La secte Vatican II est-elle la prostituée de Babylone prophétisée dans l'Apocalypse ?

Cet article contient le contenu utilisé des auteurs: Frère Peter Dimond et Frère Michael Dimond de Monastère de la Sainte Famille / www.la-foi.fr

Apocalypse 17, 4 : " Et la femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, de pierres précieuses, et dorées à l'or, et de perles, une coupe d'or dans sa main, pleine de l'abomination et des impuretés de sa prostitution. "

Aucun des points qui suivent ne sont nécessaires pour prouver que la secte Vatican II et ses antipapes ne sont pas catholiques. La preuve doctrinale le prouve en détail. Toutefois, les points qui suivent sont intéressants et instructifs, car ils aident à expliquer plus en détail pourquoi cette crise catastrophique se produit, et ce fait.

Apocalypse 17, 1 : «Et un des sept anges qui tenaient les sept coupes, me parla, en disant : Viens, je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur les grandes eaux ... "

Les chapitres 17 et 18 de l'Apocalypse font des prophéties frappantes au sujet de la «grande prostituée» ou «prostituée de Babylone» qui se présente dans les derniers jours de la ville aux sept collines. Rome a été construite sur sept collines. C'est pourquoi tout au long de l'histoire, Rome a été identifiée comme la ville aux sept collines mentionnées dans l'Apocalypse. Sur cette base, les protestants, à travers les siècles, ont accusé l'Eglise catholique d'être la prostituée de Babylone. Mais les protestants ont tort, bien sûr, parce que l'Église catholique est l'Épouse immaculée du Christ, la seule véritable Eglise qu'il a fondée. Ce que la prostituée de Babylone décrit, cependant, est une contrefaçon de mariée - une contre-Eglise catholique - qui se pose dans les derniers jours afin de tromper les catholiques (les vrais fidèles), la bande traditionnelle de déroulement sur ​​la foi et la fornication spirituelle.

1. La prostituée est assise sur les grandes eaux.

Comme nous l'avons déjà vu, la grande prostituée est assise sur les grandes eaux. L'Apocalypse nous indique ce que sont ces eaux.

Apocalypse 17, 15 : "Et il me dit : Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, sont des peuples, des nations, et des langues. "

«Des peuples, des nations et des langues» sont évocateurs d'influence mondiale, ce qui a une influence dans toutes les extrémités de la terre. Immédiatement Rome et l'Eglise catholique viennent à l'esprit. La mission universelle de l'Eglise catholique a intégré des fidèles de tous les peuples, nations et langues.

Le pape Pie XII, Fidei donum (n° 46) 21 Avril 1957 : "Maintenant, notre sainte Mère l'Eglise est en effet la Mère de toutes les nations, de tous les peuples, ainsi que de personnes individuelles ... " [1]

Et depuis Rome est le siège de l'Eglise universelle, et si Rome était prise en charge par un antipape qui a imposé une nouvelle religion, elle pourrait alors influencer presque tous les peuples, nations et langues de son infidélité spirituelle. C'est pourquoi la prostituée est assise sur les peuples, les nations et les langues. En fait, le Concile de Trente infaillible confirme notre intuition - que les eaux sur lesquelles la prostituée est assise sont reliées à l'étendue presque universelle qu'aux derniers jours, la contrefaçon de l'Église catholique aurait un antipape ou un ensemble d'antipapes avec succès à Rome - avec une alarmante spécificité.

Le pape Pie IV, Concile de Trente, Session 22, Sur le Saint Sacrifice de la Messe : «Le saint synode exhorte alors les prêtres qu'il a été prescrit par l'Église de mélanger l'eau avec le vin à être offert dans le calice, non seulement parce que la croyance est que le Christ Seigneur l'a fait, mais aussi parce qu'il est venu de l'eau de son côté avec du sang, car par ce mélange le sacrement est rappelé. Et comme dans l'Apocalypse du bienheureux Jean les peuples sont appelés eaux [Apoc. 17, 1, 15], l'union des fidèles avec le Christ, leur Tête, est représentée. " [2]

Notez que le Concile de Trente déclare infailliblement que les eaux de l'Apocalypse 17, 1, 15 représentent l'union des fidèles avec le Christ. En d'autres mots, l'Eglise catholique ! La grande prostituée est assise sur ces eaux. Par conséquent, il est de foi catholique que la grande prostituée est assise sur l'Eglise catholique, et qui empêche, entrave, supprime les tentatives de se substituer à elle. C'est une description parfaite de l'Eglise fausse qui se pose avec le Concile Vatican II, qui a trompé avec succès la plupart du monde pensant que c'est la véritable Eglise catholique.

Comprendre que les «eaux» de l'Apocalypse représentent les peuples, les nations, et des langues de l'Eglise catholique, pourrait être la clé pour comprendre d'autres versets importants dans ce livre. Par exemple, Apocalypse 18,17 parle de la façon dont les capitaines et les marins pleuraient sur la destruction de la grande ville.

Apocalypse 18, 17 : "En une seule heure tant de richesses sont réduites à rien, et tous les pilotes, et tout ce qui navigue vers la ville, et les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient loin, et j'ai pleuré, voyant le lieu de son embrasement, disant : "Quelle est la ville est comme cette grande ville ?"

Les capitaines, les marins et ceux qui exploitent la mer représentent ceux qui travaillent avec les âmes dans l'Eglise catholique, c'est-à-dire les prêtres, religieux, etc. Ils pleurent sur la désolation de Rome et se demandent comment en si peu de temps, elle a été tirée vers le bas.

2. La prostituée est assise sur la ville aux sept montagnes.

Apocalypse 17, 9 : "Et voici la compréhension à qui a de la sagesse : Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise, et elles sont aussi sept rois. "

Comme on l'a déjà dit, Rome a été construite sur sept collines. Depuis que la grande prostituée est assise sur la ville aux sept collines, la grande prostituée est assise sur Rome elle-même - le centre de l'unité dans l'Église catholique et la maison des Pontifes romains.

Le pape Benoît XIV, Apostolica Constitutio (# 4) 26 Juin 1749 : «... l'Église catholique est signifié par la Ville de Rome seule, dans laquelle la présence corporelle de cet apôtre [Pierre] est soigneusement révérée ... " [3]

Fait intéressant, Rome cède la place à la grande prostituée dans les derniers jours - c'est à dire, après la révolution de Vatican II. C'est pourquoi la prostituée est mentionnée dans le livre de l'Apocalypse. Et c'est pourquoi l'Ecriture Sainte parle de la «chute» de Babylone.

Apocalypse 18, 2 : "Et il cria d'une voix forte, disant : Elle est tombée Babylone la grande, elle est tombée, et est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux ".

Babylone a toujours été considérée comme un nom de code pour Rome.

1 Pierre 5, 13 : "L'Eglise qui est à Babylone, élue avec vous, vous salue, et Marc, mon fils. "

Les érudits bibliques comprennent que Saint-Pierre écrivait cette épître de Rome, qu'il appelle «Babylone». Par conséquent, Rome est Babylone et Babylone est tombée. Mais si elle est tombée, elle se trouvait forte. N'est-ce pas vrai ? Avant sa chute, Rome (Babylone) était le rempart du catholicisme et le centre de la chrétienté - la grande ville.

Apocalypse 17, 18 : "Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville, qui a la royauté sur les rois de la terre."

Certains peuvent se demander : «Si Rome est la grande ville, pourquoi l'Apocalypse 11, 8 dit que la grande ville est le lieu où Notre Seigneur a été crucifié, qui est Jérusalem ? " La réponse est qu'elle ne le dit pas :

Apoc. 11, 8 : "[les deux témoins] doivent se trouver dans les rues de la grande ville, qui est appelée spirituellement Sodome et Égypte, là où leur Seigneur a été crucifié. "

Notez que, contrairement à ce que certains ont prétendu, l'Apocalypse ne précise pas clairement que les deux témoins (dont certains pensent décrire Pierre et Paul) sont tués dans la ville où notre Seigneur a été crucifié. Notez que le passage pourrait très bien signifier que la grande ville est appelée Sodome et Egypte même où leur Seigneur a été crucifié. En d'autres termes, la grande ville, Rome, est appelée "Sodome" et "Egypte" aussi loin de Jérusalem (où leur Seigneur a été crucifié) en raison de ses immoralités ! Cela est logique si l'on considère que Rome était connue pour sa corruption. Par conséquent, ce passage ne ​​prouve pas clairement, comme certains l'ont suggéré, que Jérusalem doit être la grande ville.

Une autre considération est que le Corps mystique du Christ est crucifié à Rome et à l'heure actuelle, donc dans ce sens, il serait également juste de dire que Rome est le lieu où Notre Seigneur a été crucifié dans son Corps mystique.

La grande ville est Rome. Historiquement, aucune autre ville n'a statué sur les rois de la Terre que Rome, qui a une primauté spirituelle et ecclésiastique telle que toutes les nations doivent lui être soumises.

Le pape Léon XII, Quod hoc ineunte (n° 6), 24 mai 1824 : "Venez donc à cette sainte, Jérusalem, une ville sacerdotale et royale où le siège sacré de Pierre a fait la capitale du monde. Vraiment elle domine plus largement par religion divine que par la domination terrestre». [4]

Que les rois de la terre veulent l'accepter ou non, toutes les créatures humaines doivent être soumises à la puissance spirituelle de l'Eglise catholique, qui (quand il y a un vrai pape) est exercée de Rome.

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302 : «Maintenant donc, nous déclarons, déterminons et prononçons que pour chaque créature humaine, il est nécessaire pour le salut d'être soumis au pontife romain. "[5]

Ainsi, la chute de la grande ville est la chute de Rome de la foi catholique. Ce n'est pas la chute de l'Église catholique, l'Église catholique peut exister sans Rome. Elle peut être réduite à un reste, comme il est prévu par Notre Seigneur quand Il parle de la fin du monde. "Quand le Fils de l'homme viendra, trouvera t-il, pensez-vous, la foi sur la terre ?" (Luc 18,8). Rome, d'autre part, peut exister sans le catholicisme. Sans lui, elle devient rien de plus qu' "une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux" (Apocalypse 18, 2).

Notre-Dame de La Salette, le 19 sept. 1846, lors d'une apparition approuvée par l'Église catholique :

«Rome perdra la foi et deviendra le siège de l'Anti-Christ.»

3. La prostituée est une femme.

Apocalypse 17, 6-7 : «Et je vis la femme ivre du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus. Et je me demandais, quand je l'avais vu, elle, avec grand étonnement. Et l'ange me dit : pourquoi t'étonner, je te dirai le mystère de la femme, et de la bête qui la porte, qui a sept têtes et dix cornes.»

S'il est vrai que la prostituée de Babylone est l'Église catholique bidon qui a commencé avec la révolution de Vatican II (comme la preuve dans ce livre le montre majoritairement), il serait logique que cette entité apocalyptique soit décrite comme une femme, pour contraster son une autre femme - son antithèse - l'Église catholique.

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302 : «une seule est ma colombe, mon immaculée; elle est l'unique de sa mère, la préférée de celle qui lui donna le jour. [Cant 6, 8]; qui représente un corps mystique dont la tête est le Christ, du Christ en effet, comme Dieu ». [6]

4. La prostituée est une mère.

Apocalypse 17, 5 : "Et sur ​​son front était écrit un nom : Un mystère; Babylone la grande, la mère des fornications et des abominations de la terre. "

Les Catholiques ont toujours fait référence à l'Eglise comme leur mère.

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 16), 29 juin 1896 : "Aimons le Seigneur notre Dieu; aimons son Eglise, le Seigneur est notre Père, l'Église notre Mère » [7]

Le pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 11), 6 janvier 1928 : «Car si, comme ils l'affirment sans cesse, ils aspirent à être unis avec nous, pourquoi ne se hâtent-ils pas de conclure que l'Église, est la Mère et maîtresse de tous les fidèles du Christ ? " [8]

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 66), 29 juin 1943 : " Certes, la mère aimante est impeccable dans les sacrements, par lesquels elle donne naissance à ses enfants et les nourrit dans la foi qu'elle a toujours conservé inviolée. ». [9]

En fait, l'Église romaine est spécifiquement appelée la «mère et maîtresse» de toutes les églises (c'est à dire toutes les Eglises particulières dans la communion avec l'Église catholique universelle).

Le pape Léon XIII, Exeunte Iam Anno (n° 2), 25 décembre 1888 : «...l'Eglise romaine, mère et maîtresse de toutes les Eglises ... " [10]

Il est bien évident que l'Apocalypse décrit la prostituée de Babylone comme la «mère des fornications» parce que la contre-Eglise prend Rome, où normalement un vrai pape préside sur ​​la Mère l'Église. Rome est devenue la mère de la fornication dans une contrefaçon presque universelle de l'Eglise catholique des derniers jours. Et nous voyons dans cette action, l'apostasie et la fornication spirituelle de la contre-Eglise commencer à Rome, puis se propager à toutes les églises locales dans la secte de contrefaçon. Par exemple : l'indifférentisme religieux pratiqué à Rome est étendu au reste de la fausse Eglise.

Ainsi, l'Église catholique est notre Mère aimante, la prostituée est la mère des fornications. Et comme l'Eglise catholique est la Mère de tous les fidèles du Christ, la prostituée est la Mère des infidèles du Christ, c'est à dire ceux qui ont abandonné l'Église et accepté la nouvelle religion de Vatican II.

5. La prostituée est vêtue de pourpre et d'écarlate.

Apocalypse 17, 4 : "Et la femme était vêtue tout autour de pourpre et d'écarlate, de pierres précieuses, et dorés à l'or, et de perles, avec une coupe d'or dans sa main, pleine de l'abomination et des impuretés de sa prostitution. "

Apocalypse 18, 16 : "Et disant : Hélas, hélas, la grande ville ! Qui était vêtue d'un fin lin, de pourpre et d'écarlate, et a été dorée à l'or et ornée de pierres précieuses et de perles. "

C'est peut-être l'un des versets les plus révélateurs de l'Apocalypse. Dans l'Église catholique, les évêques et les cardinaux portent des habits pourpre (rouge) et écarlate (violet) ! Remarquez qu'ils sont vêtus "tout autour" (autour de leur taille) dans ces couleurs.

Mais "tout autour" peut aussi signifier littéralement la ceinture de la prostituée, c'est-à-dire ceinte toute entière de pourpre et d'écarlate, comme si l'institution de son faux pape son était protégée par ses faux cardinaux et faux évêques : plus un seul cardinal et évêque valide l'entérine définitivement sans laisser de possibilité de retour à l'Eglise catholique.

Pourpre
Les «cardinaux» (en rouge en haut) et «évêques» (en violet en bas) au Vatican (actuellement occupé par ces hérétiques)

En choisissant de décrire la prostituée de Babylone comme une femme «vêtue de fin lin, de pourpre et d'écarlate», Dieu nous donne une indication claire que la prostituée est vêtue des vraies couleurs de l'épiscopat et du cardinalat. Dieu nous donne une indication claire que la prostituée est vêtue de ces couleurs, car elle donne à l'extérieur toutes les apparences d'être la véritable Eglise du Christ - elle a des "diocèses", une hiérarchie, la propriété de l'Eglise, des vêtements, des cérémonies, des "sacrements", un "pape", etc. - mais intérieurement elle est une fraude. Ceci est une description parfaite de l'église de la secte Vatican II, la contre-Église de la fin des temps, qui est revêtue des couleurs du catholicisme (et semble être plus juste) mais est intérieurement c'est une apostate, une fausse religion.

6. La prostituée a une coupe d'or à la main.

Apocalypse 17, 4 : "Et la femme était vêtue tout autour de pourpre et d'écarlate, et de pierres précieuses, et dorés à l'or, et de perles, avec une coupe d'or dans sa main, pleine de l'abomination et des impuretés de sa prostitution. "

Les prêtres qui offrent le Saint Sacrifice de la Messe dans l'Eglise catholique sont tenus d'utiliser un calice d'or, si possible. Ce n'est pas un hasard que la prostituée ait une coupe d'or à la main. La prostituée, comme d'habitude, imite l'agir et fait semblant d'être l'Eglise catholique, mais elle ne l'est pas. Un prêtre catholique offre le calice d'or, remplie du Précieux Sang de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. La prostituée offre une coupe (calice) pleine de l'abomination et de la souillure - le vin invalide de la nouvelle messe !

En particulier, ce verset se réfère au Novus Ordo Missae (la nouvelle messe), qui ne contient pas le sang de Jésus-Christ, mais une offre qui est une abomination à ses yeux.

Apocalypse 18, 6 : "Rendez lui, comme elle aussi vous a rendu, et doublez-lui au double selon ses œuvres : de la coupe qu'elle elle a mêlé, versez-lui le double. "

Le mot mêler est un moyen de mixer. [11] Dans la messe catholique, l'Église mêle l'eau avec le vin dans le calice.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, session 8, 22 novembre 1439, Exultate Deo : "Le bienheureux Alexandre, le cinquième pape après le bienheureux Pierre, dit : « Dans les offrandes des sacrements qui sont offerts au Seigneur dans les solennités des messes, seulement du pain et du vin mélangé avec de l'eau seront offerts en sacrifice. Le vin seul ou l'eau seule ne doit pas être offert dans le calice du Seigneur, mais les deux mélangés, car il est lu que deux, c'est-à-dire, du sang et de l'eau, ont coulé du côté du Christ. " Puis aussi, car il est convenable pour signifier l'effet de ce sacrement, qui est l'union du peuple chrétien avec le Christ. L'eau signifie le peuple, selon le passage dans l'Apocalypse : «les grandes eaux ... sont beaucoup de gens» [Apoc. 17, 15] ... Par conséquent, lorsque le vin et l'eau sont mélangés dans le calice, les gens sont fait un avec le Christ, et la multitude des fidèles est rejointe et reliée à celui en qui elle croit ". [12]

Le symbolisme de l'Apocalypse 18, 6 - mêlant dans une coupe - ne pouvait pas être plus évident pour donner le mystère du verset. C'est une référence évidente à la messe, qui a été complètement pervertie par la prostituée. Elle n'a plus rien à offrir à Dieu dans sa coupe, mais souillure et abomination (Apoc. 17, 4). En outre, ce verset (18, 6) pointe vers un point précis de la messe, le mélange de vin et d'eau. Cette action de mélange signifie l'union du peuple chrétien avec le Christ (l'Église catholique), comme le pape Eugène IV le définit au Concile de Florence. Comme nous l'avons montré, c'est la signification précise qui a été retirée de la consécration de la nouvelle messe, la rendant invalide ! Voir : La révolution liturgique - La nouvelle messe

Dans un seul et même verset, par conséquent, Dieu révèle que la prostituée mène la fornication spirituelle massive dans les zones qui considèrent la messe catholique et l'Eglise catholique dans son ensemble. C'est une description saisissante de la secte Vatican II : la Contre-Église de la fin des temps.

7. La prostituée est caractérisée par la fornication et la prostitution.

Apocalypse 17, 1-2 : "Viens, je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur les grandes eaux, avec laquelle les rois de la terre ont commis la fornication, et ceux qui habitent la terre ont été enivrés du vin de sa prostitution ".

Apocalypse 18, 3 : "Parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et les rois de la terre ont commis la fornication avec elle, et les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. "

C'est tout simplement un fait que lorsque le terme "la fornication" est utilisé dans l'Écriture Sainte, de nombreuses fois, il décrit l'idolâtrie et l'infidélité spirituelle.

Exode 34, 16 : "Tu ne prendras point leurs filles pour épouses de tes fils, de peur qu'après qu'elles se soient livrées à l'impudicité, elles fassent aussi commettre à tes fils la fornication avec leurs dieux. "

Juges 2, 17 : " la fornication par des dieux étrangers, et les adorent. Ils ont rapidement abandonné la voie dans laquelle leurs pères avaient marché, et entendu les commandements du Seigneur, ils ont fait toutes choses contraires ".

Beaucoup d'autres passages pourraient être cités pour montrer que l'Écriture décrit l'infidélité spirituelle et l'idolâtrie comme la fornication et la prostitution. Quand la "grande prostituée" commet la fornication dans le monde entier, dit dans ce contexte, cela indique clairement l'apostasie de la seule vraie foi. Comme nous l'avons démontré dans ce livre, l'apostasie de la seule vraie foi et une acceptation de faux dieux / fausses religions idolâtres, c'est exactement ce qui caractérise le plus la contre-Église Vatican II et l'apostasie Vatican II. Elle a mis les "dieux" démoniaques du panthéon des religions du monde sur un pied d'égalité avec le vrai Dieu de l'Eglise catholique.

Cette fornication qui commence à partir de Rome apostate et ses antipapes a été répandue et bue sur toute la Terre, comme nous l'avons montré.

La prostituée de Babylone est coupable de fornication spirituelle, à tel point que c'est l'action qui caractérise son titre - la "grande prostituée". Par une telle description, Dieu fait contraster directement la prostituée avec l'Église catholique, l'Église est une femme qui se caractérise par sa fidélité indéfectible à son Epoux, Jésus-Christ.

Le pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 10), 6 janvier 1928 : «Pendant les siècles, l'Épouse mystique du Christ n'a jamais été contaminée, ni ne peut jamais à l'avenir être contaminée, comme Cyprien témoigne :« L'Epouse du Christ ne peut pas être mise en défaut de son conjoint : ... elle est intacte et modeste. Elle ... garde le caractère sacré de la chambre nuptiale chastement et modestement ». [13]

Ainsi, tout comme la prostituée est tristement célèbre pour son impureté, l'Eglise catholique est connue pour sa chasteté.

Le pape saint Sirice (Siricius), épître (1) Directa annonce decessorem à Himérius, 10 février 385 : «Et Il a souhaité que la beauté de l'Eglise, de son conjoint, fasse rayonner la splendeur de la chasteté, de sorte qu'au jour du jugement, quand Il sera venu de nouveau, Il puisse être en mesure de la trouver sans tache ni ride [Eph. 5:27] comme Il l'a institué par son apôtre. " [14]

L'Église est «épouse immaculée du Christ». La "grande prostituée" ne représente rien, mais la plus grande moquerie de la mariée immaculée du Christ dans l'histoire.

Pape Hadrien Ier, IIe concile de Nicée, 787 : «... Christ notre Dieu, quand il a pris pour fiancée sa sainte Église catholique, n'ayant pas de tache, ni ride, a promis qu'il la garderait et l'a assuré à ses saints disciples, disant : Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde ". [15]

8. La prostituée est séparée de son conjoint.

Apocalypse 18, 7 : "Autant elle s'est glorifiée et a vécu dans les délices, autant les tourments et le deuil vont fondre sur elle, parce qu'elle dit en son cœur : Je suis assise en reine, et je ne suis pas veuve, et que je ne dois pas voir le chagrin ".

Dans un autre verset étonnant, l'Apocalypse nous dit que la prostituée se dit, "Je suis assise en reine et ne suis pas veuve." Elle n'est pas une veuve, parce que son (ex-) conjoint n'est pas mort.

Apocalypse 1, 17-18 : "Et quand je l'avais vu, je tombais à ses pieds comme mort, et il mit sa main droite sur moi, disant : Ne crains pas car je suis le Premier et le Dernier, le vivant, qui a été mort, et voici, je suis vivant aux siècles des siècles, et détiens les clefs de la mort et de l'enfer."

Le conjoint de l'Église est Jésus-Christ. La prostituée, est une Eglise de contrefaçon qui a rompu avec l'Église catholique, devait donc avoir Jésus-Christ comme époux jusqu'à ce qu'elle se sépare de Jésus-Christ en laissant ses traditions et ses enseignements. Au lieu d'être une épouse fidèle, la prostituée est devenue sa propre reine, qui est heureuse d'imposer aux autres sa propre volonté et sa gloire, ses propres enseignements et religion.

Mais alors que la prostituée elle-même s'est séparée de l'Eglise catholique en formant une religion et une «église» pour sa part, l'Epouse du Christ - l'Église catholique - maintient toujours l'union avec son conjoint, même si la plupart du monde a rejoint la prostituée.

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 89), 29 juin 1943 : «Cette opinion est fausse, car le divin Rédempteur est le plus étroitement uni non seulement avec son Église, qui est son Épouse bien-aimée, mais aussi avec tous et chacun des fidèles, et il désire ardemment leur parler de cœur à cœur, surtout après la sainte communion ". [16]

9. La lumière de la lampe ne brillera plus dans la prostituée.

Apocalypse 18, 23 : " Et la lumière de la lampe ne brillera plus chez toi, et la voix de l'époux et l'épouse ne sera plus entendue chez toi, parce que tes marchands étaient les grands hommes de la terre, de toutes les nations, ont été trompés par tes enchantements ".

La "lumière de la lampe" est une référence à la lampe du sanctuaire trouvé dans les églises catholiques. Cette lampe signifie la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie. Cette lampe peut difficilement être trouvée dans les églises de Vatican II. Dans la plupart des cas, elle a été déplacée sur le côté ou à l'arrière de l'église. Mais plus que le déplacement de la lampe du sanctuaire, l'Apocalypse 18, 23 est ce qui indique que la présence réelle du Christ (l'Eucharistie valide) n'est plus trouvée dans l'Eglise de Vatican II.

"La voix de l'époux et l'épouse" dans Apocalypse 18, 23 est une référence au Christ et à son Église.

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 86), 29 juin 1943 : «... il [saint Paul] apporte le Christ et son Corps mystique dans une union intime à merveille, il distingue néanmoins l'un de l'autre comme l'époux et l'épouse (Ep. 5, 22-23). ​​" [17]

S'il y avait le moindre doute sur qui sont l'Epoux et l'Epouse, le pape Pie XII oblitèrerait en citant saint Paul. Jésus-Christ est l'Époux, et son Corps mystique, l'Eglise, son Epouse est impeccable. Lorsque l'Apocalypse fait référence à la voix de l'époux et l'épouse, c'est une autre confirmation que la prostituée de Babylone est la secte Vatican II - la contre-Eglise, qui a abandonné l'enseignement (ou voix) de l'Epoux (Jésus-Christ) et de l'épouse (son Eglise).

10. La voix de la musique ne sera plus entendue dans la prostituée.

Apocalypse 18, 22 : "Et la voix de la harpe, et des musiciens, et de ceux qui jouent de la flûte, et la trompette, ne sera plus entendue chez toi ... "

Peu de gens savent aujourd'hui que «les trompettes et les harpes étaient les instruments classiques de la musique liturgique à l'époque de Saint-Jean, que les orgues le sont aujourd'hui dans l'occident. [18] En incluant les trois principaux instruments de la musique liturgique catholique à travers l'histoire, Saint-Jean nous avertit que la musique liturgique catholique traditionnelle dans son ensemble "ne sera plus entendue du tout" dans la prostituée. Et n'est ce pas devenu réalité ?

Nous avons déjà montré que, depuis Vatican II, le chant grégorien, notre belle tradition musicale, a été remplacé par tout type de musique et instrument séculaire sous le soleil.

C'est tellement mauvais maintenant que l'on peut entrer dans une Église «catholique» moderne et entendre quelque chose comme des tambours bruyants et des guitares électriques. On pourrait marcher dans une de ces églises et même être soumis à la musique rock. Pourtant, ce qui est peut-être le plus décevant de tout cela, c'est que la plupart des gens ne réalisent pas que ces églises modernes «catholiques» ne sont pas catholiques du tout, mais appartiennent entièrement à la prostituée de Babylone.

11. Tout le monde est ivre du vin de sa prostitution.

Apocalypse 18, 3 : "Parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité ; et les rois de la terre ont commis la fornication avec elle ".

Apocalypse 14, 8 : "Et un autre ange suivit, en disant : Cette grande Babylone est tombée, elle est tombée; elle qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité. "

Apocalypse 16, 19 : "Et la grande Babylone vint en mémoire devant Dieu, pour lui donner la coupe du vin de l'indignation de sa colère. "

Apocalypse 17, 1-2 : "Viens, je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur les grandes eaux, c'est avec elle que les rois de la terre ont commis la fornication ; et ceux qui habitent la terre, ont été enivrés par le vin de sa prostitution ".

La prostituée de Babylone est condamnée à plusieurs reprises pour cause de fornication qui a à voir avec du vin. Pourquoi ? Comme nous l'avons montré, c'est le changement de la partie de la consécration du vin qui rend malade la nouvelle messe !

Saint Pie V, De Defectibus, chapitre 5 : "Les paroles de la consécration, qui sont la forme de ce sacrement, sont les suivantes : ceci est mon Corps Et : Car c'est le calice de mon sang, du nouveau et éternel testament : le mystère de la foi, qui sera versé pour vous et pour beaucoup pour la rémission des péchés. Maintenant, si l'on devait supprimer ou modifier quoi que ce soit dans la forme de la consécration du Corps et du Sang, et dans ce libellé [nouveau], le changement des mots ne permettrait pas de dire la même chose, il ne consacrerait pas le sacrement. "

La raison pour laquelle la prostituée est condamnée de violation de vin parce vient des changements invalidants qui ont été apportés aux paroles de la consécration à la partie du VIN de la nouvelle messe. Voir : La révolution liturgique - La nouvelle messe pour la discussion complète. Ces changements de la consécration concernant la partie du vin invalide les deux consécrations. L'Eglise de Vatican II a vraiment « abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité " (Apoc. 14, 8).

12. La prostituée est ivre du sang des saints et des martyrs.

Le pape Léon XIII, Au milieu des sollicitudes (n° 11), 16 février 1892 : «[...] Plusieurs fois, les chrétiens, par le simple fait de leur état, et pour aucune autre raison, ont été contraints de choisir entre l'apostasie et le martyre, sans être autorisés à d'autre alternative." [19]

Apocalypse 17, 6 : «Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus et je m'étonnais quand je l'avais vu, avec une grande stupéfaction».

Apocalypse 18, 24 : " Et en elle a été trouvé le sang des prophètes et des saints, et de tout ceux qui ont été égorgés sur la terre. "

La prostituée peut être dite boire du sang des saints à plusieurs niveaux. Le premier qui vient à l'esprit est l'œcuménisme tel qu'il est pratiqué par la secte Vatican II. Avant Vatican II, l'œcuménisme faisait référence à l'effort apostolique de convertir le monde au catholicisme. Aujourd'hui, il se réfère à la volonté de mettre toutes les religions comme une seule sans conversion, tout en respectant toutes les religions comme sensiblement égales.

Le pape Léon XIII, Custodi Di Quella Fede (n° 15), 8 décembre 1892 : «Chaque connaissance doit être évitée, non seulement avec ces libertins impies qui encouragent ouvertement le caractère de la secte, mais aussi avec ceux qui se cachent sous le masque de la tolérance universelle, le respect de toutes les religions, et le désir de concilier les maximes de l'Évangile à ceux de la révolution. Ces hommes cherchent à concilier le Christ et Bélial, l'Eglise de Dieu et l'État sans Dieu ». [20]

L'œcuménisme va directement à l'encontre de la vérité divinement révélée selon laquelle les dieux des religions non-catholiques sont des démons (Psaume 95, 5 ; 1 Cor 10, 20), et il met le Christ au niveau de Lucifer. Tout au long de ce livre, nous avons exposé le faux œcuménisme de la secte Vatican II. La secte Vatican II considère les fausses religions plus ou moins bonnes et louables. Ainsi, il blasphème la mémoire des saints et des martyrs dont la chair a été déchiré avec des crochets de fer, les organismes ont été donnés pour nourrir les lions, et les têtes ont été coupées au large parce qu'ils refusaient de compromettre leur foi d'un iota ou dire que «toutes les religions sont plus ou moins bonnes et louables». Il se moque aussi de tous les sacrifices de tous les saints qui ont donné leur vie pour le sacerdoce, la vie religieuse, pour l'œuvre missionnaire. Tout cela était inutile, selon la secte Vatican II.

Le pape saint Grégoire le Grand : " L'Eglise universelle sainte enseigne que ce n'est pas possible d'adorer Dieu selon la vérité, sauf en elle et affirme que tous ceux qui sont en dehors de son sein ne seront pas sauvés» [21]

Parce que Margaret Clitherow a refusé d'accepter la secte anglicane et sa «messe» - mais a plutôt invité les prêtres catholiques dans sa maison contre les lois pénales - elle a été martyrisée en étant écrasée à mort sous une grande porte chargée avec des poids lourds. Ce style d'exécution est si douloureux qu'il est appelé "punition sévère et dure." Elle a souffert tout cela parce qu'elle ne voulait pas accepter l'anglicanisme. La secte Vatican II, cependant, enseigne que les anglicans sont d'autres «chrétiens» qui n'ont pas besoin de conversion, et dont les invalides "évêques" sont en fait de vrais évêques de l'Eglise du Christ. La secte Vatican II enseigne que son martyre était inutile. Elle est donc ivre du sang des saints et des martyrs.

Combien de martyrs, comme saint Thomas More, ont donné leur vie pour un article de la foi catholique ? L'œcuménisme fait bien paraître que leurs actes et l'effusion de leur sang sont sans valeur, inutiles et vides de sens.

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 8), 29 juin 1896 : "Il est donc du devoir de tous ceux qui écoutent Jésus-Christ, s'ils le souhaitent pour le salut éternel, non seulement d'accepter sa doctrine dans son ensemble, mais de sanctionner avec tout leur esprit, tous et chaque point de celle-ci, car il est illégal de refuser la foi de Dieu, même en ce qui concerne un seul point. " [22]

C'est pourquoi l'Eglise de Vatican II est dite être ivre du sang des martyrs et des saints (Apoc. 17, 6 ; 18, 24), et tous ceux qui soutiennent cette activité antéchrist maintenant dirigé par Benoît XVI (et François) sont ivres ainsi.

Ce qui est aussi fascinant, c'est que l'Apocalypse mentionne que les martyrs criaient sous l'autel.

Apocalypse 6, 9 : «Et quand il eut ouvert le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui ont été tués pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu'ils avaient rendu. Et ils criaient d'une voix forte, en disant : Jusqu'à quand, Seigneur (saint et véritable) tarderas-tu à juger et venger notre sang ? Sur ceux qui habitent sur ​​la terre ».

Il est prescrit que la messe catholique est à dire sur les autels qui contiennent les reliques des martyrs ! Ainsi, il est parfaitement logique que les martyrs, dont la vie est moquée par l'œcuménisme et l'approbation des fausses religions de la secte Vatican II, réclament «sous l'autel» ! Ils réclament non seulement après l'œcuménisme interreligieux qui se moque de leur vie, mais aussi après les abominations liturgiques qui se produisent directement sur ​​leurs reliques dans la nouvelle messe. Ce point frappant de l'Ecriture doit également montrer aux protestants que l'Eglise catholique est la seule véritable Eglise.

Apocalypse 18, 20, le jugement de Dieu sur la prostituée : «saints apôtres et prophètes, réjouissez-vous, et vous le ciel, car Dieu a jugé votre jugement sur elle».

Conclusion sur la prostituée de Babylone

Il est bien évident, à notre avis, que la secte Vatican II est la prostituée de Babylone prophétisée dans les Ecritures. Et contrairement à ce que les hérétiques protestants croient, le fait que l'apostasie de Rome ecclésiastique de la foi catholique dans les derniers jours soit prévue dans l'Écriture prouve plutôt qu'il ne réfute l'authenticité de l'Église catholique. La tribulation des derniers jours sera celle qui met l'accent sur ​​le fait de tromper le vrai fidèle, et de saper la vraie foi.

Apocalypse 11, 2 : "Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors et ne le mesure pas, car il a été abandonné aux Nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante deux mois."

Il convient de noter que les «quarante-deux mois» (Apoc. 11, 2), "1260 jours" (Apoc. 12, 6), et «un temps, des temps, et un demi-temps" (Apoc. 12, 14) et 3 ans et 1/2 sont considérés par certains spécialistes comme le symbole d'une période de persécution.

Luc 21, 34-35 : «Prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne s'appesantissent par les excès du manger et du boire, et les soucis de la vie, et que ce jour-là viennent sur ​​vous à l'improviste. Car, il viendra comme un piège sur tout ce qui assis sur la face de toute la terre ».

Un piège est un dispositif utilisé pour attraper des animaux. Maintenant, si le piège des derniers jours implique une contrefaçon de l'Église catholique a mise en place à partir de Rome, et une invasion spirituelle de la ville sainte (Rome), l' "animal" que le diable essaie d'attraper est le catholicisme traditionnel. C'est une autre preuve que la religion catholique est la seule et unique vraie religion.

C'est notre espoir que cette preuve scripturaire contre l'Eglise de Vatican II renforcera les catholiques dans leur opposition. Les prophéties bibliques indiquant précisément la situation actuelle, cela permettra aussi à des catholiques d'avoir une meilleure compréhension de la façon dont Dieu voit les développements et les événements des 50 dernières années.

Mais surtout, l'Apocalypse découvre la fausse résistance à cette apostasie, même parmi les soi-disant traditionalistes, qui prônent une position en référence à cette église prostituée qui exige qu'ils restent unis à ses antipapes et à la secte Vatican II. Cette fausse "Nous vous résistons ..." les place juste dans le sein même et le ventre de la prostituée. Par leur profession, ils sont toujours obstinément unis à la «mère des fornications». Ils confondent encore la grande prostituée et la mariée immaculée du Christ. Ils font encore une résistance pure et simple de la prostituée pour se mêler au milieu de sa domination abominable.

Apocalypse 18, 4-5 : "Et j'entendis une autre voix du ciel, disant : Sortez d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux. Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et le Seigneur s'est souvenu de ses iniquités. "

Si ils ne rompent pas complètement avec la grande prostituée, ces gens vont perdre leurs âmes dans le feu éternel pour blasphémer l'Eglise du Christ-Roi, qui n'a pas de communion avec les œuvres des ténèbres, aucune part avec les incroyants, et ne s'accorde pas avec la femme de l'iniquité. Bien que beaucoup de monde ait été englouti par la grande prostituée, l'épouse immaculée de Notre Seigneur existe encore dans toute sa pureté, même si elle a été réduite à un vestige et contrainte à la clandestinité. Cette femme, l'Église catholique qui reste dans les derniers jours, est décrite dans le chapitre 12 de l'Apocalypse avec la vision de la femme revêtue du soleil, Notre-Dame de Fatima.

Apocalypse 12, 6 : "Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. "

Apocalypse 12, 14 : "Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme pour s'envoler au désert, en sa retraite, où elle est nourrie un temps, des temps et la moitié d'un temps, hors de la présence du serpent. "

Si nous ne l'avons pas déjà rejoint, nous devons entrer dans l'Église catholique qui reste dans le désert. Nous devons «combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.» (Jude 1, 3), et nous rapprocher de Dieu en recevant les vrais sacrements (s'ils sont possibles), la pratique de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie et le saint rosaire.

Apocalypse 12, 17 : "Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ."

Apocalypse 12, 12 : "C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus."

________________

Notes :

[1] Les encycliques papales, par Claudia Carlen, Raleigh: Le Pierian Press, 1990, vol.4 (1939-1958), p. 327.

[2] Denzinger, Les Sources du dogme catholique, B. Herder livre. Co., trentième édition, 1957, no. 945.

[3] Les encycliques papales, vol. 1 (1740-1878), p. 28.

[4] Les encycliques papales, vol. 1 (1740-1878), p. 206.

[5] Denzinger 468.

[6] Denzinger 468.

[7] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 403.

[8] Les encycliques papales, vol. 3 (1903-1939), p. 318.

[9] Les encycliques papales, vol. 4 (1939-1958), p. 50.

[10] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 403.

[11] Le Dictionnaire illustré Oxford, Deuxième édition, Oxford: Clarendon Press, 1985, p. 538.

[12] Denzinger 698.

[13] Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 317.

[14] Denzinger 89.

[15] Les décrets des conciles œcuméniques, Sheed & Ward et Georgetown University Press, 1990, Vol. 1, p. 133.

[16] Les encycliques papales, vol. 4 (1939-1958), p. 55.

[17] Les encycliques papales, vol. 4 (1939-1958), p. 54.

[18] Scott Hahn, la Cène L'Agneau, Doubleday, 1999, p. 120.

[19] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 279.

[20] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 304.

[21] Les encycliques papales, vol. 1 (1740-1878), p. 230.

[22] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 392.


Articles connexes importants :

Populaire
http://www.prophecyfilm.com/french/
Livres et videos gratuits
FREE DVDs & VIDEOS
WATCH & DOWNLOAD ALL OUR DVDs & VIDEOS FOR FREE!