protestants admettent qu'il est évident que Pierre est la pierre

Même certains protestants ont été forcés d'admettre, en face des faits, qu'il est futile de continuer de nier que Pierre est le Rocher.

David Hill, ministre presbytérien et maître de conférences d'études bibliques à l'Université de Sheffield, écrit: «C'est sur Pierre lui-même, le confesseur de sa messianité, que Jésus va construire l'Eglise ... tenter d'interpréter le « roc » comme autre chose que Pierre en personne (par exemple, sa foi, la vérité qui lui est révélée) est du à des préjugés protestants, et introduit à la déclaration d'un degré de subtilité qui est hautement improbable.» (Extrait de L'Evangile de Matthieu, New Century Bible Commentary, p. 261.)

Dans le Dictionnaire de théologie du Nouveau Testament, une œuvre protestante éditée par les protestants Gerhard Kittel et Gerhard Friedrich, il y a un article protestant bien connu d'Oscar Cullman. Il se trouve dans le vol. 6, 108 du Dictionnaire de Théologie. Cullman dit :

"Mais qu'est-ce que Jésus veut dire quand il dit :« Sur cette pierre je bâtirai mon Église » ? L'idée des réformateurs qu'il se réfère à la foi de Pierre est tout à fait inconcevable vue la mise en doute différente de l'histoire. Car il n'y a ici aucune référence à la foi de Pierre. Au contraire, le parallélisme de «tu es le roc» et «sur cette pierre je bâtirai» montre que le deuxième rocher peut être le même que le premier. Il est donc évident que Jésus fait allusion à Pierre, à qui il a donné le nom de Roc. Il nomme Pierre ... pour être le fondement de son ecclesia. Dans cette mesure, l'exégèse catholique romaine est juste et toutes les tentatives pour échapper à cette interprétation doivent être rejetées. "

Le dr. John Broadus (1886), un réformée baptiste érudit de la Bible, a été forcé d'admettre :

"Comme Pierre signifie rocher, l'interprétation naturelle est que « sur cette pierre » signifie sur toi. Aucune autre explication ne pourrait probablement à l'heure actuelle pas être tentée ... Mais il y a un jeu de mots, à comprendre si vous pouvez. Il s'agit d'un jeu de mot encore plus fort et dur si nous comprenons le rocher qu'est le Christ : et un jeu de mots très faible et presque insignifiant si le rocher est la confession de Pierre ... Que l'on observe ici que Jésus ne pouvait se dire par le rocher, en conformité avec l'image, parce qu'il est le constructeur. Dire : «Je bâtirai», serait une image très confuse. La suggestion de certains commentateurs qu'en disant «tu es Pierre, et sur cette pierre», Jésus a pointé vers lui-même, implique une artificialité qui pour certains esprits est répugnante." (John A. Broadus, Commentaire sur l'Evangile de Matthieu, Valley Forge, PA, Judson Press, 1886, p 356).

Le baptiste DA Carson, professeur de Nouveau Testament au Séminaire évangélique Trinity, a également été forcé de reconnaître :

"S'il est vrai que Petros et Petra peuvent signifier« pierre » et « rocher »respectivement dans les précédents grecques, la distinction est largement confinée à la poésie. En outre l'araméen sous-jacent est dans ce cas indiscutable, et plus probablement kepha fut utilisé dans les deux clauses («vous êtes kepha» et "sur cette kepha"), puisque le mot a été utilisé à la fois pour un nom et un rocher ... Le grec rend la distinction entre Petros et Petra simplement parce qu'il essaie de préserver le jeu de mots, et en grec le féminin petra ne pouvait pas très bien servir à un nom masculin. »(cité dans Commentaire du Expositor Bible, tome 8, p. 368.)

NOUS SAVONS que Jésus parlait en araméen parce que la Bible NOUS DONNE CERTAINS DE SES mots araméens

Maintenant que l'araméen est pertinent pour les points mentionnés ci-dessus au sujet de Pierre comme étant le rocher, il nous faut examiner les preuves selon lesquelles Jésus a, en fait, parlé en araméen. Nous savons que Jésus parlait en araméen, tout d'abord, parce que les Evangiles enregistrent quelques-uns des mots araméens dont il se servait. Considérez Matthieu 27, 46, où Jésus dit sur la croix, « Eli, Eli, lama sabachthani ? » Ces mots sont araméens ; ils ne sont pas grecs, ils signifient :« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? »

Un autre exemple est Jean 19, 13,17 : "Quand Pilate ... assis dans le siège du jugement dans un lieu appelé le Pavé, et en hébreu, Gabbatha ... Et il [Jésus] portant sa croix, sortit en un lieu appelé le lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha".

Les deux, Gabbatha et Golgotha sont des mots araméens, fournissant plus de preuves que cela était la langue utilisée de Jésus. Mais saint Jean nomme les mots hébraïques de la Bible, les chercheurs expliquent que «l'hébreu», comme celui communément utilisé dans le Nouveau Testament, se réfère à l'araméen.

Il est également prouvé clairement que l'Evangile de Matthieu a été écrit en araméen, puis traduit en grec

Il y a de fortes indications pour les pères de l'Église que l'Evangile de Matthieu a été écrit en araméen, puis traduit en grec. Eusèbe, qui est l'historien de l'Église primitive, le premier à écrire une histoire de l'Eglise depuis le début de sa journée dans le 4ème siècle, a déclaré à plusieurs reprises que Matthieu a écrit son Evangile en hébreu, en signifiant l'araméen.

Dans le livre 3, chapitre 3, de son histoire ecclésiastique, Eusèbe cite Papias : ". Matthieu a composé son histoire en langue hébraïque, et tout le monde l'a traduit comme il a pu par le "dialecte hébreu", il veut dire en araméen.

Dans le Livre 6, chapitre 25, Eusèbe cite Origène et ajoute : " Le premier [Évangile] est écrit selon Matthieu ... qui, après l'avoir publié pour les juifs convertis, écrit en hébreu".

Dans le Livre 6, chapitre 25, Eusèbe cite le grand père de l'Église primitive, saint Irénée, de dire : «Matthieu, en effet, a produit son évangile écrit parmi les Hébreux dans leur propre dialecte, tandis que Pierre et Paul ont proclamés l'Evangile et fondèrent l'Eglise à Rome ».

Tel que cité par Eusèbe, Saint-Irénée ne dit pas seulement que Matthieu a écrit son Evangile en langue hébraïque (c.-à-dire araméen), mais aussi que Pierre a fondé l'Église de Rome - quelque chose que beaucoup de non-catholiques nient, même si la preuve historique que Pierre a été à Rome est irréfutable. «Toutes les traditions antiques parlent du martyre de Pierre à Rome, et non une source unique le plaçant ailleurs. Très peu d'événements de l'Église apostolique sont si bien attestés.» 3

Gardez à l'esprit qu'Eusèbe, qui cite Papias, Origène et Irénée montre que Matthieu a écrit en araméen, vivait aux environs de 260 à 340 après JC et a écrit la première histoire complète de l'Église. Comme si cela n'était pas suffisant pour faire taire toutes les objections à cet égard, nous avons établi la preuve biblique interne que le nom de Pierre en grec Petros, est équivalent à Petra, le roc sur lequel est construite l'Église. Cette preuve interne vient de Jean 1, 42.

Jean 1, 42 : LE NOM DE PIERRE ÉQUIVAUT À ROCHER

S'il vous plaît, veuillez suivre cette logique.

Jean 1, 42 : "Jésus le regarda et dit :« Tu es Simon, fils de Jean. Tu seras appelé Céphas (ce qui, une fois traduit, est Pierre)».

Dans Jean 1, 42, le nouveau nom de Pierre est donné dans sa forme araméenne : Cephas. Certains peuvent se demander : «Je pensais que le nom de Pierre était Kepha en araméen». Oui, mais dans des versions anglaises de Jean 1, 42, Cephas est tout simplement la version anglicisée du Kepha araméen. Alors Jean 1, 42 dit que Céphas est traduit par Pierre, le nom de l'apôtre.

Le nom de Céphas = Pierre (Jean 1, 42).

Nous savons aussi que Cephas serait traduit comme Petra, le mot de rocher (Mt 16, 18) sur lequel est construite l'Église.

Alors que le nouveau nom de Céphas = Pierre (comme le dit Jean 1, 42), et Céphas = petra, le mot pour le rocher, il est indéniable que le nouveau nom de Pierre = petra, le rocher.

Le nouveau nom de Pierre est équivalent au rocher. Il n'y a aucun doute à ce sujet.

La primauté de Pierre est un recueil d'essais par des chercheurs "orthodoxes" d'orient. Les «orthodoxes» de l'Est ne sont pas catholiques et n'acceptent pas la papauté. Ce travail (La primauté de Pierre) a été édité par le célèbre "orthodoxe" d'orient, l'érudit John Meyendorf. Dans ce travail "orthodoxe", il est admis à plusieurs reprises que la Bible enseigne que Pierre est le roc (rocher) :

"Il y a une identité formelle et réelle entre Pierre et le roc. Jésus va construire l'église sur Céphas." (La Primauté de Pierre, édité par John Meyendorf, Saint-Vladimir Seminary Press, 1992, p. 48)

"En confessant sa foi en la divinité du Sauveur, Pierre est devenu le Rocher de l'Eglise." (La Primauté de Pierre, p. 72.)

"L'apôtre Pierre est le roc sur lequel est construite l'Église, et restera le rocher jusqu'à la venue du Seigneur." (La Primauté de Pierre, p 122 ; également pp 63-65 ; etc.)

Compte tenu du contexte, il serait absurde que Jésus ne dise pas que Pierre est la pierre

Pensez un instant comment il serait absurde si Jésus n'avait pas dit que Pierre est le roc. Comme nous venons de le démontrer, Jésus prononce seul Pierre béni.

"Et Jésus répondit et lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ... » (Matthieu 16:17)

Jésus change seul le nom de Pierre.

"Et je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ... » (Matthieu 16:18)

Jésus rassemble ses disciples et donne les clés du Royaume à Pierre seul. Il donne ensuite à Pierre seul le pouvoir de lier et de délier.

"Et je te donnerai [Pierre] les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux ... » (Matthieu 16:19)

Mais quand il parle du roc, même si la déclaration, au milieu de tous les autres, est pour Pierre seul, les protestants voudraient nous faire croire que Jésus ne parle pas de Pierre, mais pour lui-même ou quelque chose d'autre. C'est ridicule. C'est évidemment faux et l'argumentation ne devrait vraiment pas être nécessaire.

En outre, il convient de souligner que la raison pour laquelle Jésus, en se référant à Pierre, dit «sur cette pierre je bâtirai mon Église », plutôt que sur vous, c'est parce que, tandis que Pierre est certainement le rocher, la fonction qu'il met en place en Pierre (la papauté) va perdurer à travers les âges bien après Pierre soit parti. Elle est fondée sur Pierre, mais continuera d'exister après que Pierre soit parti. C'est une institution pour Pierre, mais qui ne sera pas limité à Pierre. Il aura des successeurs.

LES PÈRES croient que Pierre est la pierre

Les Pères de l'Eglise, les grands écrivains chrétiens des premiers siècles, ont reconnu que Pierre est le roc. Il y a beaucoup de citations que l'on pourrait avancer, mais en voici quelques-unes.

Tertullien, sur la monogamie, 213, se réfère à Pierre et parle de l'Eglise, «bâtie sur lui ..." (La foi des premiers Pères, Vol. , 381)

Saint Cyrille d'Alexandrie (370-444), qui a joué un rôle clé avec le Concile d'Ephèse, a déclaré dans son Commentaire sur Jean : «Il [Jésus] lui souffre de ne plus être appelé Simon ... Il changea son nom en Pierre, du mot petra (roc) ; pour lui, il était tard pour fonder son Église ».

Saint Basile le Grand (330-379), contre les eunomiens, 4 : «Pierre ... qui, en raison de la prééminence de sa foi reçu sur lui-même la construction de l'Eglise. "

Saint Gregoire de Naziance, grand père de l'orient (329-389), Oraison 26 : "... de tous les disciples du Christ, dont tous étaient dignes et méritaient du choix, est appelé rocher et chargé des fondations de l'Église ... "

Saint Jean Chrysostome, grand père de l'orient et évêque de Constantinople, Homélie 3, De. Poenit. 4 , 387 : "Pierre lui-même la tête ou couronne des Apôtres ... quand je nomme Pierre le nom du rocher intact, comme la fondation de l'entreprise ..."

On pourrait également citer saint Ambroise, Jérôme et bien d'autres, mais le point doit être clair.

Objection : le roc est la FOI DE PIERRE, pas Pierre

Réponse : Les PÈRES ont dit que les deux, PIERRE et sa foi est le même rocher parce que la FOI DE PIERRE est inséparable de Pierre lui-même

Dans un effort pour argumenter contre la papauté, certains non-catholiques disent que Jésus faisait allusion à la foi de Pierre (pas Pierre lui-même) comme le roc sur lequel l'Eglise serait construite. Ils iront même jusqu'à citer quelques passages sélectifs des Pères de l'Église dans une tentative de le prouver. Par exemple, ils citent ce passage de saint Hilaire de Poitiers.

Saint Hilaire de Poitiers (300-368), Sur la Trinité, 6, 37 : « Cette foi est le fondement de l'Eglise, à travers cette foi les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle». (Nicée et Pères post-Nicée, Série 2, Vol. 9, p. 112.)

Ce qu'ils oublient de vous dire, c'est que dans le même ouvrage, saint Hilaire dit que Pierre était le fondement de l'Eglise (Sur la Trinité, 6, 20).

Saint Hilaire de Poitiers (300-368), Sur la Trinité, 6, 20 : « Bienheureux Simon, qui, après sa confession sur le mystère a été créé pour être la première pierre de l'église, et a reçu les clés du royaume des Cieux ». (NPNF2, Vol. 9, p. 105.)

Saint-Hilaire de Poitiers, Commentaire sur Matthieu, 7, 6 : "Pierre croit d'abord, et c'est le prince de l'apostolat».

Les pères ont compris la foi de Pierre inséparable de Pierre lui-même et de la fonction que Jésus a mis en place en lui comme Premier ministre de son Église. Nous voyons aussi cette vérité dans Luc chapitre 22.

Luc 22 ENSEIGNE l'infaillibilité papale (l'infaillibilité de FONCTION DU PAPE)

Dans Luc chapitre 22, nous trouvons un autre passage très important, mais souvent négligé dans la Bible qui prouve l'enseignement catholique sur la papauté.

Luc 22, 24-32 : "Et il y avait aussi une lutte entre eux, pour savoir lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand. Et il leur dit : Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui exercent l'autorité sur elles sont appelés bienfaiteurs. Mais pour vous il n'en sera pas ainsi, mais celui qui est le plus grand parmi vous, qu'il soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert ... Et je dispose pour vous du royaume, comme mon Père en a disposé en ma faveur ; afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et soyez assis sur des trônes pour juger les douze tribus d'Israël. Et le Seigneur dit : Simon, Simon, voici, Satan a demandé à vous avoir, afin de vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas, et quand tu seras converti, affermis tes frères ".

Ce passage est fascinant. Il contient un certain nombre de vérités importantes. Tout d'abord, il y a un conflit entre les Apôtres sur qui sera le plus grand. Jésus explique que son royaume n'est pas comme celui des Gentils. Alors Jésus dit comment son royaume ou l'Église est structuré.

Jésus dit alors que Satan a voulu passer au crible tous les apôtres au pluriel, mais qu'il a prié pour Pierre [au singulier] pour que la foi de Pierre ne défaille pas.

Luc 22, 31-32 : "Et le Seigneur dit : Simon, Simon, voici, Satan a demandé à vous avoir [pluriel], pour vous vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi [au singulier], afin que ta foi ne défaille pas, et quand tu seras converti, affermis tes frères ".

Il est important de noter que lorsque Jésus dit : «Satan a demandé à vous avoir», le «vous» est au pluriel. Cela est clair dans le texte grec original, mais pas en anglais. Satan désire tous les apôtres, mais Jésus dit qu' il a prié pour Simon Pierre seul, pour que sa foi ne défaille pas. Pierre, celui qui reçoit les clefs du royaume, a également une foi sans faille, selon les paroles de Jésus. Jésus dit cela seulement pour Pierre, le séparant clairement du reste.

Le mot "infaillible" signifie ne peut pas échouer. Ainsi, on voit dans Luc 22, les racines de l'enseignement catholique sur l'infaillibilité du pape. Cette doctrine sur l'infaillibilité du pape ne veut pas dire qu'un vrai pape, successeur de Pierre, ne peut jamais faire une erreur. Cela ne signifie pas qu'il ne peut pas pécher. Ce que cela signifie, c'est que quand un vrai pape enseigne avec autorité sur la foi ou la morale à l'Eglise entière (ie, de la Chaire de saint Pierre), Jésus ne laissera pas l'enseignement échouer. Car s'il le faisait, alors l'Eglise serait elle-même induite en erreur et en échec. Le Concile Vatican 1 (un concile catholique dogmatique) l'a dit de cette façon :

Le pape Pie IX, Concile Vatican I, Session 4, chap. 4, 1870 : "Donc, ce don de la vérité et de la foi ne manquant jamais été divinement conféré à Pierre et à ses successeurs dans ce siège ..."

C'est une foi indéfectible de la fonction du Premier ministre / Pape qui a été établie en Pierre et se poursuivra à travers ses successeurs dans cette fonction. Même très tôt dans l'Église, les Pères ont vu ce passage de Luc 22 comme une preuve de la papauté.

Saint Ambroise (4ème siècle), Du Ps. 43, n. 40 : «Pierre, après avoir été tenté par le diable, est fixé pour l'Eglise. Le Seigneur ... le choisit comme le pasteur du troupeau du Seigneur. Pour lui il dit, mais "quand tu seras converti confirme tes frères [Luc 22].

Jésus confie TOUTES ses brebis à PIERRE dans Jean 21

Jean chapitre 21 fournit plus de preuves comme quoi Jésus a confié tous les membres de son église à Saint-Pierre.

Jean 21, 15-17 : "Alors, quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu'il lui avait dit pour la troisième fois : M'aimes-tu ? Et il lui dit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.

Nous voyons ici, dans Jean 21, que Jésus confie toutes ses brebis à Saint-Pierre. Le Concile dogmatique du Vatican de l'Eglise catholique a déclaré que ce passage de Jean 21, après la résurrection de Jésus, fut le moment où Jésus a effectivement donné à saint Pierre les clefs et l'autorité sur son église qu'il lui avait promises dans Matthieu 16.

Il est important de souligner que ce passage après la Résurrection, dans Jean 21, était le moment où Jésus a fait de Saint-Pierre le premier pape. Ceci est important parce que certains non-catholiques relèvent le triple reniement de saint Pierre du Christ dans Jean 18, 25 et suivants. Quand Pierre a renié Jésus-Christ, c'était avant la Crucifixion et la Résurrection. Jésus n'avait pas encore donné à saint Pierre le pouvoir en tant que pape. Les mots dans Matthieu 16, 18-20 promettent les clés du royaume à Saint-Pierre. Ils promettent que Jésus bâtirait son Église sur lui et ferait de lui le premier ministre de son Église, mais cette fonction n'a pas été conférée à Pierre qu'après la résurrection, par les paroles de Jean 21, 15-17. Par conséquent, le reniement du Christ par Saint-Pierre ne pose aucun problème du tout pour l'enseignement catholique sur la papauté.

En outre, l'Église catholique n'enseigne pas qu'un vrai pape ne peut pas pécher mortellement ou même perdre son âme. Elle enseigne qu'un vrai pape occupe la position de l'autorité suprême de l'Église, et que quand un vrai pape enseigne dans un mode de construction de l'Eglise universelle, Dieu le protégera de l'enseignement de l'erreur. Le pouvoir est dans la fonction elle-même, qui est protégée par le Christ.

Jésus dit à Pierre de gouverner son TROUPEAU

Jean 21, 15-17 : "Jésus lui dit : Pais mes agneaux ... Jésus lui dit : Pais mes brebis ... Jésus lui dit : Pais mes brebis."

Dans Jean 21, 15-17, Jésus dit à Pierre pais mes agneaux, pais mes brebis, pais mes brebis. Jésus donne clairement à Saint Pierre l'autorité sur son troupeau, les membres de son Église. Certains peuvent se demander pourquoi Jésus dit la première fois, nourris mes agneaux , et les deuxième et troisième fois mes brebis. Les Pères de l'Eglise ont compris cette référence à des agneaux et des brebis pour différencier les membres les plus jeunes et les plus âgés de l'Église, ou pour faire la distinction entre les fidèles et le clergé. Tous sont confiés à Saint-Pierre.

Maintenant ce qui est particulièrement important, c'est que lorsque Jésus dit : Pais mes agneaux, pais mes brebis, pais mes brebis, le deuxième commandement des trois est le mot poimaine en grec. De nombreuses bibles traduiront toutes les trois de la même façon, comme «nourris», mais le deuxième commandement est en fait différent du premier et du troisième.

Jean 21, 15-17 : "Jésus lui dit : Pais [Boske] mes agneaux ... Jésus lui dit : Pais [Poimaine] mes brebis ... Jésus lui dit : Pais [Boske] mes brebis. "

Dans le premier et le troisième commandement que Jésus donne à Pierre sur son troupeau, le mot grec est boske. Boske donne nourrir. Mais le mot poimaine, le deuxième commandement de Jésus à Pierre sur le troupeau, signifie se prononcer. Il est aussi traduit par tendance. Par conséquent, non seulement Jésus a commandé à Pierre de nourrir son Église, mais de se prononcer sur elle. C'est fascinant qu'une forme du même mot poimaine, que Jésus emploie pour l'autorité de Pierre sur le troupeau dans Jean 21, 16, soit également utilisé dans Apocalypse 2, 27.

Révélation (Ap.) 2, 27 : "Et il dominera [poimanei] avec une verge de fer ... "

Cela signifie que Pierre n'a pas seulement une primauté sur le troupeau du Christ, mais une primauté de juridiction pour statuer et gouverner le troupeau, contrairement à ce que les "orthodoxes" d'orient diront. Le même mot poimaine est utilisé dans Apocalypse 12, 5 et ailleurs pour indiquer que la capacité à gouverner.

Voici ce que le grand père l'Eglise orientale, saint Jean Chrysostome, a déclaré à propos de ce passage de Jean 21.

Saint Jean Chrysostome, Homélie sur John, 88, 1, 4ème siècle : «Jésus lui dit :" Pais mes brebis. " Et pourquoi, après avoir passé par les autres, il en parle avec Pierre sur ces questions ? Il était l'élu des apôtres, la bouche des disciples, le chef de la bande ... le reniement a été aboli, Jésus a député dans ses mains la principale autorité parmi ses frères, et il ne parle pas de ce qui avait eu lieu avant le reniement, ni ne l'outrage avec, mais il dit : «Si tu m'aimes, présides tes frères.» (Nicée et Pères post-Nicée, première série, Vol. 14:331)

Pierre est mentionné plus de 100 fois dans le Nouveau Testament, L'APÔTRE suivant le plus mentionné est Jean, qui est nommé seulement 29 fois.

L'importance du nom de Pierre dans l'Ecriture révèle qu'il a occupé, par l'institution du Christ, une position unique d'autorité parmi les apôtres. Pierre est nommé plus de 100 fois dans le Nouveau Testament. L'apôtre suivant le plus proche est Jean, qui est nommé seulement 29 fois.

LE LANGUAGE DE LA BIBLE MET PIERRE À PART et le distingue des autres apôtres

La manière dont l'Écriture utilise le nom de Pierre est extrêmement révélateur. Les gens devraient réfléchir à la signification de ces exemples. Remarquez combien Pierre est mentionné par son nom, tandis que les autres apôtres qui sont mentionnés à plusieurs reprises ne sont que ceux avec Pierre. Cela démontre que l'Écriture distingue Saint-Pierre et le distingue des autres Apôtres.

Marc 16, 7 : " Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée ... "

Actes 2, 37 : "Après avoir entendu cela, ils ont été piqués dans leur cœur, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? "

Actes 5, 29 : "Alors Pierre et les apôtres répondirent et dit ... "

Marc 1, 36 : " Et Simon [Pierre] et ceux qui étaient avec lui se mirent à sa suite. "

Luc 8, 45 : "Et Jésus dit : Qui m'a touché ? Comme tous s'en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent : Maître, la foule t'entoure et te presse ... "

Luc 9, 32 : "Mais Pierre et ceux qui étaient avec lui étaient accablés de sommeil ... "

Pierre est clairement identifié comme le chef des apôtres. Il est significatif que les auteurs du Nouveau Testament ont distingué Pierre de cette façon, même s'ils écrivaient des années après la Résurrection. Cela montre que la position de direction de Pierre tenait encore son importance dans l'Église après la Résurrection.

A chaque liste des 12 apôtres Pierre est le PREMIIER

Chaque liste des 12 apôtres dans le Nouveau Testament le nom de Pierre est premier et le nom de Judas dernier. Cela est vrai même si l'ordre des autres Apôtres entre les deux n'est pas toujours exactement le même. Vous pouvez voir ces listes dans Matthieu 10, 2 ; Marc 3, 14 ; Luc 6, 14 et Actes 1, 13.

Matthieu 10, 2-4 : "Voici les noms des douze apôtres ; le premier, Simon, appelé Pierre, et André, son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d'Alphée, et Lebbaeus, surnommé Thaddée, Simon le Cananéen, et Judas Iscariote, celui qui livra Jésus ".

Marc 3, 14-19 : "Et il en établit douze ... Et Simon surnommé Pierre, et Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, et qui étaient surnommés Boanerges, qui est, Les fils du tonnerre, et André, et Philippe, Barthélemy, Matthieu, et Thomas, et Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée, et Simon le Cananéen, et Judas Iscariote ... "

Luc 6, 14-16 : " Simon, (qu'il nomma Pierre), et André son frère, Jacques et Jean, Philippe et Barthélemy, Matthieu et Thomas, Jacques fils d'Alphée, et Simon appelé le Zélote, et Jude, le frère de Jacques, et Judas Iscariote, qui était aussi le traître. "

Dans la liste de MATTHIEU, PIERRE n'est pas seulement mentionné en premier, mais il est appelé «PREMIER» ou «chef»

Matthieu 10, 2 : «Maintenant, les noms des douze apôtres ; Le premier [protos], Simon, appelé Pierre ... "

Le mot grec utilisé dans Matthieu 10, 2 (protos) est utilisé pour premier ou chef ou capital. Comme aucun autres numéros ne sont indiqués dans la liste - et que Pierre n'était pas le premier à suivre Jésus (André l'était) - cette déclaration ne vise manifestement pas à attribuer un numéro à Simon Pierre. Il sert à indiquer qu'il est le chef ou le directeur des douze. Matthieu le montre littéralement en disant : Le chef, Pierre.

Il est également intéressant de noter que protos est utilisé pour signifier «chef» dans Matthieu 20, 27.

Matthieu 20, 27 : «Et quiconque veut être le premier [protos] parmi vous, qu'il soit votre serviteur."

Le même Évangile (Matthieu) nous a déjà dit que Pierre est le chef d'entre eux (Matthieu 10, 2). La déclaration dans Matthieu 20, 27, portant sur lequel sera le principal d'entre eux, n'est donc pas une certaine instruction générale, mais elle est celle qui a une application très précise et concrète. Le chef, Pierre, doit aussi agir comme un serviteur, se décharger de sa position de chef avec humilité. Ce verset est une des raisons pour laquelle un pape (qui est le chef de l'Eglise de Jésus) est appelé «serviteur des serviteurs de Dieu» (servus servorum dei).

Jean et Pierre ont couru au sépulcre de Jésus, JEAN est arrivé le premier, mais il a attendu que Pierre entre

Voici un autre point qui n'est pas nécessairement aussi important que ceux qui ont déjà été couverts, mais il est intéressant. Dans Jean 20, nous lisons que Pierre et Jean accoururent au tombeau de Jésus qui est ressuscité. Jean courut plus vite que Pierre et arriva le premier, mais il n'y est pas entré, Jean s'arrêta et attendit que Pierre entra.

Jean 20, 4-6 : "Alors qu' ils couraient tous deux ensemble, l'autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. Et il s'arrêta, et regardant dedans, vu les linges à terre, et pourtant il n'entra pas. Puis Simon Pierre, qui le suivait, entra dans le sépulcre, et vit les linges ... "

Le fait est que Jésus a fait de Saint-Pierre le premier pape et se montre encore et encore après la Résurrection, dans les actes de l'Église primitive : les Actes des Apôtres.

Pierre prend le premier rôle dans le remplacement de JUDAS ; LE REMPLACEMENT DE JUDAS MONTRE la succession apostolique

Dans Actes 1, nous lisons la décision de remplacer le défunt Judas par un autre apôtre. Pierre se lève au milieu des autres, et dirige le cours des choses pour remplacer Judas.

Actes 1, 15-20 : "En ces jours-là, Pierre, se levant au milieu des frères - ils étaient réunis au nombre d'environ cent vingt personnes - (leur) dit : " Frères, il fallait que s'accomplît l'Ecriture, que l'Esprit-Saint a prédite par la bouche de David au sujet de Judas, devenu le guide de ceux qui ont arrêté Jésus. Il était compté en effet parmi nous et il avait reçu sa part de notre ministère. Lui donc a acquis un champ avec le salaire du crime et, devenu enflé, il a crevé par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues. Le fait fut connu de tous les habitants de Jérusalem, si bien que ce champ a été appelé dans leur [propre] langue Hakeldamach, c'est-à-dire champ du sang. Il est écrit, en effet, dans le livre des Psaumes: Que sa demeure devienne déserte, et que personne ne l'habite! Et : Qu'un autre reçoive sa charge !"

Cela démontre clairement la position d'autorité de Pierre comme le premier pape, mais cela nous montre aussi la succession apostolique. En d'autres termes, les positions des apôtres (les évêques). Continuer les remplacements après ces apôtres ou les premiers évêques décédés. Parlant du siège de Judas, Actes 1,20 dit : Qu'un autre reçoive sa charge. Les évêques devaient être remplacés à travers l'histoire où l'Eglise a poursuivi sa mission, de sorte que lorsque saint Pierre lui-même meurt à Rome comme son premier évêque, sa place en tant que Premier ministre et chef de l'Église chrétienne serait comblée par un autre évêque de Rome, le second pape. Son nom était Linus (Saint Lin).

Dans Actes 2, nous voyons la primauté de PIERRE et être le pape dans son long discours aux Juifs

Actes 2, 14 : « Alors Pierre, se présentant avec les onze, éleva la voix, et leur dit : Hommes Juifs, et vous tous qui séjournez à Jérusalem, sachez ceci, et prêtez l'oreille à mes paroles. "

Notez encore le language, "Pierre debout avec les onze". C'était le jour de la Pentecôte, considéré comme l'anniversaire de l'Église, où tous les dirigeants de l'Église ont été recueillis. Après avoir prêché aux Juifs, ils ont demandé aux hommes (au pluriel) ce qu'ils doivent faire. C'est encore Pierre qui répond à tous :

Actes 2, 37-47 : "Après avoir entendu cela, ils ont été touchés dans leur cœur, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : frères, que ferons-nous ? Alors Pierre leur dit : Repentez-vous, et soyez baptisés chacun de vous au nom de Jésus Christ pour la rémission des péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit ... et le même jour, il leur a été ajouté environ trois mille âmes ... Et le Seigneur ajoutait à l'église quotidienne, ceux qui devaient être sauvé. "

Nous voyons également ici qu'il n'y a pas de salut hors de l'Eglise dirigée par Saint-Pierre, l'Eglise catholique.

Dans Actes 4, la primauté de PIERRE en tant que pape est montrée dans son discours au chef DES JUIFS

Lors d'une rencontre avec le grand prêtre, la question leur a été posée : par quel pouvoir avez-vous fait cela ? Saint-Pierre a répondu à nouveau pour les autres.

Actes 4, 6-10,12 : «Et Anne, le souverain sacrificateur, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui étaient de la race du grand prêtre, se rassemblèrent à Jérusalem ... ils demandèrent : Par quel pouvoir, ou par quel nom avez-vous fait cela ? Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit : Vous, Chefs du peuple et anciens d'Israël ... Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a pas d'autre nom sous le ciel donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. "

PIERRE est à nouveau distingué en tant que chef dans Actes 5

Dans Actes 5, les Apôtres sont à nouveau interrogés par le grand prêtre et accusés d'enseigner au nom de Jésus.

Actes 5, 29 : " Alors Pierre et les apôtres répondirent et dirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. "

Si tous les apôtres répondirent, comme le dit le verset, alors pourquoi les mots de l'Ecriture sont de cette façon, mentionnant Pierre lui-même ? C'est évidemment parce qu'il était le chef des apôtres, étant le premier pape.

PIERRE donne LA PUNITION DE L'EGLISE DANS LE CAS d'Ananias et Saphira

Dans Actes 5, nous lisons que deux chrétiens, Ananias et Saphira, ont vendu un morceau de terre, mais par la fraude retinrent une partie de l'argent. C'est saint Pierre qui a prononcé contre eux le jugement sévère de Dieu et de l'Église.

Actes 5, 3-11 : " Mais Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a t-il rempli ton coeur, à la place du Saint-Esprit, pour que tu aies retenu une partie du prix de la terre ? ... Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira ... Alors Pierre lui dit : [Saphira] Comment est-ce que vous vous êtes accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur ? ... A l'nstant, elle tomba aussitôt à ses pieds, et rendit l'esprit ... Et une grande crainte s'empara de toute l'assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses. "

Le premier converti des GENTILS est dit ÊTRE ALLER EN PARTICULIER à Saint Pierre, le chef de l'Eglise

Dans Actes 10, nous voyons le premier converti des Gentils, Cornelius. Les gens doivent garder à l'esprit l'importance de la réception de Corneille dans l'Église. Recevoir le premier converti des Gentils était un événement monumental qui a montré l'universalité de la seule véritable Eglise. Le fait que l'ange dit à Corneille d'aller précisément à Saint-Pierre, et que Pierre lui dise ce qu'il doit faire, nous fournit une autre illustration de la primauté de saint Pierre comme chef de l'Eglise.

Actes 10, 4-6 : "Et quand il l'eut regardé, il [Cornelius] eut peur, et dit : Qu'est-ce, Seigneur ? Et il lui dit: Tes prières et tes aumônes sont montées en mémoire devant Dieu. Et maintenant envoie des hommes à Joppé, et fait venir Simon, surnommé Pierre ... il te dira ce que tu dois faire . "

La vision montrant que les restrictions de l'ancienne loi contre les aliments impurs est terminée, ce qui a signifié la fin DE LA LOI ANCIENNE, EST ACCORDÉE à Saint Pierre, le chef de l'Eglise

Conformément aux instructions de l'ange au premier gentil converti d'aller à Saint-Pierre, il est tout aussi important qu'à saint Pierre seul est donnée la vision de la fin de l'ancienne loi et de ses ordonnances.

Actes 10, 9-13 : "Le lendemain, comme ils étaient en route, et qu'ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le toit pour prier, vers la sixième heure, et il eut très faim, et il voulut manger, mais pendant qu'on lui préparait, il tomba en extase, et vit le ciel ouvert, et un vase descendant sur lui, comme si une grande nappe était attachée par les quatre coins, et tombant sur la terre : où se trouvaient toutes sortes de quadrupèdes, bêtes de la terre, et les bêtes sauvages, les reptiles, et les oiseaux du ciel. Et il y eut une voix qui lui dit : Lève-toi, Pierre, tue et mange ".

Il est intéressant que la vision soit donnée à Pierre trois fois. Cela correspond avec Jean 21, 15-17, où trois fois Jésus annonce à Pierre que tous les membres de son Église lui sont confiés : Pais mes agneaux, pais mes brebis, pais mes brebis. Cela correspond à l'office triple de Saint-Pierre et de tous les vrais papes : enseigner et protéger la vraie doctrine, veiller sur la liturgie ou le culte de l'Église, et gouverner l'Eglise par la discipline.

Saint Pierre a clairement la primauté AU CONCILE DE JERUSALEM

Dans Actes 15, nous lisons au sujet de la dissension au sujet de la circoncision. Certains enseignaient que tous les païens convertis à l'Evangile devaient subir une circoncision pour être sauvé. Après beaucoup de contestation, Paul et Barnabas sont allés aux apôtres à Jérusalem les consulter sur cette question. Les dirigeants de l'Église tinrent conseil pour discuter de la question. Ce conseil est parfois appelé le premier concile œcuménique de l'Église chrétienne.

Actes 15, 7 : " Et comme il y avait eu beaucoup de contestation, Pierre se leva, et leur dit : Frères, vous savez comment il y a un bon moment Dieu a fait un choix parmi vous, afin que les Gentils par ma bouche, écouteent la parole de l'Évangile, et croient. "

Après beaucoup de contestation, Saint-Pierre se lève et offre la première adresse pour faire taire l'argument et rendre la décision. C'est parce qu'il était le chef de l'Eglise, le premier pape. La Bible fait mention spéciale du fait que, lorsque Pierre a parlé et a donné sa décision, l'assemblée garde le silence :

Actes 15, 12 : « Alors Toute l'assemblée garda le silence, et l'on écouta Barnabas et Paul ... "

Saint Jacques a parlé après Paul et Barnabas, car Eusèbe, l'historien de Église nous dit que Saint Jacques a été l'évêque de l'église locale à Jérusalem.

La promulgation de la décision prise au Concile de Jérusalem montre la puissance de l'Eglise et des conciles œcuméniques

Actes 15, 28-29 : " Car il a paru bon au Saint-Esprit et à nous, de ne déposer sur vous aucun autre fardeau que ces choses nécessaires, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de la fornication contre lesquelles vous ferez bien de vous gardez vous-mêmes. "

Notez que dans les Actes des Apôtres (ch 15 dirigé par Saint-Pierre), ils ont atteint une décision, après que Jésus ait quitté la terre, de la propre autorité qu'ils avaient reçue du Christ. Ce processus s'est poursuivi tout au long de l'histoire de la véritable Église de Jésus-Christ, l'Église catholique. Depuis l'Eglise est la colonne et fondement de la vérité, comme nous le lisons dans 1 Tim. 3, 15, les commandements, les préceptes et les décisions sont contraignants, s'ils sont confirmés par l'autorité de l'évêque suprême, le pape, car il a le pouvoir de lier et de délier du Christ. C'est pourquoi, après le Concile de Jérusalem, Paul a prêché que les gens doivent suivre ces préceptes :

Actes 15, 41 : "Et il [Paul] parcourut la Syrie et la Cilicie, fortifiant les Églises, leur ordonnant de garder les préceptes des apôtres et des anciens. "

Ce verset n'est pas complet dans la Bible protestante. La King James a retiré la partie "garder les préceptes des apôtres et des anciens", car cela montre l'autorité de l'Église et une autorité qui doit être entendue en dehors de la Bible.

Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Smyrniotes, chapitre 8, (110) : "en dehors de l'évêque, que personne ne fasse rien qui se rapporte à l'Eglise. La seule vraie Eucharistie est celle effectuée par l'évêque ou par celui que l'évêque a nommé. Là où est l'évêque, il doit y avoir la congrégation, comme partout où Jésus-Christ est là est l'Eglise catholique ».

CONCLUSION DE LA PREUVE biblique pour la papauté

Nous avons vu la preuve indéniable de la Bible selon laquelle saint Pierre a été le premier pape. Nous avons vu des témoignages et des preuves par les paroles de Jésus, de tous les quatre Évangiles, des Actes des Apôtres, des pères, et plus encore. C'est un fait de l'histoire que saint Pierre est mort à Rome comme son premier évêque, et qu'il a été remplacé par d'autres papes à travers l'histoire. Ils ont supposé la position de Saint-Pierre comme chef et gouverneur du Royaume de Christ (Son Église), tout comme Eliakim a succédé à la place de Shebna à celle de Premier ministre dans le royaume de David.


LA JUSTIFICATION PAR LA FOI SEULE et la sécurité éternelle réfutées par la BIBLE

Jacques 2, 24 : «Vous voyez que par les oeuvres l'homme est justifié, et non par la foi seulement. "

L'écrasante majorité des protestants croient que la Bible enseigne que les gens sont justifiés (dans un état dans lequel ils seront sauvés) par la foi seule en Jésus - à savoir, outre l'examen de leurs actes, des actes ou des péchés. La plupart d'entre eux croient aussi dans «sauvé une fois, toujours sauvé» ou la sécurité éternelle, qu'un homme qui croit en Jésus ne peut pas perdre son salut éternel. Ces idées sont fausses et totalement contraires à l'enseignement de la Bible. Regardons la preuve. Après cela, je vais répondre aux objections.

Presque toutes les citations dans ce chapitre proviennent de la version King James 1611 de la Bible, une célèbre traduction protestante.

Jésus dit que les hommes doivent PROFONDÉMENT COUPER avec les occasions de péché pour éviter l'enfer, et pas seulement CROIRE

Dans Matthieu chapitre 5, nous trouvons la parabole couper la main ou l'œil pour éviter l'enfer.

Matthieu 5, 29-30 : "Et si ton œil droit te scandalise, arrache-le et jette le loin de toi ... Et si ta main droite qui l'est pour toi, coupe-la et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que tout ton corps ne soit pas jeté dans la géhenne ».

Cette parabole, qui se réfère évidemment à couper les occasions de péchés - les choses dans la vie qui vont entraîner les gens dans l'offense contre Dieu - n'a de sens que si les péchés et les œuvres déterminent d'atteinre le salut. En coupant les mauvaises choses et les mauvaises œuvres, on va sauver son âme. Les péchés et les œuvres de l'homme sont donc une partie de sa justification. Si l'homme avait été justifié par la foi seule, cette parabole ne ferait pas le moindre sens.

Ce ne sont PAS tous ceux qui disent «Seigneur, Seigneur» qui ENTRENT aux cieux, mais celui QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU

Matthieu 7, 21-23 : " Ce ne sont pas tous ceux qui me disent Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là, Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? et en ton nom chassé les démons ? et en ton nom fait beaucoup de miracles ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous connais pas, écartez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. "

Ici, nous voyons que c'est celui qui "fait" la volonté de Dieu qui entrera au Paradis, pas tous ceux qui considèrent que Jésus est le Seigneur. Alors Jésus insiste sur ce point en indiquant que vous devez faire ce qu'il dit.

Matthieu 7, 24-27 : " Ainsi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je le comparerai à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc ... Et quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable : Et la pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison, elle est tombée, et sa ruine a été grande. "

Comment cela doit-il être clair ? C'est une question de savoir si vous entendez Ses paroles et les faites. Ce n'est pas par la foi seule.

VOUS DEVEZ persévérer jusqu'à la fin pour être sauvé

Matthieu 10, 22 «Et vous serez haïs de tous, à cause de mon nom, mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé. "

Cela contredit totalement le point de vue protestant sur "une fois sauvé toujours sauvé." Voir aussi Marc 13, 13 pour le même message.

Saint Paul dit qu'il pourrait devenir un naufragé

1 Corinthiens 9, 24-27 : "Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix ? Alors courez, pour que vous le remportiez. Et tous ceux qui combattent pour la maîtrise sont tempérés en toutes choses. Ils le font maintenant pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous une incorruptible. Je cours donc, non pas comme à l'aventure; je frappe, non pas comme battant l'air. Mais je garde mon corps et je le tiens assujetti, de peur que par n'importe quel moyen, après avoir prêché aux autres, je devienne un naufragé. "

Saint Paul dit qu'il craint qu'il pourrait devenir un «naufragé». Le mot «naufragé» (dans 1 Cor. 9, 27) est traduit du mot grec adokimos. Adokimos est traduit par «réprouvé» dans 2 Timothée 3, 8 et dans Romains 1, 28. Il décrit les âmes perdues, les pécheurs mortels, les apostats et ceux qui sont en dehors de l'état de la justification et / ou en dehors de la foi de Jésus.

Dans 2 Timothée 3, 8, il est utilisé pour décrire les personnes maléfiques qui "résistent à la vérité, hommes corrompus d'entendement, réprouvés quant à la foi "(Version King James). Ceux-ci ne sont évidemment pas des gens qui sont dans un état de justification ou sur le chemin du Ciel.

Dans Romains 1, 28 adokimos est utilisé pour décrire les personnes qui se sont été adonnées au cours de péchés abominables -. une fois de plus, les gens qui ne sont pas sur le chemin du Ciel ; adokimos se retrouve également dans d'autres passages, y compris Titus 1, 16 ; Hébreux 6, 8 et ailleurs. Dans chaque cas, cela signifie des gens qui ne sont pas sur le chemin du ciel, mais en dehors de l'état de la justification et / ou de la vraie foi.

En déclarant qu'il pourrait devenir un naufragé ou un réprouvé (adokimos), il ne fait aucun doute que saint Paul dit qu'il pouvait perdre son salut et être damné avec les autres réprouvés. Saint-Paul était-il un vrai croyant qui avait été justifié ? Bien sûr qu'il l'était. La Bible nous enseigne donc que les vrais croyants ne sont pas assurés du salut. Ce passage réfute complètement l'idée de la sécurité éternelle ou «une fois sauvé toujours sauvé».

Les PECHEURS mortels, Y COMPRIS les impudiques, les ivrognes, les adultères, ETC... n'hériteront pas du PARADIS

Galates 5, 19-21 : "Or les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la sorcellerie, la haine, la variance, émulations, la colère, les querelles, les séditions, les hérésies, envies, les meurtres, ivrognerie, orgies, et les choses semblables : et je vous le dis d'avance, comme je vous l'ai dit aussi dans le temps passé, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu ".

1 Corinthiens 6, 9-11 : "Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni ceux qui abusent d'eux-mêmes avec des hommes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. Et tels étaient certains d'entre vous : mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus, et par l'Esprit de notre Dieu ».

Avant de poursuivre, il convient de noter que, selon saint Thomas d'Aquin, le péché de «l'impureté» ou «mollesse» (qui exclut du ciel, selon les versets ci-dessus) est le péché mortel de masturbation (Somme théologique, pt. II-II, Q. 154, A. 11.).

Ces passages posent de gros problèmes pour ceux qui croient en la justification par la foi seule et / ou la sécurité éternelle. La Bible enseigne que les péchés mortels (fautes graves) détruisent l'état de la justification. Ils enseignent que les péchés graves mettent les gens dans un état dans lequel ils seront exclus du Royaume de Dieu. Cela coïncide avec l'enseignement catholique selon lequel le croyant peut perdre l'état de justification et être damné si il ou elle commet un péché mortel (par exemple, la fornication, l'ivrognerie, regarder de la pornographie, etc) et meurt dans cet état.

Maintenant, à la lumière de ces passages, les protestants ont un problème. Si tous ceux qui commettent des péchés mortels perdent leur justification, la foi seule des protestants aurait à leur faire dire qu'aucun vrai croyant ne commet des péchés mortels. Cette réponse ne fonctionne pas, cependant, comme nous allons le voir. Il ya des millions de prétendus «chrétiens» qui disent qu'ils ont été «sauvés» par la foi en Jésus. Un nombre incalculable d'entre eux s'enivrent, forniquent, trichent, volent, etc. En d'autres termes, ils commettent des péchés mortels clairs dont la Bible dit qu'ils détruisent l'état de la justification.

Puisque la Bible dit clairement que les péchés mortels détruisent la justification, les protestants avec leur foi indépendante sont contraints d'arguer que tous ces «croyants» qui commettent des péchés mortels n'étaient pas de vrais croyants. Ils doivent admettre que «l'assurance» de la justification / salut que ces gens pensaient avoir par «la foi seule» était une illusion, une tromperie. Ils n'ont pas vraiment la vraie foi "d'économie", selon eux, même si ils ont pensé qu'ils l'avait.

Cependant, cette réponse - que le croyant "REEL" ne peut pas commettre les péchés mortels dont la Bible dit exclure du salut - est réfutée par le verset suivant que nous allons voir. Cela prouve que les gens qui avaient vraiment la foi véritable «d'économie» et ont été justifiés peuvent aussi commettre ces péchés mortels. S'ils le faisaient, ils perdraient la justification.

Ephésiens 5, 5-8 PROUVE QUE C'EST POSSIBLE POUR des vrais croyants de commettre des péchés mortels et qu'ils perdent leur salut pour de tels péchés - CE QUI DEMOLIT L'IDÉE DE JUSTIFICATION PAR LA FOI SEULE et la sécurité éternelle

Ephésiens 5, 5-8 : "Car, sachez qu'aucun impudique, ou impur, ou cupide, qui est un idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. Que personne ne vous séduise par de vaines paroles : car c'est à cause de ces choses que vient la colère de Dieu sur les enfants de la désobéissance. N'ayez donc aucune part avec eux. Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur : Marchez comme des enfants de lumière. "

Il s'agit d'un passage fascinant.

Saint Paul mentionne d'abord un certain nombre de péchés mortels, et affirme que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. Nous l'avons vu ci-dessus avec des passages dans Galates 5 et 1 Corinthiens 6, 9. Comme indiqué déjà, la (seule et possible) réponse commune protestante c'est qu'aucun vrai croyant ne pouvait commettre de tels péchés qui détruisent l'état de la justification.

Eh bien, le passage ci-dessus enseigne clairement que les croyants justifiés pourraient commettre ces péchés graves. Saint Paul les avertit dans Ephésiens 5, 7 : " N'ayez donc aucune part avec eux " ! Par conséquent, les croyants pourraient avoir part avec les pécheurs mortels ! Et s'il n'y a aucun doute qu'il s'agit notamment de croyants authentiques dans cet avertissement, il parle d'eux comme ceux qui sont maintenant "lumière dans le Seigneur" (les vrais croyants).

Par conséquent, ceux qui sont «lumière dans le Seigneur» pourrait être «participants» avec les pécheurs mortels et les péchés mortels qui détruisent la justification. Cela réfute sans aucun doute la justification par la foi seule et «une fois sauvé toujours sauvé». Que personne ne vous séduise par de vaines paroles comme «la justification par la foi seule» !

Les hommes peuvent suivre le chemin de Jésus, puis s'en détourner ET ne pas revenir

2 Pierre 2, 20-22 : "Car si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire qu'au début. Car il eût mieux valu pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, plutôt qu'après l'avoir connue, de se détourner du saint commandement. Mais il leur est arrivé selon le proverbe : Le chien est retourné à nouveau à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier ".

Ce verset indique que les personnes qui sont justifiées peuvent perdre leur justification par les péchés. C'est une preuve claire de l'enseignement catholique sur la justification. Certains pourraient essayer de faire valoir qu'il s'agit simplement de parler ici de gens qui ont entendu parler de l'Évangile, et non ceux qui ont vraiment cru. Cela ne tient pas. Le verset dit que ces personnes ont «connu la voie de la justice» et «retirés des souillures du monde». On n'échappe pas aux souillures du monde par la simple audition de l'Evangile. Son langage décrit quelqu'un qui marche sur le chemin justifié et puis s'en détourne. C'est pourquoi 2 Pierre 2, 23 compare cet homme à une truie (un cochon) qui a été lavé (c.-à-d. justifié), puis retourne dans la boue ! C'est aussi pourquoi, plus tôt dans le même chapitre, il est fait référence aux anges qui ont péché et ont perdu leur justification. Saint-Pierre enfonçait vraiment le clou.

LES ANGES ont perdu leur justification par le péché

2 Pierre 2, 4 : «... Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché, mais les a jetés dans l'abîme, les a livrés dans des chaînes d'obscurité, en réserve pour le jugement."

Les anges ont été créés dans la justification, mais ils ont péché mortellement, ont perdu leur justification, et ont été jetés dans la géhenne. Ces passages contredisent complètement le point de vue protestant de la justification.

Dieu est l'auteur d'un salut éternel pour tous ceux qui Lui «obéissent»

Hébreux 5, 9 : «Et ayant été rendu parfait, il [Jésus] est devenu l'auteur du salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent. "

Ce n'est pas par la foi seule.

Les croyants peuvent tomber !

Hébreux 6, 4-6 : "Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du monde à venir, s'ils sont tombés, soient renouvelés encore à la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent à l'ignominie ".

Ce passage montre clairement que les gens qui sont croyants, qui ont eu «part au Saint-Esprit», peuvent tomber de l'état de la justification. La référence à ce qu'il soit «impossible» pour ces personnes d'être renouvelées encore à cet état se réfère à la grâce originelle du baptême, par lequel ils ont d'abord été purifiés du péché. Ils ne peuvent pas être baptisés à nouveau, mais même les péchés graves peuvent être pardonnés dans la confession (Jean 20, 23). Ce passage oblitère - démolit totalement - la théologie protestante "une fois sauvé toujours sauvé".

Les croyants peuvent être damnés pour leurs péchés APRÈS avoir connu la vérité - réfutant ainsi la foi SEULE !

Hébreux 10, 26-27 : "Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. "

Dans le même livre et dans la même veine que l'avertissement ci-dessus (Hébreux 6, 4-6), ce passage dit que ceux qui ont la foi - Saint Paul parle de «nous» - peuvent perdre le salut à la suite des péchés volontaires.

Sans la sainteté, nul ne verra le Seigneur

Hébreux 12, 14 : "Recherchez la paix avec tous les hommes, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. "

Ce verset enseigne que la justification nécessaire pour le salut est une sanctification : une vraie sainteté possédée par la personne. Ce n'est pas, comme les protestants le soutiennent, la justice de Christ qui est imputée (appliquée) à une personne, même s'il reste intérieurement impie.

Expliquant le point de vue protestant de l'homme justifié, Martin Luther a dit qu'un homme justifié est comme un tas de fumier recouvert de neige. L'homme reste pécheur et inique à l'intérieur, mais, dès qu'il croit, la justice du Christ lui est appliquée comme une couverture et un manteau. Cela permet à un homme sale et inique d'être sauvé, selon la doctrine protestante. Il peut être sauvé, même s'il ne possède pas la sainteté en lui-même, mais garde la bouse du péché à l'intérieur.

Nous pouvons voir comment ce point de vue contredit l'enseignement de la Bible selon lequel un homme justifié est réellement et véritablement sanctifié par la grâce de Dieu. Il est sanctifié et a changé intérieurement, il doit posséder cette sainteté intérieure pour voir le Seigneur.

Il convient également de souligner que ce que Dieu dit arrive. S'il dit que quelqu'un vient au ciel, c'est parce que cette personne est vraiment juste, pas juste fictivement ou avec un masque.

La parabole du semeur - LES HOMMES PEUVENT croire un temps, puis disparaitre

Matthieu 13, 18-22 : "Écoutez donc la parabole du semeur. Lorsqu'un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur. C'est lui qui a reçu la semence le long du chemin. Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c'est celui qui entend la parole et [actuellement] avec joie la reçoit ; Pourtant, il n'a pas de racines en lui-même, mais croit pendant un certain temps : quand la tribulation ou la persécution survient à cause de la parole, et il est aussitôt scandalisé. Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c'est celui qui entend la parole mais la considération de ce monde et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse ".

Ici, nous voyons que l'homme peut croire «pendant un certain temps», puis tomber. Les versions de cette parabole dans Marc et Luc font ressortir ce point encore plus clairement:

Marc 4, 17 : "... Et ils n'ont pas de racine en eux-mêmes, et donc supportent mais pour un temps : par la suite, lorsque l'affliction ou la persécution survient à cause de la parole, ils sont offensés. "

Luc 8, 13 : " Ils sont sur le roc ceux qui, lorsqu'ils entendent, reçoivent la parole avec joie, et ceux-ci n'ont pas de racine, qui croient pour un temps, et au temps de la tentation, se retirent. "

Jésus dit clairement dans Luc 8, 13 que ces gens croient "pendant un certain temps". Les protestants pourraient dire qu'il s'agit de gens qui ne croient pas vraiment. On ne peut pas dire cela, Jésus Lui-même dit qu'ils croient pour un temps.

Toute cette parabole réfute - et n'a aucune signification avec - la fausse vision protestante de la justification. Non seulement elle nous enseigne que l'on peut croire, puis tomber, mais que les péchés, les tentations, les préoccupations mondaines, les efforts pour vaincre le monde et ses pièges et ses soucis (Mt 13, 22), font tous partie de la justification et du salut. C'est une confirmation éclatante de l'enseignement catholique sur la justification, et une réfutation frappante de la position protestante.

Luc 8, 15 : " Mais ceux qui sont dans la bonne terre sont ceux qui avec un coeur honnête et bon, ayant entendu la parole, la gardent, et portent du fruit avec patience. "

Ceux qui portent du fruit pour la vie éternelle sont ceux qui écoutent la parole et la «gardent» ou la pratiquent.

La parabole des Talents : SI VOUS NE produisez pas de fruits pour Dieu, vous serez damnés - REFUTE LA JUSTIFICATION PAR «la foi seule»

La parabole des Talents réfute totalement le point de vue protestant de la justification par la foi seule.

Matthieu 25, 15-30 : " Et Il donna à l'un cinq talents, à un autre deux, et à l'autre un, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla et en négocia avec les mêmes, et fit cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre, et cacha l'argent de son maître. Après un long moment le maître revint à ces serviteurs, et leur fit rendre compte. Et celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m'as remis cinq talents: voici, j'ai gagné cinq autres talents. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha et dit: Seigneur, tu m'as remis deux talents: voici, j'ai gagné deux autres talents en plus d'eux. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. Ensuite, celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné et j'ai eu peur, et suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici, prends ce qui est à toi. Son maître répondit et lui dit : Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse où je n'ai pas vanné ; il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, je devrais l'avoir reçu avec un intérêt. Prenez donc son talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. Car à tout homme qui a, il sera donné, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. Et jetez le serviteur inutile dans les ténèbres : là seront les pleurs et les grincements de dents ».

Dans cette parabole, nous voyons que la personne est condamnée pour la paresse, la paresse de ne pas faire des choses avec les talents qu'il a reçus. Il a été condamné parce qu'il n'a pas travaillé avec ses talents pour gagner plus de talents ! Cette parabole contredit totalement la justification par la foi seule. Ce qui est très intéressant, c'est qu'il dit que le Seigneur "moissonne où il n'a pas semé". En d'autres termes, le Seigneur attend de nous de produire nos propres œuvres, réalisées avec Sa grâce. Si nous ne coopérons pas avec sa grâce pour produire ces œuvres - et ne sommes pas en mesure de présenter ces œuvres surnaturelles devant lui au jugement - nous serons dans la géhenne. Cette parabole confirme l'enseignement catholique sur les œuvres, tout en réfutant totalement les vues protestantes.

JESUS rendra à chacun selon ses ŒUVRES

Matthieu 16, 27 : "Car le Fils de l'homme viendra dans la gloire de son Père, avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses œuvres ».

Nous allons voir le même enseignement dans le livre des Romains et dans le livre de l'Apocalypse (Révélation).

JESUS dit que ceux qui commettent l'iniquité seront jetés dans la géhenne

Matthieu 13, 41-42 : "Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise ardente : là seront les pleurs et des grincements de dents ".

Dieu va condamner les gens à l'enfer selon qu'ils font l'iniquité.

Chaque personne va recevoir une récompense ou une punition basée sur ce qu'il OU ELLE A FAIT DANS SON CORPS

2 Corinthiens 5, 9-10 : "... C'est pourquoi nous travaillons, qu'il soit présent ou absent, nous pouvons de lui être agréables. Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive les choses accomplies dans son corps, selon ce qu'il aura fait, que ce soit bon ou mauvais. "

Nous lisons que l'on doit travailler pour être accepté par le Christ. En outre, nous voyons que les hommes recevront dans l'autre monde une récompense ou une peine en fonction de ce qu'ils ont fait dans le corps, "que ce soit bon ou mauvais". Les choses qu'un homme a fait (ses actions) sont considérées comme partie intégrante de son salut ou de sa damnation.

On peut avoir TOUTE CONFIANCE ET que cela ne serve de rien

1 Corinthiens 13, 1-2 : "Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, et n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi, afin que je puisse transporter des montagnes, et n'ai pas la charité, je ne suis rien".

Selon la doctrine protestante, la foi seule accorde le salut. Ainsi, tous ceux qui ont la foi seraient sauvés. Mais la Bible enseigne autrement : on pourrait avoir toute confiance et cela pourrait encore servir de rien. La justification n'est pas par la foi seule.

Que faut-il faire pour être sauvé ? Jésus dit : garder les commandements, non pas seulement CROIRE

Matthieu 19, 16-21 : "Et voici, un homme vînt et lui dit : Bon maître, quelle bonne chose je dois faire, afin que je puisse avoir la vie éternelle ? Et il lui dit : Pourquoi m'appelles-tu bon ? Il n'y a qu'un seul bon, c'est Dieu : mais si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements ... et viens et suis-moi. "

A la question de ce qu'il doit faire pour être sauvé, Jésus dit qu'il faut garder les commandements et le suivre.

Qu'un riche a de la PEINE À ENTRER DANS LE ROYAUME DES CIEUX

Matthieu 19, 23-24 : "Alors Jésus dit à ses disciples : En vérité, je vous le dis, qu'un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. Et encore, je vous le dis, il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu ».

Ici, nous voyons que ce que l'on fait avec son argent affectera également son salut.

Jésus montre, que de peur qu'il ne vienne VOUS NE SOYEZ PAS À FAIRE CE QUE VOUS DEVEZ et de ne pas commettre le péché

Marc 13, 35-37 : "Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison viendra ... De peur que venant tout à coup il ne vous trouve endormis. Et ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. "

La version de cette parabole dans l'évangile de Luc met en évidence la nécessité de travaux et de faire des choses pour le salut encore plus clairement:

Luc 12, 38,43 : "Et s'il arrive à la seconde veille, ou vient dans la troisième veille, et les trouve ainsi, heureux sont-ils ! ... Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée,trouvera faisant ainsi. "

Voici un autre passage intéressant sur ce point de Luc 21 :

Luc 21, 34-36 : "Et prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne s'appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de cette vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l'improviste. Car, comme un piège il viendra sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme ".

Dans ce passage intéressant, nous voyons que le défaut de faire les choses - l'échec pour éviter les péchés comme la gourmandise (ce qui signifie l'indulgence pour la gourmandise) et l'ivresse - peut coûter le salut. Cela devrait nous montrer encore une fois pourquoi la justification par la foi seule est totalement contraire et étranger à l'Evangile.

CELUI QUI veut sauver sa vie la perdra

Luc 9, 24 : "Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi, la sauvera. "

Nous voyons que ce que l'on fait, en abandonnant les mauvaises choses que le monde offre dans cette vie, permettra de déterminer d'avoir le salut. Ce n'est évidemment pas par la foi seule.

Vous devez porter votre croix pour ÊTRE son disciple

Luc 14, 27,33 : «Et quiconque ne porte pas sa croix, et vient après moi, ne peut être mon disciple ... Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il a, il ne peut être mon disciple. "

Le salut n'est pas atteint par la seule foi en Jésus, mais par la foi et en portant la croix en priorité de tout ce qu'on possède, mettant le salut au sommet des priorités dans la religion de Jésus-Christ.

Les hommes doivent garder la parole de Jésus DE NE PAS VOIR LA MORT

Jean 8, 51 : «En vérité, en vérité je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. "

Ceux qui gardent ses paroles, et pas seulement croient, ne verrons pas la mort.

Seuls ceux qui PARDONNENT sont pardonnés

Matthieu 6, 14 : «Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi."

On est seulement pardonné si on pardonne. Ce n'est pas par la foi seule.

Les hommes sont justifiés et condamnés par leurs paroles, PAS SEULEMENT SUR LA BASE DES PAROLES QU'ILS CROIENT

Matthieu 12, 36-37 : "Mais je vous le dis, chaque mots oisifs que les hommes prononcent, ils rendront compte au jour du jugement. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné. "

Mais je pensais que les protestants disaient que la justification est par la foi seule ? Non, vos paroles, vos actions, vos œuvres vont vous justifier ou vous condamner, en plus de savoir si vous croyez. L'homme devra rendre compte de toutes ses actions et toutes ses paroles le Jour du Jugement. Une parabole similaire est donnée dans Luc 19.

Simon le magicien crut et puis tomba très bas

Dans Actes 8, nous lisons à propos de Simon Magus.

Actes 8, 13 : "Simon lui-même crut, et ... a été baptisé ..."

Mais quelques versets plus loin, nous découvrons qu'il est tombé dans le péché grave :

Actes 8, 18-21 : "... Lorsque Simon vit que par l'imposition des mains des apôtres le Saint-Esprit était donné, il leur offrit de l'argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin qu'imposerant les mains je reçoive le Saint-Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent. Pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu. "

Félix fut effrayé quand Paul lui annonça l'Evangile et la chasteté, évidemment parce qu'il faut éviter L'IMPURETÉ pour être sauvé

Dans Actes 24, nous trouvons un autre passage intéressant qui est pertinent à ce sujet.

Actes 24, 25 : "Et comme il [Paul] discourait sur la justice, la tempérance et le jugement à venir, Félix, effrayé, dit : Va pour cette fois ; quand j'aurai une occasion, je te rappellerai. "

La version catholique de ce verset se lit ainsi :

"Et comme il traitait de la justice, et de la chasteté et du jugement à venir, Félix étant terrifié, a répondu : Va pour cette fois : Mais quand j'ai un moment opportun, je te ferai savoir."

Félix est effrayé lorsque Paul a parlé de l'enseignement de l'Evangile sur la chasteté, de toute évidence parce que Paul l'a informé que les péchés à cet égard excluent du ciel. Félix est effrayé seulement parce que Paul ne prêchait pas pour lui le faux évangile de la justification par la foi seule.

Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement

Philippiens 2, 12 : «C'est pourquoi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, non seulement comme en ma présence, mais beaucoup plus maintenant en mon absence, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement. "

Travaillez à votre salut avec «crainte et tremblement», évidemment parce que les hommes peuvent perdre leur salut par le péché grave à tout moment.

Le livre des Romains indique clairement que LES ŒUVRES SONT UNE PARTIE DE LA JUSTIFICATION ET DU SALUT

CONCERNANT la réfutation de l'objection de Romains 3, 28 ET LA PHRASE «œuvres de la loi» - Une idée fausse PROTESTANTE COMMUNE - voir la réponse à CETTE OBJECTION A LA FIN.

La théologie protestante, qui affirme que l'homme est justifié par la foi seule, est contredite vers le début de l'épître aux Romains par l'exposé de Paul dans le chapitre 2 sur la façon dont les gens seront condamnés pour ce qu'ils font. Elle est également contredite lorsque Paul dit dans Romains que Dieu rendra à chacun selon ses œuvres, et que la vie éternelle est pour ceux qui travaillent pour de bonnes œuvres.

Il est très intéressant de noter que ces passages sont au début de Romains. Ce fut la façon d'éliminer tout malentendu quant à la nécessité de faire des choses et d'éviter les péchés pour le salut qui pourraient découler de mauvaises interprétations hérétiques des passages ultérieurs, qui ont été écrits pour souligner que l'homme n'est pas justifié par les œuvres de l'ancienne loi de Dieu.

Romains 2, 2-3: "... le jugement de Dieu est selon la vérité contre ceux qui commettent de telles choses. Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu ? "

De quoi parle t-il ? A la fin du chapitre 1, il a donné une liste des péchés mortels, y compris la fornication, la convoitise, la méchanceté, etc.

Romains 2, 5-6 : "... le juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses œuvres ».

Il rendra à chacun selon ses œuvres ou ses actes, et non sur la base de la foi seule. Il poursuit :

La vie éternelle est pour les croyants QUI PERSEVÈRENT DANS LA PATIENCE À FAIRE LE BIEN

Romains 2, 7 : "Pour eux qui, par la persévérance à faire le bien, cherchent la gloire, l'honneur et l'immortalité, la vie éternelle. "

La mort éternelle est pour ceux qui n'obéissent pas à LA VÉRITÉ ET FONT LE MAL

Romains 2, 8-10 : "Mais à ceux qui sont contentieux, et n'obéissent pas à la vérité, mais obéissent à l'injustice, l'indignation et la colère, la tribulation et l'angoisse sur toute âme d'homme qui fait le ma, sur le Juif premièrement, puis sur les Gentils ; Mais la gloire, l'honneur et la paix, à tout homme qui fait le bien, pour le Juif premièrement, puis aux Gentils ".

La vie éternelle est donnée à ceux qui croient vraiment et font ce qui est bon. La mort éternelle est pour chaque homme, y compris les croyants qui font le mal ou commettent des péchés graves et meurent dans cet état. Ce n'est pas par la foi seule.

LE SAINT-ESPRIT est versé dans le cœur des justifiés : sanctification INTÉRIEURE

Romains 5, 5 : "Et l'espoir ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. "

Nous voyons ici que pour ceux qui sont justifiés, l'amour de Dieu est répandu dans les cœurs. Il s'agit de la vision catholique de la justification : le justifié est vraiment intérieurement sanctifié.

Si les croyants vivent selon la chair, ILS SONT ÉTERNELLEMENT MORTS

Romains 8, 12-13 : "Ainsi, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Car si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. "

S'adressant aux «frères», c'est-à-dire croyants, il dit que s'ils commettent de graves péchés de la chair ils vont mourir éternellement : être damné. Cela contredit totalement la justification par la foi seule, une fois sauvé toujours sauvé, etc.

Si les croyants ne continuent pas dans la bonté, ils seront coupés

Dans Romains chapitre 11, nous arrivons à un verset qui dévaste la théologie protestante.

Romains 11, 20-22 : «Eh bien, à cause de leur incrédulité, ils ont rompu, et n'ont pas tenu par la foi. Ne soyez pas enorgueillis, mais dans la crainte : car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, prends garde qu'il ne te ménage pas toi aussi. Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : pour ceux qui sont tombés, la gravité, mais vers toi, Dieu, si tu demeures ferme dans cette bonté ; autrement, tu seras aussi retranché. "

Romains chapitre 11 parle clairement des Juifs étant coupés à cause de leur incrédulité. Et puis, au verset 22, saint Paul dit qu'en croyant les chrétiens seront également coupés à moins de continuer dans la bonté. Cela détruit les idées de la justification par la foi seule et "une fois sauvé toujours sauvé".

Un croyant qui MANGE et boit L'Eucharistie indignement attire un jugement contre LUI-MÊME

1 Corinthiens 11, 28-29 : "Mais laissez le s'éprouver lui-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe. Car celui qui mange et boit, mange et boit un jugement contre lui-même, ne discernant pas le corps du Seigneur. "

Saint Paul dit que ceux qui mangent de l'Eucharistie indignement sont coupables d'un péché grave contre le corps et le sang du Seigneur. Ils boivent la damnation pour eux-mêmes. Il parle aux croyants, bien sûr, comme il le dit clairement dans 1 Cor. 5, 12. Il s'agit également du fait que seuls les croyants seraient participants à l'Eucharistie. De toute évidence, donc, les croyants peuvent être condamnés pour de graves péchés, comme une réception sacrilège de l'Eucharistie. Ce passage réfute l'idée protestante de la justification par la foi seule et confirme l'enseignement catholique.

1 Cor. 7 DETRUIT la JUSTIFICATION par la foi seule, en enseignant que c'est mieux pour certains croyants de se marier que de brûler

Saint Paul dit clairement dans 1 Corinthiens quand il parle des problèmes qui peuvent s'abattre sur ceux à l'intérieur de l'Eglise :

1 Corinthiens 5, 12-13 : « Qu'ai-je à faire de juger ceux qui sont dehors ? Ne jugez-vous pas ceux qui sont à l'intérieur ? Mais ceux qui sont dehors, Dieu les juge. Par conséquent extirpez parmi vous le méchant ".

Cela devient très important au chapitre 7.

1 Corinthiens 7, 1-9 : "Pour ce qui concerne les choses dont vous m'avez écrit : Il est bon pour l'homme de ne point toucher de femme. Néanmoins, pour éviter l'impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. Que le mari se rende jusqu'à la femme en raison de la bienveillance, et de même aussi la femme à son mari. La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d'accord pour un temps, afin que vous puissiez vous consacrer au jeûne et à la prière; puis retournez ensemble, que Satan ne vous tente par votre incontinence. Mais je dis cela par condescendance, et non par commandement. Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi. Mais chaque homme a son propre don de Dieu, un d'une manière, un autre d'une autre. Je dis donc aux célibataires et aux veuves, qu'il est bon pour eux de demeurer comme moi. Mais s'ils ne peuvent pas se contenir, qu'ils se marient : car il vaut mieux se marier que de brûler ».

Il y a un certain nombre de choses extrêmement importantes dans ce passage. Tout d'abord, nous voyons l'enseignement clair et répété selon lequel l'état de célibat est supérieur à l'état matrimonial. Cela confirme l'enseignement catholique. L'Eglise catholique enseigne que l'état de mariage n'est pas un mauvais état, mais un état qui est inférieur à l'état de célibat. Jésus enseigne la même chose dans Matthieu 19, 12. Cet enseignement biblique sur le célibat est la raison pour laquelle les religieux de l'Église catholique et les prêtres du rite romain font vœu de célibat.

Maintenant, pour l'essentiel en ce qui concerne l'idée protestante de la justification par la foi seule. Nous venons d'établir que dans 1 Corinthiens 5, 12, il est tout à fait clair que St Paul parle aux croyants. S'adressant aux fidèles, saint Paul dit que « il vaut mieux se marier que de brûler » (1 Cor. 7, 9). Cela indique clairement que même les vrais croyants qui tombent dans les péchés graves peuvent perdre leur justification et brûler en enfer. Il leur dit qu'il vaut mieux se marier que de brûler, de toute évidence parce que certains d'entre eux tombent dans les péchés mortels de la chair s'ilss ne se marient pas. Cela réfute complètement la religion protestante et confirme l'enseignement catholique sur la justification.

La Sanctification et la JUSTIFICATION ARRIVENT EN MÊME TEMPS

1 Corinthiens 6, 11 : «Et tels étaient certains d'entre vous, mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus, et par l'Esprit de notre Dieu. "

Ce verset parle de ceux qui ont été justifiés comme "sanctifiés" avant de mentionner qu'ils ont été justifiés. Cela prouve que la sanctification et la justification se produisent en même temps. Cela contredit l'opinion protestante de la justification selon laquelle la justification et la sanctification ne sont pas une seule et même chose. Les protestants soutiennent que l'homme est déclaré justifié, mais pas intérieurement sanctifié.

LE CIEL EST SEULEMENT POUR les croyants qui "vainquent"

Révélation (Apocalypse) 2, 7 : "Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises : A celui qui vaincra, je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est au milieu du paradis de Dieu ».

La Bible dit que seuls ceux qui vainquerons iront au Ciel. Le passage est pour les croyants, comme il est précisé dans le chapitre 2 verset 10. Par conséquent, il est faux de dire que tous ceux qui croient vainquent nécessairement. Cela réfute la justification par la foi seule. Ce thème est répété de nombreuses fois dans ce chapitre.

Il faut garder les ŒUVRES DE JÉSUS "JUSQU'À LA FIN"

Apocalypse 2, 23-26 : «... toutes les Églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les coeurs, et je rendrai à chacun de vous selon vos œuvres ... Mais ce que vous avez, tenez-le jusqu'à ce que je vienne. Et celui qui vaincra, et qui gardera mes œuvres jusqu'à la fin, pour lui, je donnerai autorité sur les nations. "

Ce verset parle de lui-même. Il réfute totalement le point de vue protestant.

Celui qui croit doit «TENIR» afin qu'il ne perde pas sa couronne

Révélation (Ap.) 3, 11-12 : " Voici, je viens bientôt : tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus jamais. "

Dans Apocalypse chapitres 13 et 14, nous lisons à propos de la marque de la bête que ceux qui la reçoivent ne sera pas sauvés. Cela démontre aussi que que vous ne pourrez déterminer si vous êtes sauvé ou damné.

Les morts sont jugés selon leurs œuvres

Dans l'Apocalypse, chapitre 20, nous lisons sur le jugement final :

Apocalypse 20, 12-13 : "Et je vis les morts, grands et petits, se tenant devant Dieu, et les livres furent ouverts et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie et les morts furent jugés d'après les choses qui ont été écrites dans les livres, selon leurs œuvres. Et la mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et l'enfer rendirent les morts qui étaient en eux et ils furent jugés chacun selon ses œuvres ».

Ce verset constitue une preuve absolue que la vision protestante de la justification n'est pas biblique.

Apocalypse 22, 12 : "Et voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son œuvre. "

Apocalypse 21, 8 : "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la deuxième la mort. "

Apocalypse 22, 19 : «Et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie et des choses qui sont écrites dans ce livre, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et hors de la ville sainte. "

C'est juste un autre verset qui montre que vous pouvez vous exclure du salut.

Le juste se sauve TOUT JUSTE avec peine

1 Pierre 4, 17-18 : "Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu : et s'il commence par nous, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Evangile de Dieu ? Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur ? "

Il dit que le «juste» aura peine à être sauvé. D'autres traductions sont «l'homme juste». Il ne fait aucun doute que saint Pierre parle d'un homme justifié dans l'Eglise parce qu'il parle ici de jugement en commençant par la «maison de Dieu», qui est l'Eglise.

Il y a deux façons de comprendre ce verset, et toutes deux sont en contradiction avec les idées de la justification par la foi seule et la sécurité éternelle. La première est que le juste ou le juste dans l'Eglise doit à peine, comme rarement, être sauvé, parce que la plupart de ceux qui sont justifiés ne persévèreront jusqu'à la fin. Ils deviennent (ils tombent) pécheurs. Ce qui coïncide avec la conception catholique traditionnelle selon laquelle même la plupart des catholiques sont perdus parce qu'ils ne se soucient pas assez ou ne font pas ce qu'ils doivent faire pour être sauvés. Par conséquent, ils perdent leur justification à un certain moment et meurent en état de péché mortel.

La seule autre interprétation qui pourrait être avancée est que "à peine" est difficulté : qu'il est difficile pour un homme juste d'être sauvé. C'est-à-dire que l'homme motivé doit faire un grand effort pour être sauvé, il n'est pas assuré de son salut par la foi seule ou un décret la seule fois dès qu'il croit.

Une femme est sauvée par la procréation, si elle persévère dans la foi

1 Timothée 2, 15 : «Cependant elle [femme] sera sauvée en devenant mère, si elle persévère dans la foi et dans la charité et la sainteté avec sobriété. "

Cela efface la vue protestante de la justification et du salut. Cela indique que les personnes qui ont la foi peuvent la perdre, et ils doivent perséverer dans la sainteté pour être sauvés .Ce n'est pas du tout surprenant qu'un protestant qui tentait de répondre à ce verset dans un débat sur la justification n'a eu aucune réponse. Il a simplement dit que c'est "assez mystérieux."

Par la grâce de DIEU, VOUS VOUS SAUVEZ en faisant des choses

1 Timothée 4, 16 : " Veille sur toi, et sur ton enseignement ; persévère en eux, car en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et ceux qui t'écoutent. "

Ici, nous voyons qu'il faut persévérer dans la foi pour être sauvé. On pourrait perdre la foi, donc. Nous lisons aussi que c'est en faisant des choses que l'on est sauvé !

Ce verset est très important parce que certains protestants - qui prêchent la fausse doctrine de la justification par la foi seule - comparent les points de vue catholiques et protestants en ces termes : Le point de vue protestant [ils disent] est à ce sujet que Jésus sauve tout homme et fait tout le travail, mais le point de vue catholique, l'homme doit faire le travail et se sauver. Évidemment, le point de vue catholique n'est pas que l'homme se sauve, mais que Jésus sauve l'homme en rendant le salut possible. Sans Jésus, l'homme ne peut rien faire. Cependant, un homme doit coopérer avec la grâce de Dieu. S'il coopère et tire profit du salut que Jésus a mis à sa disposition, et fait les choses que Dieu exige, alors il se sauvera.

Dans le verset ci-dessus, nous voyons que la Bible enseigne la vue catholique, ce n'est pas que Jésus fait tout sans la coopération de l'homme. Au contraire, les œuvres et les actes de l'homme (par exemple, ce que l'homme fait) déterminent clairement s'il - et d'autres - aura le salut. La foi seule des protestants aurait à condamner le verset ci-dessus comme hérétique.

Saint Paul EXULTE d'avoir gardé LA FOI, évidemment parce que les croyants peuvent la perdre

2 Timothée 4, 6-7 : "Car je suis maintenant prêt à être offert, et le moment de mon départ approche. J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. "

Alexandre, le forgeron sera récompensé selon ses oeuvres

2 Timothée 4, 14 : "Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal : le Seigneur le récompensera selon ses oeuvres . "

IL FAUT durer et résister à la tentation pour avoir la vie

Jacques 1, 12 : " Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. "

La Bible dit qu'il faut résister à la tentation et persévérer jusqu'à la fin pour avoir la vie éternelle.

Les PÉCHÉS de luxure apportent la mort ETERNELLE - DONC CE N'EST PAS par la foi seule

Jacques 1, 13-15 : "Que personne ne dise, lorsqu'il est tenté, je suis tenté de Dieu, car Dieu ne peut être tenté par le mal, il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré par sa propre convoitise, et séduit. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché, et le péché, étant consommé, produit la mort à la suite ".

Notez ici que si l'on consent à un péché de luxure, elle apporte la mort. Il parle clairement de la mort éternelle (damnation). Cela signifie que l'homme n'est pas justifié par la foi seule.

Le deuxième chapitre de Jacques efface vraiment l'idée protestante de la justification par la foi seule et une fois sauvé toujours sauvé. Martin Luther a appelé le livre de Jacques «une épître de paille» et voulait le retirer de sa version de la Bible jusqu'à ce que ses amis l'ont persuadé que ce serait un mouvement trop radical (voir la fin de ce livre pour en savoir plus sur les points de vue de Luther). Les versets suivants, qui rejettent la justification par la foi seule, sont la raison pour laquelle Luther a critiqué ce livre de la Bible :

Jacques 2, 14 : "Que sert-il, mes frères, si quelqu'un dit qu'il a la foi, et n'a pas les oeuvres ? Sa foi peut-elle le sauver ? "

Jacques 2, 17 : «Même s'il a la foi : si il n'a pas les oeuvres, elle est morte en lui."

Jacques 2, 18 : «Oui, un homme peut dire, as-tu vu ma foi, et n'a pas les œuvres : Montre-moi ta foi sans les œuvres, et je te montrerai la foi par mes oeuvres."

Jacques 2, 19 : «Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien : les démons le croient aussi, et ils tremblent."

Jacques 2, 20 : "Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est morte ?"

Jacques 2, 21 : «Abraham notre père n'était-il pas justifié par les oeuvres, lorsqu'il offrit son fils Isaac sur l'autel? "

Jacques 2, 22-23 : "Vois-tu comme la foi agissait avec ses oeuvres, et par les oeuvres la foi fut rendue parfaite ? Et l'écriture a été accomplie qui dit : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé ami de Dieu ».

Jacques 2, 24 : «Vous voyez que par les oeuvres l'homme est justifié, et non par la foi seulement. "

C'est le seul endroit dans la Bible où les mots foi et seul (ou la seule) sont reliés entre eux. La Bible dit que l'homme n'est pas justifié par la foi seulement, mais par ses œuvres !

OBJECTIONS :

OBJECTION I

QU'EN EST-IL des passages qui disent que quiconque croit en Jésus sera sauvé?

RÉPONSE : Jésus dit que croire en lui pour le salut signifie nécessairement le suivre et garder sa PAROLE et les commandements jusqu'à la fin. Ceci est prouvé par le contexte immédiat ou étendu à chaque cas où Jésus dit que ceux qui croient en lui seront sauvés, EN PLUS DE TOUS LES AUTRES passages qui ont été couverts.

Premier exemple : Jean 3, 16

Jean 3, 16 : " Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. "

On peut voir ce verset sur des affiches dans les stades, les viaducs sur les routes, et dans de nombreux autres endroits. Les protestants croient que c'est le meilleur, ou l'un des meilleurs exemples d'enseignement de la Bible que quiconque croit est sauvé par la foi seule. Ce qu'ils ne vous disent pas ou n'arrivent pas à percevoir est ce qui est dit dans les versets qui suivent immédiatement Jean 3, 16.

Jean 3, 17-20 : "Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est pas condamné, mais celui qui ne croit pas est déjà condamné ... Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées. "

Il est fascinant que dans le contexte même qui suit immédiatement Jean 3, 16, nous voyons des références importantes à la condamnation de mauvaises actions, ainsi que les personnes qui font le mal ont leurs actes jugés. Cela montre clairement que la foi dans le Fils unique de Dieu qui accorde le salut est une foi qui doit être accompagnée par la persévérance dans les bonnes actions et les bonnes œuvres. Pour Jésus, croire en Lui pour le salut est le suivre et garder ses paroles et ses commandements, comme tous les autres passages que nous avons couvert le démontrent. Le contexte démontre que Jean 3, 16 n'enseigne pas la justification par la foi seule, ou la sécurité éternelle.

Deuxième exemple : ROMAINS 10 : si tu confesses de ta bouche ... Tu seras SAUVÉ

Romains 10, 9 est un autre verset que les protestants avancent pour tenter de prouver le salut par la foi seule en Jésus.

Romains 10, 8-10: "... La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur : c'est la parole de la foi, que nous prêchons. Que si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant de coeur qu'on parvient à la justice, et en confessant de la bouche qu'on parvient au salut ».

Encore une fois, cependant, le contexte nous montre que la compréhension protestante de ce passage est fausse. Ce que beaucoup ne réalisent pas est que le passage ci-dessus (Romains 10, 8-10) cite Deutéronome 30, 14 et suivants. Les notes dans votre Bible montreront la référence à Deutéronome 30, 14. Eh bien, Deutéronome 30, 14 et suivants parlent de la nécessité de faire les oeuvres de Dieu ET DE garder les commandements.

Deutéronome 30, 14-16 :"Mais la parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur , afin que tu puisses le faire [Cité dans Romains 10, 8]. Vois, j'ai mis devant toi la vie et le bien, la mort et le mal, dans ce que je te prescris aujourd'hui d'aimer l'Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d'observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu puisses vivre et te multiplier, et le Seigneur, ton Dieu, te bénira dans le pays dont tu vas entrer en possession. "

Cette référence à Deutéronome 30, 14 dans Romains 10, 8-10 montre que, pour Paul et ses auditeurs, il était entendu que de croire au salut est de suivre et de garder et de faire les œuvres nécessaires pour le salut. Seulement de cette manière un croyant sera "vivant" et aura le salut. Le point de vue protestant de la justification est tout simplement une incompréhension totale de l'Écriture, comme l'ensemble du contexte de ce passage le montre à nouveau.

TROISIEME EXEMPLE : Jean 5, 24

A la lecture de ce verset isolément, certains protestants pensent que tous les croyants sont assurés du salut.

Jean 5, 24 : «Celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie."

Mais quelques versets plus loin, à compter de Jean 5, 28, Jésus dit ceci :

Jean 5, 28-29 : "Ne vous étonnez pas de cela : car l'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront, ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, et ceux qui ont fait le mal ressusciteront pour le jugement ».

Encore une fois, nous voyons que les gens seront condamnés sur la base de ce qu'ils ont fait, et pas seulement sur la base du fait qu'ils ont cru. Invariablement, pour Jésus, croire au salut est le suivre, garder ses paroles et faire les œuvres qui sont nécessaires pour le salut.

QUATRIEME EXEMPLE : Jean 6, 47

Jean 6, 47 : "En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle."

Certains protestants citent ce passage pour plaider en faveur de la justification par la foi seule. Mais cela est facilement réfuté par l'ensemble du contexte de Jean 6. Presque tout le chapitre traite de la façon dont il ne faut pas seulement croire au salut, mais aussi manger la chair du Fils de l'homme pour être sauvé. Par conséquent, ce n'est pas par la foi seule. Cette question est abordée dans le chapitre sur l'Eucharistie, mais ceci est un autre exemple où le contexte élargi réfute une idée fausse protestante.

Jean 6, 53-54 : "Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour ».

_________________________________________

OBJECTION II.

QU'EN EST-IL d'Ephésiens 2, 8-9, c'est par grâce que vous êtes sauvés par la foi, sans dépendre des oeuvres ?

Les non-catholiques citent souvent le verset suivant pour tenter de prouver que l'homme est sauvé par la foi seule.

Ephésiens 2, 8-9 : "Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés par la foi, et ce n'est pas de vous, c'est le don de Dieu : pas les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

Cet argument échoue également. Comme je vais le montrer maintenant, cet argument échoue parce que ce verset parle spécifiquement de la grâce initiale pour recevoir le baptême d'eau. Le baptême d'eau n'est pas une œuvre de «soi-même», mais un sacrement institué par Dieu. Aucune œuvre que vous pouvez faire ne peut se substituer à la puissance du baptême d'eau. Il est dit «que vous êtes sauvés», car il élimine le péché originel de l'homme et le met dans l'état initial de la justification. La preuve qu'Ephésiens 2, 8-9 fait référence au baptême d'eau est trouvée lorsque l'on compare le passage de Tite 3, 5 à 1 Pierre 3, 20-21.

Regardez ceci :

Ephésiens 2, 8-9 : "Car c'est par la grâce que vous sauvés par la foi, et ce n'est pas de vous-mêmes : c'est le don de Dieu : Pas des œuvres, afin que personne ne se glorifie. "

Tite 3, 5 : " Ce n'est pas par les œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, qu'il nous a sauvés, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. "

Notez que les deux passages sont extrêmement similaires. Ils parlent de la même chose. Tous deux mentionnent être sauvé, et non par des œuvres que nous avons fait. Ephésiens 2, 8-9 décrit cela comme étant sauvés par la «foi» ; Tite 3, 5 décrit cela comme étant sauvé par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. Ils se réfèrent à la même chose.

Tite 3, 5 fait sans aucun doute référence au baptême d'eau, ce que même Jean Calvin et Martin Luther ont admis. Ephésiens 2, 8-9 parle aussi du baptême d'eau, c'est juste qu'Ephésiens 2, 8-9 parle de la «foi» parce que accepter le baptême soumet à la foi, c'est la façon dont on rejoint la foi, comme Jésus l'a dit clairement dans Marc 16, 15 et Matthieu 28, 19 : « Prêchez l'Evangile à toute créature ... Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit». Le baptême est aussi décrit comme la « foi » dans Galates 3 :

Galates 3, 26-27 : "Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ. Car, comme beaucoup d'entre vous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. "

Nous voyons que recevoir le baptême est synonyme de recevoir la "foi" en Jésus-Christ. Pour confirmer davantage qu'Ephésiens 2, 8-9 fait le point sur le fait d'être sauvés par le baptême, nous allons élargir la comparaison :

Ephésiens 2, 8-9 : "Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par la foi, et ce pas de vous-mêmes , c'est le don de Dieu: Pas des œuvres, afin que personne ne se glorifie. "

Tite 3, 5 : " Ce n'est pas par les œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, qu'il nous a sauvés, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. "

1 Pierre 3, 20-21 : "... quand ils attendaient la patience de Dieu dans les jours de Noé, lorsque l'arche était un bâtiment dans laquelle quelques-uns, huit, furent sauvées par l'eau. A quoi le baptême étant de la même forme, vous sauve aussi ... "

Cela démontre qu'Ephésiens 2, 8-9 se réfère à la grâce initiale du baptême. Ephésiens 2, 8-9 ne parle pas de la justification permanente de ceux qui ont déjà été baptisés, mais simplement de la façon dont les gens ont d'abord été sauvés du péché originel et à qui est donnée la grâce de la justification. Aucune œuvre que n'importe qui peut faire pourrait remplacer ou se substituer à l'eau du baptême et à la grâce qu'il accorde : la première justification et l'enlèvement du péché originel. Mais une fois qu'une personne entre dans l'Église par le baptême (qui est l'œuvre de Dieu), ses actes et ses œuvres font effectivement partie du processus de justification, et sont un facteur qui déterminera s'il maintiennent leur justification. C'est ce qui ressort de l'abondance de passages (par exemple, Jacques 2, 24) que nous avons déjà couvert. Par conséquent, l'argument protestant d'Ephésiens 2, 8-9 en est un autre qui ne tient pas en place dans le contexte de l'Écriture.

Le baptême n'est pas une œuvre de justice que nous avons faite, c'est le sacrement que Jésus a institué, répandant l'économie de son sang et la purification du Saint-Esprit.

_____________________________________________

OBJECTION III.

QU'EN EST-IL de l'affirmation selon laquelle l'homme est justifié par la foi, "sans les œuvres de la loi" (Romains 3, 28) ?

Les protestants aiment citer Romains 3, 28 et des passages semblables.

Romains 3, 28 : «Car nous affirmons que l'homme est justifié par la foi sans les œuvres de la loi." (New Version standard américain)

«Car nous maintenons que l'homme est justifié par la foi sans les oeuvres de la loi." (Romains 3, 28 - Niv Version)

Martin Luther pensait que ce passage enseigne la justification par la foi seule, en dehors de toute considération des actions humaines ou des oeuvres. C'est complètement faux. En effet, le défaut de compréhension de ce qu'on entend par l'expression «œuvres de la loi» est l'un des plus grands malentendus dans le protestantisme.

Comme nous l'avons déjà vu, Jacques dit dans Jacques 2, 24 que l'homme est justifié par les œuvres et non par la foi seule. Ce que l'on entend, dans Romains 3, 28 et dans le Nouveau Testament, par l'expression «œuvres de la loi» est la loi de l'Ancien Testament et des prescriptions. Les «Œuvres de la loi" désigne des œuvres de l'ancienne loi. Cela ne signifie pas toutes les œuvres et les actions humaines. Paul écrivait aux gens qui étaient coincés sur l'idée selon laquelle le système de l'ancienne loi, la circoncision, les lois sur les aliments purs et impurs, les sacrifices rituels, etc. est indispensable.

C'est ce que les «œuvres de la loi» signifie dans Romains 3, 28 et des passages semblables et qui est prouvé par le contexte de Romains, mais surtout à partir de Galates 2, 14. Notez que l'expression «œuvres de la loi» est utilisée, et qu'elle se réfère spécifiquement à l'ancienne loi (la Loi de l'Ancien Testament), pour tous les œuvres ou les actes.

Galates 2, 12-16 : "... ceux qui étaient dans la crainte de la circoncision ... Si toi qui es Juif, vis à la manière des païens et non comme le font les Juifs, pourquoi forces-tu les païens à faire comme des Juifs ? Nous qui sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les Gentils, sachant qu'un homme n'est pas justifié par les oeuvres de la loi, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin que nous fussions justifiés par la la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, et par les œuvres de la loi nulle chair ne sera justifiée ».

Notez que l'expression «œuvres de la loi» est clairement utilisée par Paul pour désigner à la vie "comme le font les juifs" - en observant la loi ancienne, la circoncision, etc. Il ne se réfère pas à toutes les œuvres et les actes humains. Cela est évident dans le livre des Galates. Voici un autre exemple :

Galates 5, 3-6 : "Et je proteste encore une fois à tout homme qui est circoncis, qu'il est tenu de pratiquer la loi tout entière. Christ est devenu sans effet pour vous, quiconque d'entre vous sont justifiés par la loi, êtes déchus de la grâce. Pour nous, par l'Esprit nous attendons l'espérance de la justice par la foi. Car, en Jésus Christ, ni la circoncision dispose quelque chose, ni l'incirconcision, mais la foi qui est agissante par l'amour ».

Comme on le voit encore ici, il est clair que quand saint Paul parle de «la loi», et comment l'homme ne peut être justifié par elle, il parle des œuvres de l'ancienne loi : la circoncision, etc. Il ne parle pas toutes les oeuvres ! Aucune personne honnête ne peut nier ce fait. Il s'agit simplement de le signaler à ceux qui ont l'économie de la foi / religion / Eglise de Jésus-Christ en eux. Il leur dit que l'on n'a pas à respecter la loi ancienne et son système pour obtenir le salut qui vient de Jésus-Christ. Voici un autre exemple :

Galates 6, 13 : «Car ceux qui sont eux-mêmes circoncis gardent la loi ; mais veulent que vous soyez circoncis, pour se glorifier dans votre chair. "

Encore une fois, nous voyons que «la loi» se réfère à la loi ancienne : observer la circoncision, etc. Aucun homme n'est justifié par la loi ancienne. Nous voyons aussi que Paul parlait de l'ancienne loi dans Romains 3, 28 (quand il utilise des «œuvres de la loi»), si nous regardons attentivement le contexte dans Romains 3 et 4.

Romains 3, 1 : "Quel avantage pour le Juif ? Ou quelle est l'utilité de la circoncision ? "

Nous voyons que le premier verset de Romains 3 traite de l'Ancien Testament, l'oeuvre de la circoncision. Saint Paul met l'accent sur les Juifs et d'autres qui n'ont pas besoin d'observer ces prescriptions pour le salut, ou pour entrer dans la vraie foi de Dieu qui a été donnée par le Sauveur, Jésus-Christ.

Philippiens 3 est un autre exemple qui prouve ce point sur ce que la Bible entend par «la loi» et «œuvres de la loi» et oeuvres sous la loi. Dans Philippiens 3, Saint-Paul explique qu'il était un Juif qui a observé la loi juive. C'est dans ce contexte précis qu'il parle d'avoir une justification / justice qui n'est pas celle de la loi, mais par la foi de Jésus. En d'autres termes, sa déclaration selon laquelle la justification n'est pas celle de la loi signifie que ce n'est pas de l'ancienne loi ou pour avoir observé l'ancienne loi :

Philippiens 3, 5-9 : "[I] Circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d'Hébreux ; quant à la loi, pharisien ; quant au zèle, persécuteur de l'Église ; touchant le justice qui vient de la loi, irréprochable. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte pour le Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte pour l'excellence de la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai souffert la perte de toutes choses, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi ».

Il est évident que quand il parle de la justice ou de la justification par la foi - qui n'est pas la sienne, celle de la loi - il n'enseigne pas la justification par la foi seule. Au contraire, il souligne simplement que la loi juive ne justifie pas et n'est pas nécessaire pour le salut.

Nous avons déjà vu l'abondance des passages qui prouvent que les actes humains et les œuvres font partie de savoir si on a la justification et le salut. Il est certain que par «œuvres de la loi», Paul signifie que l'on n'est pas sauvé par les œuvres de l'ancienne loi, mais par la religion de Jésus-Christ.

Avec ces faits à l'esprit, nous pouvons voir cette une erreur tragique et dévastatrice par une mauvaise interprétation que des millions de protestants ont fait. Ceci les a conduit dans les erreurs désastreuses de la justification par la foi seule et la sécurité éternelle - des idées qui vont à l'encontre de toute la teneur de l'Écriture, la nécessité d'éviter le péché, les paraboles de Jésus, etc.

2 Pierre 3, 16 : "qu'il fait dans toutes ses épîtres [de Paul], où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme ils le font aussi des autres écritures, pour leur propre ruine. "


LA BIBLE ENSEIGNE LA CONFESSION À UN PRÊTRE

Jean 20, 22-23 : " [Jésus leur dit:] : Recevez le Saint-Esprit : Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront pardonnés, et ceux dont vous les retiendrez, ils leur seront retenus."

Beaucoup de non-catholiques pensent que la confession à un prêtre n'est pas enseignée dans la Bible. Selon eux, pour se faire pardonner, même des péchés graves, il faut simplement croire en Jésus, ou tout au plus, confesser ces péchés directement à Dieu. Cependant, cette position - que la confession à un prêtre n'est pas nécessaire pour les péchés graves (c.-à-d. mortels) après le baptême - est en contradiction avec ce qui est enseigné dans la Bible.

DANS L'ANCIEN TESTAMENT, il fallait se rendre au prêtre afin d'être pardonné

Quand on avait commis un péché dans l'Ancien Testament, il ne pouvait pas suffir simplement de confesser le péché à Dieu et cela faisait l'affaire. Non, il fallait aller au prêtre. Ceci est enseigné dans le livre du Lévitique, un des premiers livres de l'Ancien Testament. Voici un bon exemple de cela :

Lévitique 5, 1-10 : "Et si une âme axpéché ... quand il sera coupable de l'une de ces choses ... il doit avouer ce qu'il aura commis ... Et il amènera son sacrifice de culpabilité à l'Éternel, pour le péché qu'il a commis ... Et il l'apportera au sacrificateur, qui le présentera pour le péché offrant en premier ... et le sacrificateur fera pour lui l'expiation de son péché qu'il a commis, et il lui sera pardonné. "

Dans ce passage, nous voyons que le rôle du prêtre est indispensable pour le pardon des péchés. Ceci est enseigné dans le livre du Lévitique et les autres livres fondamentaux de l'Ancien Testament. Voici un autre exemple :

Lévitique 19, 21-22 : "Et il amènera son sacrifice de culpabilité à l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation, un bélier en sacrifice de culpabilité. Et le sacrificateur fera pour lui l'expiation avec le bélier en sacrifice de culpabilité devant le Seigneur pour son péché qu'il a fait : et le péché qu'il a commis lui sera pardonné ".

On devait aller voir le prêtre pour devenir purifié

Non seulement il fallait aller au prêtre pour être pardonné de ses péchés (comme ces passages et d'autres le montrent clairement), mais aussi devenir purifié. Dans l'Ancien Testament, les gens deviennent impurs, après avoir fait certaines choses que Dieu dit rendre une personne impure. Pour devenir purifié, le prêtre devait être impliqué. Jésus fait référence à cela dans Luc 5, 13-14.

Luc 5, 13-14 : "Et il [Jésus] étendit la main, le toucha, en disant : Je le veux, sois pur. Et aussitôt la lèpre le quitta. Et il le chargea de ne le dire à personne : mais va, et montre-toi au prêtre et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit, pour leur servir de témoignage. "

Lévitique 12, 6-8 : "Et quand les jours de sa purification sont remplis ... si elle n'est pas en mesure d'apporter un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons ... et le sacrificateur fera pour elle l'expiation, et elle sera purifiée. "

Lévitique 13, 27 : "Et le prêtre l'examinera le septième jour : et si cela s'est étendu sur la peau, le sacrificateur le déclarera impur : c'est une plaie de lèpre. "

Lévitique 14, 11, 19-20 : «Et le prêtre qui fait la purification doit présenter l'homme qui doit être purifié ... Et le sacrificateur offrira le sacrifice pour le péché, et fera propitiation pour celui qui doit être purifié de son impureté ... Et le sacrificateur offrira l'holocauste et l'offrande sur l'autel et le prêtre fera l'expiation pour lui, et il sera pur ".

Dieu avait des prêtres, Dieu avait un sacerdoce ; Dieu a réconcilié son PEUPLE par des prêtres

Maintenant, certains diront: c'est l'Ancien Testament. Qu'en est-il dans le Nouveau Testament, après que Jésus soit venu ? Nous verrons que le Nouveau Testament enseigne la confession à un prêtre. Mais ces points de l'Ancien Testament sont importants à considérer d'abord parce qu'ils montrent comment Dieu travaille et comment il a travaillé tout au long de l'histoire du salut. Dieu avait des prêtres, Dieu a mis en place un sacerdoce ; Dieu pardonne et réconcilie les gens par des prêtres. Les gens devaient aller aux prêtres pour être pardonnés.

En troisième, on voit une référence à une ligne distincte des prêtres, qui sont seuls à gérer ce ministère spécial.

Nombres 3, 10 : "Et tu nommera Aaron et ses fils, et ils observerons les fonctions de leur sacerdoce ..."

Nombres 3, 3 : "dit aussi que les mains des prêtres ont été consacrées," mais cela a été retiré de la Bible protestante.

Nombres 25, 11-13 : "Phinéas, fils d'Eléazar ... Voici ... Ce sera pour lui et pour sa postérité après lui, l'alliance d'un sacerdoce perpétuel, parce qu'il a été zélé pour son Dieu ..."

Dans Deutéronome 17, 9 et 24, 8, nous lisons à propos de la nécessité de suivre les instructions des prêtres. Dans Deutéronome 26, 1-5, nous lisons à propos d'offrir les prémices au prêtre.

Nombres 5 sur la nécessité de confesser les péchés

Dans Nombres 5, 6-7, nous voyons que les gens confessent les péchés.

Nombres 5, 6-7 : «Quand un homme ou une femme a commis un péché, que les hommes s'engagent à faire une infidélité envers le Seigneur, et que cette personne soit coupable, alors ils confesseront leur péché qu'ils ont fait ... "

Le reste du chapitre contient des instructions qui concernent les prêtres à chaque fois. Par exemple :

Nombres 5, 14-16 : "... si l'esprit de jalousie vient sur lui, et qu'il soit jaloux de sa femme, et elle peut être souillée ... l'homme amènera sa femme au sacrificateur, et il apportera en offrande pour elle ... Et le sacrificateur la fera approcher, et lui devant le Seigneur ».

Ainsi, au chapitre 5, nous voyons un exemple clair de la confession, ainsi que l'intercession des prêtres. Dans Nombres 6, 11, et le chapitre suivant, nous voyons que si un homme devient souillé par une certaine action " Le sacrificateur offrira l'un en sacrifice pour le péché, et l'autre pour l'holocauste, et il fera l'expiation pour lui ... "

Les péchés sont pardonnés par le prêtre

Dans Nombres 15, nous voyons à nouveau que les péchés sont pardonnés par le prêtre.

Nombres 15, 22-25 : "Et si vous avez commis une erreur, et pas observé tous ces commandements que le Seigneur a dit à Moïse ... toute l'assemblée offrira un jeune taureau en holocauste ... Et le sacrificateur fera l'expiation pour toute l'assemblée des enfants d'Israël, et il leur sera pardonné ... "

Cette opération est répétée en Nombres 15, 28.

Exode et Lévitique enseignent que les prêtres ont à porter des vêtements SPÉCIAUX DE LEURS FONCTIONS

Dans Exode 28, 1-3, nous lisons à propos de la fonction des prêtres, et que les prêtres portent des vêtements spéciaux.

Exode 28, 1-3 : "Et toi, prends ton frère Aaron et ses fils avec lui ... qu'il soit à mon service dans l'office du prêtre ... Et tu feras de saints vêtements pour Aaron ... ils feront les vêtements d'Aaron pour le consacrer, qu'il soit à mon service dans l'office du prêtre ".

Nous lisons la même chose dans Lévitique 16, 32.

Lévitique 16, 32 : "Et le prêtre, qu'il doit oindre ... doit faire l'expiation, et mettre sur les vêtements de lin, des vêtements sacrés ... "

LEVITIQUE enseigne qu'il y a certaines fêtes SPÉCIALES : fêtes d'obligation

Dans Lévitique 23, 4, nous lisons à propos de jours spéciaux de fête ou jours de fête de précepte, qui devaient être respectés.

Lévitique 23, 4 : «Ce sont les fêtes de l'Éternel, convocations même des saints, que vous publierez pour leurs temps."

Il ne fait aucun doute que Dieu a mis en place un sacerdoce. Dieu l'a établi pour que les hommes soient réconciliés, indulgenciés, et rendu purifiés par le ministère des prêtres. C'est ainsi que Dieu a travaillé dans l'ancienne loi. Qu'en est-il dans la nouvelle loi / le Nouveau Testament ?

Jésus n'est pas venu pour abolir la loi, mais l'accomplir - Il a institué un sacerdoce

Matthieu 5, 17-18 : " [Jésus dit:] Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes: je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. Car en vérité je vous le dis, tandis que le ciel et la terre passent, un seul iota ou un seul trait de lettre ne passera point de la loi, jusqu'à ce que tout soit arrivé. "

Jésus n'est pas venu pour abolir la loi et les prophètes, mais pour l'accomplir. Il ne fait aucun doute que la nouvelle loi dépasse l'ancienne. Elle la surpasse tellement que cela la rend obsolète. Jésus a accompli toutes les figures et les prophéties de l'Ancienne loi. Il a fait une alliance nouvelle et plus parfaite, rendant ainsi l'ancienne (Hébreux 8. 13).

Mais la nouvelle loi présente des similitudes avec l'ancienne loi, étant son accomplissement. Par exemple, dans l'Ancien Testament, il y avait 12 tribus avec 12 chefs de tribus, et Moïse avait 70 anciens, de même, dans le Nouveau Testament, Jésus a 12 apôtres et 70 autres disciples, comme nous voyons dans Luc 10. Un autre exemple serait de savoir comment Jésus hérite du trône de David, comme nous le lisons dans Luc 1, 32 et Actes 2, 30.

Luc 1, 32 : "Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père."

Jésus et son royaume spirituel (son Eglise) accomplit ce qui est préfiguré dans le royaume terrestre de la monarchie davidique.

Un autre exemple de la façon dont la nouvelle loi correspond à l'ancienne loi serait de savoir comment, dans l'Ancien Testament, un père passa sa bénédiction à son fils à travers l'imposition des mains. Dans Deutéronome 34, 9, nous voyons que l'autorité spirituelle se transmet de Moïse à Josué par l'imposition des mains. De même, dans le nouveau Testament, les prêtres sont ordonnés par l'imposition des mains, comme nous le lisons dans 2 Timothée 1, 6.

Ainsi, le point est que si Jésus-Christ et la Nouvelle Loi dépasse et fait annuler l'ancienne, la nouvelle loi répond néanmoins, perfectionne et correspond à la loi ancienne de plusieurs façons. (Il convient de souligner que le pardon des péchés ou la justification de l'Ancien Testament était une couverture inférieure du péché, qui détourna la colère de Dieu, mais qui n'a pas pleinement remis les péchés. La rémission complète des péchés ne pouvait pas arriver jusqu'à la venue du Jésus-Christ et la nouvelle loi. Voir Hébreux 10, 4).

C'est pourquoi, comme il y avait certainement un sacerdoce dans l'Ancien Testament, il y a un sacerdoce dans le Nouveau Testament. Les Apôtres ont été les prêtres et les évêques en Jésus-Christ.

Jésus donne aux Apôtres le pouvoir de pardonner les péchés

Jésus donne aux prêtres le pouvoir de pardonner les péchés. Nous lisons clairement dans Jean, chapitre 20.

Jean 20, 21-23 : "Alors Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Et quand il eut dit cela, il souffla sur eux et leur dit : Recevez le Saint-Esprit : Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront pardonnés, et ceux dont vous les retiendrez, ils leur seront retenus ".

Jésus dit que les péchés de celui à qui il est pardonné, sont pardonnés, et celui à qui les péchés sont retenus (non-pardonné), ne sont pas pardonnés. Rien ne pourrait être plus clair. Les Apôtres pouvaient déterminer quels péchés pardonner età qui les retenir s'ils entendaient une confession des péchés. Ce passage prouve que Jésus a institué la confession aux prêtres.

Comme Fils de l'homme, Jésus avait le pouvoir de pardonner les péchés et il peut transférer ce pouvoir à d'autres

Même si le sens de Jean 20, 23 est évident, il y a un autre point qu'il faut noter à cet égard. Dans Matthieu 9, 6-8, nous lisons :

"Mais [Jésus dit] sachez que le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, (puis il dit au paralytique), Lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison ... Mais quand la foule vit cela, elle fut stupéfaite, et glorifiait Dieu, qui avait donné un tel pouvoir aux hommes ".

Jésus était à la fois Dieu et homme, mais il faut noter que ce passage souligne qu'il avait le pouvoir en tant que Fils de l'homme de pardonner les péchés. Puisque Jésus avait le pouvoir de pardonner les péchés comme Fils de l'homme - comme il est également précisé dans Mt, 28:18, quand il dit que tout pouvoir dans le ciel et de la terre lui a été donné - alors il peut transférer ce pouvoir à d'autres. Regardez Jean 20, 21 de nouveau :

Jean 20, 21 : «Alors Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! comme mon Père m'a envoyé , moi aussi je vous envoie. "

Tout comme Jésus a été envoyé comme le Fils de l'homme avec le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés, Il envoie ses apôtres pour distribuer son pardon aux autres.

Sain Paul dit que les prêtres réconcilient les hommes avec Dieu à la PLACE DU CHRIST

C'est pourquoi saint Paul, qui a été fait prêtre et évêque dans l'Église, dit ceci :

2 Corinthiens 5, 18-20 : «Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation ... Maintenant nous sommes des ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous prions à la place de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ».

Ce passage montre clairement que Jésus envoie ses apôtres être les ministres de Sa réconciliation et du pardon. C'est pourquoi l'Eglise a enseigné que les prêtres, qui entendent les confessions, sont debout dans la place du Christ. Ils ne sont pas un obstacle à Christ, mais une route, un conduit de sa réconciliation ; comme le dit saint Paul : «Nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu. "

C'est la raison pour laquelle Jésus donne aux Apôtres le pouvoir de pardonner et de retenir les péchés dans Jean 20, 23, juste après leur envoi dans Jean 20, 21 (comme son père l'a envoyé lui).

En outre, dans les Actes des Apôtres, nous lisons que les gens sont venus et ont avoué leurs actes.

Actes 19, 17-18 : "Et cela était connu de tous les Juifs et de Grecs qui demeuraient à Éphèse. Et la crainte s'empara d'eux tous, et le nom du Seigneur Jésus était glorifié Plusieurs de ceux qui avaient cru venaient confesser et déclarer leurs actes. "

Tout cela démontre sans aucun doute que Jésus a institué la confession aux prêtres.

Jésus donne aux Apôtres le pouvoir de lier et délier les péchés

Confirmant en outre que la Bible enseigne la confession à un prêtre, nous voyons que les apôtres ont reçu le pouvoir de lier et de délier dans Matthieu 18, 18.

Matthieu 18, 18 : «En vérité je vous le dis, ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans les cieux».

Cela a une application pour le pardon des péchés, et pour le fait que Jésus a distribué son autorité aux évêques et aux prêtres valides dans Sa seule véritable Église. L'autorité qui s'exerce par des prêtres et des évêques doit être utilisée sous l'autorité unique des clés, qui ont été données à Saint-Pierre seul dans Matthieu 16, 18-19.

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés

1 Jean 1, 9 : "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité."

Notez que le passage dit "si" nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés. Il ne dit pas qu'il va nous pardonner nos péchés si (automatiquement) nous confessons nos péchés, ou aussi longtemps que nous croyons.

JACQUES 5 ENSEIGNE LE SACREMENT CATHOLIQUE de l'extrême-onction

Dans Jacques 5, on voit une référence à la confession des péchés, les prêtres et le pardon des péchés.

Jacques 5, 14-16 : «Est-il un malade parmi vous ? Qu'il appelle les anciens [prêtres] de l'Église, et que les anciens prient pour lui après l'avoir oint d'huile au nom du Seigneur : la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s'il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a beaucoup d'efficacité".

Ce passage est une preuve classique du sacrement catholique de l'extrême-onction. L'Extrême-Onction est le sacrement catholique reçue au moment de la mort, c'est une onction sacerdotale et le rite, s'il est correctement reçu, renforce un homme dans sa dernière maladie de la vie et pardonne ses péchés. Dans ce passage de Jacques 5, nous lisons que vous devriez "Confessez donc vos péchés les uns aux autres". Cette instruction vient directement après avoir fait référence à l'appel aux anciens / prêtres de l'Eglise. Cela nous montre, une fois de plus, la nécessité de la confession et des prêtres, ainsi que le lien entre les deux.

Ces faits démontrent que le Nouveau Testament enseigne que la confession à un prêtre est nécessaire pour le pardon des péchés graves (c.-à-d. mortels) commis après le baptême. C'est pourquoi l'Église catholique, la seule véritable Eglise du Christ, a enseigné cela depuis près de 2000 ans.

Les Pères de l'Église antique ont ENSEIGNÉ la CONFESSION

Les Pères de l'Église croyaient aussi à la confession et ont enseigné qu'il la fallait. Leur témoignage confirme que la confession est le véritable enseignement de Jésus-Christ et de la Bible.

Dans les premiers jours de l'Église, les aveux ont parfois été rendus publiques au prêtre ou l'évêque en face des autres dans l'assemblée, et parfois ils ont été privés.

Une des meilleures preuves des Pères de l'Eglise de la confession vient du célèbre écrivain Origène de l'Église primitive, daté d'environ 245 :

Origène, Commentaire sur Luc 2, (245) : "... si nous avons péché, nous devons proclamer : j'ai t'ai fait connaitre mon péché et mon injustice, je ne l'ai pas caché. J'ai dit : J'avouerai contre moi-même mon injustice au Seigneur. Car si nous avons fait cela, et si nous avons fait connaitre notre péché, PAS SEUL AU SEIGNEUR, mais aussi à ceux qui peuvent guérir nos péchés et nos blessures, nos péchés seront effacés PAR LUI. "(sermons du dimanche des Grands Pères, Regnery Co ; Chicago, Illinois, 1963, vol 1, p 172)...

Origène enseigne clairement que la confession au Seigneur seul ne suffit pas, il doit y avoir confession aux prêtres.

La Didachè 4, 14 ; 14, 1, (70) : "Confessez donc vos péchés à l'église, et n'allez pas à votre prière avec une mauvaise conscience. C'est le mode de vie ... Le jour de rassemblement du Seigneur, rompez le pain, et rendez grâce, après avoir confessé vos péchés afin que votre sacrifice soit pur ".

La Lettre de Barnabé 19, (74) : "Vous confesserez vos péchés. Vous n'irez pas à la prière avec une mauvaise conscience. C'est la voie de la lumière. "

Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Philadelphiens 8, (110) : "Pour tous ceux qui se repentent, le Seigneur accorde le pardon, s'ils retournent dans la pénitence à l'unité de Dieu et à la communion avec l'évêque."

Saint Irénée, Contre les Hérésies 1, 22, (185) : "Certaines de ces femmes font une confession publique, mais d'autres ont honte de le faire, et restent dans le silence, comme si elles-mêmes se retireraient de l'espoir de la vie de Dieu, soit elles apostasient entièrement ou hésiteent entre les deux cours. "

Tertullien, Repentance 10, 1, (203) : "[Concernant la confession ; certains] fuient ce travail comme étant une exposition d'eux-mêmes, ou ils l'ont repoussé de jour en jour. Je présume qu'ils sont plus conscients de timidité que du salut, comme ceux qui contractent une maladie dans les parties les plus honteuses de l'organisme et le péché se fait connaître auprès des médecins, et ainsi ils périssent avec leur propre timidité ".

Saint-Cyprien de Carthage, de Annulées 28, (251) : "De combien plus de foi et crainte salutaire sont ceux qui ... confessent leurs péchés aux prêtres de Dieu d'une manière simple et dans la douleur, font une déclaration ouverte de conscience ... Je vous supplie, frères, laissez tous ceux qui ont péché confesser leur péché alors qu'ils sont encore dans ce monde, tandis que leur confession est encore recevable, alors que la satisfaction et la rémission faite par les prêtres sont toujours agréables devant le Seigneur. "(Jurgens, La Foi de les premiers Pères, Vol. 1:553)

Saint Basile le Grand, Règles brièvement traitées 288, (374) : " Il est nécessaire de confesser nos péchés à ceux à qui la dispense des mystères de Dieu est confiée. Ceux qui font pénitence se trouvent l'avoir fait devant les saints. Il est écrit dans l'Evangile qu'ils confessaient leurs péchés à Jean-Baptiste [Matt. 3, 6], mais dans les Actes [19, 18] ils les ont avoué aux apôtres. "

Saint Jean Chrysostome, Le sacerdoce 3, 5, (387) : " Les Prêtres ont reçu un pouvoir que Dieu n'a donné ni aux anges ni aux archanges. Il leur a été dit : «Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que vous délierez, sera délié »... Les Prêtres ... peuvent lier avec un lien qui se rapporte à l'âme elle-même et transcende les cieux. [Dieu] Ne leur donne t-Il pas tous les pouvoirs du ciel ? «Ceux à qui vous remettrez les péchés, dit-il, ils leur seront remis ; ceux dont vous les retiendrez, ils leur seront retenus. "

Saint Ambroise de Milan, la Pénitence 1, 1, (388) : "Pour ceux à qui [le droit de lier et de délier] a été donné ... Pour qui ce droit a été accordé aux prêtres seuls."

Saint Jérôme, Commentaire sur l'Ecclésiaste 10, 11, (388) : "Si le serpent, le diable, mord quelqu'un secrètement, il infecte cette personne avec le venin du péché. Et si celui qui a été mordu garde le silence et ne fait pas pénitence, et ne veut pas avouer sa blessure ... alors son frère et son maître, qui ont la parole [de l'absolution] qui va le guérir, ne peuvent pas très bien l'aider ».

Tout cela prouve que la Bible enseigne la nécessité de la confession à un prêtre. L'Eglise catholique est toujours restée fidèle à cet enseignement de la Bible parce que l'Eglise catholique est la seule véritable Eglise du Christ.


La Bible sur la prière et le culte des saints

Apocalypse 8, 3-4 : "Et un autre ange vint et se tint devant l'autel, ayant un encensoir d'or, et il lui fut donné beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui est devant le trône. Et la fumée de l'encens, qui est venue avec les prières des saints, monta devant Dieu de la main de l'ange ".

L'Eglise catholique enseigne qu'il y a un seul Dieu, la Sainte Trinité : Père, Fils et Saint-Esprit, trois personnes divines en un seul Dieu. Jésus-Christ est la deuxième personne de la Sainte Trinité, vrai Dieu et vrai homme. Dieu seul est adoré et vénéré. Cette adoration ou ce culte, qui est donné à Dieu seul, est appelé latrie.

Les Saints du ciel ne sont pas adorés, mais sont vénérés comme des saints hommes et femmes de Dieu dans le ciel. La vénération qui est donnée aux saints, ce qui n'est pas l'adoration, est appelé dulie. La vénération qui est donnée au plus grand de tous les saints, la mère de Dieu, est appelé hyperdulie. L'hyperdulie est également la vénération, pas un culte ou une adoration. Maintenant que cela a été précisé, penchons-nous sur ce que la Bible enseigne sur la prière et la vénération des saints, comment les hommes saints intercèdent auprès de Dieu, les reliques des saints, et plus encore. Il y a beaucoup de choses dans la Bible à ce sujet dont vous pourriez ne pas être au courant.

Nous devons d'abord examiner ce que la Bible enseigne sur la façon dont les hommes saints intercèdent auprès de Dieu.

La Bible enseigne que des hommes intercédent auprès de DIEU - Moïse avait un pouvoir extraordinaire d'intercession auprès de Dieu

Exode 32, 9-14 : " Et le Seigneur dit à Moïse, j'ai vu ce peuple, et voici, c'est un peuple au cou raide. Maintenant laisse-moi, ma colère va s'enflammer contre eux, et je peux les consommer, et je ferai de toi une grande nation. Et Moïse implora l'Éternel, son Dieu, et dit : Pourquoi, ô Éternel, ta colère s'enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d'Égypte par une grande puissance ... Reviens de l'ardeur de ta colère, et repens-toi du mal contre ton peuple. Rappelles-Toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, tes serviteurs ... Et le Seigneur se repentit du mal qu'il avait déclaré vouloir faire à son peuple ".

L'intercession de Moïse avec Dieu était si grande que Dieu même a demandé à Moïse de Lui permettre de détruire les Israélites. Cela ne doit pas être compris dans le sens selon lequel le Dieu Tout-Puissant peut être ou a été entravé par un homme, mais plutôt qu'Il a été fortement influencé et influencé par des relations étroites de cet homme avec Lui. Moïse l'a supplié de ne pas les détruire, et Dieu se repentit en raison de Moïse. Comme nous pouvons le voir, tous les hommes sont égaux devant Dieu. Tous les hommes n'ont pas le même pouvoir d'intercession avec Lui. L'intercession des hommes extraordinaires et saints est puissante et efficace.

Abraham avait un pouvoir extraordinaire d'intercession auprès de Dieu

Nous voyons un autre exemple dans le cas d'Abraham :

Genèse 18, 26-33 : "Et le Seigneur lui dit : Si je trouve dans Sodome cinquante justes dans la ville, je pardonnerai à toute la place pour eux. Et Abraham répondit et dit : puisque j'ai une fois commencé, je vais parler à mon Seigneur, alors que je suis poussière et cendre. Que s'il y en a cinq de moins de cinquante personnes seulement ? pour quarante-cinq détruiras-Tu toute la ville ? Et il dit : Je ne la détruirai point, si j'y trouve quarante-cinq . Et encore, il lui dit : Mais si quarante peuvent être trouvés là-bas, que veux-tu faire ? Il dit : Je ne la détruirai point pour l'amour de quarante. [Et Abraham, parce qu'il avait puissante intercession auprès de Dieu, négocia avec Lui tout le chemin à dix]. Et si dix devaient se retrouver là-bas ? Et il dit : Je ne la détruirai point pour l'amour de dix. Et le Seigneur le quitta, après qu'il eut cessé de parler à Abraham et Abraham retourna à sa place ".

La Bible dit que les prières d'un homme seraient la cause pour Dieu d'accepter ce que les gens autrement n'auraient pas

Le prochain exemple que nous allons considérer est celui où la Bible dit que les prières d'un homme causeraient à Dieu d'accepter ce que les gens n'auraient pas autrement.

Job 42, 7-10 : "... le Seigneur dit à Eliphaz ... Ma colère s'est enflammée contre toi et contre tes deux amis, car vous n'avez pas parlé de moi avec droiture, comme mon serviteur Job. C'est pourquoi, prenez tous maintenant sept taureaux et sept béliers, allez auprès de mon serviteur Job, et offrez pour vous un holocauste et mon serviteur Job priera pour vous : pour lui, je l'accepterai de peur que je ne vous traite selon votre folie. Alors ... [ils] allèrent, et firent comme l'Éternel leur avait ordonné ... Et le Seigneur a été tourné à la pénitence de Job, quand il a prié pour ses amis ... "

Le Seigneur a été tourné à la prière et pénitence de Job. L'intercession et la prière des saints hommes obtient des grâces et des faveurs que le Seigneur ne donnerait pas toujours autrement. Dieu a dit qu'il ne donnerait cette grâce à Eliphaz que si Job priait pour lui.

DIEU ne donnera la victoire à Israël que SI MOÏSE (un homme) lève les mains

Un autre exemple de l'intercession des saints hommes se trouve dans Exode 17. Nous lisons qu'Israël sortit pour lutter contre Amalec. Dieu permit à Israël d'avoir la victoire aussi longtemps que Moïse tenait ses mains. Toutefois, si Moïse baissait ses mains, Il permettrait à Amalec de surmonter les Israélites.

Exode 17, 11-13 : " Et quand Moïse élevait ses mains, Israël a vaincu : mais si il les faisait descendre un peu, Amalec surmontait. Et les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre, et la mirent sous lui, et il s'assit dessus, et Aaron et Hur soutenaient ses mains sur les deux côtés. Et il arriva que ses mains ne furent pas fatiguées jusqu'au coucher du soleil. Et Josué mis Amalek et son peuple en fuite, par le tranchant de l'épée ".

Ceci est un autre excellent exemple de la façon dont Dieu seul accorde parfois certaines choses par l'intercession de saints hommes.

La déclaration du Seigneur concernant l'intercession de Moïse et SAMUEL

Jérémie 15, 1 : «Et le Seigneur m'a dit : Quand Moïse et Samuel se tiendraient devant moi, mon âme n'est pas à ce peuple : chasses-les de ma vue ..."

Dieu dit que même si Moïse et Samuel se tenaaient devant lui, il rejeterait encore ce peuple. C'est tout à fait révélateur. Les personnes décrites dans ce passage étaient tellement mauvaises que même la puissante intercession des grands serviteurs de Dieu, Moïse et Samuel, ne pourrait détendre la colère de Dieu contre eux. Cependant, ces mots nous montrent que l'intercession des serviteurs extraordinaires de Dieu, comme Moïse et Samuel - qui ont construit un crédit spécial ou d'influence avec lui - impactent comment Dieu traite avec les gens et les regarde, même s'ils n'ont pas fait la différence dans ce cas particulier en raison de la façon dont les gens étaient mauvais. L'intercession des saints hommes aide à déterminer ce que Dieu fait pour les gens et ce qu'il fait pour eux, comme nous l'avons vu avec les exemples ci-dessus.

QU'EN EST-IL de 1 Timothée 2, 5 : JESUS EST LE SEUL MÉDIATEUR ?

Avant de couvrir plus de preuves bibliques pour la vénération et l'intercession des saints, nous devons considérer une objection. L'une des principales objections que les non-catholiques opposent à prier les saints vient de 1 Timothée 2, 5.

1 Timothée 2, 5 : "Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus-Christ."

Jésus est le seul médiateur entre Dieu et les hommes, disent-ils, de sorte que vous ne pouvez pas inclure des saints ou des prières pour eux. Cette objection est fausse pour plusieurs raisons. Tout simplement parce que Jésus qui est le seul médiateur ne veut pas dire que les autres n'ont pas la médiation dans le cadre d'une médiation du Christ. Par exemple, dans Jean 10, 16, Jésus dit qu'Il est le seul et unique berger, mais il nomme Pierre pour paître ses brebiss dans Jean 21, 15-17. Éphésiens 4, 11 apprend aussi qu'il y a beaucoup de pasteurs ou bergers. Le fait est que tous ces sous-bergers font les travaux sous et par l'institution d'un berger, Jésus.

Un autre exemple est que Jésus a dit qu'Il est le juge suprême. Nous le lisons dans Jean 9, 39 et dans beaucoup d'autres passages. Certains hommes de Dieu, cependant, agiront également en son nom en tant que juges dans le ciel, même des anges. Nous lisons ceci dans 1 Corinthiens 6, 2 ; Matthieu 19, 28 et ailleurs. Oui, Jésus est l'unique médiateur, parce que le médiateur est celui qui unit l'homme à Dieu. Jésus seul l'a fait par sa passion et sa mort. Nous lisons ceci dans 2 Corinthiens 5, 18. Mais cela ne signifie pas que, dans l'unique médiation du Christ il n'y en a pas d'autres qui participent à sa médiation. En fait, la Bible l'enseigne clairement.

SI VOUS NE POUVEZ PAS PRIER LES SAINTS, vous ne pouvez pas demander aux autres de prier pour vous

Si la médiation unique de Jésus exclut les prières aux saints, elle exclurait également de demander à un homme ami de prier pour vous. Il n'y a pas moyen de contourner la logique de cet argument. Car, lorsque vous demandez à un homme ami de prier pour vous, au lieu d'aller directement à Jésus, vous demandez à une autre personne d'agir en tant que médiateur avec Jésus pour vous. C'est ce que les catholiques font quand ils prient les saints. Par conséquent, si les prières aux saints sont exclues par la médiation unique de Jésus, alors demander aux autres de prier est définitivement exclu aussi bien.

Non seulement la plupart des protestants acceptent le concept de demander aux autres de prier pour eux - contredisant ainsi leur rejet des prières aux saints - mais, dans le Nouveau Testament, saint Paul lui-même demande à plusieurs reprises des prières d'autres.

Romains 15, 30 : "Je vous exhorte, frères, pour l'amour du Seigneur Jésus-Christ, et pour l'amour de l'Esprit, afin que vous combattiez avec moi dans vos prières à Dieu pour moi. "

Paul dit aussi à d'autres qu'il prie pour eux.

Colossiens 1, 3 : "... nous ne cessons de prier pour vous ..."

Paul dit même que les prières des autres offrent des bienfaits sur lui.

2 Corinthiens 1, 11 : «surtout si vous-mêmes vous nous assistez aussi de vos prières, afin que ce bienfait, nous étant accordé en considération de beaucoup de personnes, soit aussi pour un grand nombre l'occasion de rendre grâces à notre sujet.."

La Bible enseigne que PAUL intercède par la souffrance POUR GAGNER DES GRACES POUR LES PERSONNES

La Bible dit aussi ceci sur la souffrance de Paul :

Colossiens 1, 24 "[Je] me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous, afin de remplir ces choses qui manquent aux souffrances du Christ en ma chair, pour son corps qui est l'Église».

Ce verset peut être un choc pour certains non-catholiques qui ne sont pas familiers avec lui. Paul dit qu'il remplit, pour l'Eglise, ces choses qui manquent aux souffrances du Christ. Pourtant, la souffrance du Christ était parfaite et d'une valeur infinie, donc qu'est-ce que cela signifie ? Ce que saint Paul veut dire, c'est que beaucoup de souffrances manquent encore et sont nécessaires pour les membres de l'Église pour travailler à leur salut, qui a été rendu possible par le sacrifice du Christ.

Il enseigne que ses sacrifices et ses souffrances, en plus de ses prières, peuventt intercéder auprès de Dieu pour que Dieu donne aux autres les grâces pour se convertir ou pour rester fidèles. Ces personnes doivent toujours coopérer avec les grâces, mais les efforts, les prières et les sacrifices des membres de l'Église peuvent aider à leur être accorder. Tout cela confirme l'enseignement catholique sur la communion des saints, et réfute le malentendu protestant de 1 Timothée 2, 5.

Cette vérité est enracinée dans l'unité du Corps du Christ, qui existe après la mort

Le fait que les hommes puissent aller à d'autres hommes pour la prière, et que les saints du ciel peuvent répondre aux prières et intercéder, est enraciné dans l'enseignement biblique sur l'unité du Corps du Christ. Il s'agit d'une union entre les membres de l'Église de Jésus. Cette union ne cesse pas lorsque les vrais membres meurent.

Saint Paul dit dans Romains 8, 38 et après, que ni la mort ni la vie ne sépare de l'amour du Christ. Pas plus qu'elle ne sépare les vrais fidèles qui demeurent ensemble dans le Corps du Christ, que ce soit sur terre ou dans le ciel.

1 Cor. 12, 12,21 : "... tous les membres de ce corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps ... Et l'œil ne peut pas dire à la main, je n'ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n'ai pas besoin de vous. "

La Bible dit que la prière d'un homme juste prévaut BEAUCOUP

Alors que les vrais membres de l'Eglise peuvent s'entraider par des prières, les prières et l'intercession de saints hommes est particulièrement puissante. C'est exactement ce que nous avons vu dans le cas de Moïse et Abraham. C'est pourquoi nous lisons :

Jacques 5, 16 : "Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a beaucoup d'efficacité. "

C'est pourquoi les prières aux saints - qui ont pour but de leur demander de prier Dieu en notre nom - sont si efficaces.

LA BIBLE enseigne aussi que les saints hommes DÉCÉDÉS intercèdent

Dans Matthieu 17, nous voyons que Jésus, quand il fut transfiguré devant trois de ses apôtres, est apparu avec Moïse et Elie.

Matthieu 17, 2-3 : "Et [il] fut transfiguré devant eux : son visage resplendit comme le soleil ... Et voici, que leur apparurent Moïse et Élie qui s'entretenaient avec lui."

Cela nous montre que les saints, même après la mort, sont intéressés par les affaires terrestres et sont prêts à intercéder pour nous. Les esprits des justes rendus parfaits, comme Hébreux 12 les appelle les saints, sont parmi la nuée de témoins avec les anges dans le ciel qui nous aident.

Hébreux 1, 14 : "Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés comme serviteurs pour le bien de ceux qui doivent recevoir l'héritage du salut ?"

Psaume 91, 11 : "Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies."

Après la mort, le prophète Samuel APPARUT AU ROI SAUL

Dans 1 Samuel 28 (1 Rois 28 dans la Bible catholique Douay-Rheims), on voit un exemple clair d'un saint mort apparaissant à un homme. Ce fut le prophète Samuel, qui était mort depuis un certain temps. Il est apparu au roi Saül, et lui reprocha sa désobéissance à Dieu.

1 Samuel 28, 12-20 : "Et la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri ... Et Samuel dit à Saül : ... Parce que tu n'a pas écouté la voix du Seigneur, ni exécuté l'ardeur de sa colère sur Amalek, donc, le Seigneur fait cela pour toi ce jour ... Alors Saül tomba aussitôt par terre, et était saisi de crainte, à cause des paroles de Samuel. "

Rappelez-vous, Samuel était mort depuis un certain temps.

Le Livre de l'Apocalypse NOUS MONTRE COMMENT les prières des saints intercédent dans les cieux devant l'autel de Dieu

Le livre de l'Apocalypse ou Révélation nous donne également un aperçu de la façon dont les saints et leurs prières intercèdent pour les hommes.

Apocalypse 8, 3-4 : "Et un autre ange vint et se tint devant l'autel, ayant un encensoir d'or, et il lui fut donné beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints sur l'autel d'or qui est devant le trône. Et la fumée de l'encens, qui était venue avec les prières des saints, monta devant Dieu de la main de l'ange ".

Nous voyons un autre exemple dans le chapitre 5 de Révélation.

Apocalypse 5, 8 : "... les vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or pleines de parfums, qui sont les prières des saints. "

Dans l'Apocalypse, chapitre 6, NOUS VOYONS les saints morts demandant à Dieu de rendre justice SUR LA TERRE

Dans le chapitre 6, nous voyons les saints morts, qui ont été martyrisés pour la vraie foi de Jésus, demandant à Dieu de venger leur sang.

Apocalypse 6, 9-10 : "Et quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui ont été tués pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu'ils avaient rendu. Et ils criaient à haute voix, en disant : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur ceux qui habitent sur la terre ? "

Notez que les âmes de ces martyrs morts crient de dessous l'autel. Depuis les temps anciens, l'Eglise catholique a placé les reliques des martyrs sous l'autel. Le fait que la voix des martyrs viennent sous l'autel - exactement là où leurs reliques se trouvent dans les églises catholiques - est une confirmation intéressante biblique de la pratique catholique.

Après sa mort, le grand-prêtre a été vu intercédant pour les Juifs

L'exemple suivant que nous allons examiner est de 1 Macchabées chapitre 5. C'est un livre que les protestants ont retiré de la Bible quand ils se séparèrent de l'Église catholique. Les commentaires figurant dans le chapitre relatif au Purgatoire (plus bas) démontrent que les Livres des Macchabées font partie du vrai Ancien Testament. Ceci est prouvé par les citations de la Septante, qui contient les livres des Macchabées et les autres que les protestants rejettent.

Ce passage concerne une vision d'Onias, un grand prêtre qui était mort.

2 Maccabées 15, 12 : "Maintenant, la vision était de cette manière : Onias qui avait été grand prêtre, un homme bon et vertueux, modeste dans ses regards, doux dans ses manières, et gracieux dans son discours, et qui, enfant a été exercé en vertus, en levant les mains, pria pour toutes les personnes des Juifs : Après cela, il est également apparu un autre homme ... Alors Onias répondit ... c'est celui qui prie beaucoup pour le peuple, et pour toute la ville sainte, Jérémie, le prophète de Dieu. Jeremie se lèva et étendit sa main droite, et donna à Judas une épée d'or ... "

Ce passage fascinant (qui a été retiré de la bible protestante) concerne la vision du défunt grand-prêtre Onias. Après sa mort, il a été vu levant les mains et intercédant pour les Juifs par ses prières. Onias présente également le prophète Jeremias décédé, qui donne une épée d'or à Judas Maccabée. Judas Maccabée est à ne pas confondre avec le traître du Nouveau Testament, Judas Iscariote. Ce passage est donc une preuve claire de l'intercession des saints défunts, et l'efficacité de leurs prières.

Moïse et Samuel étaient morts au temps où il est déclaré qu'ils pourraient INTERCEDER

J'ai cité le passage suivant pour démontrer que les hommes intercèdent auprès de Dieu.

Jérémie 15, 1 : «Et le Seigneur m'a dit : Quand Moïse et Samuel se tiendraient devant moi, mon âme n'est pas à ce peuple : chasses-les de ma vue ..."

Dieu dit que même si Moïse et Samuel se tenaient devant lui, il rejeterait encore ce peuple. Cela montre comment Dieu considère le pouvoir d'intercession des saints, même si elle ne l'aurait pas influencé dans ce cas particulier. Ce passage est cité à nouveau ici car il doit être souligné que Moïse et Samuel étaient morts au temps de Jeremie. Ainsi, Jérémie 15, 1 prévoit également l'enseignement biblique sur l'intercession des saints hommes décédés.

L'IMPORTANCE DES ANGES DANS LE PLAN DE DIEU

Pour étayer davantage l'enseignement de la Bible sur l'intercession des saints, nous devons considérer l'enseignement de la Bible sur l'intercession des anges.

1 Chroniques 21, 18 (1 Paralipomenon 21, 18 dans la Bible catholique Vulgate et Douay-Rheims) : "Alors l'ange de l'Éternel avait ordonné à Gad de dire à David ..."

2 Rois 1, 3 (4 Rois 1, 3 dans la Vulgate et Douay-Reims) : «Et un ange du Seigneur parla à Elias ... disant lève-toi, monte à la rencontre des messagers ... et dis-leur ..."

Actes 8, 26 : "Et l'ange du Seigneur parla à Philippe, et lui dit : Lève-toi, et va du côté du sud ..."

Tout au long de la Bible, nous voyons que Dieu utilise ses anges. Il y a littéralement des douzaines de passages qu'on pourrait citer. Il les utilise pour délivrer son message, pour donner ses instructions, pour livrer sa justice, et comme une réponse à la prière.

DIEU répond aux prières PAR SES ANGES

Nombres 20, 16 : «Et nous avons crié à l'Eternel, il a entendu notre voix, et envoya un ange ..."

Isaias 37, 15-20, 36 : " Et Ézéchias pria l'Éternel, en disant ... Et maintenant, Seigneur, notre Dieu, sauve-nous de sa main ... Et l'ange de l'Éternel sortit, et tua dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt cinq mille. "

Dieu répond aux prières en envoyant ses anges. C'est clair.

Les anges sont aussi implorés, suppliés, et priés

La communication et l'intercession des anges au nom de Dieu est si fréquente, si naturellle, si intimement liée avec le plan de Dieu, comme des dizaines de passages le montrent, que les anges ne sont pas seulement envoyés par Dieu, mais ils sont implorés et suppliés par les hommes. Les anges sont invités, ils sont implorés par le peuple de Dieu, pour obtenir des réponses et de l'aide dans leurs besoins spirituels et temporels.

Juges 6, 12-13 : " L'ange du Seigneur lui apparut et lui dit : Le Seigneur est avec toi, plus vaillant des hommes. Et Gédéon lui dit : Je te prie, mon seigneur, si l'Eternel est avec nous, pourquoi ces maux tombés sur nous » ?

Ici nous voyons que Gedeon implore l'ange. Cela signifie qu'il demande quelque chose de l'ange, il demande quelque chose de lui. Dans le livre d'Osée, nous voyons que Jacob a fait une supplication à un ange. Une supplication est une demande humble ou sérieuse, c'est une prière. Certaines traductions disent que Jacob demanda à l'ange. Mendier signifie prier.

Osée 12, 3-4 : "Oui, il [Jacob] avait combattu avec l'ange, et il l'emporta : il pleurait, et lui fit des supplications. "

Alors que la Bible enseigne que les anges non seulement livrent des messages de Dieu, infligent sa justice, sont envoyés en réponse aux prières, ainsi ils sont priés. Ce n'est pas parce que les anges sont Dieu, bien sûr, mais parce que les anges sont puissants et des serviteurs surnaturels du Très-Haut qui ont une relation étroite avec lui dans le ciel. Voici un autre passage pertinent :

Luc 1, 10-13 : "Et toute la multitude du peuple était dehors en prière au moment de l'encens. Et il lui apparut un ange du Seigneur ... Et quand Zacharie le vit, il fut troublé, et la frayeur s'empara de lui. Mais l'ange lui dit : Ne crains point, Zacharie, car ta prière a été exaucée ... "

On voit que l'ange a entendu la prière et a répondu. Après avoir examiné certains de ces faits et ces passages, certains non-catholiques peuvent dire : ok, vous avez montré que la Bible enseigne que les anges répondent à nos prières, et peut-être même être priés. Mais cela se réfère aux anges, pas aux saints. En réponse, je leur demanderais d'examiner attentivement ces paroles de Jésus :

Jésus dit que les saints seront comme les anges de Dieu

Matthieu 22, 29-30 : "Jésus répondit et leur dit : Vous êtes dans l'erreur, ne connaissant pas les Écritures, ni la puissance de Dieu. Car, dans la résurrection, on ne se marie, ni les femmes ne se marient, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. "

Jésus enseigne que les saints de Dieu dans le ciel sont comme les anges. Ce que Jésus dit ici s'applique non seulement après la résurrection finale, mais aux saints du ciel maintenant. Car dans le même chapitre, Jésus continue à parler des justes défunts Abraham, Isaac et Jacob comme vivants (Matthieu 22, 32). La version de ce passage de l'Evangile de Luc fait ressortir cette vérité encore plus clairement.

Luc 20, 34-36 : "Et Jésus, répondant, leur dit : Les enfants de ce monde se marient et sont donnés en mariage : mais ceux qui seront trouvés dignes d'avoir part au ciel et à la résurrection d'entre les morts, ni ne se marient, ni ne sont données en mariage : ils ne sauraient plus mourir, car ils sont semblables aux anges, et sont les enfants de Dieu, étant fils de la résurrection ".

Donc les saints du ciel sont comme les anges. Les anges imposent-ils la justice de Dieu ? Oui. Les anges répondent-ils à nos prières, au nom de Dieu, qui sont dirigées vers le ciel ? Oui. Les anges reçoivent-ils la prière ? Oui. Par conséquent, les saints de Jésus font toutes ces choses.

Maintenant que nous avons vu le lien entre les anges et les saints, nous devons envisager un peu plus de choses à cet égard. L'intercession des anges au nom de Dieu est extrêmement puissante et efficace. Les Anges transmettent si fidèlement le message du Tout-Puissant que, dans de nombreux passages, il n'est pas tout à fait clair si c'est l'ange qui parle ou si c'est Dieu qui parle. Dans certaines descriptions bibliques, les deux se transforment en un, si vous voulez, parce que l'ange est au service complet du Tout-Puissant. Voici trois exemples :

Zacharie 12, 8 : «... la maison de David sera comme Dieu, comme l'ange de l'Eternel devant eux. "

Luc 2, 9 : «... un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux ..."

Exode 3, 2-4 : "Et l'ange du Seigneur lui apparut dans une flamme de feu, du milieu d'un buisson ... Et quand l'Éternel vit qu'il [Moïse] se détournait pour voir, Dieu l'appela ... "

Les Anges dans le ciel (et donc les SAINTS) sont intimement impliqués dans le SALUT DES HOMMES EN JESUS-CHRIST

Nous voyons l'importance que Jésus donne au témoinage des anges (et donc des saints) dans le passage suivant.

Luc 12, 8-9 : "... quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l'homme aussi le confessera devant les anges de Dieu : Mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu. "

En plus de sa confession devant son Père (Mt 10, 32), Jésus considère sa confession devant les anges être extrêmement importante.

Jésus indique également que les anges sont intimement impliqués et soucieux pour la conversion et le salut des hommes. Regardez ce qu'il dit ici :

Luc 15, 10 : "De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent."

Cette déclaration de Jésus suggère que les anges ont un lien et une influence pour le salut des hommes. Ils se réjouissent quand un homme se convertit parce qu'ils désirent son salut et leur intercession assiste sa conversion. Ils l'applaudissent, ils l'aident, ils prient pour lui. C'est pourquoi les catholiques comprennent l'intercession des saints pour être si importante, ainsi que des prières pour eux. Les Saints du ciel sont comme les anges de Dieu. Lorsqu'on les prie, à leur tour, ils prient Dieu, qui accorde généralement ses grâces en leur nom en raison de leur étroite relation avec Lui.

La Bible enseigne que les ANGES sont présents à l'assemblée des fidèles, et que leur présence MERITE L'HONNEUR

1 Cor. 11, 10 : "A cause de cela la femme doit avoir un pouvoir sur sa tête à cause des anges."

Ce passage concerne les couvre-chefs que les femmes doivent avoir au culte. Il dit qu'elles doivent avoir ce pouvoir ou se couvrir à cause des anges. Pensez à ce sujet. Le passage aurait pu dire qu'une femme devrait avoir une couverture sur sa tête à cause de Dieu. Mais il est dit à cause des anges, ce qui indique que la vénération leur est due également. Par ailleurs, dans l'Église catholique traditionnelle, les femmes se couvrent la tête à la messe. Cette tradition est tirée de ce précepte biblique.

La Bible décrit Saint Jean-Baptiste comme l'ange de DIEU

Pour compléter le point et la comparaison entre les anges et les saints hommes, il faut noter que Jésus décrit saint Jean-Baptiste comme l'ange qui a été prophétisé pour préparer son chemin.

Matthieu 11, 10 : "Car c'est celui dont il est écrit : Voici que j'envoie mon ange devant ta face, qui préparera ton chemin devant toi."

Jean-Baptiste a été décrit comme l'ange de Dieu [aggelon en grec] parce que les anges et les saints agissent comme des messagers de Dieu. Ils sont une voie à ses instructions, ses grâces, et pour les réponses du ciel aux prières.

Hébreux 12 : les chrétiens sont venus voir les «esprits des justes devenus parfaits» (les saints du ciel)

Nous devons maintenant passer à Hébreux chapitre 12. C'est un chapitre très important à l'égard de ce sujet. Dans Hébreux 12, nous trouvons une description de l'Eglise de Jésus-Christ et sa majesté céleste. Notez que le chrétien, à venir avant la description céleste de l'Église, se présente devant les esprits des justes rendus parfaits (les saints). Permettez-moi de répéter : il s'agit avant tout des esprits des justes rendus parfaits : les saints dans le ciel. Le chrétien est averti d'y venir avant tout de ce qui suit :

Hébreux 12, 22-25 : " Mais vous êtes venus à la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et à une société innombrable d'anges, à l'assemblée générale et de l'église des premiers-nés, qui sont écrits dans ciel, et à Dieu le Juge de tous, et aux esprits des justes rendus parfaits, et à Jésus, médiateur d'une nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel. Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle. "

Les esprits des justes rendus parfaits, les saints, sont dans les cieux. Nous voyons qu'ils sont mis en évidence et figurent, dans la description, ceux vers lesquels le chrétien vient avant, à l'image de l'Eglise céleste. Cela donne plus de crédibilité au fait que les prières pour eux, et leur intercession, sont bibliquement fondées et d'une valeur inestimable. C'est parce que Dieu est glorifié, et non nui par ses saints.

Dieu est glorifié par les saints

2 Thessaloniciens 1, 10 : " Quand il [Jésus] viendra pour être glorifié dans ses saints, et admiré dans tous ceux qui croient ... "

Les Saints ne diminuent pas la gloire de Dieu, au contraire, ils l'augmentent. Ils mettent en évidence les grandes et extraordinaires choses que Dieu fait avec ceux qui le servent. Ceux qui sont les plus proches du roi peuvent gagner des faveurs qui ne sont pas toujours données à ceux qui sont plus éloignés de Lui, tout comme dans toute autre hiérarchie, famille, entreprise, équipe, etc. C'est l'opinion vraie et catholique du Ciel.

LE POINT DE VUE CATHOLIQUE reconnaît l'intercession et la place des saints, qui donne pleine GLOIRE À JÉSUS -

LE POINT DE VUE PROTESTANT retire la gloire

Pour utiliser une analogie, le point de vue catholique des cieux est semblable au magnifique palais d'un roi, où il y a des dizaines de niveaux de fonctionnaires et agents. Ils attendent le roi, et ils ont tout consacré pour lui. Ils sont ses vrais amis, en plus de ses serviteurs. Leur joie, leur vie de service, et leur exemple extraordinaire frappent chaque visiteur avec crainte.

Tous les serviteurs du roi possèdent leur propre splendeur. Elle leur a été donnée en raison de leur place d'honneur dans le palais. Le Roi a accordé un peu de sa propre gloire sur tout le monde avec Lui, même si la leur est infiniment moindre que la sienne. Leur gloire personnelle contribue à la gloire de tout le palais. La profonde gloire des serviteurs et amis du roi frappe à merveille. Quelle doit être la gloire unique du roi lui-même, que toutes ces personnes servent ?

Comme vous le voyez, plus dans le palais, on se rapproche du roi, plus la gloire de ses amis et serviteurs augmente. Tout comme dans la création elle-même, l'arrangement vif de la conception de Dieu est un délice pour les yeux - avec des vues aussi diverses que des montagnes enneigées, à l'écoulement des rivières, aux jungles vertes, aux beaux bois - dans le ciel il y a une variété innombrable de personnes, chacun a une histoire différente, un jugement différent, un sacrifice différent, un don différent, qui ont tous été consacrés et utilisés pour Dieu au maximum, et qui ont abouti à un bonheur parfait dans le ciel. Cette variété étonnante - cet ordre brillant de l'armée céleste - inspire encore plus d'amour et de crainte du Tout-Puissant. Il s'agit de la vision catholique du Ciel et de la hiérarchie céleste. Clairement, la gloire des saints n'enlève rien à la gloire de Dieu, mais la magnifie. Comme Marie l'a dit :

Luc 1, 46 : «Mon âme exalte (magnifie) le Seigneur».

Le point de vue protestant est bien différent. C'est comparable à un palais qui est rempli seulement avec le roi. Dans ce palais, il semble n'y avoir personne d'autre présent. Que le roi soit le plus glorieux ? Quelle image du royaume céleste est la vraie ? Quel est celui de la Bible ? La réponse est que la Bible enseigne la vue catholique de la communion des saints.

LA BIBLE ENSEIGNE LA VUE CATHOLIQUE DU CIEL, DE JÉSUS ET DES SAINTS -

Elle n'enseigne pas la VUE PROTESTANTE

Daniel 7, 10 : "Un flux rapide de feu sortit de devant lui des milliers de milliers le servaient, et dix mille fois cent mille se tenaient devant lui : le juge s'assit, et les livres furent ouverts. "

Ce passage est remarquable, non seulement parce qu'il révèle la puissance impressionnante du jugement selon la prescience de Dieu, mais parce que le nombre ahurissant de fonctionnaires qui sont ministres pour lui rend l'image encore plus captivante.

Matthieu 25, 31 : «Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s'assiéra sur le trône de sa gloire. "

Dieu vient et est glorifié avec et par ses ministres, ses anges et ses saints.

Jude 1, 14 : "... Voici, le Seigneur est venu avec des dizaines de milliers de ses saints. "

Comme on le voit, le point de vue catholique est clairement le point de vue correct et biblique du Roi céleste et l'ordre de la hiérarchie céleste.

La Bible enseigne que les SAINTS sont des modèles d'imitation

Nous avons établi que la prière aux saints est biblique. En contrepartie de leur grande fidélité au Christ, la Bible enseigne aussi que les saints doivent être imités et vénérés.

1 Corinthiens 4, 16 : «C'est pourquoi je [Paul] vous en supplie, soyez mes imitateurs».

Pourquoi ?

1 Corinthiens 11, 1 : "Soyez mes imitateurs, comme je le suis du Christ."

En vérité, un vrai chrétien ne suit pas n'importe quel homme. Au contraire, ce verset signifie qu'il vénère les saints, et tente de les imiter dans leur vie spirituelle énorme et la fidélité à l'Evangile.

La Bible enseigne que Dieu en a sauvé 276 POUR Saint PAUL

Les Saints sont des modèles d'imitation parce que de grands saints ont acquis tant de grâces et tant de faveur avec le Christ que leur intercession, par la grâce de Jésus-Christ, peut littéralement sauver des vies et des âmes. Par exemple, dans Actes chapitre 27, nous lisons que Paul était sur un bateau en partance pour l'Italie. Une grande tempête se leva, qui menaçait de détruire le vaisseau et tuer tout le monde à bord.

Actes 27, 21-23 : " Comme on avait été longtemps sans manger, Paul alors, se tenant au milieu d'eux, dit: " Vous auriez dû m'écouter, ô hommes, ne point partir de Crète et nous épargner ce péril et ce dommage. Et maintenant, je vous avertis de prendre courage, car aucun de vous ne perdra la vie; le vaisseau seul (sera perdu). Cette nuit même, en effet, un ange du Dieu à qui j'appartiens et que je sers, s'est présenté à moi, disant: " Paul, ne crains point; il faut que tu comparaisses devant César, et voici que Dieu t'a fait don de tous ceux qui naviguent avec toi. "

Un ange lui a dit que tous les hommes seront sauvés parce que Dieu le leur donné pour lui. Pensez à ce sujet. Il montre la puissance d'intercession profonde des saints hommes. En tout, Dieu a sauvé 276 hommes pour Paul.

La Bible enseigne que les saints sont comme UN EXEMPLE

C'EST POURQUOI L'ÉGLISE CATHOLIQUE canonise les SAINTS

Philippiens 3, 17 : "Frères, soyez adeptes ainsi de moi, et ceux qui marchent ainsi afin que vous ayez en nous un exemple. "

C'est pourquoi l'Église catholique canonise les saints, et les élève à notre imitation et vénération. En fait, la Bible fait cette chose même - les marque comme un exemple - avec les champions de la foi dans l'Ancien Testament.

Jacques 5, 10 : "Prenez, mes frères, les prophètes, qui ont parlé au nom du Seigneur, pour un exemple de souffrance et de patience. "

Hébreux chapitre 11 passe par toute une liste d'exemples de la foi et leurs actes de l'Ancien Testament pour les signaler à l'admiration et à l'imitation. Hébreux 12, 1 décrit ces saints comme une nuée de témoins.

Hébreux 12, 1 : «C'est pourquoi, voyant que nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte ... "

La Bible sur les reliques des saints

La Bible enseigne aussi que même les reliques de ces saints hommes sont vénérées et peuvent être miraculeuses. Tout d'abord, dans Matthieu 9, 20-22, nous voyons que la femme qui toucha le vêtement de Jésus a été guérie d'une hémorragie. Certes, Jésus était Dieu, et non un simple saint. Beaucoup de non-catholiques diront que c'est superstitieux ou idolâtre de vénérer les reliques des saints. Mais la Bible enseigne autrement.

Les linges ou les mouchoirs de Paul ÉTAIENT MIRACULEUX

Actes 19, 11-12 : «Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul : Alors que vers son corps étaient amenés les mouchoirs ou des tabliers de malades, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient d'eux. "

Paul n'a pas seulement eu des pouvoirs miraculeux, mais les linges ou des mouchoirs qu'ila touché ont été efficaces pour faire des miracles. Nous voyons la même chose avec Saint-Pierre. Dans Actes 9, Saint-Pierre a ressuscité les morts. Dans Actes 5, 15, nous lisons que son ombre était considéré comme très efficace pour soigner et guérir miraculeusement.

Le manteau d'Elie sépara le Jourdain MIRACULEUSEMENT

Dans l'Ancien Testament, nous voyons le même enseignement biblique sur les reliques des saints. Dans 2 Rois 2 (4 Rois 2 dans la Vulgate et la Bible catholique Douay-Rheims), on voit que le manteau du prophète Elie a miraculeusement séparé le Jourdain.

2 Rois 2, 13-14 : "Il ramassa le manteau qui était tombé d'Elijah (Elie) et retourna et s'arrêta sur la rive du Jourdain. Puis il prit le manteau qui était tombé de lui et a frappé l'eau avec lui ... Quand il a frappé l'eau, elle se divisa vers la droite et vers la gauche, et il a traversé. "

Les OS DU prophète Elisée ont ramené un homme à la vie

Un autre exemple d'une relique miraculeuse vient de 2 Rois 13, 21 (4 Rois 13, 21 dans la Bible Douay-Rheims). Nous lisons que les os du prophète Elisée étaient si puissants qu'ils ont ramené un homme à la vie.

2 Rois 13, 21 : "Et il arriva, comme on enterrait un homme ... Ils jettèrent l'homme dans le sépulcre d'Elisée : et quand l'homme fut laissé tomber, et toucha les os d'Élisée, il reprit vie et se leva sur ses pieds. "

Les os de saints sont des reliques les plus couramment utilisées par les catholiques. Loin d'être idolâtre ou superstitieux, nous voyons que des reliques catholiques sont enracinées dans l'enseignement et la pratique biblique.

La Bible sur la vénération des images et des statues

Beaucoup de protestants rejettent le recours à des statues et des images des saints. Ils pensent qu'elles sont idolâtres et condamnées dans la Bible. Cependant, tout comme nous l'avons vu avec leur position sur les reliques des saints, leur position n'est pas correcte sur cette question non plus. Un des principaux versets qu'ils aiment à citer est Deutéronome 5, 8.

Deutéronome 5, 8 : «Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses, qui sont dans les cieux au-dessus, ou qui sont en bas sur la terre, ou qui demeurent dans les eaux sous la terre."

Ils disent que ce passage condamne de fabriquer ou utiliser des images taillées. Mais cet argument ne tient pas pour plusieurs raisons. Tout d'abord, si l'on devait prendre ce passage en lui-même et comme ils l'entendent, il interdirait de faire la représentation de quelque chose sur la terre. " Ni de représentation de tout ce qui est dans les cieux au-dessus ou qui sont en bas sur la terre. "

Cela voudrait dire que l'on ne pourrait pas faire ou avoir une photo d'un animal, car une telle situation est la représentation de quelque chose sur la terre. Presque tous les protestants, cependant, rejeter ainsi la compréhension de ce passage, même si c'est ce qu'il dit. Non seulement la plupart des protestants acceptent des images telles que la ressemblance des animaux, mais ils acceptent des images et représentations d'autres êtres humains. Ils portent des photos de membres de leur famille avec eux. Cela est contraire à leur interprétation des mots du Deutéronome 5, 8.

En outre, beaucoup de ces mêmes protestants n'ont pas de problème, même avec des statues d'éminents chefs militaires ou d'autres personnalités. Avec les quelques personnes qui font l'objet de ces lois, essentiellement tous les acceptent et utilisent des images taillées comme de la monnaie. Les pièces de monnaie dans leurs poches sont des idoles des hommes. Selon leur compréhension du Deutéronome 5, 8, ils commettraient l'idolâtrie et violent le commandement de Dieu par la conservation de ces pièces et / ou en les utilisant. Le point ici est que leur compréhension de ce passage est complètement fausse. C'est pourquoi ils doivent être très sélectifs dans leur réclamation de Deutéronome 5, 8 et passages similaires.

Alors, est-ce que ce passage interdit vraiment la prise de toutes les idoles ? Pas du tout, comme nous le verrons. Ceci est montré par le contexte de l'adoption - en particulier, le verset suivant.

Deutéronome 5, 8-9 : «Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses, qui sont dans les cieux au-dessus, ou qui sont en bas sur la terre, ou qui demeurent dans les eaux sous la terre. Tu ne les adoreras pas, et tu ne les serviras pas ... »

Tu ne les adoreras pas et ne les serviras point. C'est la clé. C'est ce que Dieu interdit. Il interdit la fabrication des statues ou des images pour leur culte ou pour adorer des créatures, comme les animaux, etc, que de nombreux Juifs étaient enclins à faire.

Les Catholiques n'adorent pas des statues ou des images. Dire le contraire est un mensonge. Les Catholiques adorent seulement Dieu. Les images et les statues nous rappellent le peuple des saints et des actions qu'ils représentent. Mais il y a plus.

DIEU exige expressément la fabrication de statues religieuses

Dans la Bible, Dieu ordonne expressément la fabrication et l'utilisation de statues à des fins religieuses. Le verset suivant devrait écraser, une fois pour toutes, l'idée fausse selon laquelle la Bible condamne l'utilisation de véritables statues religieuses et des images.

Exode 25, 18-19 : "Et tu feras deux chérubins d'or, tu les travailleras d'or, aux deux extrémités du propitiatoire. Et fais un chérubin à l'une des extrémité, et l'autre chérubin à l'autre extrémité : ainsi du propitiatoire ; vous ferez les chérubins sur les deux extrémités de celui-ci ».

Dieu ordonne expressément la réalisation de deux statues de chérubins. Les Chérubins sont des anges. Voilà pour l'idée (fausse) selon laquelle la fabrication de statues ou des images taillées, est interdite. Une telle idée est une déformation totale de l'enseignement de l'Ecriture Sainte, qui interdit en référence à l'adoration idolâtre de créatures. D'autres passages de la Bible où l'on voit des références à l'ordre de Dieu de faire des statues pour les vrais raisons religieuses sont : Exode 26, 1 ; 1 Rois 6 (ou 3 Rois 6 dans la Bible catholique Douay-Rheims) ; et 1 Rois 7, 25-36 (ou 3 Rois 7, 25-36 dans la Bible catholique Douay-Rheims).

Dieu ordonna aux Israélites d'utiliser l'image d'un serpent

Nous constatons aussi que Dieu commandait l'utilisation d'images pour soigner les gens - des images que, à première vue, certains pourraient trouver surprenantes, voire pire. Dieu a ordonné à Moïse de faire une image d'un serpent pour les gens qui le regardent soient guéris.

Nombres 21, 8 : «Et l'Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et place-le sur une perche et il viendra passer, afin que quiconque aura été mordu, et le regardera, conservera la vie."

Les protestants qui condamnent l'UTILISATION des statues et des images (iconoclastes) - La croyance des musulmans

Les non-catholiques qui considèrent l'utilisation des statues ou des images religieuses comme étant idolâtre ne condamnent pas seulement les passages de la Bible que nous venons de couvrir, mais ils partagent aussi leur croyance avec les musulmans. Les Musulmans ont en abomination ces statues et images. En fait, au 8ème siècle, l'empereur byzantin Léon III fut consterné par certaines pertes militaires de chrétiens aux mains des musulmans. Il en a faussement conclu que c'était une conséquence du mécontentement de Dieu pour l'utilisation des statues et des images dans les églises chrétiennes. Ces images étaient utilisées tout au long de l'Eglise chrétienne (catholique) dès les premiers jours. Ces images et statues sont utilisées pour élever l'esprit à Dieu, pour nous rappeler de lui, sa sainte Mère et Ses serviteurs célestes. C'est pourquoi Dieu leur a ordonné de les faire pour le temple. Mais l'empereur Léon III a entrepris une campagne visant à détruire ces images et les retirer des églises chrétiennes.

Les papes opposés à cette hérésie, qui était connue comme iconoclasme qui signifie détruire les images, est une hérésie que de nombreux protestants tiennent aujourd'hui. Elle a été rejetée et condamnée comme fausse par l'Église catholique au Concile de Nicée en 787. Ce concile catholique au début - qui est connu comme le septième concile œcuménique - est le dernier concile catholique qui est accepté par les «orthodoxes» orientaux, les anglicans et les protestants.

L'OBJECTION PROTESTANTE du culte des catholiques devant les STATUES ET IMAGES, parce que les catholiques s'agenouillent QUELQUES FOIS OU s'inclinent devant elles dans la prière, est réfutée par la Bible

Une autre idée fausse qui doit être abordée est l'idée que les catholiques adorent les statues parce qu'ils s'agenouillent parfois ou s'inclinent devant elles dans la prière. Cette objection est fausse et démentie par l'Ecriture Sainte.

La posture à genoux - et même de se prosterner sur le sol - ne signifie pas nécessairement culte ou adoration. Cela signifie que, dans certains contextes religieux et quelques fausses religions, s'incliner, se mettre à genoux, et même être complètement prostré peut être simplement un signe de respect, une attitude humble.

Quiconque a pris le temps de lire l'Ancien Testament sait que s'incliner ou se prosterner devant quelqu'un n'est pas nécessairement un culte de la moyenne. Tout au long de l'Ancien Testament, nous lisons que des nombreux saints se prosternèrent devant d'autres hommes, et non pas comme un signe de culte ou d'adoration, mais de respect et d'humilité. Par exemple :

Genèse 33, 3 : «Et il [Jacob] s'avança et se prosterna la face contre terre sept fois, jusqu'à ce que son frère [Ésaü] s'approche."

Jacob se prosterna complètement le visage contre terre sept fois avant que n'arrive son frère Esaü. Il a fait cela comme un signe d'humilité. C'est le même Jacob dont Jésus dit dans Luc 13, 28: «quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu ... ». Il n'était pas un idolâtre, bien sûr.

Nous lisons la même chose d'Abraham dans la Genèse 23, 12.

Genèse 23, 12 : "Et Abraham se prosterna à terre devant le peuple."

Lot se prosterna le visage contre le sol afin de vénérer les anges qui sont venus.

Genèse 19, 1 : " Et deux anges arrivèrent à Sodome sur le soir; et Lot était assis à la porte de Sodome et Lot les voyant se leva pour les rencontrer et il se prosterna la face contre terre. "

Il y a beaucoup d'autres passages comme celui-ci à travers les livres des Rois et de Samuel.

2 Samuel 9, 8 (2 Rois 9 Bible catholique Douay-Rheims) : " Et il [David] se prosterna [devant Saül], et dit : Qu'est ton serviteur pour que tu te tournes vers un chien mort tel que moi ? "

1 Samuel 24, 8 (1 Rois 24 Bible catholique Douay-Rheims) : «David se leva et cria après ... Saul, en disant : Mon seigneur le roi. Et Saül regarda derrière lui, et David s'inclina le visage contre terre et se prosterna. "

D'autres passages qui montrent que les hommes s'inclinèrent, etc. devant d'autres hommes, et non pas pour l'idolâtrie, mais simplement par humilité et respect, sont : Genèse 4, 26 ; Ruth 2, 8-10 et d'autres. Cela est suffisant pour réfuter la fausse affirmation que les catholiques adorent les statues quand ils s'agenouillent ou s'inclinent pour assumer une posture humble et respectueuse tout en invoquant la figure céleste dont la statue ou l'image est la représentation.

La preuve irréfutable de prier les saints est biblique

Nous avons vu dans autant de détails, que la Bible enseigne la communion des saints. Nous avons vu que la prière aux saints est biblique. Nous avons vu que Jésus enseigne que les saints du ciel sont comme les anges. Nous avons vu que les saints défunts et leurs prières intercèdent pour les hommes. Nous avons vu que des reliques et des statues ne sont pas idolâtres, mais basées sur la Bible. Rien de tout cela ne suggére que l'on ne peut pas prier directement Jésus.

Les vrais catholiques prient directement Jésus tous les jours, mais prier les saints en invoquant leur intercession est extrêmement efficace, puissant et accorde souvent des grâces de Jésus qu'il n'est pas enclin à donner. C'est particulièrement important et nécessaire dans le cas du plus grand de tous les saints, la mère de Jésus, la Vierge Marie, le vaisseau par lequel il a choisi de venir sur Terre. La vénération et l'intercession des saints a été reconnue dès le début de l'Eglise chrétienne, par les Pères de l'Église.

Les Saints catholiques répandent l'Evangile par toute la terre

Les miracles, les efforts missionnaires, et les vies de saints catholiques ont été parmi les instruments les plus importants dans la propagation de l'Evangile par toute la terre. Tout ce que les saints catholiques sont et ont fait est par la grâce de Jésus-Christ. En coopérant avec elle, ils ont conquis spirituellement le monde pour le Christ, un monde qui est malheureusement tombé dans l'apostasie et l'abandon de l'héritage chrétien catholique qui l'a défini.

C'est le saint catholique, Saint Patrick, qui apporta la foi de Jésus en Irlande. C'est le saint catholique, Saint-Boniface, qui apporta l'Evangile en Allemagne. C'est le saint catholique, saint Augustin de Canterbury, qui apporta l'Evangile aux Anglaiss, en Angleterre. C'est le saint catholique, Saint François Xavier, qui apporta l'Evangile dans une une grande partie de l'Asie et de l'Extrême-Orient. Aux 16ème et 17ème siècles, ce sont des saints catholiques et missionnaires, en particulier les jésuites, qui ont définitivement apporté l'Évangile en Amérique du Nord et du Sud. La plupart de ces terres étaient habitées par des peuples barbares et païens. Ceux-ci utilisaient souvent la torture aux étrangers aux ennemis supposés les assassiner. En leur apportant l'Evangile, ces saints ont souvent subi des épreuves époustouflantes et enduré des luttes incroyables. Ils ont méticuleusement appris les langues, les arcanes, les coutumes et cultures dans le but d'enseigner Jésus-Christ à ces gens et les amener à sa foi. Parfois, ils ont été torturés sauvagement. Parfois, ils devaient se déplacer à travers des conditions presque incroyables, des souffrances, à des températures inférieures à zéro sans vêtements ou dormir dans de nombreux pieds de neige ou entourés par le désert.

Jésus a prédit LA TRADITION CONTINUE DES MIRACLES qui a été vue dans la vie des saints catholiques

Cette conversion des peuples païens a également été facilitée par les miracles que Jésus a accordé à Ses saints. Il existe une tradition continue des miracles dans la vie des saints catholiques qui s'étend jusque vers le début de l'Eglise catholique. Cette réalité, qui est fascinante à lire dans les vies des saints, a été prédite par Jésus.

Jean 14, 12 : «En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui croit en moi, les oeuvres que je fais, il en fera aussi, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père."

La communion des saints est biblique. La prière et le culte des saints n'enlève rien à la gloire de Dieu. Au contraire, cela nous pousse à centrer notre vie entière avec plus de zèle sur le Christ et faire Sa volonté, comme ils l'ont fait. Tout au long de son histoire, l'Eglise catholique est restée fidèle à l'enseignement de Jésus et de la Bible sur les anges et les saints. C'est parce que l'Eglise catholique est la seule véritable Eglise de Jésus-Christ.


LA BIBLE ENSEIGNE la régénération baptismale ET que le baptême est nécessaire au salut

La plupart des protestants aujourd'hui ne croient pas que le baptême les régénère. Cela comprend les baptistes, les presbytériens, les pentecôtistes, la plupart des évangéliques, et bien d'autres. Ils ne croient pas que le baptême enlève le péché de l'âme et place l'homme dans un état de justification. Leur position est que le baptême d'eau doit être effectué, mais que c'est juste un signe de l'initiation, un signe d'une conversion ou d'une renaissance spirituelle qui a déjà eu lieu.

La position catholique est que le baptême est nécessaire au salut. L'Eglise catholique enseigne que le baptême est nécessaire pour chaque homme, car le baptême est la cause de la renaissance spirituelle. Le baptême régénère.

Alors qu'est-ce que la Bible enseigne à ce sujet ?

La Bible enseigne que le baptême est nécessaire pour la rémission des péchés

Actes 2, 38 : "Mais Pierre leur dit : Faites pénitence, et soyez baptisés chacun de vous au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. "

C'est tout à fait clair. La Bible dit que le baptême est pour la rémission des péchés. Il enlève les péchés.

La Bible enseigne que le BAPTÊME enlève les PÉCHÉS

Actes 22, 12, 16 : "Et Ananie... vint à moi et, se tenant près de moi, me dit : " Saul, mon frère, recouvre la vue. " Et au même instant je le regardai ... Lève-toi, fais-toi baptiser et purifie-toi de tes péchés en invoquant son nom».

Cela indique clairement que les péchés de Saint-Paul soient enlevés par le baptême.

Jésus enseigne que tous les hommes doivent être baptisés pour avoir la foi et être sauvés

Matthieu 28, 18-20 : "Et Jésus vint et leur parla, disant : Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, et enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit : enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit ... "

Dans la dernière instruction que JÉSUS CHRIST DONNE aux apôtres avant de quitter ce monde - Il donne à ses apôtres deux commandements : enseigner toutes les nations et baptiser. Cela devrait dire quelque chose à tout le monde sur l'importance et la nécessité du baptême. Le baptême est lié, par Jésus Lui-même, avec le commandement d'enseigner toutes les nations de la foi chrétienne. C'est parce que nul ne peut être sauvé sans elle, comme nous le voyons dans l'Evangile de saint Marc.

Marc 16, 15-16 : "Et il (Jésus) leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez l'Evangile à toute créature. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. "

Jésus dit que ceux qui croient et sont baptisés seront sauvés, ce qui indique que le non-baptisé ne pas être sauvé. Mais certains se demandent : pourquoi Jésus n'a pas dit : « celui qui ne croira pas et ne sera pas baptisé sera condamné », après avoir dit celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé ? La réponse est que ceux qui ne croient pas ne vont pas se faire baptiser, il n'est donc pas nécessaire de mentionner à nouveau le baptême.

ROMAINS ET EPHESIENS enseignent que l'on revient du péché par le baptême

Dans Romains 5 et 6, Saint Paul explique que le Christ réconcilie certains hommes à Dieu, leur enlève le péché originel, et les rend membres de l'Église de Dieu. Il explique ce qui se passe par le baptême.

Romains 6, 3-4 : "Ne savez-vous pas, que beaucoup d'entre nous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, avons été baptisés dans sa mort ? Nous sommes donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort ... "

La référence d'être "enseveli dans la mort" par le baptême fait référence à la renaissance spirituelle que donne le baptême. Il met à mort le vieil homme qui vivait dans le péché originel, et donne naissance à une vie nouvelle dans le Christ.

Dans le livre des Ephésiens, la Bible enseigne que les âmes de l'Église sont purifiées par le baptême d'eau.

Ephésiens 5, 25-26 : «Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré pour elle ; Afin de la sanctifier, Il l'a purifié par la cuve d'eau dans la parole de vie. "

L'Église est sanctifiée et purifiée par la cuve (ou lavage) de l'eau dans la parole de vie. Est-ce le baptême d'eau? Cela fait évidemment référence au baptême d'eau. La "parole de vie" se réfère aux paroles qui ont été donnés par Jésus pour la forme du baptême (Matthieu 28, 19). Même Jean Calvin, le célèbre protestant qui a nié la régénération baptismale, a admis que ce passage (Ephésiens 5, 26) se réfère au baptême d'eau. (Calvin, instituts, «du baptême», Livre, 4.15.1)

1 Corinthiens 12 nous enseigne que le BAPTÊME FAIT MEMBRE DU CORPS DU CHRIST

1 Corinthiens 12, 13 : "Car c'est par un seul Esprit que nous avons tous été baptisés en un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves ou libres ... "

La Bible dit que l'on entre dans le Corps du Christ et reçoit le Saint-Esprit par le baptême.

La Bible enseigne que tous les croyants vrais ONT REÇU l'unique baptême

Ephésiens 4, 3-6 : "... vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix. Il n'y a qu'un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés par votre vocation à une même espérance. Il n'y a qu'un Seigneur, une foi, un baptême, un Dieu, Père de tous,... "

Dans Ephésiens 4, Saint Paul décrit l'unité dans l'Église de Jésus-Christ. ExamineZ la liste qu'il donne : Un seul Seigneur, une seule foi, un seul Dieu, un Père. Le baptême est placé bien en vue avec «Seigneur» et «foi» et «Dieu» et «Père». C'est parce que c'est par ce baptême que l'homme devient uni à Dieu et incorporé dans l'unité de l'Eglise. A croire que les gens dans l'Eglise qui n'ont pas ce seul baptême est équivalent à croire qu'ils n'ont pas l'unique Seigneur et la foi unique. C'est ainsi que le baptême est nécessaire.

La Bible enseigne que la foi est reçue à travers le BAPTÊME

Dans Galates 3, nous voyons le lien entre la réception de la foi et reception du baptême. Nous voyons que l'on reçoit d'abord la foi par le baptême.

Dans Galates 3, 23, saint Paul dit : «Mais avant que la foi soit venue ... "

Au verset 24, il dit : «afin que nous soyons justifiés par la foi ... "

Au verset 25, il dit : «Mais après que la foi soit venue ... "

Au verset 26, il dit : «Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ. "

Saint Paul explique exactement ce qu'il entend par «la foi en Jésus-Christ» dans le verset suivant (verset 27).

Galates 3, 27 : " Car, comme beaucoup d'entre vous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec : il n'y a plus ni esclave ni libre : il n'y a ni homme ni femme. Car tous vous êtes un en Jésus-Christ ".

Ce chapitre très intéressant de l'Écriture doit donner un message à tout le monde. Il est enseigné clairement depuis 2000 ans que l'Eglise catholique a eu lieu : que c'est par l'intermédiaire du sacrement du baptême que l'on reçoit la foi. C'est pourquoi le baptême a été appelé, depuis les temps apostoliques, «le sacrement de la foi». Sans le baptême, on n'a pas la foi et on ne peut être sauvé.

La Bible enseigne que le BAPTÊME D'EAU SAUVE

Tite 3, 5 : "Ce n'est pas par les œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, qu'il nous a sauvés, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. "

La Bible dit que les hommes sont sauvés par le "baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit." Il s'agit de la régénération spirituelle donnée dans les eaux baptismales. Le versant extérieur de l'effet de l'eau pour le nettoyage intérieur et le renouvellement du Saint-Esprit. Cette action sacramentelle justifie l'âme, et applique le mérite du sang de Jésus-Christ tandis que le baptême est en cours.

Les protestants ont tenté d'expliquer ce passage là. Ils font valoir que le "lavage" ne se réfère pas à l'eau du baptême, mais à la purification de l'esprit sans le baptême. Cela est réfuté en comparant ce passage à 1 Pierre 3, 20-21. Tous deux enseignent que le baptême "sauve". 1 Pierre 3, 20-21 fait clairement allusion au baptême d'eau, et pas seulement à un lavage spirituel. Cela démontre que Tite 3, 5 fait également allusion à la régénération par l'eau du baptême.

1 Pierre 3, 20-21 : "... quand ils attendaient la patience de Dieu dans les jours de Noé, lorsque l'arche était un bâtiment dans laquelle quelques-uns, c'est-à-dire huit, furent sauvées par l'eau. A quoi le baptême était de la même forme, maintenant vous sauve aussi ... "

1 Pierre 3, 20-21 est l'un des passages les plus forts de la Bible sur la nécessité du baptême. Remarquez la force de l'affirmation de saint Pierre ici. Le baptême vous sauve maintenant. Il parle du baptême d'eau (le sacrement), bien sûr, parce qu'il établit une analogie entre les eaux baptismales et les eaux de crue. Pierre compare la réception du sacrement de (Eau) Baptême à être sur l'arche de Noé. Tout comme personne n'a échappé à la mort physique en dehors de l'arche de Noé pendant le temps du déluge (seulement huit âmes ont survécu à l'inondation en étant fermement plantées sur l'arche), de même nul n'échappe à la mort spirituelle ou n'est sauvé du péché originel sans baptême ! Le baptême vous sauve. Comment cela doit-il être clair que la Bible enseigne que le baptême d'eau est nécessaire au salut ?

LA TRAVERSÉE DE LA MER ROUGE était un type du baptême d'eau

Cela amène à un autre point. C'est la typologie. Tel que cela est mentionné plus haut dans le chapitre sur la Vierge Marie, un type biblique est un véritable événement ou une personne réelle ou quelque chose de réel dans l'Ancien Testament qui préfigure et anticipe quelque chose dans le Nouveau Testament. Il existe plusieurs types de baptême d'eau. Un type de baptême d'eau et sa nécessité se trouve dans la traversée de la Mer Rouge par Moïse et les Israélites.

Tout comme personne n'a échappé à la mort physique aux mains des Egyptiens sans traverser les eaux de la mer Rouge, personne n'échappe à la mort éternelle sans avoir reçu les eaux du baptême. Saint Paul fait le lien dans 1 Corinthiens 10, 1-2 :

1 Corinthiens 10, 1-2 : "En outre, mes frères, je ne veux pas que vous ignoriez, comment nos pères ont été sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer, et ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer ... "

AUTRES TYPES du baptême d'eau DE L'ANCIEN TESTAMENT

Au tout début, Dieu créa le ciel et la terre, et la première chose qui est mentionnée dans la Bible est l'eau. Regardez les deux premiers versets dans le premier livre de la Bible.

Genèse 1, 1-2 : "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Et la terre était sans forme et vide, les ténèbres étaient sur la face de l'abîme. Et l'Esprit de Dieu planait sur la face des eaux ».

Cela nous indique que l'eau a été d'une grande - et même unique - importance de la création de Dieu dès le début. Elle a fait partie intégrante de son plan. Il l'a utilisé pour nettoyer, pour générer une nouvelle vie. Il est parfaitement logique, donc, que l'élément qu'Il choisirait, pour apporter la vie nouvelle de Jésus-Christ pour les âmes en distribuant le mérite de sa passion et la purification de l'Esprit Saint, est l'élément primordial sur lequel son Esprit planait au début de la création.

Un autre type clair, ou de référence, des effets sanctifiants du baptême d'eau se trouve dans Ezéchiel 36.

Ezechiel 36, 24-26 : "Car je vous retirerai d'entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. Je répandrai de l'eau pure sur vous, et vous serez purs : de toutes vos souillures et de toutes vos idoles, je vous purifierai, je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau. "

Cela fait clairement référence à la puissance de purification du baptême d'eau, qui va transmettre la vie nouvelle de Jésus-Christ, et sera distribué au peuple de Dieu réuni de tous les coins de la Terre. La référence à «l'eau pure» dans Ezechiel 36 prouve qu'il fait référence à la justification dans le Nouveau Testament, car la même language se trouve dans Hébreux 10, 22 pour décrire le changement intérieur effectué par une justification dans le Christ. Dans Hébreux 10, 22, ce changement est décrit comme un cœur purifié d'une mauvaise conscience. Ezechiel 36 indique expressément que cette pureté de cœur est effectuée par l'aspersion avec de l'eau pure (par le baptême).

Certaines personnes s'opposent à ce point. Elles donent comme exemple le bon larron sur la croix contre la nécessité du baptême. Mais cet exemple échoue. Premièrement, la loi du baptême, que Jésus a rendu obligatoire pour chaque homme, est devenue une obligation après la résurrection de Jésus, Jésus donna l'ordre de prêcher l'Evangile et de baptiser toutes les nations dans Matthieu 28, 19. Le bon larron est mort sous l'ancienne loi, avant la loi du Baptême devenue obligatoire pour tout le monde. Deuxièmement, le bon larron n'est pas allé au ciel le jour où Jésus a été crucifié. Nous le savons parce que personne n'est allé au ciel qu'après que Jésus y soit monté. Jésus avait la primauté sur toutes choses, comme le dit saint Paul dans Colossiens 1, 18.

Jésus n'est monté au ciel qu'après sa résurrection, comme Jean 20, 17 le prouve.Donc, le bon larron n'est pas un exemple contre la nécessité du baptême pour le salut. C'est pourquoi le Credo des Apôtres, que les catholiques récitent, affirme à juste titre que Jésus a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité d'entre les morts et est monté au ciel. Il n'est monté au ciel qu'après sa résurrection, et il est descendu en enfer le jour de sa mort. Quel était cet enfer ? C'était le sein d'Abraham, le lieu d'attente des justes de l'Ancien Testament. C'est là que le bon larron entra avec Jésus le jour de sa crucifixion, Jésus l'a appelé paradis parce qu'il serait là.

Jésus s'est soumis au baptême pour montrer à tous les hommes qu'il est nécessaire d'être baptisé

Le baptême est donc nécessaire comme même Jésus lui-même s'y est soumis. Il a été baptisé par saint Jean-Baptiste pour montrer que chaque homme - et Jésus était à la fois vrai Dieu et vrai homme - doit être baptisé pour le salut. Il convient de souligner que dans la théologie catholique, le baptême donné par Jean-Baptiste n'était pas le même que le baptême que Jésus a institué : le vrai sacrement du baptême. Il n'a pas eu la même force ou puissance.

Le baptême institué par Jésus enlève le péché originel et les péchés réels, ainsi que tout châtiment dû au péché, le baptême de Jean était un baptême qui agitait les gens à la repentance et a été la préfiguration du baptême que Jésus a institué. C'est pourquoi ceux qui avaient seulement reçu le baptême de Jean ont été baptisés à nouveau (Actes 19, 4-5). Mais la réception du baptême de Jésus-Christ des mains de Jean est considéré comme la transition entre le baptême de Jean, préfiguration, et le vrai baptême du Christ. Le baptême de Jésus a sanctifié les eaux afin qu'elles puissent être efficaces pour enlever le péché, même si le baptême que Jésus allait instituer ne serait obligatoire pour tous qu'àprès la Résurrection.

Luc 3, 21-22 : "... il arriva que Jésus fut aussi baptisé et priant, le ciel s'ouvrit, et le Saint-Esprit descendit sous une forme corporelle, comme une colombe sur lui, et une voix vint du ciel, qui dit : Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai trouvé mon plaisir ".

La descente du Saint-Esprit signifie les pouvoirs de régénération du baptême. L'ouverture du ciel signifie que le ciel est ouvert à un homme une fois qu'il a bien reçu le baptême. Elle fait de lui un fils adoptif de Dieu, au lieu d'un fils d'Adam exclu.

Le SANG ET l'eau provenait «du côté de Jésus» PARCE son sang est répandu dans l'eau du baptême

La Bible établit un lien clair entre le Sang de Jésus et l'eau du baptême. Dans Jean 19, nous voyons que le sang et l'eau sont sortis du côté de Jésus après sa mort sur la Croix. Ce véritable événement avait aussi une signification symbolique.

Jean 19, 34 : "Mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté et aussitôt il sortit du sang et de l'eau."

Cela signifiait que son sang (et le mérite de sa passion) serait versé à l'eau du baptême. C'est pourquoi nous lisons également dans 1 Jean 5 qu'il y a une connexion entre l'esprit, l'eau et le sang.

La Bible enseigne que le sang de Jésus, l'Esprit et l'eau du baptême justifient

1 Jean 5, 8 : "Et il y en a trois qui donnent témoignage sur la terre: l'esprit, l'eau et le sang, et ces trois sont un."

Il s'agit des trois témoins dans la justification : la nouvelle vie ou l'esprit apporté par la justification, l'eau du baptême et le sang de Jésus. Ces trois éléments doivent être présents pour qu'une personne puisse être justifiée. Le premier et le troisième se réunissent - sont répandus - dans l'eau du baptême. C'est pourquoi Jésus parle de la nouvelle naissance de l'eau et de l'Esprit (Jean 3, 5). Il aurait pu aussi parler vraiment de la nouvelle naissance de l'eau, du sang et de l'esprit.

Jésus dit que nul ne pénètre au ciel sans la RENAISSANCE DE L'EAU ET DE L'ESPRIT

Jean 3, 3-5 : "Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère et naître ? Jésus lui répondit : En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu ".

Considérez profondément que lorsque Jésus enseigne cette vérité profonde, il préface sa déclaration en disant : «En vérité, en vérité» ou «vraiment vraiment» ou «Amen, amen» selon la traduction que vous lisez.

Cette double affirmation est un acte de prestation de serment. Dans un tribunal de la loi juive, nul ne pouvait être mis à mort sans le témoignage de deux témoins (Deutéronome 19, 15). Deux d'entre eux devaient lever la main droite et dire : Amen. (Voir Néhémie 8, 6 ou 2 Esdras 8, 6 comme un exemple de la solennité de cette formule). Par conséquent, ce langage solennel indique que ce que Jésus a à dire ici est extrêmement grave. Jésus affirme dans un serment solennel que personne ne pénètre dans le ciel sans être né de nouveau d'eau et de l'Esprit Saint.

Jésus dit à Nicodème que si un homme ne naît de nouveau, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Puis Nicodème lui demande précisément comment cela se passe, comment peut-on naître de nouveau ? Jésus répond, dans Jean 3, 5, en déclarant que si un homme ne naît d'eau et d'ESPRIT IL NE PEUT ENTRER DANS LE ROYAUME DE DIEU. Donc, être né de nouveau signifie être né d'eau et du Saint-Esprit. Il s'agit clairement de baptême d'eau.

Il est vrai que les non-catholiques ont essayé d'expliquer le sens clair de ces mots, mais en vain. Beaucoup d'entre eux disent que l'eau se réfère à la naissance naturelle, et l'Esprit se réfère au processus de nouvelle naissance en acceptant la foi. C'est impossible parce que le passage est la renaissance. Jésus dit que la renaissance est de l'eau et de l'Esprit. Par ailleurs, l'expression «de l'eau et de l'Esprit» (en grec ek hudatos kai pneumatos) est une unité linguistique unique, comme les savants grecs le soulignent. Elle décrit être «né de l'eau et de l'Esprit», pas «né de l'eau» d'une part, et «né de l'Esprit» de l'autre.

En outre, le contexte élargi du passage confirme qu'il fait référence au baptême d'eau. Dans le chapitre suivant, nous lisons que les apôtres de Jésus sont sortis, et ont baptisé. Regardez Jean 4, 1. Ainsi, après la Bible présente l'absolue nécessité du baptême d'eau, et mentionne que les apôtres pratiquaient ce que Jésus a prêché.

Il est crucial que les gens comprennent que Jean 3, 5 se réfère au baptême d'eau ; pour des millions tenant le concept faux et non biblique de ce que signifie être né de nouveau. Ils pensent que cela signifie en venir au véritable engagement que Jésus est le Sauveur. C'est faux, et on ne croit pas dans l'ancienne église. Il est certainement nécessaire pour une personne au-dessus de l'âge de raison d'accepter Jésus-Christ, de croire en la Trinité et l'Incarnation, et d'accepter tous ses enseignements. Mais la Bible enseigne clairement que la nouvelle naissance se réfère à la régénération spirituelle que donne le baptême d'eau. La preuve écrasante que nous avons envisagé dans d'autres passages du Nouveau Testament le prouve également.

Le sacrement du Baptême supprime tous les péchés originels et réels pour ceux qui le reçoivent correctement. Il convient de noter, toutefois, que la réception sacramentelle n'est pas une garantie de salut. On peut perdre la grâce du baptême à travers les péchés mortels et en niant la vraie foi en Jésus-Christ.

LES Pères de l'Église ont tous enseigné la régénération baptismale ET que le baptême est nécessaire au salut

Dès le début de l'Église chrétienne, les Pères de l'Église croyaient à l'unanimité à la nécessité du baptême d'eau et la régénération baptismale. Ils fondent cette croyance sur l'enseignement du Nouveau Testament, Jean 3, 5 et la Tradition apostolique. Voici juste quatre passages. On pourrait en citer des dizaines d'autres.

Dans la Lettre de Barnabé, datée dès l'an 70, nous lisons :

"... nous descendons dans l'eau pleins de péchés et de laideur, et nous arrivons à porter ses fruits dans notre cœur ... »(Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 01:34.)

Dans le Pasteur d'Hermas, daté de 140 après JC, Hermas cite Jésus dans Jean 3, 5 et écrit :

«Ils avaient besoin de venir à travers l'eau, de sorte qu'ils puissent être rendus à la vie ; car ils ne pouvaient pas entrer autrement dans le royaume de Dieu. "(Jurgens, La Foi des Pères, Vol 1:92.).

En 155 après JC, dans Première Apologie, 61, Saint-Justin Martyr écrit :

"... Ils sont dirigés par nous à un endroit où il y a de l'eau, et là ils renaissent dans le même genre de renaissance dans laquelle nous, nous étions renés ... au nom de Dieu ... ils reçoivent le baptême d'eau. Car le Christ a dit : «Si vous ne renaîssez, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux». La raison pour cela nous l'avons appris des apôtres. "(Jurgens, La Foi des Pères , Vol. 1:126. )

Saint Aphraate, le plus ancien des pères syriens, écrit dans ses Traités, 336 ap. J-C :

"Car c'est du baptême, que nous recevons l'Esprit du Christ ... Car l'Esprit est absent de tous ceux qui sont nés de la chair, jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'eau de re-naissance ». (Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 1, 681.)


LA PREUVE DU baptême des enfants

Beaucoup de protestants ne croient pas que les enfants doivent être baptisés. Ils pensent que le baptême ne doit être accordé qu'à ceux qui ont atteint l'âge de raison et ont choisi de le recevoir. Ils considèrent que les baptêmes d'enfants sont invalides et non bibliques. Cette position est fausse pour plusieurs raisons.

Il convient de souligner, tout d'abord, que la plupart des protestants sont d'accord avec les catholiques sur ce point. La plupart d'entre eux pratiquent le baptême des enfants. Les luthériens, anglicans, méthodistes, congrégationalistes, presbytériens et d'autres pratiquent le baptême des enfants. Cela ne veut évidemment pas dire que le baptême des enfants soit prouvé vrai par le fait que ces groupes le pratiquent, mais simplement pour noter que les protestants qui refusent le baptême des enfants sont en minorité, même parmi les protestants.

Deuxièmement, la Bible enseigne que des familles entières ont été baptisées :

1 Cor. 1, 16 : "Et j'ai [Paul] encore baptisé la famille de Stéphanas ..."

Actes 16, 15 : "Et quand elle [Lydia] a été baptisée ainsi que sa maison ..."

Actes 16, 33 : "Et il leur a fallu cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies ... Et fut baptisé, lui et tous les siens."

Des familles entières ont été baptisées. Pensez à ces versets. La Bible se réfère à une femme et "son foyer." Elle fait référence à un homme et son «ménage». Pourquoi ne pas voir que les passages qui suivent incluent généralement les enfants. L'Écriture relie les deux :

Genèse 18, 19 : «... il commandera à ses fils et à sa maison après lui ... "

Genèse 36, 6 : «Et Ésaü prit ses femmes et ses fils et ses filles, et toutes les personnes de sa maison. "

Comme les ménages comprennent généralement les enfants - et la Bible mentionne à plusieurs reprises que des familles entières ont été baptisées - ces passages par eux-mêmes rendent l'affaire contre le baptême des enfants extrêmement improbable. En fait, si un protestant qui refuse le baptême des enfants croit en l'Écriture seule, il faudrait trouver un enseignement explicite dans la Bible selon lequel les enfants ne doivent pas être baptisés. Mais il n'y a rien comme ça.

Troisièmement, Jésus a clairement enseigné que tout homme doit être baptisé pour être sauvé. Nous l'avons vu dans Jean 3, 5. Il ne fait pas de distinction ni d'exception. Ceci est très important parce que, dans Jean 6, 53 - un passage sur la nécessité de manger la chair de Jésus, qui utilise un langage qui ressemble à Jean 3, 5 - nous voyons une distinction. Dans Jean 6, 53, Jésus dit :

«En vérité, en vérité je vous le dis, sauf si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous».

Mais dans Jean 3, 5, il dit :

«En vérité, en vérité, je te le dis, sauf si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu».

Dans Jean 6, 53 (Jean 6, 54 dans les versions catholiques), Jésus dit : si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme. Mais dans Jean 3, 5, la déclaration est universellement applicable : si un homme ne naît de nouveau de l'eau et de l'Esprit.

La formulation est légèrement différente car recevoir l'Eucharistie est nécessaire pour tous ceux qui écoutent le commandement et peuvent répondre à cela, tels que ceux au-dessus de l'âge de raison. Jésus a dit à moins que vous, à ceux à qui il parlait et à d'autres qui écoutent le commandement. Mais la nécessité de recevoir le baptême d'eau est universelle. Par conséquent, Jésus dit : si un homme ne naît de nouveau d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Chaque homme, cela comprend nécessairement les nourrissons. Il découle logiquement de l'enseignement de Jésus dans Jean 3, 5 que les enfants doivent être baptisés.

La Bible enseigne que le baptême est LA NOUVELLE CIRCONCISION -

Les enfants ont été circoncis dans L'ANCIEN TESTAMENT

En se déplacant vers le point suivant, qui est extrêmement important, nous devons considérer la circoncision. La circoncision était la contrepartie du baptême dans l'Ancien Testament. La circoncision était la façon dont les hommes de l'Ancien Testament sont entrés dans une relation d'alliance avec Dieu. Si vous n'étiez pas circoncis, vous n'étiez pas dans l'alliance de Dieu. C'était une sorte de baptême.

Comme les autres types, tous les aspects de la circoncision ne correspondait à ce que serait le baptême. Par exemple, seuls les hommes pouvaient être circoncis dans l'Ancien Testament, mais les mâles et les femelles sont baptisés dans le Nouveau. Mais il ne fait aucun doute que la circoncision était la contrepartie au baptême de l'Ancien Testament. Colossiens 2 enseigne que le baptême est la circoncision du Nouveau Testament.

Colossiens 2, 11-12 : " En [Jésus] aussi vous avez été circoncis d'une circoncision faite sans main, dans le dépouillement du corps des péchés de la chair par la circoncision du Christ : ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités avec lui, par la foi ... "

Ce passage indique le baptême comme la nouvelle et plus grande circoncision. Il dit aussi que l'on s'élève à une nouvelle vie surnaturelle dans le Christ par le baptême. Les enfants ont été circoncis dans l'Ancien Testament. Si le baptême est nouvelle et plus grande circoncision, il s'ensuit que les enfants doivent être baptisés dans le Nouveau. Si non, alors Dieu aurait été plus généreux, plus universel, plus inclusif dans l'Ancienne Alliance inférieure que dans la Nouvelle. Mais ce n'est pas le cas.

Le salut qui est disponible en Jésus est ouvert à tous les peuples : les Juifs et les Gentils. Il est impensable que Jésus n'établirait pas un moyen d'intégrer les enfants dans son royaume spirituel et leur donnerait sa bénédiction et le salut.

En fait, notez ce que dit Pierre dans son fameux sermon à la Pentecôte dans Actes 2 :

Actes 2, 38-39 : "Alors Pierre leur dit : Repentez-vous, et soyez baptisés chacun de vous au nom de Jésus Christ pour la rémission des péchés. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants ... "

Ce passage parle du baptême, des bénédictions et du pardon donné par lui. Il dit que la promesse est aussi pour les enfants. Ils reçoivent le pardon par le baptême d'eau.

Matthieu 19, 13-15 : "Alors on lui amena des petits enfants, sur qui il imposât les mains et pria, et les disciples les reprirent. Mais Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car à de tels est le royaume des cieux. Et il posa ses mains sur eux, et partit de là. "

LES Pères de l'Église croyaient au baptême des enfants

Les Pères de l'Église chrétienne aussi croyaient au baptême des enfants, après avoir reçu cette tradition de Jésus et des apôtres. Voici seulement trois passages, d'autres pourraient être cités.

Origène, Homélie sur le Lévitique 8, 3, (244-248) : "Dans l'Eglise, le baptême est donné pour la rémission des péchés, et, selon l'usage de l'Église, le baptême est donné même aux nourrissons. S'il n'y a rien chez les nourrissons qui ait nécessité la rémission des péchés et rien en eux de pertinent pour le pardon, la grâce du baptême semble superflue. "

Le pape saint Innocent, (414) : "Mais ce que votre Fraternité des Pelagiens prêche et affirme, que même sans la grâce du baptême les nourrissons sont en mesure d'être dotés de la récompense de la vie éternelle, est tout à fait idiot. "(Jurgens, La Foi des premiers Pères, Vol. 3, 2016)

Saint-Augustin, Lettre à Jérôme, (415) : " Toute personne qui dirait que même les enfants qui passent de cette vie sans participation dans le sacrement du baptême [...] seront vraiment rendus vivants en Christ va à l'encontre de la prédication de l'Apôtre et condamne l' Église tout entière, où il y a un grand empressement à baptiser les nouveau-nés, car on croit sans doute qu'il n'y a pas d'autre moyen du tout dans lequel ils peuvent être rendus à la vie dans le Christ ». (Jurgens, la foi des premiers Pères, Vol 3, 1439)


Le baptême ne doit pas être par immersion

Certains non-catholiques croient que le baptême doit être reçu par immersion. Ce n'est pas enseigné dans la Bible. Considérez le fait qu'à la Pentecôte dans Actes chapitre 2, alors que des milliers ont été baptisés, il n'y avait pas un approvisionnement en eau suffisant pour les baptiser tous par immersion. Le baptême par effusion (coulée) ou aspersion doit avoir été utilisé.

En outre, le baptême par immersion serait très difficile, voire impossible dans des environnements extrêmement froids comme l'Arctique, et dans des environnements extrêmement chauds, tels que les déserts. Dans d'autres situations - comme un apostolat de prisonniers (par exemple, Actes 16) - où la liberté de mouvement est limitée, baptiser par immersion ne serait pas possible. Jésus n'aurait jamais rendu si difficile, voire impossible d'administrer le baptême dans ces situations pour lesquelles Il est celui qui a déclaré que tout homme doive le recevoir.

Certaines personnes disent aussi que le mot baptême en grec signifie exclusivement immersion. Ce n'est pas vrai. Le mot est utilisé pour signifier l'immersion, mais il est aussi utilisé pour signifier les lavages qui ne sont pas des immersions. Par exemple, les cas où le Baptême signifie laver, mais pas l'immersion, se trouvent dans Luc 11, 38 et Hébreux 9, 10. Le baptême est valide s'il est effectué soit par immersion, soit par un épanchement (c.-à-d. versant) ou par arrosage (aspersion), mais l'eau doit être en mouvement car elle doit frapper la peau et les bons mots («Je te baptise au nom du Père et du Fils et de l'Esprit Saint » ou leur équivalent) doivent être dits.

Un autre point est que dans le baptême, l'Esprit Saint se répand. Cela signifie que même si le baptême par immersion est certainement validee s'il est fait correctement, on pourrait dire que le baptême par effusion (c.-à-d. versant) signifie plus précisément l'action du Saint-Esprit dans le baptême. Il y a aussi le fait que les peintures des catacombes, qui ont été faites par les premiers chrétiens, représentent des baptêmes par effusion - en versant. Cela montre que ces baptêmes en versant ont été jugés acceptables dès le début.

La Didachè a été écrite vers l'an 70. C'est un fameux document de l'Église primitive. C'est un témoignage fort sur les croyances et les pratiques des anciens chrétiens. Dans le chapitre 7, La Didachè approuve le baptême par immersion dans une rivière, mais aussi le baptême par effusion ou coulée.

La Didachè, (70) : "Et en ce qui concerne le baptême, baptisez ainsi : Après avoir dit toutes ces choses, baptisez dans le nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, dans l'eau vive. Mais si vous n'avez pas d''eau vive, baptisez dans une autre eau, et si vous ne pouvez pas dans le froid, dans un endroit chaud. Mais si vous n'en avez pas non plus, versez l'eau trois fois sur la tête dans le nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "

Ceci a été écrit alors que certains des apôtres auraient pu être vivants ou dans la première génération après eux. Tout cela montre que l'enseignement de l'Église catholique sur le baptême est le véritable enseignement de la Bible. C'est parce que l'Eglise catholique est la seule véritable Eglise.


LA BIBLE ENSEIGNE LE PURGATOIRE

La preuve du purgatoire est dans la Bible. On le trouve dans 1 Corinthiens chapitre 3, verset 15. Examinons cette preuve biblique pour le purgatoire. Je vais utiliser la Version de la Bible King James de 1611, une célèbre traduction protestante.

1 Corinthiens 3, 15 est la preuve irréfutable du PURGATOIRE

1 Corinthiens 3, 11-15 : "Car un autre fondement ne peut se poser que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement de l'or, argent, pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera rendu manifeste, car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera tous. Le travail de l'homme est de ce genre. Si l'oeuvre de quelqu'un qu'il aura édifié dessus demeure, il recevra une récompense. Si l'oeuvre de quelqu'un est consumée, il la perdra : mais lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu ».

Maintenant, nous allons regarder la dernière partie de ce passage à nouveau. Dans 1 Corinthiens 3, 15, nous voyons : " Si l'oeuvre de quelqu'un est consumée, il la perdra, mais lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu ". Donc, nous avons un homme dont les œuvres ont été jugés. Ses œuvres sont, en effet, brûlées, et il subit des pertes, et pourtant il est sauvé, mais par le feu. Il subit une perte, mais est sauvé par le feu.

Que signifie «subir une perte» dans ce passage ?

Le mot grec qui est traduit par «subir une perte» est zemiothesetai. Il vient du mot grec zemioo. Les formes de ce même mot grec, zemioo - qui est traduit par «subit des pertes» dans 1 Cor. 3, 15 - se trouvent dans d'autres passages de la Bible. Ce mot est utilisé pour désigner la punition. Dans Exode 21, 22 ; Proverbes 17, 26 ; Proverbes 19, 19 et ailleurs, ce mot grec zemioo est utilisé pour signifier la peine. Cela signifie que zemiothesetai, le mot traduit par subir une perte en 1 Cor. 3, 15, peut signifier la punition.

Donc, l'homme qui souffre de la perte et est sauvé par le feu peut se traduire par un homme qui est puni et est sauvé par le feu. N'est-ce pas comme le Purgatoire ? Oui, ça sonne exactement comme le purgatoire, parce que c'est ce dont il parle. Mais il y a plus dans le contexte pour démontrer ce point. Qui est cet homme, et pourquoi souffrait-il de perte ou de punition et serait sauvé par le feu ?

LE CONTEXTE DE 1 Cor. 3 concerne les PÉCHÉS des chrétiens et CERTAINS qui travaillent mal

Le contexte de 1 Corinthiens 3 traite des membres de l'Eglise du Christ, il traite des croyants chrétiens de Corinthe. 1 Corinthiens 3, 3 nous dit que certains de ces chrétiens de Corinthe pécheurs tombaient dans des imperfections et délits contre Dieu. Certains de ces mauvaises œuvres ou péchés sont identifiés dans 1 Corinthiens 3, 3 comme les querelles, les divisions et des jalousies.

1 Corinthiens 3, 3 :"... car, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et les querelles et les divisions, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas comme les hommes ?"

Ainsi, le contexte de 1 Corinthiens 3 traite des différents types d'œuvres des croyants; certaines d'entre elles ne sont pas si bonnes. Ces différents types d'œuvres (bonnes et mauvaises) sont décrites dans 1 Corinthiens 3, 12.

1 Corinthiens 3, 12-13 : «Maintenant, si quelqu'un bâtit sur ce fondement de l'or, argent, pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera rendu manifeste, car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera l'œuvre de chaque homme de ce genre ".

Il y a de bonnes œuvres, qui sont appelées : or, argent et pierres précieuses. Celles-ci signifient une meilleure ou plus parfaite adhésion à l'Evangile du Christ. Ensuite, il y a d'autres œuvres, qui ne sont pas si bonnes. Ces mauvaises œuvres ou péchés inclus querelles inutiles, querelles, jalousie et divisions (comme mentionné ci-dessus). Elles sont décrites comme suit : bois, du foin et du chaume. Ce sont les œuvres qui sont brûlées dans 1 Cor. 3, 15, par lesquelles l'homme souffre de perte ou de punition, mais il est sauvé, mais comme au travers du feu.

Ce contexte correspond parfaitement à la doctrine catholique sur le Purgatoire. Le Conseil catholique de Lyon II a défini le Purgatoire de cette façon :

Pape Grégoire X, IIème Concile de Lyon, 1274 : «Parce que s'ils meurent vraiment repentis dans la charité avant d'avoir fait de la satisfaction de dignes fruits de pénitence pour les péchés commis et omis, leurs âmes sont purifiées après la mort des peines du purgatoire ... » ( Denzinger 464)

Le purgatoire n'est pas pour ceux qui sont morts dans l'état de péché grave (c.-à-d. mortel). Toutes ces personnes vont en enfer, comme il est précisé dans Galates 5, 19-21 ; 1 Cor. 6, 9 ; Ephésiens 5, 5-8 ; etc. Le purgatoire est pour ceux appartenant à la vraie foi qui ont été pardonnés de leurs péchés, mais n'ont pas encore pleinement fait satisfaction pour les péchés qu'ils ont commis (voir ci-après).

Par conséquent, dans 1 Corinthiens 3, 12, le bois, le foin et le chaume (qui sont brûlés) signifient les œuvres d'un homme qui est mort dans l'État de justification et a été pardonné de tous les péchés mortels qu'il aurait commis. Il est donc finalement sauvé, mais il n'a pas fait satisfaction pour les péchés commis après le baptême.

LE CAS DE DAVID EST UN EXEMPLE EXCELLENT d'un homme qui a été pardonné de ses péchés, mais n'a pas fait pleinement SATISFACTION POUR EUX

Un bon exemple d'un homme pardonné de son péché grave, mais qui n'en n'a pas fait satisfaction, se trouve dans le cas de David. Dans 2 Samuel 11 (2 Rois 11 dans la Bible catholique Douay-Rheims), nous lisons que le roi David a commis l'adultère avec Bethsabée. David avait également tué son mari. Ce sont des péchés mortels. Si David était mort dans cet état, il serait allé en enfer. 1 Cor. 6, 9 nous montre qu'aucun adultères ou meurtriers n'entreront au Paradis. Mais David s'est repenti de son péché quand il fut condamné par Nathan dans 2 Samuel 12.

2 Samuel 12, 13 : "Et David dit à Nathan : J'ai péché contre l'Éternel. Et Nathan dit à David, l'Éternel a fait passer ton péché, tu ne mourras pas ».

Le Seigneur a enlevé le péché de David, et Nathan a dit qu'il ne mourra pas. Cela signifie qu'il ne mourra pas éternellement. La culpabilité du péché a été pardonnée parce que David s'est sincèrement repenti et se détourna de lui, mais était-ce la fin ? Non, l'entière satisfaction pour ce péché mortel n'avait pas été faite. Nous lisons dans 2 Samuel 12, 14-15 que David eut à souffrir de la perte de son enfant pour faire satisfaction de son péché - un péché qui avait déjà été pardonné.

2 Samuel 12, 14-15 : "... parce que, par cet acte tu as donné occasion aux ennemis de l'Éternel de blasphémer, le fils qui t'est né mourra. Et Nathan partit vers sa maison. Et l'Éternel frappa l'enfant que la femme d'Urie avait enfanté à David, et il était très malade ".

Ceci fournit une preuve indéniable que la culpabilité du péché d'un croyant peut être pardonnée sans que tout châtiment soit enlevé. Le Concile de Trente l'a défini de cette façon :

Pape Jules III, Concile de Trente, sur le sacrement de la Pénitence, Sess. 14, chap. 8, 25 novembre 1551 : "... il est absolument faux et contraire à la parole de Dieu que la culpabilité [du péché] n'est jamais pardonné par le Seigneur sans que tout châtiment soit également remis. On trouve des exemples clairs et illustres dans les Saintes Écritures [cf. Genèse 3, 16 ; Nomb. 12, 14 ; 20, 11 ; II Rois 12, 13 ; etc] » (Denzinger 904).

Dans cette citation du Concile de Trente, nous voyons des références à de nombreux endroits dans les Écritures où le péché est pardonné sans que tout châtiment soit également remis. L'exemple de Nombres 20 doit être indiqué.

Nombres 20, 11-12 : "Et Moïse leva la main et avec sa canne il frappa deux fois le rocher, et l'eau jaillit en abondance, et l'assemblée but, et leurs bêtes aussi. Et l'Éternel parla à Moïse et à Aaron : Parce que vous ne m'avez pas cru, pour me sanctifier aux yeux des enfants d'Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je leur ai donné. "

Quand Moïse, en obéissance au commandement de Dieu, frappa le rocher afin d'apporter miraculeusement le jaillissement de l'eau, il y avait un certain niveau d'hésitation dans la loi ou dans la manière dont lui et Aaron l'avait présenté à la population. Un commentaire Catholique explique : «La faute de Moïse et d'Aaron, à cette occasion, était une certaine méfiance et la faiblesse de la foi ne doutant pas de la puissance ou de la véracité de Dieu, mais d'appréhender l'indignité de ce peuple rebelle et incrédule, et donc de parler avec une certaine ambiguïté » (Commentaire Douay-Reims).

En conséquence, Dieu dit à Moïse et Aaron qu'ils n'amèneront pas les gens dans la terre promise. Ce fut leur punition, même si ils sont restés dans la faveur de Dieu. Cette peine a été remplie. C'était Josué et Caleb qui ont conduit le peuple vers la terre promise.

Rien d'impur ne DOIT ENTRER au CIEL

Ce genre de satisfaction pour la peine restant due pour les péchés pardonnés est souvent faite sur la terre par les bonnes œuvres et les prières, par la souffrance, les épreuves et les tribulations, et par une adhésion plus parfaite à la vraie foi. Si cette satisfaction ne se fait pas sur la Terre, elle est et doit être faite dans le purgatoire - en supposant que la personne décède dans l'état de grâce (justification). La satisfaction doit être faite parce que dans le livre de l'Apocalypse (Révélation) il est clair que rien d'impur ne doit entrer au ciel.

Apocalypse 21, 27 : « Il ne doit pas y entrer quoi que ce soit de souillé, ou qui agit en abomination ou le mensonge, mais ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'Agneau. "

Nous voyons la même chose dans le livre des Hébreux.

Hébreux 12, 14 : "Recherchez la paix avec tous les hommes, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. "

Maintenant, il faut souligner que le purgatoire n'est pas pour ceux qui meurent en péché mortel ou en dehors de la vraie foi. C'est seulement pour ceux qui meurent en état de grâce, également connu comme l'état de la justification. C'est pour ceux qui meurent dans la grâce, mais n'ont pas satisfait à la peine temporelle due pour les péchés pardonnés mortels ou véniels, qui ont été commis après le baptême.

LA BIBLE enseigne qu'il y a des péchés mortels et des péchés MOINDRES (véniels)

Les péchés mortels détruisent l'état de la justification. C'est pourquoi Galates 5, 19-21 ; 1 Cor. 6, 9 ; Ephésiens 5, 5-8 enseignent que les gens qui commettent des péchés mortels perdent "leur héritage" dans le ciel (justification). Des exemples de péchés mortels sont la fornication, l'assassinat, l'ivrognerie, le mensonge, la tricherie, le vol, la fraude, le viol, la masturbation, regarder de la pornographie, donner le plein consentement aux pensées impures, l'homosexualité, l'hérésie, l'idolâtrie, violer les commandements, etc. Si les gens meurent en état de péché mortel, ils seront damnés.1 Jean 5, 16 fait la distinction entre les péchés qui conduisent à la mort et les péchés qui n'y conduisent pas.

1 Jean 5, 16 : «Si quelqu'un voit son frère pécher d'un péché qui ne mène point à la mort, qu'il prie, et il lui donnera la vie pour ceux qui ne pèchent pas pour la mort. Il y a un péché pour la mort : je ne dis pas qu'il priera pour lui. Toute iniquité est un péché, et il y a un péché qui ne mène point à la mort ".

Dans leurs consciences des gens savent qu'il y a une grande différence entre assassiner et quelque chose comme des explosions de colère ou d'injustifiables impatiences. Le premier est clairement un péché mortel, tandis que le second est un péché véniel. (La colère peut aussi être justifiée, par ailleurs.)

Les péchés véniels (ie, les délits contre Dieu) affaiblissent l'âme, et rendent plus vulnérable au péché mortel. Les péchés mortels détruisent l'état de la justification et mettent dans un état de damnation. C'est pourquoi immédiatement après le verset qui prouve le Purgatoire (1 Cor 3, 15.), on peut lire ceci :

1 Corinthiens 3, 17 «Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira, car le temple de Dieu est saint, vous êtes ce temple."

Cela parle de ceux qui meurent en péché mortel : injustifiés. Ils seront perdus. Le péché mortel peut être pardonné par la confession à un prêtre valide, comme le prouve Jean 20, 23. Il peut également être pardonné par la contrition parfaite avec l'intention de se confesser.

1 Corinthiens 3, 17 est tout à fait significatif de cette discussion. Il démontre que le contexte de 1 Corinthiens. 3 traite des péchés. Ceci est important. Si 1 Cor. 3: 15 se réfère en effet à un homme qui souffre de perte (punition) pour ses péchés et d'être sauvé par le feu (comme il l'est), alors il ne fait aucun doute qu'il se réfère au purgatoire.

Dans la tentative d'échapper à cette conclusion, certains non-catholiques qui nient le Purgatoire affirment que le contexte de 1 Corinthiens 3 ne traite pas des péchés, mais de quelques mauvaises œuvres. Ils construisent une (fausse) dichotomie entre les péchés et les mauvaises oeuvres, comme si c'étaient deux catégories distinctes. Ils disent qu'il y a des mauvaises œuvres qui ne sont pas des péchés. Mais cette tentative échoue lamentablement à la lumière de 1 Cor. 3, 17 (ci-dessus). 1 Cor. 3, 17 démontre que le contexte traite des péchés pour lesquels certains d'entre eux sont détruits (maudits). En outre, le Nouveau Testament n'enseigne pas qu'il y a une différence entre les péchés et les mauvaises œuvres.

Tout cela démontre que les péchés plus ou moins satisfaits ou les imperfections qui sont laissées qui sont brûlés pour certains dans 1 Cor. 3, 15 sont en effet des peines pour les péchés du Purgatoire.

D'autres preuves indirectes du PURGATOIRE

MATTHIEU 5, 25 et 12, 32

D'autres preuves indirectes pour le purgatoire se trouvent dans d'autres parties du Nouveau Testament. La parabole suivante de Jésus est un exemple.

Matthieu 5, 25-26 : "Met-toi d'accord avec ton adversaire rapidement, alors que tu es en chemin avec lui, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, et le juge ne te livre à l'officier, et que tu ne sois mis en prison. En vérité, je te le dis, en aucun cas tu ne sortiras de là que tu n'aies payé le dernier quadrant ».

Nous voyons que Jésus raconte la parabole de l'homme qui, par ses défauts, est jeté en prison jusqu'à ce qu'il paie le tout ou ait satisfait de sa dette. C'est exactement comme le purgatoire.

Matthieu 12:32 est également très pertinent pour cette question.

Matthieu 12, 32 : «Et quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce monde ni dans le monde à venir. "

Pourquoi Jésus dit que le péché contre l'Esprit ne sera pas pardonné dans ce monde ni dans le monde à venir ? Un père de l'Eglise, comme le pape saint Grégoire le Grand, a entendu ces paroles de Jésus pour indiquer que certains péchés seront pardonnés ou satisfaits dans l'autre monde : le Purgatoire.

Pape saint Grégoire le Grand, Dialogues (4, 40), 593 : "Tout le monde est présenté dans le jugement comme il est quand il quitte cette vie. Mais néanmoins, il faut croire qu'il y a, dans l'intérêt de certains défauts mineurs, un feu purgatoire avant le jugement, compte tenu du fait que la Vérité [Jésus] dit que si quelqu'un parle ou blasphème contre l'Esprit Saint, il sera pardonné ni dans ce monde ni dans celui à venir [Matthieu 12, 32]. Dans cette déclaration, il nous est donné de comprendre que certaines fautes peuvent être pardonnées dans ce monde et certaines dans le monde à venir. Car si quelque chose est refusé à une personne en particulier, l'intelligence en déduit logiquement que cela est accordé pour d'autres. Mais, comme je l'ai déjà dit, cela doit être considéré comme une disposition possible pour les petits et moindres péchés. "(William Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 3, 2321)

Jean 15, 2 et 1 Pierre 1, 7 :

Dieu utilise LE FEU ET LA DISCIPLINE POUR PUIRIFIER SES ENFANTS - ce qui correspond au purgatoire

La Bible enseigne que Dieu utilise le feu et la discipline pour réformer et purger ses enfants.

Jean 15, 2 : "Tout sarment en moi qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il le purge, qu'il puisse apporter encore plus de fruit. "

1 Pierre 1, 6-7 : "dans laquelle vous vous réjouissez, quoique maintenant pour une saison, le cas échéant, vous soyez attristés par diverses épreuves : l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable, si elle est éprouvée par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, dans la révélation de Jésus-Christ ".

Jésus discipline ses enfants, afin de les rendre plus parfaits et pour porter plus de fruits. Si cela n'est pas fait jusqu'à la satisfaction sur la Terre, cela doit être fait dans le purgatoire.

Mais les souffrances de Jésus sur la croix ne remplissent pas TOUT ?

Certains non-catholiques aiment à penser que la passion et la mort de Jésus-Christ sont constituées pour tout, y compris la peine à cause de tous les péchés futurs. Il n'y a pas de soucis au sujet de quelque chose comme le Purgatoire, disent-ils, parce que Jésus-Christ a payé le prix pour tout cela. Cet argument est faux pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, il est prouvé faux par Colossiens 1, 24.

Colossiens 1, 24 : "[Je] me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous, et remplir ces choses qui manquent aux souffrances du Christ en ma chair, pour son corps qui est l'Église ».

Ce verset peut être un choc pour certains qui ne sont pas familiers avec lui. Paul dit qu'il remplit, pour l'Eglise, ces choses qui manquent aux souffrances du Christ. La souffrance du Christ était parfaite et d'une valeur infinie, donc qu'est-ce que cela signifie ?

Ce que saint Paul veut dire, c'est que beaucoup de souffrances manquent encore et sont nécessaires pour les membres de l'Église pour travailler à leur salut, qui a été rendu possible par le sacrifice du Christ. Ce verset prouve que le sacrifice du Christ n'abolit pas toutes les inquiétudes quant à la possibilité d'une punition à l'avenir en raison de ses péchés. Si c'était le cas, alors Paul n'aurait jamais dit que ses souffrances sont remplies pour les membres de l'Eglise et ce qui manque dans le sacrifice de Christ, ni Jésus ne parlerait des peines pour les péchés, ce qu'il fait à plusieurs reprises. Ce verset, de Colossiens 1, 24 prouve également la doctrine catholique de la communion des saints, et l'effet de la prière d'intercession et de sacrifice.

Deuxièmement, l'argument protestant précité est réfuté par le texte suivant : Si c'était vrai que le sacrifice de Jésus a été fait pour tout, y compris les futurs peines dues aux péchés de tous les hommes, alors personne ne devrait croire ou faire quoi que ce soit pour être sauvé. Le sacrifice de Jésus aurait payé le prix de tout cela. Mais même les non-catholiques qui affirment que Jésus l'a fait pour tout admettent que tous les hommes sont sauvés. Ils admettent que les gens doivent faire quelque chose pour être sauvé. Avec un tel aveu, ils se contredisent et réfutent l'argument selon lequel les souffrances du Christ ont pris soin de tout.

Troisièmement, cet argument repose sur une grave incompréhension de la Rédemption du Christ. Quel est le sens de la passion et la mort de Jésus-Christ ? Jésus-Christ a racheté le monde et détruit les péchés des hommes, comme le Concile catholique de Florence le défini.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex-cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et enseigne que nul conçu de l'homme et de la femme a toujours été libéré de la domination du diable, si ce n'est par le mérite du médiateur entre Dieu et les hommes, notre Seigneur Jésus-Christ ; Celui qui a été conçu sans péché, né et mort, par sa mort SEUL a terrassé l'ennemi de la race humaine en détruisant nos péchés, et a ouvert l'entrée du royaume du ciel, que le premier homme par son péché avait perdu avec toute sa succession ... "

Cela signifie que chaque péché pardonné est pardonné par Jésus-Christ, et plus précisément par le mérite de sa passion et de sa mort. Ce pardon est accordé seulement à ceux qui le suivent et font ce qu'il dit de faire, ce qui leur permet de bénéficier de sa rédemption. Cela ne signifie pas que Dieu ne veut pas punir les gens pour les péchés futurs. Cela ne signifie pas que la peine de tous les péchés du monde entier a été enlevée.

L'ANCIEN TESTAMENT PROUVE le Purgatoire - 2 MACHABEES 12, 46

Il y a une autre preuve du purgatoire. Elle vient du Second Livre des Macchabées. Certains non-catholiques pourraient penser immédiatement : ce livre n'est pas dans ma Bible. Il est vrai que les livres des Macchabées ne sont pas dans la Bible protestante. Ils ne sont pas dans la Bible protestante parce que Martin Luther, le premier protestant, les a retiré quand il s'est séparé de l'Eglise catholique. Il a également ajouté le mot «seul» dans Romains 3, 28 ("Car nous tenons pour certain que l'homme est justifié par la foi, à l'exclusion des œuvres de la Loi."), et critiqué d'autres livres qui ont été laissés dans la Bible protestante, comme le livre de Jacques.

En tout, dans la Bible protestante sont manquants sept livres de l'Ancien Testament. Ces livres ont été supprimés car ils contiennent des choses que le catholicisme enseigne et que le protestantisme rejette. Même s'ils faisaient partie du canon de l'Écriture ou de la collecte depuis l'époque de l'ancienne Église, la Bible protestante les rejette. Le fait que les livres que les protestants rejettent (tels que les livres des Macchabées) fassent vraiment partie de l'Ecriture peut être prouvé de la Bible elle-même.

La Septante

Il existe une chose qui s'appelle La Septante. La Septante était la fameuse traduction grecque de l'Ancien Testament faite par soixante-dix érudits quelques siècles avant la naissance de Jésus-Christ. Vous pouvez lire beaucoup sur la Septante sur Internet. Cette fameuse traduction de l'Ancien Testament de l'hébreu en grec contient les sept livres que la Bible protestante rejette. Maintenant, voici la partie intéressante. Il y a environ 350 citations de l'Ancien Testament dans le Nouveau Testament qui sont venues jusqu'à nous. Eh bien, environ 300 de ces citations sont tirées de la version de la Septante de l'Ancien Testament. En d'autres termes, le Nouveau Testament, qu'ont même les protestants, cite la version de l'Ancien Testament qui accepte les livres catholiques de la Bible. Cela signifie que les auteurs du Nouveau Testament ont accepté la version des Septante, et donc les sept livres que les protestants rejettent. Mais il y a plus. Dans Hébreux 11, 35 des Bibles protestantes et catholiques, nous voyons une référence à un événement qui est comptabilisé seulement dans le deuxième livre des Macchabées chapitre 7.

Hébreux 11, 35 : "Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d'autres furent torturés, n'acceptant pas la délivrance, qu'ils pouvaient obtenir une meilleure résurrection ..."

Cette référence se trouve dans un seul endroit dans la Bible. On la trouve dans 2 Maccabées 7, qui raconte l'histoire de la mère et de ses sept fils. Cette mère et ses sept fils ont refusé la délivrance de la torture afin qu'ils puissent recevoir la résurrection avec le juste. Ainsi, dans Hébreux 11, 35, Saint-Paul fait référenceau Deuxième livre des Macchabées. Cela démontre que 2 Macchabées, que la Bible protestante n'a pas, fait partie du vrai Ancien Testament. 2 Macchabées chapitre 12 enseigne clairement lacprière pour les morts et donc le purgatoire.

2 Maccabées 12, 46 : "C'est donc une pensée sainte et salutaire de prier pour les morts, afin qu'ils soient délivrés de leurs péchés."

Ce verset enseigne le purgatoire. Il dit que c'est une sainte pensée de prier pour les morts, afin qu'ils soient délivrés de leurs péchés. La Bible nous enseigne donc qu'il y a une place après la mort où quelques fidèles qui seront sauvés sont détenus, où ils peuvent être aidés par la prière. Cela correspond à l'enseignement de 1 Corinthiens 3, 15, dont nous avons déjà vu, que certaines personnes sont sauvées tout en souffrant la perte (ou la peine), mais par le feu. Cet endroit est le purgatoire, et ce verset le prouve clairement. C'est pourquoi ce livre a été retiré de la Bible par ceux qui voulaient inventer une nouvelle version du christianisme - qui n'est pas conforme à la tradition ou l'enseignement de la Bible.

LES Pères de l'Église croyaient au Purgatoire et aux prières pour les morts

En plus de toutes ces preuves bibliques, le Purgatoire est prouvé par le fait que les pères de l'Eglise chrétienne y croyaient et dans les prières pour les morts. Saint Augustin est un célèbre père de l'Eglise. Saint Augustin est considéré avec honneur par les catholiques, et plus généralement par les non-catholiques qui prétendent être chrétiens. Il croyait clairement dans le purgatoire.

Saint Augustin d'Hippone, Sermons, 411 : "... il ne fait aucun doute que les morts sont aidés, que le Seigneur puisse traiter plus heureusement avec eux que leurs péchés mériteraient. L'Église tout entière observe cette pratique qui a été transmise par les Pères : pour cela elle prie pour ceux qui sont morts dans la communion au Corps et au Sang du Christ ... "(William Jurgens, La Foi des Pères, Vol 3:1516. )

Notez que saint Augustin dit que l'Église entière prie pour les fidèles chrétiens défunts : ceux qui sont morts en bonne communion avec l'Eglise véritable.

Saint Augustin, Foi, Espoir et Amour, 421 : "Qu'il y ait quelque autre feu, même après cette vie n'est pas incroyable, ... certains fidèles peuvent être sauvés, certains plus lentement ou un peu plus rapidement selon le degré plus ou moins grand auquel ils aimaient les bonnes choses qui périssent - par le biais d'un certain feu du purgatoire. "(William Jurgens, La Foi des Pères, Vol 3, 1920).

Saint Augustin, Foi, Espoir et Amour, 421 : "On ne peut pas nier que les âmes des morts trouvent un soulagement grâce à la piété de leurs parents et amis qui sont encore vivants, lorsque le Sacrifice du médiateur est offert pour eux, ou lorsque l'aumône est donnée dans l'Eglise. "(William Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 3:1930)

Beaucoup d'autres pères pourraient être cités, mais en voici quelques autres :

Saint Grégoire de Nysse, Sermon sur la mort, 383 : "[un homme] ... constate qu'il n'est pas en mesure de prendre part à la divinité jusqu'à ce qu'il ait été purgé de la contagion sale dans son âme par le feu purificateur."

Tertullien, monogamie, 213 : "Une femme, après la mort de son mari, prie pour son âme et demande qu'il puisse, en attendant, trouver le repos, et qu'il participer à la première résurrection. Et chaque année, le jour anniversaire de sa mort, elle offre le sacrifice ".

Cela prouve que même au 3ème siècle, la pratique de l'Église était de prier pour les fidèles défunts : ceux qui sont morts avec la vraie foi et apparemment exempts de péché mortel.

Saint Cyrille de Jérusalem, Catéchèse, 350 : "Alors nous faisons mention aussi de ceux qui sont déjà endormis ... car nous croyons qu'il sera d'une très grande utilité pour les âmes de ceux pour lesquels la demande est effectuée jusqu'à ..."

Saint Jean Chrysostome, Homélie sur 1 Corinthiens , 392 : "Laissez-nous vous aider et commémorons-les. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (Job 1, 5), pourquoi devrions-nous douter que nos offrandes pour les morts apportent quelque consolation ? N'hésitons pas à aider ceux qui sont morts et à offrir nos prières pour eux ".

Nous pouvons voir que le Purgatoire a été enseigné dans les Écritures et a été considéré par les premiers chrétiens. Pourquoi les anciens chrétiens croient dans le purgatoire et les prières pour les morts ? Ce n'est évidemment pas parce que c'était une doctrine humaine, mais parce qu'ils ont vu clairement qu'elle a été enseignée dans la Bible et faisait partie de la Tradition reçue des Apôtres.


La Bible ne nous enseigne pas Sola Scriptura (l'Écriture seule)

2 Thessaloniciens 2, 15 : "Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. "

Selon les protestants, la Bible enseigne que l'Écriture (la parole écrite de Dieu) est la seule règle de foi pour un chrétien. Avec la justification par la foi seule (sola fide), l'Ecriture seule (sola scriptura) était l'un des principes centraux de la «réforme» protestante .

Cependant, la vérité est que la Bible n'enseigne pas que l'Écriture est la seule règle de foi pour un chrétien. Nous allons voir ce que la Bible enseigne, que l'Écriture et la tradition apostolique sont des sources de la révélation du Christ, et que l'on doit les accepter toutes les deux avec l'Église. C'est pourquoi l'Église catholique a toujours enseigné qu'il y a deux sources de la révélation divine (l'Ecriture Sainte et la Tradition sacrée), et que l'Eglise instituée par Jésus-Christ a reçu le pouvoir de déterminer le sens authentique de l'Écriture et de la Tradition.

Jésus dit qu'il faut écouter l'Église, ce qu'il n'aurait jamais dit si la Bible avait ENSEIGNÉ l'Écriture seule

Si la Bible est la seule règle de foi pour un chrétien, alors, logiquement, l'Eglise ne serait pas une règle de foi pour un chrétien. Cependant, la Bible enseigne clairement que l'on doit entendre l'Église.

Matthieu 18, 17 : "Et s'il ne veut pas les entendre, dis-le à l'Église ; mais s'il refuse aussi d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain. "

Luc 10, 16 : " Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé. "

Cet enseignement de Jésus, que l'on doit entendre l'Eglise sous peine d'être considéré comme un païen, réfute toute idée de l'Écriture seule.

Jean 15, 20 : «... s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre."

Hébreux 13, 17 : «Obéissez à ceux qui ont le pouvoir sur vous, et soumettez-vous, car ils veillent sur vos âmes ..."

La Bible enseigne que l'Église, non la Bible, est la colonne et le soutien de la vérité

1 Timothée 3, 15 : «Mais si je tarde, saches comment tu dois te conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Église du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité. "

Comme un ancien pasteur protestant (qui a finalement vu la fausseté du protestantisme) a dit : «Si je devais écrire ce verset [1 Tim. 3, 15] comme un protestant, je vous aurais dit que la Bible, et non l'Eglise, est le pilier et fondement de la vérité. Mais saint Paul dit que c'est l'Église. Cela signifie que l'Eglise doit être tout aussi infaillible que la Bible, et qu'elle doit présenter quelque chose d'unique dans la manière de présenter la vérité de Jésus-Christ ".

Le rôle unique de l'Eglise, c'est qu'elle énonce le vrai sens de l'Écriture et de la Tradition dans les termes et les dogmes précis, quelque chose que la Bible n'a pas l'intention de faire dans toutes ses passages. En outre, si l'Eglise est infaillible et est le pilier de la vérité, il faut évidemment une façon de reconnaître son magistère infaillible au moyen d'une succession continue de l'autorité qui sauvegarderait la vérité et exercerait son autorité.

La Bible enseigne que la Tradition est «la Parole de Dieu» en plus de l'écriture

Une idée fausse très répandue chez les protestants, c'est que la "parole de Dieu" se réfère exclusivement à la Bible. La vérité est que la Bible appelle à plusieurs reprises la tradition orale (parlée) "la parole de Dieu". (Jésus Christ lui-même est aussi appelé la «Parole de Dieu», dans Jean 1 et Hébreux 11, 3.) En décrivant la tradition orale "la parole de Dieu," la Bible indique que la tradition orale apostolique est infaillible, et que cela représente, avec l'Ecriture, l'une des sources de la révélation de Jésus-Christ qui doit être acceptée.

1 Thessaloniciens 2, 13 : «C'est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu, parce que, quand vous avez reçu la parole de Dieu que vous avez entendu parler de nous, vous l'avez reçue, non comme la parole des hommes, mais comme elle est en vérité, la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. "

Saint Paul parle clairement de la tradition orale (parlée).

Colossiens 1, 5-6 : "Car l'espérance qui est placée pour vous dans le ciel, dont vous avez entendu parler avant dans la parole de la vérité de l'Évangile. Qui est venue vers vous, car elle est dans le monde entier; elle porte des fruits, comme aussi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu dans la vérité ».

La parole est décrite comme «la parole de la vérité» et l'Evangile. La référence à la «parole» venue dans le monde entier confirme que ce passage se réfère à la parole et non la Bible, car cela n'aurait pas été dit de la Bible à l'époque.

Jean 17, 20 : "Je ne prie pas pour eux seulement, mais pour ceux également qui croiront en moi par leur parole. "

Jésus prie pour ceux qui croiront à travers la «parole» de ses apôtres. Mais seuls quelques-uns de ses apôtres ont écrit des mots dans la Bible. La plupart d'entre eux ne l'ont pas fait. «Leur parole» à travers laquelle les gens vont croire, doit donc être leur prédication et la communication de la tradition orale, et non leur écriture.

Luc 8, 11-13 : "Maintenant, que signifie cette parabole : La semence, c'est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui entendent ; puis le diable vient et enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés. Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux, qui, quand ils entendent, reçoivent la parole avec joie, et ceux-ci n'ont pas de racine, ils croient pour un temps, et dans le temps de la tentation ils se retirent ".

Il décrit clairement la parole en tant que «la parole de Dieu».

Luc 4, 44 ; 5, 1 : "Et il [Jésus] prêchait dans les synagogues de la Galilée. Et il arriva que, comme les gens se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, il se tenait au bord du lac de Génésareth ".

Luc 3, 2 : «Anne et Caïphe étant les grands prêtres, la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. "

Ceci fait référence à une révélation donnée à Saint-Jean-Baptiste.

Actes 4, 31 : "Et quand ils eurent prié, le lieu fut secoué où ils étaient assemblés, et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. "

La Bible enseigne que la TRADITION verbale doit être acceptée AVEC l'ÉCRITURE

Les passages suivants réfutent totalement l'idée de l'Écriture seule. Ils montrent que la Bible enseigne que la tradition apostolique doit aussi être acceptée. Cette tradition apostolique a été donné par Jésus aux Apôtres, mais toutes les parties de cellle-ci n'ont pas été nécessairement écrites explicitement dans la Bible. Par exemple, dans Jude 1, 9, nous lisons :

"Mais quand l'archange Michel, contestait avec le diable, disputait le corps de Moïse, n'osa pas prononcer un jugement injurieux contre lui, mais il dit :« Le Seigneur te réprime ».

Ce différend entre le diable et l'archange Michel n'est pas décrit en détail dans la Bible. L'écrivain s'appuit sur une tradition. Les passages suivants du Nouveau Testament confirment l'enseignement catholique sur la nécessité d'accepter l'Écriture et la Tradition.

2 Thessaloniciens 3, 6 : "Maintenant, nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous retirer de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon la tradition qu'il a reçu de nous. "

2 Thessaloniciens 2, 15 : "Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. "

Cela montre clairement que la Bible elle-même enseigne que tout ce qui doit être considéré est écrit, mais certaines sont délivrées par la tradition orale.

2 Timothée 2, 1-2 : "Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus Christ. Et les choses que tu as entendu de moi et beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres. "

1 Corinthiens 11, 16 : «Mais si quelqu'un se plaît à contester, nous n'avons pas cette habitude, non plus les Églises de Dieu. "

1 Corinthiens 11, 23 : "Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ..."

1 Corinthiens 15, 2-3 : "dans lequel aussi vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé, autrement, vous auriez cru en vain. Car je vous ai enseigné avant tout, comme j'ai également reçu ... "

Comme ces passages le prouvent, la condamnation de la «tradition des hommes» (Matthieu 15, 9 ; Marc 7, 8, etc) dont parle Jésus n'avait rien à voir avec la véritable tradition apostolique, dont la Bible dit que nous devons l'accepter. Jésus condamnait les pratiques artificielles des Pharisiens.

L'église existait pendant des décennies alors que la Bible n'était même pas terminée

Selon les chercheurs, le dernier livre de la Bible (Livre de l'Apocalypse) a été écrit aux environs de 68 au plus tôt, et 95 au plus tard. Jésus-Christ est monté au ciel vers 33, par conséquent, peu importe dans quel but on prend la date de l'Apocalypse, il ne fait aucun doute que l'Église du Christ a existé et a fonctionné pendant des décennies (de 30 à 60 ans) avant que la Bible soitt même finie. Alors, qui a guidé les chrétiens au cours de cette période ? Comment savaient-ils exactement ce qu'ils devaient croire et faire pour être sauvés ? C'est l'Église qui leur a enseigné. C'est l'Église qui, dès les premiers jours, a été la règle de foi pour le chrétien. Les questions et les décisions doctrinales ont été décidées pour toute une génération avant que la Bible ne soit terminée. C'est donc un fait que la Bible n'était pas et ne pouvait pas être la seule règle de foi. En effet, il a fallu 300 autres années pour que l'Eglise détermine officiellement exactement quels livres forment la Bible.

Il a fallu attendre le 4ème siècle que le canon de la Bible soit définitivement fixé

Il s'agit d'un point crucial. Au cours des trois premiers siècles après Jésus-Christ, il y avait des différends sur la composition précise de la Bible. La liste officielle des livres bibliques (appelé le Canon) n'était pas le même partout. Quelques livres considérés comme faisant partie de la Bible dans certaines localités étaient soupçonnés ou rejetés dans d'autres.

Par exemple, la Didachè, l'épître de Barnabas, la Première lettre de Clement, et le Pasteur d'Hermas ont été, dans certains cas, considérés comme l'Écriture inspirée et utilisés dans le culte public.4 Bien que celles-ci étaient des œuvres anciennes très importantes, qui à bien des égards ont exprimé la vraie tradition chrétienne , l'Eglise déclarerait que ces écrits ne faisaient pas réellement partie de la Bible. La question n'a pas été réglée et clarifiée universellement tant que l'autorité de l'Église catholique ne se soit prononcée sur la liste des livres. Cela s'est produit lors des Conciles de Rome (382), Hippone (393) et de Carthage (397).

Avant que l'Église ait pris sa décision, il y avait aussi beaucoup de doutes sur 2 Pierre, l'épître de Jude, Hébreux, 2 et 3 Jean, et le livre de l'Apocalypse - qui ont finalement été inclus dans la Bible. En fait, «la liste la plus ancienne ayant survécu des livres chrétiens est le Canon de Muratori, d'environ 150. Ce fragment comprend tous les livres du Nouveau Testament, sauf Hébreux, Jacques, 1 Pierre, et 2 Pierre, et compte comme canonique [partie de l'Écriture] l'Apocalypse de Pierre et le Pasteur d'Hermas, qui tous deux ont finalement été exclus par l'Eglise du canon définitif. " 5

Il y avait aussi des faux évangiles qui circulaient, comme l'Évangile de Pierre, l'Evangile de Thomas et d'autres. Ceux-ci ont été rejetés par l'Eglise et ne figurent pas dans les Ecritures.

Depuis que les protestants rejettent l'autorité de l'Église catholique, ils n'ont absolument aucun moyen de déterminer avec certitude (ie infailliblement) les livres qui font partie de la Bible. La Bible ne vient pas avec une table des matières. Elle a été ajoutée par la personne qui a publié la version de la Bible. La Bible ne nous dit pas quels livres sont inspirés ou combien de livres sont en elle. En outre, même si un livre ne mentionne pas d'autres livres comme étant inspirés, selon quels critères peut-on déterminer que ce livre en particulier est inspiré ? Afin d'arriver à une infaillible liste de livres, il doit y avoir une autorité infaillible en dehors de la Bible. C'est l'Église. Par conséquent, si l'on rejette l'autorité infaillible de l'Église et qu'on s'en tient à l'Écriture seule, on reste incapable de déterminer si on a de véritables livres.

Face à ce problème, un protestant bien connu, l'érudit RC Sproul, a été contraint d'affirmer que la Bible est une "collection faillible de livres infaillibles". Si vous réfléchissez bien à ce sujet, une collection faillible de livres infaillibles est une contradiction. Elle vous laisse logiquement avec une Bible faillible. Cela démontre que les protestants ne peuvent pas logiquement soutenir que leur Bible est infaillible, car ils ne peuvent pas savoir avec certitude si elle a même les livres corrects.

Par exemple, après la séparation de l'Église catholique, Martin Luther et ses coreligionnaires ont enlevé sept livres entiers de la Bible. Ils ont enlevé les livres de Tobias (Tobie), Judith, Sagesse, l'Ecclésiastique (Siracide), Baruch, premier et deuxième Macchabées, ainsi que des pièces d'Esther et de Daniel. En conséquence, les bibles protestantes (à ce jour) ont 66 livres, tandis que les bibles catholiques en ont 73. Martin Luther et les protestants ont pris la décision radicale de supprimer ces sept livres de la Bible, même s'ils avaient été presque universellement reconnus comme faisant partie de la Bible pendant plus d'un millénaire.

En outre, les sept livres que les protestants ont supprimé se trouvent dans la Septante. La Septante est une traduction grecque de l'Ancien Testament qui a été achevée quelques siècles avant la naissance de Jésus-Christ. Certains pourraient se demander : qu'est-ce de si important dans la Septante ? Eh bien, comme mentionné dans le chapitre relatif au Purgatoire, le Nouveau Testament comporte des citations de l'Ancien Testament environ 350 fois - et environ 300 de ces citations sont tirées de la version des Septante de l'Ancien Testament, et donc des sept livres que les protestants ont rejeté.

Il convient également de noter que ce n'est pas la Bible, mais la tradition et l'Eglise, qui détermine la qualité d'auteur des livres bibliques. L'Evangile de Matthieu, par exemple, n'indique pas qui l'a écrit. C'est de la tradition et de l'Église que nous savons qu'il a été écrit par Matthieu. Ainsi l'Écriture ne dit pas qui a écrit Matthieu, la logique protestante aurait besoin de conclure qu'il s'agit d'une question ouverte.

Par ailleurs, une bourse d'écriture pure, sans l'aide de l'Eglise, n'aurait pas conduit personne au canon biblique correct. Le livre de Philémon, par exemple, ne possède pas les caractéristiques des autres livres du Nouveau Testament. Philémon ne contient pas de message de salut. Il s'agit simplement d'une communication et d'une demande au sujet d'un esclave fugitif. Le fait qu'il prétend avoir Paul pour son auteur ne serait pas suffisant pour prouver que cela fait partie de l'Écriture, car tout document pourrait répondre à cette demande et non l'ensemble des lettres de Paul qui ont été inclues dans la Bible.

DES LE DEBUT DE L'ÉGLISE, les hérétiques avaient mal cité l'ÉCRITURE POUR PROPAGER des sectes et hérésies

Au 4ème siècle, l'Église a lutté contre l'arianisme. L'Église tout entière a été presque envahie par cette hérésie. L'arianisme niait la divinité de Jésus-Christ. Il estimait que le Fils de Dieu n'existait pas de toute éternité, mais a été créé à un certain point dans le temps par le Père. L'expression de cette hérésie était souvent subtile et intelligente, et les Ariens ont fait appel à de nombreux passages de la Bible pour tenter de prouver leur affirmation selon laquelle Jésus n'est pas vraiment Dieu.

"... Il est vite devenu évident que la vraie difficulté serait d'énoncer une déclaration de la foi chrétienne qui excluerait absolument et catégoriquement l'arianisme. Les savants ariens avaient leur propre interprétation pour chaque palier de passage biblique sur la divinité du Christ. Chacun soulevé devant le conseil suscitait de leur part une véritable vague de murmures, clins d'oeil, hochements de tête, et transports de gesticulations de pantomime qu'ils ne pourraient accepter en toute sécurité dans le cadre d'un credo conciliaire, car ils avaient une explication Arienne de celui-ci. Un terme devait être trouvé auquel ils ne pouvaient pas se soustraire » (Warren H. Carroll. Une histoire de la chrétienté, Vol 2, Front Royal, Virginie ... chrétienté College Press, 1987, p 11)

En comprenant les Ecritures à la lumière de la Tradition apostolique, l'Église catholique au Concile de Nicée en 325 après J-C a été capable de dénoncer l'hérésie arienne et d'expliquer correctement les passages bibliques que les ariens avaient utilisé à mauvais escient. Elle a déclaré que Jésus était vrai Dieu d'égalité avec le Père, et elle a utilisé une expression qui ne figure dans l'Écriture et d'une manière qui exclurait toute équivoque Arienne. Elle a déclaré que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est homoousios - "consubstantiel" - avec le Père. Ceci a donné le vrai sens de l'enseignement de l'Ecriture sur les personnes de la Trinité et détruit l'hérésie arienne, qui a tenté de conformer à son idée hérétique chaque passage de l'Écriture.

LA BIBLE ne pouvait pas être distribuée en masse jusqu'au 15ème siècle

Avant l'invention de l'imprimerie au 15ème siècle, c'était une tâche laborieuse et minutieuse de reproduire la Bible. Cela devait être fait à la main. Cette difficulté, conjuguée à l'analphabétisme commun, signifiait que quelques-uns avaient une Bible pendant les 15 premiers siècles de l'Église. Dieu aurait quitté son église sans avoir les moyens de produire en masse la seule règle de foi pour les 1500 premières années d'existence de l'Eglise ? Bien sûr que non. La notion est ridicule et auto-réfutée. Au cours du premier millénaire, la règle de la foi pour les chrétiens était l'Église. Elle l'est encore aujourd'hui. L'Église est la règle prochaine de la foi, qui donne la vraie compréhension de l'Écriture et de la Tradition, qui sont les deux sources de la révélation de Jésus-Christ.

LES MANUSCRITS originaux de la Bible ne sont plus accessibles

Les manuscrits originaux de la Bible n'existent plus. Nous possédons des copies des originaux, mais pas les Écritures originales. Alors, d'où vient que la Bible enseigne que des copies des originaux seront protégés contre les erreurs et serviront comme seule règle de foi pour le chrétien ? La Bible même n'enseigne pas que la Bible est la seule règle de foi pour le chrétien, et certes les protestants ne peut pas prouver qu'il est dit que les copies seront protégés de l'erreur, car cela n'est dit nul part. (Par ailleurs, ce sont des catholiques, notamment des moines, qui ont préservé la Bible en la copiant.) Si un protestant affirmait que Dieu fait en sorte que les mots soient protégés dans le processus de copie, alors le protestant se déplacerait en dehors du cadre de la Bible seule. Il admettrait que Dieu a transmis la protection de son enseignement et de sa parole aux autorités et aux personnes extérieures à la Bible (par exemple, l'Église). Si cela peut s'appliquer à l'écrit, cela peut également s'appliquer à son enseignement oral (Tradition).

La Bible enseigne qu'il y a des choses INNOMBRABLES que Jésus a dit et fait QUI N'ONT PAS écrites dans la Bible

Jean 20, 30 : «Et il y a beaucoup d'autres signes Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, qui ne sont pas écrits dans ce livre».

Jean 21, 25 : "et il y a également bien d'autres choses que Jésus a faites, qui, si elles devaient être rédigées pour tout le monde, je suppose que le monde même ne pût contenir les livres qu'on écrirait. Amen. "

Tout ce que Jésus a dit et enseigné les apôtres n'a pas été écrit dans la Bible. C'est clair.

Jésus a commandé à ses apôtres de prêcher l'Evangile, pas de l'écrire

À l'exception de la commandement donné à St Jean d'écrire le livre de l'Apocalypse, Jésus n'a pas commandé à quiconque d'écrire quoi que ce soit. Au contraire, Il leur commanda de prêcher son Evangile et de baptiser.

Marc 16, 15-16 : "Et il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez l'Evangile à toute créature . Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné ".

Matthieu 28:19-20 " Allez donc, et enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit : enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ; et, voici, je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde. Amen. "

Si le mot écrit de la Bible est la seule règle de la foi, comme les protestants le prétendent, alors Jésus aurait ordonné d'écrire et de créer des clubs lecture de la Bible. Mais il ne fait rien de la sorte. Jésus leur avait ordonné d'enseigner toutes les nations, tout de sa vérité par la parole, par la prédication. Ces considérations simples montrent que la position protestante de sola scriptura (ie, l'Écriture seule) est complètement fausse.

La Bible ne nous enseigne pas que l'interprétation PRIVÉE DE L'ÉCRITURE était voulue par Jésus

Actes 8, 30-31 : "Et Philippe accourut, et l'entendit lire prophète Isaïe, et lui dit : Comprends-tu ce que tu lis ? Et il répondit : Comment le pourrais-je, si quelqu'un ne me guide ? Et il invita Philippe à monter et à s'asseoir avec lui. "

Voilà pour l'idée protestante selon laquelle celui qui lit les Ecritures est éclairé automatiquement par Dieu. Nous pouvons constater que tel n'est pas l'enseignement de la Bible.

Néhémie 8, 8 : "Ils lisaient dans le livre de la loi de Dieu, et en donnaient le sens et faisaient comprendre la lecture. "

2 Pierre 1, 20 : «Sachant avant tout qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulier. "

PAUL CONSULTE L'ÉGLISE, pas la Bible, face à son dilemme DOCTRINAL dans Actes 15

Actes 15, 1-2 : "Et certains hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, et disent : Si vous n'êtes circoncis à la manière de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.Quand donc Paul et Barnabas eurent un conflit important et disputaient avec eux, ils ont déterminé que Paul et Barnabas et quelques autres d'entre eux, monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens, pour cette question. "

Lorsqu'ils sont confrontés à un dilemme doctrinal dans Actes 15, Paul ne consulte pas la Bible, mais va à la direction de l'Eglise.

Voici quelques autres exemples dans la Bible où les enseignements ou les instructions ont été tirées de la communication et la tradition orale, et non de la lecture de la Bible.

1 Corinthiens 11, 34 «... et le reste, je les réglerai quand je viendrais."

2 Jean 1, 12 : "Ayant beaucoup de choses à vous écrire, je n'écrirais pas avec du papier et de l'encre, mais j'espère aller vers vous, et vous parler face à face, afin que notre joie soit parfaite. "

OBJECTION : les protestants citent 2 TIMOTHEE 3, 15-17 qui ENSEIGNE l'Écriture seule

2 Timothée 3, 15-17 : "Et depuis ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage du salut par la foi qui est en Jésus-Christ. Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre ».

Ce passage n'enseigne pas l'Écriture seule. Il enseigne que toute Ecriture est inspirée. Il enseigne que toute Ecriture est rentable. Il enseigne que l'Ecriture est propre à un homme pour de bonnes oeuvres. Mais les protestants soulignent que cette partie affirme qu'elle permet à un homme de Dieu d'être propre à toute bonne oeuvre. Ils prétendent que ces mots enseignent une autosuffisance de l'Écriture : que rien d'autre n'est nécessaire. Ceci est réfuté par un certain nombre de points.

Cela est réfuté, tout d'abord, en consultant un libellé similaire. En fait, il suffit de revenir quelques versets dans le chapitre précédent pour trouver un exemple qui prouve le point.

2 Timothée 2, 21 : « Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces mauvaises œuvres [], il sera un vase d'honneur, sanctifié, et répondra à l'usage du maître, et propre à toute bonne œuvre ».

La Bible dit que si un homme se purge de certaines mauvaises œuvres, il sera préparé pour «toute bonne oeuvre». C'est la même phrase que 2 Timothée 3, 17. Certes, cela ne signifie pas que la purification de soi de ces mauvaises œuvres est suffisante, en soi, pour toute bonne œuvre. Même les protestants diraient que l'homme aurait encore à accepter Jésus, tenir compte de l'autorité de l'Écriture, et à s'abstenir d'autres choses. Ainsi, il s'agit d'un excellent exemple de la façon dont les protestants font un mauvais usage et de leur incompréhension de la phrase dans 2 Timothée 3, 17. Ce que les deux d'entre elles disent suppose (prend pour acquis) une fidélité aux autres idéaux chrétiens et à la fondation chrétienne.

En d'autres termes, si un homme est chrétien et accepte l'autorité établie par le Christ, et s'il se purge de ces choses, il sera préparé pour toute bonne œuvre. De même, si un homme est chrétien et accepte l'Eglise, la Tradition, etc, alors la connaissance de l'Ecriture lui sera propre pour toutes les bonnes œuvres. 2 Timothée 3, 17 n'enseigne pas l'Écriture seule. Voici une autre preuve :

Jacques 1, 3-4 : "Sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. "

Est-ce à dire que si nous sommes patients, nous n'avons besoin de rien d'autre, y compris les Écritures ou l'église ou autre chose ? Bien sûr que non. Cela présuppose une vie chrétienne et une acceptation de l'ensemble de l'institution chrétienne (la Bible, la Tradition, l'Église, etc.)

LA BIBLE mentionne explicitement qu'abuser des Écritures CRÉE des fausses doctrines qui mènent à la DESTRUCTION

2 Pierre 3, 15-16 : "Et Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul aussi selon la sagesse qui vous a écrit, ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme ils le font aussi des autres Écritures, pour leur propre ruine ».

Il est intéressant de noter que cette mise en garde au sujet de la torsion des Ecritures menant à la damnation est dans l'épître de saint Pierre, celui qui a été choisi pour être le premier pape. C'est Saint-Pierre qui met en garde contre l'abus des écrits de saint Paul. Ce sont des écrits de Paul qui sont le plus souvent mal utilisés et mal compris par les protestants pour inventer de fausses doctrines, comme la justification par la foi seule et l'Écriture seule.

L'Ecriture seule (Sola Scriptura) était une idée devenue populaire qu'au 16ème siècle

L'idée de l'Écriture seule était inconnue dans l'Église primitive. Toutes les anciennes églises locales ont reconnu la structure hiérarchique de l'Église et le rôle de la tradition et de l'autorité de l'Eglise dans la compréhension des Ecritures. Voici juste quatre citations de célèbres pères de l'Eglise pour démontrer ce point.

Saint Jean Chrysostome, Homélie sur la Seconde Thessaloniciens, 4, 2, 398 : «Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par la parole ou par notre lettre [2 Thess. 2, 15]. De cela, il est clair qu'ils n'ont pas légué tout par lettre, mais il en y avait beaucoup aussi qui n'a pas été écrit. Comme ce qui a été écrit, le non écrit est aussi digne de foi. Alors considérons que la tradition de l'Eglise aussi est digne de foi. "(Jurgens,La Foi des Pères, Vol. 2, 1213)

Saint Basile le Grand, Le Saint-Esprit, 27, 66, 375 : "des dogmes et kerygmes conservés dans l'église, certains nous les possédons de l'enseignement écrit et d'autres que nous recevons de la tradition des Apôtres, nous ont remis dans le mystère. En ce qui concerne la piété, les deux sont de la même force. Personne ne va contredire toutes ces choses, personne, en tout cas, qui est encore moyennement versé dans les affaires ecclésiastiques. En effet, si nous devions essayer de rejeter les coutumes non écrites comme n'ayant pas une grande autorité, nous blesserions, sans le vouloir, l'Evangile dans ses entrailles. "(Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 2, 954)

Saint-Augustin, Lettre à Januarius , 54,1, 400 : "Mais en ce qui concerne ces observances que nous suivons et que soigneusement tout le monde garde, et qui ne dérivent pas de l'Écriture, mais de la Tradition, on nous donne à comprendre qu'elles sont recommandées et ordonnées à tenir, soit par les Apôtres eux-mêmes ou par les conseils pléniers, dont l'autorité est tout à fait essentielle dans l'Église. "(Jurgens, La Foi des Pères, Vol. 3, 1419)

Saint Athanase, Lettre II, Pâques 330 : "... il [Paul] a immédiatement procédé à dire : « Et comme je vous ai livré les traditions, retienez-les. ... Mais ... avec lui [le diable] sont tous les inventeurs d'hérésies illégaux, qui se réfèrent en effet aux Écritures, mais qui ne détiennent pas ces opinions que les saints ont tenu [à savoir, la Tradition], et les recoivent comme les traditions des hommes, parce qu'ils ne savent pas bien ni eux, ni leur pouvoir. C'est pourquoi Paul loue à juste titre les Corinthiens, parce que leurs opinions étaient conformes à ses traditions. " (Les Pères de Nicée et post-Nicée, Seconde Serie, Vol. 5, p. 511)


QUELQUES FAITS AU SUJET DE MARTIN LUTHER, l'initiateur du «christianisme» PROTESTANT

Le protestantisme a commencé avec Martin Luther (1483-1546), un ex-catholique. Même si les protestants soutiennent qu'ils suivent «le vrai christianisme biblique», et non un homme, ils sont enclins à défendre Martin Luther. C'est parce que Martin Luther fut le premier porte-parole identifiable pour leur version du «christianisme». Avant sa séparation de l'Église catholique en 1520, il n'y avait pas de défenseur public de ce que nous savons maintenant être le protestantisme, et ses doctrines fondamentales qui sont la justification par la foi seule et l'Écriture seule.

Même si Luther est le personnage central de l'histoire du protestantisme, quelques protestants en savent beaucoup sur lui, ou sur la façon dont il est venu sur ses croyances. J'invite le lecteur à considérer les faits suivants.

S'IL VOUS PLAÎT EXAMINEZ véritablement la conversion de l'homme malade MARTIN LUTHER au protestantisme

Martin Luther est né en 1483 et fut baptisé dans la religion catholique le lendemain. Il entra dans un couvent catholique des Augustins en 1505, et a été ordonné prêtre catholique en 1507. Par conséquent, comme jeune prêtre catholique professant, le protestantisme était inconnu de Martin Luther et même pour le reste du monde chrétien.

Le 31 octobre 1517, Martin Luther a cloué ses fameuses 95 thèses sur la porte de l'église de Wittenberg, en Allemagne. La plupart des protestants citent aujourd'hui cette date comme le début de la "Réforme" protestante. Ils pensent que cela représentait publiquement la position de Luther sur la foi protestante, sur «le vrai christianisme et la Bible». Ce qu'ils ne savent pas, c'est que les célèbres 95 thèses de Martin Luther ont reconnu l'officee du pape plus de 20 fois. Au moment de l'affichage des thèses - et même avant et pendant quelque temps - Luther prétendait être un prêtre catholique et un moine. Dans ses 95 thèses, Luther reconnaît clairement l'office - la fonction - du pape comme institué par le Christ, bien qu'il porte atteinte à sa dignité et à ses pouvoirs en matière d'indulgences.

Le titre officiel pour ses 95 thèses est la Dispute du docteur Martin Luther sur la puissance et l'efficacité des indulgences, le 31 octobre 1517. En plus de reconnaître le pape, les numéros 25-29 des thèses reconnaissent le purgatoire. Luther reconnaît l'existence du purgatoire, bien qu'il s'écarte de l'enseignement catholique dans ce qu'il dit à ce sujet. Luther déclare également sa croyance dans les indulgences, mais il contredit la doctrine catholique traditionnelle sur la question. Ce qui suit est typique des contradictions présentées par Luther.

N° 71 des 95 thèses de Martin Luther, 31 octobre 1517 : «Qu'il soit anathème et maudit celui qui nie le caractère apostolique des indulgences».

Le point ici est que, même le 31 octobre 1517, la «foi» protestante était encore inconnue pour Martin Luther et même pour le reste du monde chrétien. Il n'y avait aucune déclaration au sujet de la justification par la foi seule ou l'Écriture seule, il n'y avait pas encore de répudiation de la fonction papale ou de plusieurs autres dogmes catholiques que les protestants aujourd'hui rejetteraient. Ce que vous avez, à ce stade, est un prêtre confus et alambiqué qui, tout en prétendant être catholique, tombait clairement de la foi catholique traditionnelle dans sa version sauvage (en particulier à l'égard des Indulgences). Il n'était pas protestant. Même à ce stade, la soi-disant "foi" biblique éventuelle était inconnue de son fondateur.

En 1518, Luther a publié un Sermon sur les indulgences et la Grâce, où il attaquait la traditionnelle division de la Pénitence en contrition, en confession et en satisfaction (Dr Ludwig Pastor, Histoire des papes, Vol. 7, pp 355-356). Luther a affirmé qu'il ne l'avait pas été trouvé dans l'Écriture Sainte. Ceci, avec la contradiction de Luther sur l'enseignement catholique traditionnel sur les indulgences, a incité l'Eglise à le convoquer à Rome pour une enquête.

(Il convient de noter qu'il existait effectivement des abus commis par des hommes d'Église sur les indulgences. Ces abus en tant que constituant un écart de l'enseignement catholique sur la question des indulgences ne peuvent pas être comparés aux abus occasionnels dans ce domaine - commis par quelques hommes d'église dans le monde entier - ni en aucune façon justifier de répudier l'enseignement traditionnel. Cette doctrine sur les indulgences est enracinée dans le trésor des mérites de Jésus-Christ et des saints, et le pouvoir des clefs données à Saint-Pierre. Selon l'enseignement catholique, les indulgences sont données pour certaines bonnes oeuvres particulières ou des actions pieuses (comme les prières, etc.). Elles enlèvent seulement la peine temporelle des péchés déjà pardonnés. Elles ne sont pas, comme les protestants le diraient, un moyen d'acheter son chemin dans le ciel.)

Au début de Juillet 1518 Luther est présenté avec une convocation officielle pour comparaître à Rome et donner un compte rendu de ses doctrines. Tout en conservant ses nouvelles vues (et hérétiques) sur les indulgences et la pénitence, Luther prétend «que l'Église romaine a toujours maintenu la vraie foi, et qu'il est nécessaire pour tous les chrétiens d'être dans l'unité de la foi avec elle». (Dr Ludwig Pastor, Histoire des papes, Vol. 7, p. 366) Cela signifie que, même après avoir été convoqué à Rome pour répondre de ses nouvelles idées, Luther professe que l'Église romaine (l'Eglise catholique) a la vraie foi. À ce stade, Luther est sans aucun doute dans la dérive dans sa propre vue personnalisée du «christianisme», mais il n'existe toujours pas de protestant, comme sa déclaration au sujet de l'Eglise romaine le montre. La soi-disant "foi biblique" pure et simple éventuelle était encore inconnue de son fondateur en Juillet 1518.

Alors que l'influence de la propagation de Luther et son engagement à de nouvelles idées se renforcent, les actions contre lui ont augmenté. Le pape Léon X a expédié le savant cardinal Cajetan pour gérer le cas. Cajetan devait examiner la situation et, si possible, passer par Luther. Cela s'est produit à l'automne 1518, mais Luther est resté obstiné. En dépit de son engagement à ses nouvelles idées, Luther a déclaré ce qui suit à l'un de ces entretiens : «Le notaire a lu une déclaration au nom de Luther, que dans la mesure où il pouvait se souvenir, il [Luther] n'avait jamais rien eu contre ce que l'Écriture sainte enseigne, les doctrines de l'Église, les décréts papaux [décrets des papes] de raison, ou entendu. Mais comme il était un homme sujet à l'erreur, lui-même était soumis aux décisions de la Sainte Eglise et à tous ceux qui savaient mieux que lui. "(Dr Ludwig Pastor, Histoire des papes, Vol. 7, p. 373.)

Une fois de plus, nous voyons que Luther prétend la fidélité à l'enseignement pontifical et à tout de la doctrine catholique. Il lance également un appel spécifique au pape, et exprime sa volonté de se rétracter si le pape décidait contre lui (ibid., p 375, 377). La soi-disant "foi biblique" éventuelle (protestantisme) était encore inconnue de son fondateur.

Peu de temps après ses rencontres avec Cajetan en Novembre 1518, le point de vue de Luther subit un autre développement significatif. Il en est venu à la conclusion que le pape, aux décrets duquel il avait justement réclamé la soumission, est l'antéchrist. Il écrit : «Je vous envoie mon travail sur une chose où vous pouvez voir si je n'ai pas raison de supposer que, selon Paul, le véritable Antéchrist règne sur la cour romaine». (De Wette, I., 192 ; Enders I., 317 ; " il a entièrement formulé sa proposition que le pape était l'Antéchrist " Pastor, Vol 7, pp 378-379)

De nombreuses déclarations de cette époque montrent que Luther a pourtant, à ce moment même où il appelait le pape «l'Antéchrist», fait appel à un concile général du pape (les œuvres de Luther, Weimar éd., II., 36 s.). En d'autres termes, Luther a examiné les décisions des conciles généraux pour être définitives et faisant autorité. Bien sûr, cela contredit l'un des piliers du protestantisme : l'Écriture seule.

Par conséquent, même au point auquel Luther s'était fermement détourné contre la papauté comme "l'Antéchrist", il n'avait pas encore découvert le protestantisme. La soi-disant "foi biblique" éventuelle était encore inconnue à son fondateur. Il faut considérer ce fait profondément, car il démontre que chaque fois que Luther est en venu au protestantisme, ce n'était rien de plus que la création d'un esprit confus.

CES faits démontrent que tous les protestants ont adopté une religion purement créée de l'homme, que Luther inventait et réinventait

La véritable foi en Jésus-Christ est un dépôt. Il ne tombe pas du ciel, pour un homme qui vit 15 siècles après Jésus-Christ. Il a été révélé par Jésus-Christ à ses apôtres il y a 2000 ans, et il a été transmis par les Apôtres à l'Église.

Jude 1, 3 : "... il était nécessaire pour moi de vous écrire, et vous exhorter à combattre pour la foi qui a été une fois transmise aux saints. "

La vraie foi a donc un lien historique avec l'Eglise apostolique, et il peut être démontré que ces liens ont été considérés par ceux qui les ont précédés dans l'Église. La foi se transmet de génération en génération. Martin Luther a grandi avec la foi catholique. Le protestantisme était inconnu de lui comme d'un enfant, il lui était inconnu en tant que prêtre, il lui était inconnu quand il a affiché ses 95 thèses, et même quand il a appelé le pape l'Antéchrist et faisait appel à un concile général. À un certain point, en effet, Martin Luther en est venu au protestantisme, et ses conclusions n'avaient pas de lien avec ses prédécesseurs ou même avec ce qu'il a dit ou cru avant. Elles étaient vraiment les inventions et les «découvertes» d'un homme, Martin Luther.

Les protestants se sont ainsi soumis à un système avec lequel Martin Luther en est venu avec le reste de ses points de vue contradictoires et en constante évolution. Ces «découvertes» incluent l'idée que l'homme est justifié par la foi seule, ce qui est mot à mot en contradiction avec l'enseignement de la Bible (Jacques 2, 24) - une contradiction si flagrante que Luther s'est senti obligé de critiquer le livre de Jacques parce qu'il le contredisait . En fait, Luther voulait jeter Jacques de la Bible et dans le poêle (le feu), jusqu'à ce que ses amis l'aient convaincu qu'un tel mouvement serait trop radical.

Les ACTIONS scandaleuses et les citations de Martin Luther -

IL CRITIQUE LE LIVRE DE JACQUES

Martin Luther, Préface au Nouveau Testament 1522 : «C'est pourquoi l'épître de saint Jacques est vraiment une épître de paille, par rapport à ces autres, car elle n'a rien de la nature de l'Évangile à ce sujet."

Ici, nous voyons le prêtre apostat, Martin Luther, dénigrant le livre de Jacques parce qu'il contredit sa nouvelle idée de la justification par la foi seule.

Martin Luther, L'examen licencié de Heinrich Schmedenstede, 7 Juillet 1542 : "C'est que l'épître de Jacques nous donne beaucoup de peine car les papistes l'embrassent tout seul et laissent de côté tout le reste. Jusqu'à ce point, j'ai juste l'habitude de traiter et interpréter selon le sens du reste des Ecritures. Vous jugerez que rien de tout cela ne doit être énoncé contrairement à manifester l'Ecriture Sainte. Par conséquent, s'ils ne veulent pas admettre mes interprétations, alors je ferai décombres également de lui. J'ai presque envie de jeter Jacques dans le poêle, comme le prêtre en Kalenberg l'a fait. "

Martin Luther a même ajouté le mot «seul» dans Romains 3, 28 dans sa traduction allemande de la Bible. Il a dit «la foi seule», quand ce n'est pas dans le texte ou que cela ne le signifie pas.

MARTIN LUTHER a dit qu'un homme pouvait commettre la fornication et le MEURTRE 1000 fois par jour et ne pas perdre sa JUSTIFICATION

Martin Luther a également dit qu'un homme pouvait commettre la fornication et l'assassinat 1000 fois par jour et ne perdrait pas sa justification. Il disait cela pour exprimer sa doctrine de la justification par la foi seule : cela importe peu combien une personne a péché, elle est toujours sauvée tant qu'elle croit (par la foi seule). Dans le même contexte, il a déclaré "Soyez un pécheur et péchez hardiment."

L'authenticité de ces citations n'est pas contestée, mais admise ouvertement par les défenseurs protestantes de Luther.

Martin Luther, Lettre à Melanchthon, 1er Août, 1521 : «Si vous êtes un prédicateur de la grâce, alors prêchez une véritable et non une grâce fictive, si la grâce est vraie, vous devez porter un vrai et non un péché fictif. Dieu ne sauve pas les gens qui ne sont que les pécheurs fictifs. Soyez un pécheur et péchez hardiment, mais croyez et réjouissez-vous dans le Christ encore plus hardiment, car il est victorieux sur le péché, la mort et le monde. Tant que nous sommes ici [dans ce monde] nous devons pécher. Cette vie n'est pas le lieu d'habitation de la justice, mais, comme le dit Pierre, nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera. Il suffit que par les richesses de la gloire de Dieu, nous ayons appris à connaître l'Agneau qui enlève le péché du monde. Aucun péché ne nous séparera de l'Agneau, même si nous nous engageons à la fornication et assassinons des milliers de fois par jour. Pensez-vous que le prix d'achat qui a été payé pour le rachat de nos péchés par un si grand agneau est trop petit ? Priez avec audace - vous aussi vous êtes un pécheur puissant. "

Comme cela est mentionné précédemment, la vraie foi est un dépôt. Elle ne tombe pas du ciel pour la première fois à un homme qui vit 1500 années après Jésus-Christ, et elle ne vient pas de l'abîme, comme les enseignements de Martin Luther sur la justification, la fornication et l'assassinat le sont.

La préoccupation de Luther avec le diable et BRUITS À SON SUJET

Martin Luther a également eu un souci avec le diable, avec les toilettes, et des questions dégoûtantes qu'on ne peut appeler. Même les érudits protestants ont noté que la fascination de Luther avec des sujets bruts est inquiétante. Il avait certes beaucoup d'interaction avec le diable. «Il [démons] hantera l'imagination de Martin Luther qui avait des visions, qu'il croyait être des occurrences physiques réelles, du diable lui lancant [excréments] et à qui il lancait de nouveau. En effet, dans un de ses nombreux combats anals avec le diable - dans lequel Luther aurait défié le diable de «lécher» son postérieur - Luther pensait que la meilleure tactique serait de le "jeter dans mon anus, où il appartient". (Crocker, Triumph, Roseville, CA:.. Prima Publishing, 2001, p 237). Après qu'il en soit venu à sa position contre la papauté, Luther a appelé les décrets papaux «les excrements du diable». Il a également dit que le pape et les cardinaux doivent être tués, et que lui et ses partisans doivent se laver les mains "dans leur sang". (Pastor, Histoire des papes, Vol. 7, p. 393.)

Luther affirme qu'il en est venu à la justification par la foi seule, tandis qu'il était aux toilettes. Il affirme qu'il en est venu comme cela. (Cité dans William Manchester, «la connaissance du Saint-Esprit m'a donné le courant dans la tour». Un monde éclairé seulement par le feu : L'esprit médiéval et de la Renaissance, Little Brown & Co., 1993, p . 140.) En fait, l'idée de Luther selon laquelle les gens ont besoin de commettre des péchés réels et «honnêtes» semble avoir pris naissance à partir d'une conversation avec le diable. C'est à partir de Luther Table Talk.

"[Luther a dit :] Quand je me suis réveillé la nuit dernière, le diable est venu et a voulu débattre avec moi, il me réprimanda et me reprochait, arguant que j'étais un pécheur. A cela je réponds : Dis-moi quelque chose de nouveau, Diable ! Je sais déjà parfaitement bien que j'ai commis beaucoup de péchés solides et réels. En effet, il doivent être bons les péchés honnêtes - pas ceux fabriqués et inventés - que Dieu pardonne pour l'amour du Fils aimé de Dieu qui a pris tous mes péchés sur lui de sorte que maintenant les péchés que j'ai commis ne sont plus les miens, mais appartiennent à Christ. Ce don merveilleux de Dieu, je ne suis pas prêt de le nier, mais le reconnaître et le confesser ".

Avec ces faits à l'esprit, il devrait être tout à fait clair que ceux qui ont suivi les conclusions éventuelles de Luther (dont le noyau est la foi seule et l'Écriture seule ) ne font que suivre les machinations, les inventions et les découvertes d'un homme. Ils suivent les inventions d'un homme qui a été guidé et utilisé par le diable pour créer une fausse version du «christianisme» qui permettrait d'égarer d'innombrables personnes.


25.000 différentes confessions non catholiques - LE CHAOS DOCTRINAL, mauvais FRUIT DE LA RELIGION DE L'HOMME MALADE

2 Pierre 2, 1 : «Mais il y avait aussi de faux prophètes parmi le peuple, même qu'il y aura parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes de perdition, et nieront le Seigneur qui les a rachetés : ils attireront sur eux une ruine soudaine.

Après l'excommunication de Martin Luther de l'Église catholique en 1520, qui a marqué le début du mouvement protestant, plus de 20.000 dénominations différentes ont été créées sur environ 500 ans. En 1980, David A. Barrett, World Christian Encyclopedia (Oxford University Press) a donné le nombre de différentes confessions comme 20 780. Il prévoit qu'il y aura 22 190 en 1985.

Cela signifie qu'il y a environ 25.000 (voire 30.000) différentes confessions aujourd'hui. Même si, pour les besoins du raisonnement, on devait prendre une estimation prudente, et donner un nombre seulement de 15.000 dénominations différentes, cela équivaut à plus d'une nouvelle secte créée toutes les deux semaines.

Lorsque l'on considère le fait que les fondateurs du protestantisme ne sont même pas d'accord entre eux sur les principaux points de la doctrine, un tel chaos confessionnel ne devrait pas être une surprise. Le protestantisme est la religion faite par l'homme, dans laquelle chaque personne détermine en fin de compte par lui-même ce qu'il croit que la Bible enseigne. Martin Luther (l'initiateur du protestantisme) a condamné les vues doctrinales de Jean Calvin et d'Ulrich Zwingli, deux autres figures protestantes de premier plan. Ils ont tous affirmé suivre la Bible.

Fondamentalement, ces milliers de sectes non-catholiques prétendent être chrétiennes et prétendent suivre la Bible, même si elles sont en désaccord entre elles sur les questions cruciales doctrinales, telles que : la nature précise de la justification, si les œuvres humaines et les péchés sont une partie du salut, si les hommes ont le libre arbitre ; la prédestination ; si les nourrissons ont besoin de baptême pour le salut ; ce qu'est la Communion ; s'il est nécessaire de se confesser au Seigneur ; les livres du Nouveau Testament s'appliquent à nous aujourd'hui ; la structure de la hiérarchie de l'Eglise, le rôle des évêques et des ministres, le sabbat, le rôle des femmes dans l'Eglise, etc ad nauseam. La plupart de ces groupes affirment même que l'individu «chrétien» sera dirigé par le Saint-Esprit lors de la lecture de la Bible en privé. La désunion de ces sectes constitue une preuve irréfutable que leur doctrine n'est pas de l'Esprit de Vérité, et que leur principe de fonctionnement (par exemple, l'Écriture seule en dehors de l'Église et de la Tradition) n'est pas la doctrine de la Bible et des Apôtres.

Ephésiens 4, 4-5 : «un seul corps et un seul Esprit, comme vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation. Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ».

Quel âge a votre église de l'homme malade ?

Si vous êtes un luthérien, votre religion a été fondée par Martin Luther, un ex-moine de l'Eglise catholique, environ vers 1520.

Si vous appartenez à l'Église d'Angleterre, votre religion a été fondée par le roi Henry VIII (un ex-catholique) en l'an 1534. Henry VIII a décidé de créer sa propre église lorsque le pape Clément VII lui refusa un divorce avec le droit de se remarier.

Si vous êtes un mennonite, Menno Simons (un ex-catholique) a créé votre religion en 1536.

Si vous êtes un presbytérien, John Knox (un ex-catholique) a fondé votre secte en Ecosse en l'an 1560.

Si vous êtes un congrégationaliste, votre religion a commencé avec Robert Brown en Hollande en 1582.

Si vous êtes un baptiste, John Smyth a créé votre secte à Amsterdam en 1605.

Si vous êtes de l'église réformée hollandaise, votre église a commencé avec Michaelis Jones à New York en 1628.

Si vous êtes un Quaker, votre religion a commencé avec George Fox en 1652.

Si vous êtes un protestant épiscopal, Samuel Seabury a créé votre secte dans les colonies américaines au 17ème siècle, comme une émanation de l'Église d'Angleterre.

Si vous êtes Amish, Jacob Amman acréé votre religion en 1693, comme une émanation des Mennonites.

Si vous êtes un méthodiste, votre religion a été lancé par John et Charles Wesley en Angleterre en 1744.

Si vous êtes un Unitaire, Theophilus Lindley a fondé votre secte à Londres en 1774.

Si vous êtes un Mormon ("Saints des derniers jours"), votre religion vient de Joseph Smith, qui l'a révélé à Palmyra, NY en 1829.

Si vous êtes un adventiste du septième jour, votre religion a été créé par Ellen White en 1860.

Si vous adorez avec l'Armée du Salut, William Booth a commencé votre secte à Londres en 1865.

Si vous êtes "Témoins de Jéhovah", vos croyances sont venus de Charles Taze Russell en 1872.

Si vous êtes un "Science Chrétienne", Mme Mary Baker Eddy a conçu votre religion en 1879.

Si vous appartenez à l'une des organisations religieuses appelées «Eglise du Nazaréen», «Evangile Pentecôtiste», «Eglise de Sainteté», «Pèlerins de la Sainteté de l'Eglise», «Assemblées de Dieu», «Eglise Unie du Christ», etc, votre religion est l'une des milliers de nouvelles sectes fondées par les hommes au siècle dernier.

Si vous êtes catholique, vous savez que votre religion a été fondée en l'an 33 par Jésus-Christ, le Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme, et que celui-ci a fondé l'Eglise, à laquelle les gens doivent appartenir à être sauvés, et qui va exister jusqu'à ce que vienne la fin des temps.

Plus :

___________________________

Notes

1 http://www.studylight.org/lex/grk/view.cgi?number=5176

2 Les traductions protestantes du passage sont légèrement différentes : «Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon " (1611 King James Version). Les Bibles protestantes rendent la dernière partie du passage de la semence de la femme qui écrasera la tête du serpent, tandis que les versions traditionnelles catholiques ont comme "elle" (la femme) écrasera la tête du serpent. Une ambiguïté dans les textes hébreux fait de cette question un sujet de débat scientifique. La plupart des anciens Pères, cependant, étaient d'accord avec le rendu catholique traditionnelle de «elle». Quoiqu'il en soit, même si l'on devait accorder, pour les besoins du raisonnement, la traduction qui est préférée par les protestants, le point au sujet de Marie étant la définitive " femme " en opposition au serpent reste parfaitement intact, car les protestants traduisent la première partie tout comme les catholiques le font.

3 Mike Aquilina, Les Pères de l'Église, Huntington, IN: Our Sunday Visitor Publishing, p. 35.

4 Henry G. Graham, où nous avons la Bible : Notre dette envers l'Eglise catholique, Tan Books, 1977, chap. 4, voir aussi Irénée, Contre les Hérésies, Livre 4, chap. 20.

5 Mike Aquilina, Les Pères de l'Église, pp 28-29.


Articles connexes importants :

Populaire
http://www.prophecyfilm.com/french/
Livres et videos gratuits
FREE DVDs & VIDEOS
WATCH & DOWNLOAD ALL OUR DVDs & VIDEOS FOR FREE!