Sur le péché de scandale

Le péché de scandale implique soi-même et en plus les autres dans sa coulpe.

Les loups qui capturent et dispersent le troupeau de Jésus-Christ sont les auteurs de scandale, qui, non contents de leur propre destruction, travaillent à détruire les autres.

Le scandale est un mot ou un acte qui donne lieu à la ruine de son prochain ; c'est un mot ou acte par lequel vous êtes pour votre prochain la cause ou l'occasion de perdre son âme.

Ceux qui sont aux autres une cause de scandale, sauf s'ils arrêtent, s'en repentent et réparent, seront tourmentés éternellement, en plus des autres tourments de l'enfer, par tous ceux dont ils sont la cause directe ou indirecte d'avoir péché et de s'être damnés.

Tous les hérétiques, en plus de pécher contre la foi (sans laquelle il ne peut y avoir de salut), sont bien sûr aussi coupables du péché de scandale pour en entraîner d'autres hors de la foi et donc du salut.

En ce qui concerne le grand mal d'être aux autres une cause de «scandale», saint Alphonse de Liguori prêchait les mots terrifiants suivants dans un sermon à sa congrégation :

Saint Alphonse de Liguori, sur le péché de scandale : " Les loups les capturent et les dispersent ". (Jean 10, 12) Les loups qui capturent et dispersent le troupeau de Jésus-Christ sont les auteurs de scandale, qui, non contents de leur propre destruction, travaillent à détruire les autres. Mais le Seigneur dit : «Malheur à l'homme par qui le scandale arrive». (Matthieu 18, 7) Malheur à celui qui donne scandale, et provoque d'autres à perdre la grâce de Dieu. Origène dit qu' «une personne qui pousse un autre au péché, pèche plus gravement que l'autre». Frères, s'il y en avait parmi vous qui ait donné scandale, je tâcherai cette journée de le convaincre du mal qu'il a fait, pour qu'il puisse le pleurer et s'en garde à l'avenir. Je vais vous montrer, dans le premier point , le grand dam que le péché de scandale donne à Dieu ; et, dans le second, le grand châtiment que Dieu menace d'infliger aux auteurs de scandale.

«Premier Point. Sur grand le dam que le péché de scandale donne à Dieu.

«1. Il est, en premier lieu, nécessaire d'expliquer ce qu'on entend par scandale. Voici comment saint Thomas le définit : "Le scandale est un mot ou un acte qui donne lieu à la ruine de son prochain" (S. Theol. 2-2, q. 45, art. 1). Le scandale, alors, est un mot ou acte par lequel vous êtes pour votre prochain la cause ou l'occasion de perdre son âme [comme en publiant ou en reliant les âme de manière meurtrière qui va induire les autres à pécher]. Il peut être direct ou indirect. Il est direct lorsque vous tentez ou induisez autrui à commettre un péché directement. Il est indirect lorsque, bien que vous prévoyez que des mots ou des mauvaises actions seront la cause du péché d'un autre, vous ne vous en abstenez pas. Mais le scandale, qu'il soit direct ou indirect, s'il est dans une question de grande importance, est toujours un péché mortel.

«2. Voyons maintenant quel grand dam la destruction de l'âme du prochain donne à Dieu. Pour le comprendre, nous devons considérer la façon dont chaque âme est chère à Dieu. Il a créé les âmes de tous les hommes à son image. "Faisons l'homme à notre image et ressemblance." (Gen. 1, 26) Les autres créatures, Dieu les a faites par un fiat - par un acte de sa volonté ; mais l'âme de l'homme il l'a créée par son propre souffle. "Et le Seigneur souffla dans ses narines un souffle de vie." (Genèse 2, 7) L'âme de votre prochain, Dieu l'a aimée pour l'éternité. "Je vous ai aimés d'un amour éternel." (Jérémie 31, 3) Il a, par ailleurs, créé chaque âme pour être couronnée dans le paradis, et participer à sa sa gloire. "afin de vous rendre ainsi participants de la gloire divine," (2 Pierre 1, 4) Dans le ciel, il rendra les âmes des saints participantes de sa propre joie. "Entre dans la joie de ton Seigneur." (Matthieu 25, 21) Pour eux, il est lui-même leur récompense. "Je suis votre récompense extrêmement grande." (Genèse 15, 1)

«3. Mais rien ne peut montrer la valeur que Dieu met sur ​​les âmes des hommes plus clairement que ce que le Verbe incarné a fait pour leur rédemption du péché et de l'enfer. "Si," dit saint Eucharius, "vous ne croyez pas votre Créateur, demandez à votre Rédempteur, combien vous êtes précieux." Parlant des soins que nous devons avoir de nos frères, saint Ambroise dit : "La grande valeur du salut d'un frère est connu par la mort du Christ." Nous jugeons de la valeur de tout par le prix payé pour cela par un acheteur intelligent. Maintenant, Jésus-Christ a, selon l'Apôtre, acheté les âmes des hommes avec son propre sang. "Vous avez été rachetés à un grand prix." (1 Cor. 6, 20) Nous pouvons donc dire que l'âme a autant de valeur que le sang d'un Dieu. Tel est, en effet, le language de Saint-Hilaire. "Tam copioso munere redemptio agitur, ut homo Deum valere videatur". Par conséquent, le Sauveur nous dit que tout le bien ou le mal que nous faisons à l'un de ses frères, nous le faisons à lui-même. "Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits de mes frères, c'est à moi que vous me l'avez fait." (Mt 25, 40)

«4. De tout cela, nous pouvons en déduire quel est le déplaisir donné à Dieu de scandaliser un frère, et de détruire son âme. Il suffit de dire que ceux qui donnent scandale dérobent à Dieu un enfant, et assassinent une âme, pour le salut duquel il a donné son sang et sa vie. Ainsi, saint Léon appelle les auteurs de scandales meurtriers. "Quisquis scandalizat, mortem infert animae proximi". Ils sont les plus impies des assassins parce qu'ils ne tuent pas le corps, mais l'âme d'un frère, et volent Jésus-Christ de toutes ses larmes, de ses chagrins, et de tout ce qu'il a fait et souffert pour gagner cette âme. D'où l'Apôtre dit : "Maintenant, quand vous péchez ainsi contre les frères, et en blessant leur conscience faible, vous péchez contre le Christ." (1 Cor 8, 12). Ceux qui scandalisent un frère, pèchent contre le Christ parce que, comme dit saint Ambroise, ils Le privent d'une âme pour laquelle il a passé tant d'années, et s'est soumis à tant de fatigues et de travaux. On raconte que saint Albert le Grand a passé trente ans à la fabrication d'une tête qui ressemblait à une tête humaine qui parlait ; et que saint Thomas, craignant que cela ait été fait par l'agence du diable, avait pris la tête et la cassa. Saint Albert se plaignit de l'acte de Saint Thomas, en disant : "Vous avez brisé le travail de trente ans". Je ne dis pas que cela est vrai, mais il est certain que, lorsque Jésus-Christ voit une âme détruite par le scandale, il peut reprendre l'auteur de celui-ci, et lui dire : mauvais misérable, qu'avez-vous fait ? Vous m'avez privé de cette âme pour laquelle j'ai travaillé 33 années.

«5. Nous lisons dans les Écritures que les fils de Jacob, après avoir vendu leur frère Joseph à certains marchands, ont dit à son père que les bêtes sauvages l'avaient dévoré. "Fera pessima devoravit eum" (Genèse 37, 20). Pour convaincre leur père de la vérité de ce qu'ils avaient dit, ils plongèrent la tunique de Joseph dans le sang d'une chèvre, et lui ont présentée, en disant : "reconnais si c'est la robe de ton fils, ou non" ( v 32). En réponse, le père affligé dit avec larmes : "C'est la tunique de mon fils : une bête sauvage féroce l'a dévoré" (v. 33). Ainsi, nous pouvons imaginer que, quand une âme est amenée dans le péché par le scandale, les démons présentent à Dieu le vêtement de cette âme trempée dans le sang de l'Agneau immaculé, Jésus-Christ - qui est la grâce perdue par cette âme scandalisée que Jésus-Christ avait acheté de son sang et qu'ils disent au Seigneur : "reconnais si c'est la robe de ton fils, ou non". Si Dieu était capable de verser des larmes, il pleurerait plus amèrement que Jacob ne l'a fait, à la vue de cette âme perdue - son enfant assassiné - et dirait : "C'est la tunique de mon fils : une bête sauvage féroce l'a dévoré". Le Seigneur irait à la recherche de cette bête sauvage, en disant : "Où est la bête qui a dévoré mon enfant ?" Quand il trouve la bête, que doit-il faire avec elle ?

«6. "Je fondrai sur eux", dit le Seigneur par son prophète Osée, "comme l'ourse privée de ses petits". (Osée 13, 8) Lorsque l'ourse vient à son repaire, et ne trouve pas ses petits, elle va dans le bois à la recherche de la personne qui les a emmenés. Quand elle découvre la personne, oh ! avec quelle furie se précipite t-elle sur elle ! C'est donc que le Seigneur fondra sur les auteurs de scandale, qui lui ont volé ses enfants. Ceux qui ont donné scandale diront : Mon prochain est déjà condamné ; Comment puis-je réparer le mal qui a été fait ? Le Seigneur répondra : Depuis que vous avez été la cause de sa perte, vous devez me payer pour la perte de son âme. " Je redemanderai son sang de ta main" (Ézéchiel 3, 20). Il est écrit dans le Deutéronome : "Ton oeil sera sans pitié : vie pour vie" (19, 21). Vous avez détruit une âme; vous devez en subir la perte. Passons au deuxième point.

«Second Point. L'énorme châtiment dont Dieu menace ceux qui donnent scandale.

«7. "Malheur à l'homme par qui le scandale arrive" (Matthieu 18, 7). Si le mécontentement donné à Dieu par le scandale est grand, le châtiment qui attend les auteurs de celui-ci doit être affreux. Voici comment Jésus-Christ parle de ce châtiment : "Mais celui qui scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'une meule soit pendue à son cou, et qu'il soit noyé au fond de la mer" (Matthieu 18, 6). Si un malfaiteur meurt sur ​​l'échafaud, il excite la compassion des spectateurs, qui au moins prient pour lui, s'ils ne peuvent pas le délivrer de la mort. Mais, s'il était jeté dans les profondeurs de la mer, il n'y aurait pas un de présent pour avoir pitié de son sort. Un certain auteur dit que Jésus-Christ menace la personne qui scandalise un frère avec cette sorte de punition, pour signifier qu'il est si odieux aux anges et aux saints, qu'ils ne veulent pas recommander à Dieu l'homme qui a apporté la perdition à une âme. "Il est déclaré indigne non seulement d'être assisté, mais même d'être vu" (Mansi. ch. 3, n° 4)

«8. Saint Jean Chrysostome dit que le scandale est si abominable aux yeux de Dieu, que s'il permet des péchés très graves, il ne peut pas permettre au péché de scandale d'arriver sans châtiment adéquat. "Tam Deo horribile est scandalum, ut peccata graviora dissimulet non autem peccata ubi frater scandalizatur". Dieu lui-même dit de même par le prophète Ezéchiel : "Car quiconque de la maison d'Israël ... séjournant en Israël ... met devant sa face le scandale qui le fait pécher, ... je le détruirai pour faire de lui un signe et un proverbe ; je le retrancherai du milieu de mon peuple". (Ézéchiel 14, 7, 8) Et, en réalité, le scandale est l'un des péchés que nous trouvons dans les Écritures sacrées puni par Dieu avec la plus grande rigueur. D'Eli, parce qu'il n'a pas corrigé ses fils qui ont donné scandale en volant la chair offerte en sacrifice (comme pour les parents qui donnent scandale, non seulement en donnant le mauvais exemple, mais aussi en ne corrigeant pas leurs enfants comme ils le devraient), le Seigneur a dit : "Voici que je vais faire dans Israël une chose que personne n'entendra sans que les deux oreilles lui tintent" (1 Sam 3, 11). Et en parlant du scandale donné par les fils d'Eli, l'écrivain inspiré dit : «C'est pourquoi le péché de ces jeunes hommes fut très grand devant le Seigneur" (Ibid. 2, 17). Quelle était ce grand péché ? C'était, dit saint Grégoire, en expliquant ce passage, le dessein de faire pécher les autres. "Quia ad pecandum alios pertrahebant". Pourquoi Jéroboam a été châtié ? Parce qu'il a scandalisé les gens : il "a péché, et fait pécher Israël" (1 Rois 14, 16). Dans la famille d'Achab, de tous les membres qui étaient les ennemis de Dieu, Jézabel a été le plus sévèrement châtiée. Elle a été jetée d'une fenêtre, et dévorée par des chiens, afin que rien ne restât plus que son "crâne et ses pieds, et les extrémités de ses mains". Et pourquoi a t-elle été si sévèrement punie ? Parce qu' "elle a mis Achab dans tous les maux."

«9. L'enfer a été créé pour le péché de scandale. "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre" (Genèse 1. 1). Mais, quand a t-il créé l'enfer ? C'est quand Lucifer a commencé à séduire les anges dans la rébellion contre Dieu. De peur qu'il doive continuer à pervertir ceux qui sont restés fidèles à Dieu, il a été banni du ciel immédiatement après son péché. Ainsi Jésus-Christ a dit aux Pharisiens, que, par leur mauvais exemple ils scandalisaient les gens, et qu'ils étaient les enfants du diable, qui était depuis le début un meurtrier des âmes. "Vous êtes de votre père, le diable : il a été meurtrier dès le début" (Jean 8, 44). Et quand Saint-Pierre a donné scandale à Jésus-Christ, en lui suggérant de ne pas laisser sa vie être enlevée par les Juifs, et en s'efforçant d'éviter ainsi l'accomplissement de la rédemption, le Rédempteur l'a appelé un diable. "Passe derrière moi, Satan, tu es un scandale pour moi" (Matthieu 16, 23). Et, en réalité, les auteurs de scandale ne font-ils fonction à d'autres, comme celle d'un ministre du diable ? S'il n'étaient pas assistés par de tels ministres impies, il ne réussiraient certainement pas à gagner beaucoup d'âmes. Un compagnon scandaleux fait plus de mal qu'une centaine de démons.

«10. Sur les paroles d'Ézéchias, "voici que mon amertume amère se change en paix !" (Ésaïe 38, 17), Saint-Bernard, au nom de l'Eglise, dit : "La paix des païens, la paix des hérétiques, mais pas la paix des enfants". Actuellement l'Église n'est pas persécutée par les idolâtres, ou par les hérétiques, mais elle est persécutée par les chrétiens scandaleux, qui sont ses propres enfants. Pour la capture des oiseaux, nous employons des leurres, certains oiseaux sont aveuglés et liées de telle manière qu'ils ne peuvent pas s'envoler. Ce sont donc les actes du diable. "Quand", dit saint Ephrem, "une âme a été prise, elle devient un piège pour tromper les autres". Après avoir fait qu'un jeune homme tombe dans le péché, l'ennemi l'aveugle d'abord comme son esclave, puis le rend son leurre pour tromper les autres et les attirer dans le filet du péché,non seulement il le pousse, mais même l'oblige à tromper les autres. "L'ennemi", dit saint Léon, "en a beaucoup qu'il oblige à tromper les autres". (Sermon de la Nativité)

«11. Misérables ! Les auteurs du scandale doivent souffrir en enfer la punition de tous les péchés qu'ils ont inciter d'autres à commettre. Césaire rapporte (liv. 2, ch. 6) qu'après la mort d'une certaine personne qui avait donné scandale, un saint homme témoin de son jugement et de sa condamnation, a vu qu'à son arrivée à la porte de l'enfer, les âmes qu'elle avait scandalisé vinrent à sa rencontre, et lui dirent : Venez, malheureux maudit, expier tous les péchés dans lesquels vous nous avez fait nous engager [par vos faits et gestes, par des messagesimpudiques de forum, des images et des liens qui contiennent ces images etc]. Ils se précipitèrent alors en lui, et comme des bêtes sauvages, ont commencé à le déchirer. Saint Bernard dit, en parlant d'autres pécheurs, que les Écritures donnent espoir de modification et de pardon ;mais qu'elles parlent de ceux qui donnent scandale comme des personnes séparées de Dieu et de leur salut, pour qui il y a très peu d'espoir. "Loquitur tanquam a Deo separati, unde hisce nulla spes vitae esse poterit".

«12. Voici, alors, l'état misérable de ceux qui donnent scandale par leur mauvais exemple, qui prononcent des mots impudiques devant leurs compagnons [ou des images ou des vidéos impudiques, ou en font la promotion, ou des liens vers elles], en présence de jeunes femmes, et même d'enfants innocents, qui, à la suite de l'audition de ces mots [ou du regard de ces images dans un article de nouvelles ou un clip vidéo], commettent mille péchés. Considérez la façon dont les anges-gardiens de ces petits pleurent de les voir dans l'état de péché, et comment ils appellent à la vengeance de Dieu contre les réseaux sacrilèges [et] des actions qui les ont scandalisés. Un grand châtiment attend tous ceux qui ridiculisent ceux qui pratiquent la vertu. Car beaucoup, par crainte du mépris et du ridicule des autres, abandonnent la vertu, et se livrent à une mauvaise vie. Quel sera le châtiment de ceux qui envoient des messages pour inciter les autres à pécher ? Ou de ceux qui se vantent de leurs mauvaises actions ? Mon Dieu ! au lieu de pleurer et se repentir d'avoir offensé le Seigneur, ils se réjouissent et se gloirifient dans leurs iniquités ! Certains conseillent à d'autres personnes de commettre le péché ; d'autres les incitent vers lui ; et certains, pire que les démons, enseignent aux autres comment pécher. Que dirons-nous des pères et des mères, qui, s'il est en leur pouvoir d'empêcher les péchés de leurs enfants, leur permettent de s'associer avec de mauvais compagnons, ou de fréquenter certaines maisons dangereuses [ou sites Internet, ou leur permettent de regarder la télévision ou d'écouter de la musique profane de péché], et permettent à leurs filles d'avoir des conversations avec de jeunes hommes ? Oh ! avec ces fléaux nous devont voir ces personnes châtiées le jour du jugement !

«13 Peut-être certains père de famille parmi vous diront : Ainsi, je suis perdu parce que j'ai donné scandale ? N'y a t-il aucun espoir de salut pour moi ? Non, je ne dirais pas que vous êtes sans espoir - la miséricorde de Dieu est grande. Il a promis le pardon à tous ceux qui se repentent. Mais, si vous voulez sauver votre âme, vous devez réparer le scandale que vous avez donné. "Laissez", dit Eusèbe Emmissenus, "celui qui a lui-même détruit par la destruction d'un grand nombre, se racheter par l'édification d'un grand nombre" (Hom. 10 ad lun.). Vous avez perdu votre âme, et vous avez détruit les âmes de beaucoup par vos scandales. Vous êtes maintenant tenu de réparer le mal. Comme vous avez jusqu'à présent attiré les autres à pécher, vous êtes tenu de les porter à la vertu par des mots d'édification, par exemple, en évitant les occasions de péché, par la fréquentation des sacrements, en allant souvent à l'église pour prier, et en participant à des sermons.Et à partir de ce jour, d'éviter, comme vous le feriez mort, tout acte et parole qui pourrait scandaliser les autres. "Que leur propre ruine", dit saint Cyprien, "suffira pour ceux qui sont tombés" (Liv. 1, L. 3). Et Saint Thomas de Villanova dit : "Que vos propres péchés sont suffisants pour vous". Quel mal Jésus-Christ fait vous a fait pour que ce ne soit pas assez pour vous de l'avoir offensé, mais de souhaiter faire que d'autres l'offensent ? C'est un excès de cruauté.

«14. Soyez prudent, alors, de ne plus jamais donner le moindre scandale. Et si vous voulez sauver votre âme, évitez autant que possible ceux qui donnent scandale. Ces diables incarnés seront damnés ; mais, si vous ne les évitez pas, vous allez vous mettre en perdition. "Malheur au monde à cause de scandales", dit le Seigneur (Mt 18, 7), c'est-à-dire, beaucoup sont perdus parce qu'ils ne s'éloignent pas des fauteurs de scandale. Mais vous pouvez dire : Cette personne est mon ami ; Je suis soumis à des obligations envers lui ; Je m'attends à beaucoup de faveurs de lui. Mais Jésus-Christ dit : "Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi. C'est mieux pour toi d'avoir un œil, et d'entrer dans la vie, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne de feu" (Matthieu 18, 9). Bien qu'une certaine personne soit votre œil droit, vous devez vous éloigner d'elle pour toujours ; il est préférable pour vous de perdre un oeil et de sauver votre âme, que de le préserver et d'être jeté dans la géhenne » (saint Alphonse de Liguori, Sermons n. 2-4 des œuvres ascétiques, Volume XVI, Sermons pour tous dimanches de l'année, 1882, p. 152-173)


Articles connexes importants :

Populaire
http://www.prophecyfilm.com/french/
Livres et videos gratuits
FREE DVDs & VIDEOS
WATCH & DOWNLOAD ALL OUR DVDs & VIDEOS FOR FREE!